Mon compte
    De rouille et d'os
    note moyenne
    3,9
    17064 notes dont 1559 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 1559 critiques par note
    263 critiques
    564 critiques
    315 critiques
    217 critiques
    104 critiques
    96 critiques
    Votre avis sur De rouille et d'os ?

    1559 critiques spectateurs

    m0rgane95
    m0rgane95

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 20 critiques

    4,0
    Publiée le 10 janvier 2017
    Très beau film, poignant, sans prétention, où les deux acteurs principaux crèvent l'écran. Un film dur sur fond de misère sociale qui fait s'interroger sur les épreuves de la vie. De rouille et d'os, c'est avant tout l'histoire d'une rencontre entre deux personnages que tout oppose. Malgré la dureté de certaines scènes, l'accent est mis sur le renouveau, l'espoir. Un très beau film à voir.
    moket
    moket

    Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 3 541 critiques

    3,0
    Publiée le 24 octobre 2016
    Une mise en scène magistrale et une interprétation solide pour un film fort, mais parfois brutal et souvent trop froid. Audiard filme magnifiquement la misère humaine et surtout le combat pour la survie ou la résurrection, mais il oublie ici d'avoir un peu d'empathie pour ses personnages qui peinent à susciter l'émotion. A être trop brut, le film est parfois plombant.
    VANINALYS
    VANINALYS

    Suivre son activité Lire ses 8 critiques

    0,5
    Publiée le 18 novembre 2016
    Ceci est un film platement fastidieux et vide de sens.
    Oui, il est graveleux, cru, grossier, paillard, brutal, et toutes les autres rengaines aux films de cet acabit .
    Pourtant, il est aussi atrocement cliché, naïf, stéréotypé, facile et férocement fantaisiste. tombant sans cesse dans le domaine du misérabilisme idéalisé, en perspective totalement irréalisable de la condition humaine
    Il succombe à un réalisme brutal supposé, (qui devient courant,) et obscène, quand il décrit l'évantail des faiblesses humaines, et les fabrications implicites dans le monde de ceux qui ont des vies fracturées.

    Dès le départ, ce film est vide de toute perspicacité. Préférant présenter une obstination moralisatrice maussade, une lndifférence volontaire, de la violence artificielle, et une l'imagerie i pad...

    Le producteur a renoncé à toute possibilité de développement du caractère, de la profondeur de l'exploration émotionnelle, ou même un semblant distant de projeter une représentation crédible des protagonistes principaux.
    Dans son chemin, mais pas ouvertement évident, ceci est, un film sentimental maladivement idiot pour ceux qui se sentiraient violemment offensé de regarder une telle chose ...

    Bien que totalement dépourvue de portée, le film va sûrement jouer dans les mains erronées de ceux qui veulent croire à la noblesse mythologique et la sensibilité sous-jacente de voyous, soutenue par la vulnérabilité d'un certain type de femme, qui peut soi-disant voir et mettre en avant des qualités intérieures nobles invisibles à tous les autres.
    Eric C.
    Eric C.

    Suivre son activité 125 abonnés Lire ses 2 269 critiques

    5,0
    Publiée le 27 septembre 2016
    Âmes brisées, corps brisés, coeurs brisés, où comment la rencontre improbable de 2 êtres totalement différents, mais cassés, laminés par les épreuves, emplis de fêlures, vont au cours d’un très long cheminement semé d'embûches, finir par se retrouver et se compléter pour former un tout cohérent et en équilibre. Un film pas gai, gai, gai, mais qui prend aux tripes tout en évitant de tomber dans le pathos et nous offre de très beaux moments même dans les situations difficiles. Un scénario magnifique, des émotions intenses, un film admirable, une réalisation d'Audiard haut de gamme,contrôlée, intelligente, originale et bien sûr hyper talentueuse. La découverte d’un acteur inconnu formidable et une Marion Cotillard exceptionnelle, grandiose, en immersion totale dans ce beau rôle qui lui est offert et qu’elle interprète avec passion et conviction. Chef d’oeuvre du cinéma français, un cinéma intelligent, exigeant mais aussi populaire, un réalisateur d’exception.
    Jerem69tt
    Jerem69tt

