Notez des films
Mon AlloCiné
    Il était une fois dans l'Ouest
    note moyenne
    4,5
    25489 notes dont 1221 critiques
    répartition des 1221 critiques par note
    813 critiques
    276 critiques
    24 critiques
    70 critiques
    24 critiques
    14 critiques
    Votre avis sur Il était une fois dans l'Ouest ?

    1221 critiques spectateurs

    Marceau G.
    Marceau G.

    Suivre son activité 307 abonnés Lire ses 365 critiques

    5,0
    Publiée le 20 mars 2014
    "Il était une fois dans l'Ouest" incarne par excellence le "Western Spaghetti", mais à la fois le Western classique ! Avec son point de vu sur "la conquête de l'Ouest Américain" et sa critique de l'expansion des chemins de fers et de la colonisation, ce film enterre d'une certaine manière le mythe du Western (Hollywoodien). Mais c'est aussi un sommet du genre, Sergio Leone sublime son film par sa mise en scène, qui atteint son paroxysme, et avec ça, tous les ingrédients d'un chef d'oeuvre du maître réunis ; gros plans à foison, suspenses grandioses, gueules patibulaires, musique magistrale signée Morricone... Qui n'a jamais chantonné ou siffloté le culte et terrible "Ouin, ouin ouiiin, ouiiiiin" de l'homme à l'harmonica, alias Charles Branson ?! Cette musique est, comment dire... MAGISTRALE, REMARQUABLE, GRANDIOSE... Oui, c'est ça ! Tous les acteurs sont stupéfiants ; Charles Bronson, le vengeur à l'harmonica, Henry Fonda, le méchant diabolique, sadique, terrifiant, génial (!), Claudia Cardinale, qui apporte un peu de féminisme et de délicatesse dans ce monde d'homme, de brutes, et pour finir Jason Robards, dans le rôle de Cheyenne, un bandidos et aventurier qui n'est pas aussi cruel qu'il le fait penser... Sergio Leone nous passionne, nous émerveille, avec cette ambiance, cette musique, cette mise en scène et ces acteurs ! Il sublime l'Ouest Américain, sa poussière, sa violence, avec ces longues scènes de suspense, à l'image de la première ; quand la bande de bandits attendent l'homme sans nom de l'histoire, l'harmonica ; la mouche, la goutte d'eau, l'éolienne qui bouge doucement en faisant du bruit... Cette séquence est insoutenable et passionnante à la fois ! Elle montre à elle seule toute l'ampleur du génie de Leone. Donc voilà, je crois que c'est assez bien résumé, "Once upon a time in the West", ou "C'erra una Volta il West" est un Western mythique et culte, intemporel, magnifique ; ça fait beaucoup de superlatifs, mais ce film les mérites largement et bien plus encore... Vraiment, je me souviens quand je l'ai vu pour la première fois, j'étais émerveillé, c'était un Western avec un grand W, du Cinéma avec un grand C : un chef d'oeuvre !!!
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 5231 abonnés Lire ses 10 428 critiques

    5,0
    Publiée le 6 octobre 2014
    Avec "C'era una volta il West", Sergio Leone n'hèsite pas à s'attaquer à un scènario complexe et ambitieux, oeuvre d'un jeune auteur de 27 piges dont le nom deviendra rapidement très cèlèbre sur le plan de la mise en scène : Bernardo Bertolucci! En tant que scènariste, Dario Argento ètait aussi de la partie! C'est dire! Ce western fabuleux raconte les règlements de comptes entre bandits et fermiers, aventuriers et propriètaires terriens, dans un style hyper brillant, voire endiablè! La distribution amèricano-italienne est sans doute l'une des meilleures qu'on pouvait rèunir à l'èpoque ; elle comprend Charles Bronson / l'homme à l'harmonica, Henry Fonda, Jason Robards dit « le Cheyenne » , Gabriele Ferzetti, Paolo Stoppa, Woody Stroode et une Claudia Cardinale juste belle à tomber! En presque 3h, on sent vivre ces personnages comme si l'on passait dix jours avec eux, le roi Leone transformant le western spaghetti en grand spectacle apte à concurrencer les productions de Hollywood! Ennio Morricone, quant à lui, signe une bande son aussi mythique que le duel final entre Bronson et Fonda! C'est donc un incontournable dans l'histoire du cinèma où Leone, spècialiste du western à l'italienne et battant Hollywood sur son propre terrain, a parfaitement rèussi dans ce domaine en signant une oeuvre maîtresse du western spaghetti...
    Roy Batty
    Roy Batty

