Notez des films
Mon AlloCiné
    Il était une fois dans l'Ouest
    note moyenne
    4,5
    25552 notes dont 1222 critiques
    répartition des 1222 critiques par note
    813 critiques
    277 critiques
    24 critiques
    70 critiques
    24 critiques
    14 critiques
    Votre avis sur Il était une fois dans l'Ouest ?

    1222 critiques spectateurs

    mr. edward
    mr. edward

    Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 495 critiques

    5,0
    Publiée le 17 avril 2013
    Un classique, du grand cinéma comme Sergio Leone savait le faire.
    Milk shake D.
    Milk shake D.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 36 critiques

    3,5
    Publiée le 8 septembre 2013
    Moins bien que Le bon, la brute et le truand, Il était une fois dans l'Ouest maintient tout de même la barre très haute. La bande son est tout simplement entraînante et les acteurs sont au top de leurs forme. L'histoire peut sembler très simple aux premiers abords mais s’avère efficace en tout point. Seul bémol: les longueur qui cassent le rythme.
    yayo
    yayo

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 1 221 critiques

    5,0
    Publiée le 24 décembre 2010
    Certainement le meilleur Western jamais fait. Acteurs grandiose, musique inoubliable; un chef d'oeuvre du genre.
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 2 668 critiques

    4,0
    Publiée le 9 août 2016
    L'homme à l'harmonica, Henry Fonda en méchant, l'incroyable musique d'Ennio Morricone... Voilà, j'ai enfin vu ce mythe, cette légende. Alors même si pour moi, la trilogie du dollar est encore meilleur au même titre que l'est, Il était une fois en Amérique, Sergio Leone a néanmoins réalisé un très grand film!
    Jean-Jacques_Rousseau
    Jean-Jacques_Rousseau

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 55 critiques

    5,0
    Publiée le 30 novembre 2009
    Un vrai film de bonhommes qui prennent le temps de se jauger et de se flinguer avant de laisser place à la société matriarcale américaine. Un grand film antifasciste.
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 689 critiques

    4,0
    Publiée le 15 juin 2011
    Un western à la Leone brillant et vivant : un plaisir pour les yeux et pour les oreilles (merci à Ennio Moriconne)
    Peichan2
    Peichan2

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 1 431 critiques

    5,0
    Publiée le 9 janvier 2009
    Impressionnant ! Déjà on est bluffé par le talent de sergio léone, et ensuite on est abasourdis par la bande son orchestrée par enio morricone ! Je ne suis pas trop d'accord sur le fait de regarder ce western si vous ne devez en regarder qu'un seul (il y a aussi le bon la brute et le truand par exemple). Mais ce western est tout de même excellent, même si certains reprocheront sa lenteur.
    Zbrah
    Zbrah