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 1 454 critiques

    3,0
    Publiée le 8 septembre 2016
    Adulé par la critique, De rouille est d’os est bon mais laisse un petit gout de déception tant on pouvait espérer mieux d’un scénario qui joue, de base, beaucoup sur le sentimental. Le rythme est un peu lent, le temps est difficile à cerner avec des scènes qui s’enchaînent mais représentent plusieurs jours/semaines d’écart. Le ton est assez froid (notamment sur le début) et nos deux acteurs, bien que très bon, ont une relation compliquée qui n’est pas toujours facile à suivre. Après c’est vrai que la performance est très bonne et que le final est tout en émotion. Néanmoins on est loin d’être entièrement satisfait par ce film qui ne montre qu’une partie d’une relation sans nous en dire plus que ça.
    Inferno-Da Baka
    Inferno-Da Baka

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 45 critiques

    3,5
    Publiée le 22 juillet 2016
    Un film plutôt divertissant.

    parfois drôle de par le naturel du personnage principal notamment en ce qui concerne les relations sexuelles en guise de service. je mets la table et je couche avec toi si tu veux. pas vraiment de distinction entre les deux :).

    un film un peu émouvant sans pour autant faire chialer dans les chaumières.

    une fin un peu bâclée. on ne sait pas trop ce qu'il advient de la relation entre l'acteur, sa famille et l'actrice.

    je m'attendais à ce que M. Cotillard soit le personnage principal mais finalement non.

    en clair, un film à voir.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 19 juillet 2016
    Du très bon Audiard montrant la relation assez ambiguë entre un homme instinctif modeste et une femme ayant perdus ses deux jambes. Le réalisateur réussit toujours à nous mettre dans le film et ne nous désintéresse jamais de son oeuvre.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 13 mai 2016
    Drame naturaliste à tendance mélo voire mélancolique : l’histoire d’un handicap surmonté, d’une renaissance. Et un sujet courageux, rarement traité au cinéma : le handicap est-il un handicap à l’amour – physique notamment ? La mise en scène est sobre et efficace, mais quelque peu dépourvue d’émotion véritable : malgré tout le talent de l’acteur Belge Matthias Schoenaerts et le jeu honnête de Marion Cotillard, les personnages ne sont pas extrêmement attachants et l’on ne s’intéresse pas toujours à ce qui leur arrive. Peut-être aussi parce que les péripéties parfois capillotractées et les thèmes traités, trop nombreux, empêchent que l’on rentre tout à fait dans ce récit. On ne retrouve donc pas le grand souffle de « Regarde les hommes tomber », d’« Un héros très discret » ou d’« Un Prophète ». Jacques Audiard a du talent, mais on devine qu’il en a conscience désormais, ce qui donne à ce film un ton trop sérieux, quelque peu ampoulé (tu les sens, l’émotion, la poésie, la misère sociale ?), et c’est dommage.
    Anaislo
    Anaislo

    Suivre son activité Lire ses 13 critiques

    4,0
    Publiée le 31 mars 2016
    C'Est un très bon film qui aborde un thème et nous offre regard juste ,sans compassion ,ni artifice .J'ai aimer les jeux des acteurs qui très bon , Matthias Schoenaerts et Marion Cotillard se complète.
    DaeHanMinGuk
    DaeHanMinGuk