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 215 critiques

    5,0
    Publiée le 12 septembre 2014
    Premier volet de la fameuse trilogie de Sergio Leone sur l’histoire américaine ou, pour nous autres français, les "Il était une fois…", ce western est également son dernier ("Il était une fois la révolution" n'étant pas, à proprement parlé, un western). D’ailleurs, plus qu’un western, "Il était une fois dans l’Ouest" est un véritable opéra baroque mêlant violence, désespoir, tristesse et un peu de joie quand même. La mise en scène de Leone y est pour quelque chose. Ses gros plans mythiques, ses longues scènes sans dialogue, tout cela contribue à faire entrer ce film dans la légende. Ajoutons à cela des acteurs au sommet (Fonda, Bronson, Cardinale, Robards), des dialogues savoureux, une musique d’anthologie du grand Ennio Morricone (une de mes B.O. préférées et je me demanderai toujours pourquoi elle n’a pas eu l’oscar de la meilleure musique) et on obtient le meilleur western jamais réalisé.
    MaCultureGeek
    MaCultureGeek

    Suivre son activité 857 abonnés Lire ses 1 224 critiques

    5,0
    Publiée le 19 juillet 2014
    Peut-on dire qu'il existe dans le monde du cinéma un western aussi brillant, passionnant novateur et maîtrisé que ce "Il était une fois dans l'Ouest"? Sincèrement, je ne pense pas, et je vais vous dire pourquoi dans cette critique qui s'annonce particulièrement longue, vu le nombre de choses que j'ai à dire sur ce chef d'oeuvre du cinéma. Qualifier ce long-métrage de superbe western serait trop peu dire. Car oui, en effet, " Il était une fois dans l'Ouest" est bien plus qu'un irréprochable film, c'est aussi une oeuvre profonde, recherchée et originale. Vous pourrez essayer de trouver tous les défauts que vous voudrez, vous ne réussirez pas à en déceler un seul : chaque plan de caméra, chaque scène, chaque dialogue trouvent leur utilité dans le métrage et sont réellement travaillés. Il n'y a pas à dire, Sergio Leone vient de nous livrer une oeuvre d'art. Pourquoi ce film est-il meilleur, à mon goût, que Le bon, la brute et le truand, par exemple? Tout simplement parce qu'il prend son temps pour nous narrer une histoire criante de réalisme et d'authenticité, à s'en demander si elle n'est pas vraie. Je sais bien que le western que j'ai choisis en exemple prend lui aussi son temps pour raconter son histoire, mais il ne détient pas le même effet dramatique, la même portée cinématographique. Bon, bien sur, c'est une question de goûts; certains préféreront "Le bon, la brute et le truand" mais pour ce qui est de mon cas, je préfère "Il était une fois dans l'Ouest", que je pense, et cela n'engage que moi, plus approfondi dans son sujet et plus original. Attention, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : Le bon, la brute et le truand est très original, mais pas de la même façon que son concurrent direct. Bon, il n'y a pas de réelle concurrence, puisque les deux ont été réalisés par Sergio Leone... Bon, comme cette critique va s'avérer être plutôt longue, je vous invite, si l'envie vous en dit, à voir la suite en cliquant sur le lien ci-dessous, qui vous montrera la parie finale de mon travail sur ce pur chef d'oeuvre qu'est " Il était une fois dans l'Ouest".
    Chuck Carrey
    Chuck Carrey

    Suivre son activité 225 abonnés Lire ses 576 critiques

    5,0
    Publiée le 10 septembre 2013
    L'un des meilleurs western du maître en la matière : Sergio Leone. La mise en scène est très réussie, les décors et certains plans sont superbes et la BO est tout simplement parfaite, complètement en accord avec le film, parfois légère, parfois angoissante. Écrite bien sur par le compositeur attitré de M. Leone : Ennio Morricone qui n'en finit pas de faire des BO d'exceptions. Le casting est prestigieux et les acteurs excellents (Claudia Cardinale est magnifique). Le seul film qui donne envie d'apprendre à jouer de l'harmonica. Un chef-d'oeuvre.
    Chris46
    Chris46

