Notez des films
Mon AlloCiné
    Itinéraire bis
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Itinéraire bis" et de son tournage !

    Le duo Leïla Bekhti / Fred Testot

    L'hilarant Fred Testot ... dans un autre registre

    Les paysages et l'accent corses

    Premier long

    Itinéraire Bis est le premier long métrage de Jean-Luc Perreard. D'abord technicien puis réalisateur de making off, il a pu côtoyer des réalisateurs de talent tels que Oliver Stone (Looking for Fidel, Persona non grata), Barbet Schroeder (L' Avocat de la terreur), ou Kevin McDonald (Mon meilleur ennemi).

    La genèse

    Lorsque Jean-Luc Perreard a reçu le scénario d'Itinéraire Bis, l'histoire se situait en Bretagne. Il a souhaité le transposer en Corse pour apporter plus de lumière. "Mon idée n’était pas d’utiliser l’île comme un décor de carte postale, mais de m’appuyer sur son côté sauvage et insulaire qui raconte quelque chose du personnage. J’ai tout de suite imaginé quelque chose de fort visuellement, avec cet homme qui n’a jamais quitté son île. C’est rapidement devenu un point essentiel du scénario", explique-t-il.

    Leïla et Fred

    Jean et Nora, le couple principal du film, sont interprétés par Fred Testot et Leïla Bekhti. Le réalisateur Jean-Luc Perreard explique qu'il recherchait des "personnalités fraîches et d’une réelle humanité". Pour lui, si Fred Testot dévoile sa sensibilité et son esprit enfantin, Leïla Bekhti fait preuve de beaucoup d'humour et d'énergie. "Fred et Leïla se connaissaient peu, mais quelque chose s’est tout de suite créé entre eux. Chacun des deux est habitué à fonctionner en duo, Fred avec Omar Sy et Leïla avec Géraldine Nakache. Du coup, ils avaient cette culture du tandem, les mêmes références d’humour, et je les regardais se vanner en permanence avec une complicité qui, bien que ne reflétant pas du tout la relation de leurs rôles, servait l’énergie du film", précise-t-il.

    La mise en scène

    Itinéraire Bis fait preuve d'une mise en scène dynamique, souvent caméra à l'épaule, pour mieux suivre les personnages tout en leur offrant une certaine liberté. Jean-Luc Perreard considère que la "comédie romantique demande de belles images, de beaux acteurs, une ambiance… L’émotion de certaines scènes ne vient pas uniquement du jeu mais aussi de la lumière et des décors. Pour faire passer l’émotion par l’image, nous avons donc beaucoup travaillé les costumes, les couleurs, les arrière-plans et l’atmosphère." Celui qui l'a aidé a soigné l'image, c'est son chef opérateur Marc Koninckx, qui a choisi de privilégier une palette de bleus et de jaune, "pour obtenir des ambiances correspondant au côté romantique".

    Tournage en Corse

    Le tournage, qui a duré six semaines, s'est déroulé sur l'île de beauté. En ce qui concerne les décors, Jean-Luc Perreard explique que lorsqu'"on cherche un décor précis, soit on a beaucoup de chance, soit on dispose d’assez d’argent pour le recréer, sinon on est déçu de ne pas le trouver". De plus, le réalisateur fait part de la nécessité de s'adapter aux contraintes imposées par les scènes d'extérieures : "Dès le premier jour au petit déjeuner, il a fallu inverser la scène prévue avec celle de l’après-midi, tout simplement parce qu’il pleuvait sur la magnifique plage où nous avions initialement prévu de tourner ! Cela signifiait un autre décor, d’autres costumes, d’autres figurants. Il en a été ainsi pendant toute la durée du film, il fallait pouvoir tout changer, à tout moment… Nous pensions que ces scènes en décors naturels seraient faciles à tourner mais cette année-là, l’été en Corse a été terrible ! Le mois de juin a été catastrophique et nous n’avons fait que jongler entre les jours de pluie et de vent".