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 1 926 critiques

    4,5
    Publiée le 1 mars 2016
    Un scénario moins abouti que celui de « Sur Mes Lèvres », à mon goût le meilleur film de Jacques Audiard mais, bien que plus simple et plus linéaire, l’histoire n’en est pas moins mise au service d’un film vraiment touchant. Que c’est beau ! Vraiment une superbe étude de deux personnages complexes et on est touché en plein cœur par les sentiments que les acteurs arrivent à tellement bien retranscrire. Car, vraiment quel numéro d’acteurs ! Pour faire la fine bouche, j’ai ressenti une petite baisse de rythme vers les deux-tiers du film mais le final est grandiose spoiler: avec un événement qui arrive à point en facilitateur de dialogue entre les deux personnages principaux et
    qui clôt de la plus belle des façons cette si belle histoire. Mention spéciale pour la bande originale qui est vraiment superbe…
    Un film à voir…
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 30 novembre 2015
    En même temps, ce film brille par l'histoire terrible et émouvante de Stéphanie, et en même temps, elle est parasité par pleins de passages sans intérêts.
    Le film commence en suivant le trajet de homme et de son fils, que l'on suppose pas très riche au vu de leurs vêtements, de leurs regards fuyants (ou résignés ?) et des premiers mots que l'on entend "J'ai faim". Et là viens le problème numéro un : tout est fait ici pour montrer que les pauvres sont...pauvres et que la vie est dure (attention les yaourts !). On se dit alors que le film va aborder les problèmes d'argent, de travail, bref de survie à notre époque. C'est bien beau tout ça, mais quelle est leur histoire à cet homme et son fils ? J'ai l'impression d'avoir loupé un épisode : j'aimerais savoir comment ils en sont arrivés là. Mais je n'aurai jamais ma réponse bien sur - trop facile sinon ! Et donc, on zappe sur Stéphanie alors qu'elle vient de se faire tabasser après avoir chauffé puis refoulé un mec en boite. Ali arrive à la rescousse et la ramène chez elle. Bref, on découvre qu'elle est dresseuse d'orque à Marineland. Et là, c'est LE passage magnifique ! Le spectacle des orques, avec les gros plans au ralenti, c'est juste incroyable. J'en ai eu des frissons partout. Et là, alors qu'on a envie de nager avec ses baleines noires et blanches, le drame se passe. Stéphanie est gravement blessée lors d'un accident pendant la représentation avec les orques, et elle se réveille dans un hôpital, seule, et avec les jambes amputées à partir des genoux. Le choc. MAIS pourquoi était-elle laissé toute seule, pas attachée du tout en prévention, sans famille pour veiller sur elle ni personne,...? C'est un hopital pas cher, ok, mais tout de même un hôpital ! Et après cela, on croit que finalement le film va se passer sur cet accident, son combat pour se remettre debout et réapprendre à vivre. Oui et non... Là où je ne comprends pas, c'est qu'elle rappelle Ali, qu'elle n'a vu qu'une fois et pendant même pas deux heures, et qu'elle veut le voir. Autre passage un peu émouvant, quand il la porte jusque dans la mer. Et elle revit, petit à petit, elle revoit sa soeur - oui oui elle débarque ! -, ses anciens collègues, elle ose sortir, elle met des prothèses, elle reconduit,... Le film aurait été superbe s'il s'était contenté de ça. Mais non. A côté, on a des plans culs à droite à gauche, des combats clandestins sans queue ni tête (pourquoi allez se battre alors qu'il a trouvé un job ?), des problèmes de paternité (notamment la violence) et des tonnes de sujets inutiles qui parasitent la beauté du film. Et le Happy End m'a fait un peu rigoler : au début, c'est la misère la plus totale, puis d'un coup, tout le monde est beau et gentil et réussi tout ce qu'il entreprend. Sérieusement...? D'ailleurs, vous m'expliquez le rapport entre le titre et le film ?
    Je me suis ennuyée une grande partie du film, et je ne saurai dire combien de fois j'ai quasiment soupiré de désespoir. Sauf quand, le plus beau sujet à mon avis, Stéphanie se battait pour se reconstruire. Je ne sais pas quoi dire de plus... C'était beau, émouvant, et en même temps bourré de futilité et de répliques lourdasses. Une caractéristique des films sélectionnés au Festival de Cannes peut-être ? J'ajoute quand même que les acteurs sont très bons et que les plans étaient souvent très beaux (même si je n'affectionne toujours pas Marion Cotillard - c'est physique je pense). Par contre, il serait bon de l'interdire au moins de 16 ans (les parties génitales qui se baladent et les "on baise ?", merci, mais très peu pour le Tout Public...).
    Kloden
    Kloden