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 365 critiques

    4,0
    Publiée le 15 juillet 2014
    Qui n’a pas entendu une fois dans sa vie le thème à l’harmonica de « Il était une fois dans l’Ouest » ? Qui n’a jamais vu, au moins en partie, cette introduction silencieuse dans une gare poussiéreuse située dans le grand ouest américain ? Le film de Sergio Leone, sorti en 1969, ultime demande des producteurs voulant cantonner le maître au genre, a été étrangement snobé lors de sa sortie dans les salles américaines, mais adulé en Europe, et plus particulièrement en France. L’œuvre est tellement culte qu’il est difficile de la regarder une première fois sans apriori. C’est ainsi que je me suis efforcée, l’œil neutre, à voir ce film en ignorant le fait que c’est l’un des meilleurs films de l’histoire du cinéma paraît-il. Pour son western, Leone réunit des "gueules" du cinéma. Il y a tout d’abord Charles Branson. L’acteur, déjà remarquable dans les « Sept mercenaires » de John Struges, récidive huit ans plus tard en interprétant un protagoniste mystérieux et taciturne ne se départant (presque) jamais de son harmonica. C’est de l’homme à l’harmonica que sont nées les petites notes cultes que l’on associe systématiquement au film. Du grand art ! Il y a également Henry Fonda, à l’origine réticent lorsqu’il s’est vu proposer le rôle Frank, qui sera pourtant l’une des plus grandes interprétations de sa carrière. Jason Robards complète le trio de tête d’affiches masculines avec Cheyenne, son génial personnage de loubard au grand cœur. Une seule femme à l’affiche, et pas n’importe laquelle. La sublime actrice italienne Claudia Cardinale apporte sa sensualité, sa douceur mais aussi sa forte personnalité aux arides terres américaines. Tout ça pour dire que la distribution est à l’image du film : magistrale ! Le cinéaste italien prend tout son temps pour narrer son histoire. Tout comme son introduction d’un quart d’heure intrigante et largement dispensable à l’intrigue, Leone ne joue pas sur l’économie des minutes. C’est une audacieuse force mais aussi un pari risqué. Une longueur restant une longueur, il est parfois difficile de maintenir l’attention totale du spectateur. Mais globalement, le pari est gagné ; les 2h45 passent rapidement. La trame de l’histoire, bien que pas vraiment jalonnée d’évènements marquants, est bien ficelée. Elle trouve un magnifique dénouement dans l’ultime confrontation de Branson et de Fonda. Accompagnée par la musique de Morricone, cela donne sans conteste l’une des plus grandes scènes de l’histoire du cinéma. En parlant du maestro italien, jamais un film n’avait à ce point mis en valeur ses compositions. Le but de Sergio Leone semble avoir été de réaliser un western faisant une apologie du silence. L’absence de bande-son rend les thèmes d’Enio Morricone, lorsqu’ils surgissent, encore plus puissants. Comme quoi, la musique si elle est intelligemment dosée, contribue à la définition d’une œuvre et à ce que l’on en retient. « Il était une fois dans l’Ouest » regorge aussi de nombreuses qualités techniques. Sa photographie ensoleillée en met plein la vue, la mise en scène est remarquable -prouvant que Leone n’est pas adulé pour rien- et les décors concoctés par Carlo Leva et Rafael Ferri atteignent un niveau de détails épatants. Les décors naturels ne sont pas en reste avec de sublimes étendues sauvages rappelant la beauté du grand Ouest américain. Après une telle analyse, inutile de rappeler que « Il était une fois dans l’Ouest » mérite amplement tous les superlatifs qui lui sont régulièrement attribués. Un grand film.
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 1 532 critiques

    5,0
    Publiée le 29 août 2011
    Le plus beau Western de l'histoire du cinéma !!! Un ovni signé par le maitre Sergio Léone qui nous fait passer du rire aux larmes avec la musique magnifique du compôsiteur Ennio Morricone qui y est beaucoup dans la réussite du film et les moyens énormes sont mis en oeuvre comme les paysages desertiques sublimes et un scénario énigmatique et intelligent qui nous fait vibrer de palpitation de plus de 2 heures 30 sans fausses notes. L'histoire tourne autour de quatre personnages, la veuve qui revient au pays apprenant soudainement la mort de sa famille tués froidement incarné avec glamour et gravité par Claudia Cardinale, le tueur sans scrupules incarné par Henry Fonda dont c'est le premier role de méchant au cinémla et l'un des meilleurs de sa carrière, le curieux personnage de l'homme à l'harmonica malin interprété par Charles Bronson dont le regard en dit long et Jason Robards, vieux barbu truand au grand coeur. C'est remarquablement filmé, des gros plans sur des visages de cowboys mal rasés au regard d'acier, c'était le Western spaghetti de la grande époque. Tout est sublime dans le film, Sergio Léone était un cinéaste de génie qui nous manque beaucoup, des réalisateurs de sa trampe, on en voit pas beaucoup aujourd'hui. "Il était une fois dans l'Ouest" est un pur chef d'oeuvre.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 700 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    5,0
    Publiée le 13 juillet 2013
    Véritable point de croisement entre les approches américaines et italiennes du western, Il était une fois dans l’ouest devient en tant que tel un phénomène cinématographique incontournable et une peinture étonnamment tragico-épique d’un univers en pleine transition. Son scénario, auquel ont participé Dario Argento et Bernardo Bertolucci, est en effet une image d’un pays qui, de l’état de territoire où la liberté s’est muée en barbarie, va entrer dans une ère d’industrialisation au risque d’y perdre son identité propre, autrement dit la fin de ce rêve américain jamais atteint. Le héros qu’incarne Charles Bronson, un être iconique, anonyme et en quête de vengeance, figure récurrente du western spaghetti, mais aussi Le cheyenne et Frank, respectivement interprétés par Jason Robards et Henry Fonda, sont en effet les symboles de cet univers régi par la loi du plus forts, personnages qui disparaitront un à un pour laisser place, dans sa magnifique scène finale, à un immense chantier où, au milieu des hordes d’ouvriers harassés, se meut la splendide Claudia Cardinale. Ce ne sont tous là que des acteurs terriblement charismatiques, peut-être dans les meilleurs rôles de leurs carrières, même si le fait de voir Henry Fonda, jusque là enfermé dans son image de gendre idéal, dans la peau d’un criminel sans scrupule a pu heurter le public américain. La lenteur à laquelle nous est racontée l’histoire n’est en rien préjudiciable tant elle nous permet de profiter la beauté avec laquelle Sergio Leone filme ses personnages et ses immenses décors désertiques, faisant de chaque scène un moment de cinéma mythique, et ce dès son générique d’ouverture, le plus long de l’histoire du cinéma, où l’enivrante musique d’Ennio Morricone accompagne des images tout aussi inoubliables. Le ton dramatique que cette fresque légendaire a su apporter au genre relève ni plus ni moins de la révolution artistique.
    Kalie
    Kalie