    La scène de l'angoisse

    La scène où Fred Testot et Leïla Bekhti se baignent a été plus que compliquée à tourner ! A cause d'une météo peu clémente, elle a été reportée et tournée ailleurs. "Nous l’avons tournée tellement vite que nous avons à peine eu le temps de comprendre si elle était réussie ou non. Nous l’avons filmée en y allant à fond, dans l’eau jusqu’au cou, tournant champs et contrechamps sans nous arrêter, sans même dire "Coupez !". Jusqu’au montage, j’ai eu l’angoisse de savoir si nous l’avions réussie ou pas", confie Jean-Luc Perreard.

    Le choix de Fred

    Fred Testot, qui tient dans Itinéraire Bis son premier rôle dans un road movie romantique, avoue avoir été séduit, certes par le scénario convaincant, mais aussi par le duo qu'il allait former avec Leïla Bekhti. "Sans la connaître vraiment, je sentais que ça pouvait fonctionner", fait-il savoir. Sans compter qu'il appréciait beaucoup le fait que les personnages ne soient pas présentés comme des "caricatures".

    Un gentil mythomane

    Fred Testot avoue avoir été tenté par le côté un peu mythomane de Jean, qui s'invente une vie face à la belle Nora. Il s'est aussi reconnu dans son côté enfantin : "Si vous revoyez la scène où il fait tomber le vélo du pêcheur dans l’eau, vous verrez qu’on l’imagine parfaitement en gamin dans une cour d’école. Il a fait une bêtise et quand l’autre le brusque, sa réaction est celle d’un jeune homme déstabilisé. On touche sa limite, sa vérité. (...) Ado resté dans les jupons de sa mère, il a peur de faire du mal. Un peu mytho, il s’invente sa vie. Cependant, il grandit tout au long du film, au fur et à mesure que sa relation avec Nora évolue. C’était quelque chose de drôle à rendre."

    Nora par Leïla

    Leïla Bekhti, pour se préparer à interpréter la jeune Nora, a imaginé le passé de ce personnage, à première vue antipathique : "Quand je regarde un film, j’adore imaginer le passé des personnages, tout ce que le film ne montre pas. Je me suis donc imaginé que, bien que ne venant pas forcément d’un milieu pauvre, Nora voit d’abord son fiancé, Marc, comme un ascenseur social. Une des scènes qui me touche le plus et qui, à mon sens, la définit parfaitement, est celle où elle se confie et raconte leur rencontre : elle était serveuse dans un bar à Marseille et s’est immédiatement demandée comment il était possible qu’un homme comme lui regarde une fille comme elle. Cette phrase la résume tout entière."

    Leïla Bekhti pousse à nouveau la chansonnette

    Tout comme dans Tout ce qui brille, Leïla Bekhti pousse à nouveau la chansonnette. A la fin du film, on entend en effet la chanson Voyage en Italie, de Lilicub. Une idée proposée par l'actrice : "Mais je ne pensais pas la chanter moi-même!", confie-t-elle. "Quand j’étais plus jeune et que mon frère venait me chercher, il mettait cette chanson à fond et j’adorais rouler avec lui. Nous étions ensemble. C’est un peu le film puisqu’ils roulent beaucoup. Cette chanson drôle et fraîche dont j’aime l’humeur était pour le film, pour mon frère."
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Nomadland (2020)
    • Le Chant du Loup (2019)
    • Le Labyrinthe (2014)
    • Godzilla vs Kong (2021)
    • Nobody (2021)
    • Mortal Kombat (2021)
    • Space Jam - Nouvelle ère (2021)
    • Sans aucun remords (2021)
    • Valérian et la Cité des mille planètes (2017)
    • The Father (2020)
    • Seven Sisters (2017)
    • First Man - le premier homme sur la Lune (2018)
    • Demon Slayer - Kimetsu no Yaiba - Le film : Le train de l'infini (2020)
    • Demain Tout Commence (2016)
    • Wonder Woman 1984 (2020)
    • Madame Claude (2021)
    • Zack Snyder's Justice League (2021)
    • xXx (2002)
    • Amanda (2018)
    • Fast & Furious 9 (2021)
    Back to Top