Notez des films
Mon AlloCiné
    Une vraie jeune fille
    note moyenne
    2,1
    93 notes dont 15 critiques
    répartition des 15 critiques par note
    1 critique
    3 critiques
    0 critique
    4 critiques
    4 critiques
    3 critiques
    Votre avis sur Une vraie jeune fille ?

    15 critiques spectateurs

    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 387 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    1,0
    Publiée le 10 novembre 2009
    Catherine Breillat ne filme pas le sexe : elle filme l'entrejambe. Cette nuance faite, on pourrait presque dire que son cinéma se rapproche plus du voyeurisme que de la pornographie de base... et dans Une Vraie Jeune Fille, tout le cinéma de Breillat est déjà là : des scènes déviantes destinées à titiller les censeurs, des personnages inconsistants qui récitent leur texte avec la conviction d'une courgette, une prose bien pâlichonne prétendue poésie... Si vous voulez vous soulager, inutile de visionner ce film : les films de Breillat montrent la sexualité dans sa forme la plus pathétique, la plus sale et la plus dérangeante. Et ce premier long métrage ne déroge pas à la règle : on s'enfonce des plumes et des asticots dans les parties interdites, on s'attarde sur une mare de pisse et on s'extasie devant un gland rabougri. La belle affaire ! Breillat a visiblement beaucoup aimé Salo de Pasolini : son film en emprunte la crasse mais pas l'humanité. Peut-être que sa filmographie réserve de jolies surprises... Je reste sceptique.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6204 abonnés Lire ses 10 699 critiques

    4,0
    Publiée le 7 décembre 2007
    "Une vraie jeune fille" est une vraie surprise! Premier long-mètrage de Catherine Breillat rèalisè dans la vague des films porno, cette vision dèrangeante et obsessionnelle à l'ètiquette underground joue admirablement de l'insatisfaction et de l'exacerbation des sens de l'hèroïne jouèe par la talentueuse et très belle Charlotte Alexandra! Le film montre plusieurs images de fantasmes sexuels assez bizzares en introduisant des sèquences hard à la limite de l'extrême (le ver de terre sur le vagin), à des moments ou l'on ne s'y attend pas! Malgrè quelques passages difficiles, le film de Breillat existe et en devient une oeuvre forte et poètique! A noter dans les seconds rôles la prèsence du regrettè Hiram Keller, le fantasme français de toutes les midinettes de 1976 ! Une première rèussite avec la magnifique musique de Mort Shuman...
    Vincent P
    Vincent P

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 36 critiques

    4,5
    Publiée le 6 août 2013
    Bouleversant d'érotisme et de sensualité. La scène du ver, avec son visage blanc ébloui, est sublime.
    ferdinand75
    ferdinand75

    Suivre son activité 224 abonnés Lire ses 3 050 critiques

    4,0
    Publiée le 21 janvier 2016
    Un film intéressant et très original de Catherine Breillat qui se situe dans une certaine lignée d’un cinéma surréaliste et fantasmagorique. Le scénario assez basique sert de prétexte à l’évocation de fantasmes, et de rêveries sexuelles. Une jeune fille rentre chez elle pour les vacances dans les Landes,elle est habituellement en pensionnat, c’est l’été et la jeune fille va vivre des émois successifs, sa sexualité est en train d’exploser et elle est assez libre sur le sujet. Elle essaye de séduire quelques hommes et tout particulièrement un jeune ouvrier très beau qui travaille à la scierie locale. Elle confie ses secrets et ses rêves à un journal intime écrit à l’encre rouge. Elle joue beaucoup avec son sexe et cela donne lieu à des scènes parfois un peu fortes qui expliquent l’interdiction à l’époque de sa première sortie en 1976 . de manière explicite sur une plage de sable, une autre scène ou le jeune homme lui découpe un ver de terre sur le mont de venus , quelques scènes de sexes masculins, dont celui de son père en train de se masturber devant sa télévision ( le formidable acteur de second rôle Bruno Baly, à la bonne tête débonnaire, complètement à contre emploi.). Mais ce n’est pas du tout un film porno, ni même un film érotique, il n’y a aucune scène de rapports sexuels. Le film est aussi déjà très féministe, la JF veut des rapports protégés et ne veut pas tomber enceinte ( elle demande à son fiancé de lui ramener des pilules de Suisse),la mère a des revendications d’ indépendance, les femmes sont fortes , affirment leur sexualité et dominent les hommes . Certaines scènes peuvent rappeler « le Chien andalou » de Bunuel ou certains textes de Pieyre de Mandiargues, comme celle de la tête de poulet tranchée dont le sang s’égoutte dans un verre, ou la tentative de séduction dans une mini voiture rose, ou la scène où la JF s’offre cuisses grandes ouvertes à la vague de la marée montante, en bord de mer. C’est un film au ton très libre, très « révolutionnaire », dans la lignée d’un certain cinéma post soixanthuitard, mais avec une élégance toute particulière dans le style, qui montre déjà ce que sera par la suite le cinéma de Breillat.
    pietro bucca
    pietro bucca