    Suivre son activité 314 abonnés Lire ses 978 critiques

    4,5
    Publiée le 27 juillet 2019
    " Il était une fois dans l’Ouest " Western mythique de Sergio Leone . L'histoire se déroule à l’époque du Far West dans l'Ouest américain . Beth McCain un fermier est sauvagement assassiner avec ses enfants par Franck ( Henry Fonda ) un homme de main qui travaille pour le compte d'un certain Morton ( Gabriele Ferzetti ) . Morton a fait assassiner Beth McCain par Franck pour récupérer ses terres qui ont énormément de valeur depuis que le chemin de fer doit y passer . Jill ( Claudia Cardinale ) la femme de Beth McCain hérite alors des terres de son mari et devient très vite la nouvelle cible de Morton et de son bras droit Franck qui veulent récupérer les terres . Elle reçoit de l'aide d'un mystérieux homme à l'harmonica ( Charles Bronson ) qui a également un différent avec Franck ... Quelques années après avoir mis en scène trois Western dans sa trilogie culte du dollars ( ” Pour une poignée de Dollars " , " Et pour quelques Dollars de plus " et " Le Bon , la Brute et le Truand " ) avec Clint Eastwood en vedette , le réalisateur Sergio Leone avait envie de s’éloigner un peu de l’univers du western pour se consacrer à un projet différent et assez ambitieux celui d’adapter sur grand écran le livre " The Hoods " de l’écrivain Harry Grey une histoire de mafia et de gangster situé dans les années 30 aux États Unis ( qui deviendra bien des années plus tard le film " Il était une fois en Amérique " ) . Mais ses producteurs ne l’entendait pas de cette oreille car ils voulaient qu’il continue à réaliser un nouveau Western car c’est ce qui plaisait le plus aux gens à ce moment là et qui rapportait énormément . Sergio Leone très sceptique au début à l’idée de réaliser encore un Western fini finalement , après mûre réflexion , par se laisser convaincre et accepta la proposition à la condition de faire un Western assez différent de ses prédécesseurs , quelque chose d’assez nouveau à l’époque et de beaucoup plus ambitieux par rapport à ses précédents western ( une sorte de grande fresque se déroulant à l’époque du Far West avec des personnages fort et charismatiques ) . Il repoussa donc l’adaptation ciné du livre " The Hoods " à plus tard et se lança dans ce Western ambitieux qui aura pour titre " Il était une fois dans l’Ouest " . Et quelle bonne idée il a eu la car il signa avec " Il était une fois dans l'Ouest " l'un des plus grands western de l'histoire du septième art et par la même occasion l’un des plus grands films du cinéma tout genre confondus . Le scénario est géniale et vraiment prenant . L’histoire va nous tenir en haleine jusqu'au bout avec cette femme qui va lutter contre des bandits mener par un tueur impitoyable nommer Franck qui vont tout faire pour lui voler ses terres . Dans sa lutte contre les bandits elle sera aider par un mystérieux homme qui ne lache pas son harmonica fétiche et sa va être explosif ce qui va donner lieu à son lot de tension , de violence , de suspense , de dialogue savoureux , d’humour , d’émotIon et d’action dans une pléiade de scènes cultes graver dans les mémoires spoiler: ( la scène d’ouverture à la gare avec les 3 personnages qui attendent le train , le massacre de Beth McCain et de ses gosses , les scènes avec l'homme à l'harmonica , le duel finale ...) . Le film dure 3 heures et on ne les absolument pas passé tellement on est pris dans le film . Donc pour ceux qui serait effrayé par la longueur du film je peut vous assurez que les 3 heures passe comme une lettre à la poste . Les acteurs sont tous époustouflant dans leur rôles respectifs avec en tête le trio mythique composé de Claudia Cardinale , Henry Fonda et Charles Bronson . Claudia Cardinale est magnifique dans le rôle de cette femme qui vient de perdre toute sa famille et qui va devoir faire face a des bandits venu lui voler ses terres . Elle illumine le film par sa présence et sa grande beauté . Henry Fonda est tout simplement époustouflant dans le rôle de Franck ce tueur à gage impitoyable qui ne connait ni la pitié , ni la peur ni les remords et qui va tout faire pour récupérer les terres de Claudia Cardinale . Henry Fonda dans le rôle d’un méchant c’était un vrai pari . Il respirait la gentillesse et personne ne le voyait dans un rôle de méchant et encore moins dans un rôle de tueur impitoyable et sans pitié . C’est Sergio Leone qui a vu le potentiel de Henry Fonda pour jouer un méchant et qui décida de lui confier le rôle . Et quelle bonne idée il a eu une fois de plus . Henry Fonda incarne l’un des méchant les plus charismatique et mémorable du 7e art . Lui qui avait l’habitude de jouer des rôles de gentil cassa vraiment son image et montra à tous qu’il avait d’autre corde à son arc et qu’il pouvait jouer d’autres rôles . Et enfin Charle Bronson est juste exceptionnel dans son