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 955 critiques

    4,0
    Publiée le 25 juillet 2015
    Des séquences mythiques pour un film inoubliable pour peu que l'on ne soit pas réfractaire au style de Sergio Leone (lenteur, silence oppressant). La longue scène d'ouverture avec l'attente de l'arrivée du train en gare donne le ton. Henry Fonda, Claudia Cardinale et Charles Bronson constituent une distribution de rêve. Les seconds rôles ont tous la gueule de l'emploi. Et le film gagne en ampleur avec la musique d'Ennio Morricone.
    🎬 RENGER 📼
    🎬 RENGER 📼

    Suivre son activité 2238 abonnés Lire ses 5 880 critiques

    4,0
    Publiée le 25 janvier 2011
    Véritable chef d’œuvre du 7ème Art en matière de western, alors que l’on pensait avoir tout vu de la part du cinéaste, surtout après sa remarquable trilogie de « L’Homme sans nom » avec Pour une poignée de dollars (1966), Et pour quelques dollars de plus (1966) & Le Bon, la brute et le truand (1968), Sergio Leone prouve qu’il a encore de la ressource avec Il était une fois dans l'Ouest (1969). Enième western spaghetti, sans la présence de Clint Eastwood, mais admirablement porté à l’écran par un trio hors pair, à savoir : Charles Bronson, Henry Fonda & Claudia Cardinale. Le cinéaste nous bluffe par sa mise en scène, ses célèbres cadrages et ses gros plans sur ces fameuses gueules burinés par le soleil. Crépusculaire et contemplatif, Leone continu sans cesse de captiver grâce à la magie de ses westerns, sans oublier l’arme ultime qu’il dégaine à chaque fois, la B.O qui fait toute la différence, avec ici, les célèbres airs d’harmonica, que l’on doit au maestro, celui que l’on ne présente plus : Ennio Morricone !
    7eme critique
    7eme critique

    Suivre son activité 245 abonnés Lire ses 2 778 critiques

    5,0
    Publiée le 15 mai 2015
    Rien que la scène d’introduction annonce à elle seule un très grand moment de cinéma ! Après sa trilogie du Dollar terminée en apothéose avec "Le bon, la brute et le truand", Sergio Leone nous propose encore un film dantesque avec ce "Il était une fois dans l'Ouest". Une réalisation d'une main de maître, un scénario prenant, un casting aux gueules fabuleuses (Fonda, Bronson...), et bien évidemment, l'inoubliable composition d'Ennio Morricone...quelle bande son ! Bercé par l'harmonica et le son des revolvers, Leone offre une fois de plus au spectateur, un western digne de ce nom, voire carrément une référence en la matière. Somptueux !
    Jerem69tt
    Jerem69tt

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 376 critiques

    3,5
    Publiée le 14 janvier 2015
    Le western n’est pas mon type de film préféré, mais ce Once upon a time in West est plutôt bon. Pourtant il est très lent et long sur le début avant que l’histoire ne se mette en place mais se rattrape un peu après avec un quatuor de personnages (la femme, le bon, le méchant gentil et le méchant méchant (pour résumer)) qui tiennent vraiment bien leur rôle et qui donnent à ce film l’ambiance western qui reste si particulière et unique. Le scénario est intéressant, l’action également. On regrattera quand même ce manque de rythme et ces quelques longueurs mais ce western spaghetti, bien que légèrement moins connu que le bon, la brute et le truand est de niveau quasi équivalent.
    Typi35
    Typi35

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 483 critiques

    5,0
    Publiée le 15 septembre 2010
    Si on croyait qu'un western de Sergio Leone ne pouvait exister sans Clint Eastwood, Charles Bronson nous prouve le contraire. Une mise en scène incroyablement organisée et un scène devenue -à égalité avec une autre...- la plus poignante du genre.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top