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 997 critiques

    3,0
    Publiée le 2 septembre 2015
    De Rouille et d'os, clairement, n'est pas le meilleur Audiard. Je ne suis même pas loin de penser qu'après Un héros très discret, c'est le moins bon à ce jour. Son erreur vient d'excès narratifs que je ne peux cette fois pas faire passer sur le compte d'une décortiquation et d'un re-travail de blocs humains et sentimentaux amenés à travers un récit bigger than life. Pour une raison simple, c'est qu'aucun des personnages n'appartient au milieu, que les coups du sort s'abattent trop vite et trop implacablement pour ces gens perdus mais ordinaires dont Audiard se sert de souffre-douleurs et parfois presque de simples véhicules à émotion. Le film est aussi trop écrit, les événements s'entre-choquant entre-eux lors de transitions parfois un poil mécaniques, dont on comprend après coup la place calculée. Et puis, il y a toujours cette distance qu'établit Audiard avec ses personnages, sans doute pour ne pas les rendre trop simplement accessibles, trop lisibles aussi. Ne pas céder par la mise en scène à des effusions grossières, celles pour lesquelles le scénario parait pourtant taillé. Mais l'un des réalisateurs français les plus respectés actuellement n'est pas non plus qu'un roublard, et De Rouille et d'Os dégueule aussi de cinéma, à chaque plan, chaque incessant virage. Je salue comme toujours son écriture, ses climax aux résolutions incertaines, qui ne ferment aucune porte. La guérison de Cotillard, par exemple, ne sera jamais montrée comme définitive, la jeune femme conservant toujours en elle le fantôme de ce qu'elle était avant l'accident. Le personnage est d'ailleurs très beau, lui qui passe d'un statut de princesse (dixit le synopsis) qui semble juger indigne ce que la vie veut bien lui offrir, à celui d'une femme brisée qui se juge indigne de la vie. Schoenhaerts récupère pour sa part un rôle moins gratifiant mais complémentaire, qui par instants rappelle le Cassel de Sur mes lèvres. Le problème c'est que comme je l'ai dit, Audiard tient cette fois beaucoup plus sa caméra à distance du surplus d'empathie qu'il semble craindre. C'est sans doute un bien, puisque cela fait appel à toutes les ressources du spectateur et lui demande de se mêler intimement au récit. Pour ma part, et même si les mélos larmoyants me dégoûtent, il m'en faut souvent un peu plus. Ce plus, il se trouve par éclaircies dans les élans lyriques de la photographie, trait qu'on retrouvait déjà chez Audiard par le passé mais de façon moins marquée. La poésie qu'il utilise ici vient surtout du Soleil et de ce qui lui fait obstacle, rappelant que cette histoire est une constante remontée vers l'air pur, un combat intime d'ombre et de lumière. Elle donne souvent une force incandescente aux scènes les moins subtilement écrites, et je pense qu'après Sur mes lèvres, De Rouille et d'Os s'offre la mise en boîte la mieux réussie de la filmographie de son réalisateur. Le film est donc assez mitigé, frustrant parce qu'il manque réellement de lâcher-prise, d'abandon véritable aux personnages et à leur histoire. Y demeurent des moments de beauté épars, et des performances d'acteur remarquables. Un grand film manqué.
    Amaury F
    Amaury F

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 151 critiques

    4,0
    Publiée le 27 août 2015
    Ce beau mélo à la fois doux et rude, révèle l'excellent Matthias Schoenaerts et confirme le talent exceptionnel de Marion Cotillard, qui a loupé de peu le prix d'interprétation à Cannes.
    Laulau P.
    Laulau P.

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 107 critiques

    4,0
    Publiée le 13 août 2015
    La souffrance de l'acquisition d'un handicap est très bien représenté ! La n'évite de l'aide de l'autre également bâtez vous!
    Nyns
    Nyns

    Suivre son activité 155 abonnés Lire ses 749 critiques

    2,5
    Publiée le 3 février 2016
    Il ne s'est rien passé pour moi pendant le visionnage de De rouille et d'Os, enfin rien... pas grand chose. J'aimerais mettre plus en note vraiment, déjà parce que Jacques Audiard est un des meilleurs réalisateurs français du moment, toutes critiques confondues, ensuite parce que tout dans ce film est maitrisé, et que finalement l’œuvre en elle même est originale. C'est le duo, tandem, de l'affiche qui arbore une relation originale surtout, avec la (re)construction de soi, physique et mentale, qui reste le thème central du récit. Mais j'ai envie de dire, à quoi bon? Ce film ne mène à rien, et surtout je suis étonnée de rester si distante par rapport à l’aspect dramatique de la chose alors que d'habitude je suis très sensible aux histoires d'écorchées de la vie. Mais étrangement, alors on en a peu être un peu trop fait aussi à l'heure ou j'écris ma critique, trop dit autour de ce film, à la fin reste la désagréable sensation de s'être fait berné laisse un gout amer. En tout cas ceci n'a rien à voir avec Intouchables, et il est bien moins noir que je le pensais. La réalisation est de qualité pour résumer (plans, musique, cadrages etc.) mais pour moi on raconte une histoire trop maladroitement et le désintérêt, l'absence du sublime, fait cruellement du tord à l'ensemble. Plus des petites choses par-ci par-là qui m'ont agacées, on a compris qu'elle s'est fait amputé, pas la peine d'abuser des gros plans sur les moignons par exemple. Le meilleur passage est le dernier quart d'heure. Bref, c'est le problème du cinéma d'auteur français, si ça ne parle pas, qu'est ce que ça peut être... lassant.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top