rôle d'homme à l'harmonica ce personnage mystérieux et intriguant devenu culte qui apporte son aide à Claudia Cardinale pour se débarrasser de Franck et de sa bande de bandits . Jusqu'à la fin du film son personnage est vraiment intriguant car on ne sait pas pourquoi il cherche Franck ( Henry Fonda ) jusqu'à la révélation finale assez innatendu . Il est également drôle car il ne se sépare jamais de son Harmonica et quand il a un différent avec quelqu’un au lieu de lui parler ou de l’affronter il joue de la musique ce qui agace fortement ses ennemis et c’est vraiment amusant . Chacun des acteurs déborde de charisme dans leur rôle . Ils donnent vraiment de l'épaisseur à leurs personnages et ils ont l'air si réel . Au niveau du casting c’est une réussite totale . C’est difficile d’imaginer maintenant d’autres acteurs dans leurs rôles . Ils étaient fait pour jouer leurs personnages . La mise en scène de Sergio Leone est exceptionnelle . Lui qui voulait faire quelque chose de novateur on peut dire qu’il a réussit son coup tant il a vraiment renouvelé le genre du Western nottament dans sa mise en scène avec les lenteurs qu'il met dans son film pour faire grimper la tension et accentuer le suspense nottament pendant les duels entre les personnages sur lequel il fait des zoom et qui sont filmé en gros plans . Ses techniques de mise en scène rendent les duels encore plus intense et tendu . La reconstitution du Far West est splendide grâce à de superbes costumes et décors reconstituer dans de magnifique paysages qui nous dépayse totalement . On s’évade avec un énorme plaisir dans cette époque du Far West magistralement reconstitué . La musique de Ennio Morricone est tout simplement mythique et accompagne chaque scènes magistralement nottament pendant les duels entre les personnages dont la musique magistral rendent les duels vraiment intense . La musique à l'harmonica est graver dans les mémoire pour toujour . On peut dire que Sergio Leone qui voulait réaliser un Western différent de tout ce qui se faisait à l’époque et de beaucoup plus ambitieux a largement réussit son pari tant son " Il était une fois dans l’Ouest " est grandiose et est devenu une œuvre majeure du septième art qui connu un immense succès à sa sortie en salle en 1969 ( il y a 50 ans déjà ) avec près de 15 millions d'entrées rien qu’en France . Un très grand classique .
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 439 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,5
    Publiée le 9 mars 2014
    Avec "Il Était une fois dans l'Ouest" Sergio Leone revisite la conquête de l'ouest Américain et nous livre un western qui, plus de 45 ans après sa sortie continue de fasciner et de jouir d'une très grande réputation. Il nous fait suivre le destin de Jill et de ses terres, alors que son mari est tué avec ses trois enfants, convoité par Morton, magnat du chemin de fer, et viendront se mêler un mystérieux homme sans nom et Frank, un assassin payé par Morton. Que dire de ce western, que sa réputation est méritée ? Bien évidemment, rare sont les fresques aussi captivante et fascinante, un western où même les défauts (une ou deux incohérences, dont la balle perdu de Charles Bronson) deviennent des qualités qui ne font qu'installer ce film au rang de mythe. Le rythme est plutôt lent, mais il n'ennuie jamais, bien au contraire on en redemanderait, les vastes plaines sont grandioses et magnifique, la longue scène d'ouverture est magistrale et rarement des personnages n'ont été aussi fascinant, attachant, charismatique et classe, que ce soit Henry Fonda qui casse son image de gentil en incarnant l'assassin aux yeux bleus ou Charles Bronson qui endosse le costume de l'homme sans nom laissé vacant par Clint Eastwood après la trilogie du dollars. Les interprétations sont superbe, que ce soit les deux déjà cités auxquels on pourra rajouter la magnifique Claudia Cardinale ou encore Jason Robards. Techniquement Leone est au sommet, que ce ne soit pas sa mise en scène, ses cadrages... Il manie le cynisme, la fatalité, la dramaturgie ou encore les légendes de belle manière et il use de la violence à des fins politiques en venant dénoncer la corruption, le nabab des chemins de fer, la destruction des paysages de l'ouest, la justice vis à vis des colons sans jamais que tout cela vienne alourdir le récit. La photographie est magnifique et visuellement c'est superbe, le cadre de l'ouest et des grands espaces est parfaitement maitrisé par Leone, ce qui va accentuer l'atmosphère poussiéreuse du film. Et "Il était une fois dans l'Ouest" est rythmé par le son de l'harmonica et de la bande son de Ennio Morricone. Pas besoin d'en dire plus, Leone signe l'un de ses plus grands films, à ranger entre "Le Bon, la Brute et le Truand" et "Il était une fois en Amérique". Une œuvre d'art fascinante, belle et captivante.
    jimmyc
    jimmyc