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 1 081 critiques

    2,0
    Publiée le 30 octobre 2018
    Les émois d'une jeune adolescente, narrée entre dialogues ennuyeux et pointe d'érotisme, font qu'il est dur d'accrocher réellement. plutot fade.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 2 mai 2009
    Dommage, avec un scénario plus conséquent cela pouvait faire un film très intéressant. Le casting était bon la forêt landaise, Charlotte Alexandra, Bruno Baly excellents tout les deux, Hiram Keller en gravure de mode (homme objet) et j'aurai bien vu Stéphane Audran dans le rôle de la mère.
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 201 abonnés Lire ses 2 021 critiques

    2,0
    Publiée le 4 juin 2019
    Le premier film de Catherine Breillat cristallise toutes les thématiques qu’elle développera ensuite et concentre ainsi les éventuels problèmes que le spectateur peut rencontrer face à son cinéma : agressivité, sadisme, hypersexualité. Car derrière la théorie plutôt convaincante qui voudrait que « le personnage breillatien cherche avec difficulté à imposer ce qu’il est au fond de lui par opposition à ce qu’il doit être à l’extérieur de lui » (David Vasse, Catherine Breillat. Un Cinéma du rite et de la transgression, Paris, Éditions Complexe, 2004, p. 48) s’exhibent des coutures outrancières qui, peut-être en raison de leur grossièreté, étouffent la subtilité d’une telle vision artistique. Plus le film avance et plus la tension entre l’homme et la femme, ainsi qu’entre les femmes elles-mêmes, perd de sa puissance et tombe dans un voyeurisme complaisant. Si le cinéma est un art de l’image, nul besoin néanmoins de l’appréhender armé d’un burin. Pourtant, dans ses égarements initiaux qui ponctuent son initiation, la jeune Alice Bonnard incarne cette violence sourde à l’égard d’un milieu qu’elle exècre et auquel elle oppose son sexe, violence qui oscille entre cynisme, provocation ironique et angoisse. C’est dans cette incertitude que Breillat capte un trouble, un je-ne-sais-quoi de sensible qui légitime le visionnage d’Une Vraie jeune fille, ne serait-ce que les trente premières minutes.
    vrecuim
    vrecuim

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 139 critiques

    5,0
    Publiée le 8 septembre 2007
    Faut voir ce film pour la prestation vraiment exceptionnelle du bel Hiram keller, disparu trop tôt. Il était un des deux héros du Satyricon de Fellini (1969) et de son auteur présumé : Pétrone. Dans ce premier film de Catherine Breillat, les symboles défilent presque à chaque plan, et pour mieux comprendre, il est facile de replacer le film dans son contexte, grâce notamment à des cadrages sur une info télévisée de la France de Georges Pompidou. Univers fantasmatique d'une jeune fille aux parents assez "beauf" dont le père frise l'inceste, et renforcé par la présence faunesque et sexy d'Hiram keller ; sans lui, à mon avis, il n'y aurait pas eu ce film, il lui était presque destiné. Des scènes peuvent paraître choquantes, et je regrette le massacre d'un lombric ! Mais la censure imbécile avait encore frappé, et était tombé à pieds joints sur ce film ! C'est un film étrange, unique, un autre univers, film presque expérimental. C. Breillat est peut-être une sorte de Gus van San féminin ? Mais en tous cas : bravo Mme Breillat.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2447 abonnés Lire ses 5 732 critiques

    0,5
    Publiée le 29 septembre 2006
    Un très mauvais film, ennuyeux et sans intérêt comme la plupart des films de Catherine Breillat. Dire que ce film eu des problèmes avec la censure, sans doute qu'on voulait éviter aux gens de voir inutilement une nullité.
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité 145 abonnés Lire ses 2 480 critiques

    1,5
    Publiée le 4 novembre 2017
    Du porno glauque et sale, dans un décor morne et une atmosphère ultra sombre et froide. En 1976 j'imagine que cela se voulait dérangeant, aujourd'hui on voit bien sûr que le film a mal vieilli, malgré la présence de la jeune et belle Charlotte Alexandra qui est pas mal dans le rôle principal.
    ronny1
    ronny1

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 743 critiques

    1,5
    Publiée le 9 mai 2020
    Dès son premier film Catherine Breillat annonçait la couleur : les hommes traitent les femmes comme de la viande au mépris de leur désir car seul compte d'assouvir le leur, obligatoirement sale et bestial. Difficile à partir de là, pour toute femme d'exprimer son désir intérieur. Et déjà un rapport au vagin dont l'apothéose sera atteint dans « Anatomie de l’enfer ». Très film amateur par la faute d’une budget à deux balles et une post synchro qui fausse la véracité de dialogues plutôt plats, n’aident pas une réalisation inutilement grossière (l’urine, la vomissure). Mais la réalisatrice tient à choquer avant tout. Long, malgré un métrage raisonnable et l’exposition mélangée de tout un tas de symboles : les parents (évidemment le père adultère qui tripote sa fille) , la TV, les pulsions et fantasmes sexuels (la cuillère et le ver de terre sont plutôt réussis), etc… Hiram Keller en homme-objet et surtout Charlotte Alexandra sont les seuls points forts de ce film peu agréable, et peu intéressant, passé la mise en place où tout est dit en trente minutes à peine.
    serena123
    serena123

    Suivre son activité Lire ses 12 critiques

    1,0
    Publiée le 22 octobre 2007
    Un peu trop space comme film... Il y a certainement des choses à prendre au 7è degré ? Ou alors pas du tout ? je ne le reverrai pas, même si j'aime assez l'univers de Breillat.
    bellini
    bellini

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 95 critiques

    0,5
    Publiée le 22 septembre 2011
    sado maso bobo! Qu'est ce qu'on transgresse quand il n'y a plus de censure? C'est laid, mal joué, d'un ennui mortel...c'est du cinéma contemporain comme on dit art contemporain. Cela se veut dérangeant mais ça ne dérange plus personne. De l'anticonformisme majoritaire!
    Jacques G.
    Jacques G.

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 41 critiques

    2,0
    Publiée le 18 avril 2015
    Film au rythme lent et avec des dialogues souvent navrants, avec des scènes de sexe (c'est-à-dire ou l'on voit uniquement un sexe masculin ou féminin) qui portent plus à vomir qu'à rêver et avec des personnages à la limite du ridicule. Comment fantasmer quand on est une jeune fille avec des parents idiots, et comment enlever sa petite culotte en toute circonstance, tel est en fait le sujet de ce film... Les atouts physiques et le jeu de Charlotte Alexandra, plutôt convaincante, ne parviennent pas à sauver le récit.
    cinderella256
    cinderella256

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    0,5
    Publiée le 27 mai 2007
    Hum hum.. j'ai lu la description dans mon guide horaire, je pensais que ça allait être marrant en fait. grossière erreur. j'ai trouvé ce film terriblement ridicule. une VRAIE jeune fille ? pardon mais je ne considère pas vraiment cela réaliste ni.. poétique.Je n'ai pas pu m'empêcher de rire dans la scène ou elle se prommène avec une plume dans le derrière. Un homme serait sensé trouver cela excitant? j'ai des doutes. Enfin bref.. perte de temps.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top