    Suivre son activité 102 abonnés Lire ses 135 critiques

    5,0
    Publiée le 12 juin 2013
    Que dire de ce monument .... Ces longs silences qui préviennent d 'un moment intense à chaque instant? La bande originale signée Ennio Morricone ? La mise en scène ou les gestes lents dominent en totalité les images d'une grande beauté ..? Après avoir inscrit les codes du western spaghetti dans la trilogie du dollar, Sergio Leone revient pour son film le plus abouti, Il Etait Une Fois Dans L’Ouest où une nouvelle fois il rend hommage aux films de Ford et de Hawks et impose son style de western opéra. Sergio Leone encore une fois change les codes (gros plans sur les visages en sueurs etc...) Après sa trilogie du dollar, Sergio Leone réalise son chef d’œuvre ultime, Il Etait Une Fois Dans L’Ouest où l’originalité de sa mise en scène est à son paroxysme et le style scénaristique intelligent. Le genre inspirera de nombreux réalisateurs contemporains : Quentin Tarantino par exemple ...
    The Cinephile World
    The Cinephile World

    Suivre son activité 105 abonnés Lire ses 607 critiques

    5,0
    Publiée le 29 janvier 2014
    Un très grand classique des films du genre western, c'est culte, et ça en restera. La principale raison pour laquelle ce film est culte, c'est pour les musiques qui sont tous simplement inoubliables, il s'agit de la principale raison pour laquelle le film vaut le coup. Franchement, le compositeur de ce film, Ennio Morricone (compositeur des films '' Pour une Poignée de Dollars '', '' L'oiseau au plumage de cristal '' et '' Il était une fois en Amérique '') est un grand, rien que pour avoir composé les musiques de ce film. Bon je vais peut être décevoir certains fan du film, mais bon, on est très loin de mon western et de mon film préféré. Mais Sergio Leone a crée un style de western qui a su révolutionner ce genre de film. Mais ce style ne plaira peut être pas à tout le monde, en effet, il faut savoir que Sergio Leone avait parfois tendance à réaliser des films lents. Mais ce western a toutes les qualités qu'il faut pour faire un bon western. Pour commencer, la réalisation de Sergio Leone est superbe, les plans de cameras sont parfaits, et laissent souvent place à de très beaux décors. La scène d'introduction est exceptionnelle grâce à l'exceptionnelle musique composée par Ennio Morricone. Le scénario est excellent, bon il est vrai que c'est le genre d'histoire que l'on voit dans à peu près tous les westerns, mais peu importe, néanmoins ça reste du pur western comme on l'aime. Même si j'ai trouvé le film captivant et très intéressant à suivre, je trouve que certaines scènes sont un peu longues à venir, en effet, j'ai trouvé qu'il y avait quelques passages ennuyeux, mais ça se pardonne vite. Les personnages sont excellents et possèdent des qualités qui peuvent les rendre attachants. Le personnage principal interprété par Charles Bronson est génial, dès le début du film, une histoire de vengeance est en lui, et rend le personnage très intéressant. Les scènes d'actions sont cultes elles aussi, surtout la scène finale qui est magistrale où l'on apprend la révélation finale. Les acteurs sont excellents, Charles Bronson et Henry Fonda sont parfaits et livrent de très belles interprétations. spoiler: L'histoire se déroule dans une ville fictive de l'Ouest américain lors de la construction du chemin de fer qui relie les deux cotes américaines. Jill, une jeune femme, arrive tout droit de la Nouvelle Orléans pour s'installer chez son nouvel époux, Mc Bain. Cependant en arrivant elle découvre celui ci, ainsi que ses trois enfants, fraichement assassinés. On accuse alors Cheyenne, un bandit renommé et sa bande. Le véritable tueur s'avère en fait être Frank, un homme engagé par Morton, le magnat de la ligne de chemin de fer, qui souhaitait intimider Mc Bain puisque celui-ci possédait les terres sur lesquelles devaient passer le train. Seulement Morton ne s'attendait pas, d'une part à ce que Frank soit aussi radical et d'autre part à ce que la nouvelle femme de Mc Bain arrive et hérite de la propriété. En même temps descend du train un mystérieux homme jouant de l'harmonica. On ne connaît alors pas ses motivations mais il semble animer par la volonté de tuer Frank. En conclusion, '' Il était une fois dans l'Ouest '' est un très grand classique qui a révolutionner le genre western. Du grand Sergio Leone. Un Chef d'Oeuvre, 5/5.
    Real C
    Real C

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 930 critiques

    5,0
    Publiée le 26 janvier 2014
    Un western mythique du grand Sergio Leone. Même sans Clint Eastwood ni Terrance Hill, ce film montre qu'avec un scénario bien ficeler, une réalisation impeccable et des personnages de légendes (l'homme à l'harmonica est tout bonnement mythique), un chef d'oeuvre culte peut naître. Mention spécial à tous les acteurs qui jouent justes.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1961 abonnés Lire ses 3 132 critiques

    5,0
    Publiée le 3 janvier 2014
    A mes yeux, c’est LE film de Sergio Leone. Tout y est. Dès l’introduction il y a ce génie de la mise en scène qui se met en place. Il y a également tout le talent d’Ennio Morricone qui nous sort là ce qui restera le morceau le plus mythique du western. Et là encore, je ne parle que de l’intro. Ce film accumule les scènes cultes, les acteurs charismatiques, et surtout, il traduit effectivement tellement ce qu’est l’Ouest américain. Plus qu’une déclaration d’amour à l’Amérique, au genre du western, ou bien même au cinéma, ce film est juste pour moi l’une des expressions les plus abouties de ce qu’est le septième art. Merveilleux.
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 118 abonnés Lire ses 694 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Peut-être le plus grand film de Sergio Leone, maître d'un genre pourtant américain jusqu'à son arrivée. Il révolutionne le western en jouant avec ses codes, introduit de l'humour, de la violence, du réalisme et de la magie... Ce que je trouve fascinant dans son oeuvre et en particulier ici, c'est la façon dont il gère le temps. Il fait ce qu'il veut à ce niveau-là, aussi bien capable d'enchaîner un long plan-séquence immobile avec une scène spectaculaire. Mais dans les deux cas, le spectateur est complètement fasciné par cet étrange pouvoir de séduction. Il faut aussi signaler qu'il est aidé par un élément en plus, à savoir la célébrissime musique d'Ennio Morricone. La distribution était encore une fois un coup de maître, d'Henry Fonda à Charles Bronson en passant par Jason Robards et un rôle féminin magnifique (Claudia Cardinale!!!). Tout s'apparente à un chef-d'oeuvre mais encore une fois, ce qu'on retient de ce film culte, c'est la maîtrise du temps hallucinante de Leone. Il est le seul à avoir réussi cela, et c'est ce qui fait qu' "Il était une fois dans l'ouest" est un conte unique.
    x-worley
    x-worley

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 350 critiques

    4,5
    Publiée le 3 janvier 2013
    Un western légendaire qui n'a rien perdu de sa violence, de sa fougue et de son pouvoir de fascination. Le western le plus virtuose, le plus beau jamais réalisé avec "Le Bon, la brute et le truand".
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1530 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    5,0
    Publiée le 29 janvier 2013
    Le western le plus légendaire de l'histoire du cinéma,et accessoirement mon film préféré."Il était une fois dans l'Ouest"(1968)assume totalement le fait de rendre mythique les cows-boys et la fin de la Conquête de l'Ouest.Sergio Leone a voulu montré qu'au début du XXème siècle,la création du chemin de fer et l'arrivée de capitalistes fortunés allait signer l'acte de mort des hommes à l'ancienne,ceux qui se battent en duel,et qui prennent le pouvoir par leur charisme.Son film est une élégie sur l'Ouest américain,autour de 4 personnages iconiques,chacun à un tournant(souvent fatal)de son existence.Jill McBain reprend la ferme familiale après le carnage de sa nouvelle famille.Claudia Cardinale y est courageuse,vulnérable,exquise.Harmonica attend mystérieusement son heure pour se débarrasser d'un passé encombrant(Charles Bronson,divinement impénétrable).Frank,tueur à gages vieillissant,tente de s'adapter aux nouvelles règles commerciales(Henry Fonda,impitoyable et glaçant).Alors que Cheyenne incarne lui le cow-boy romantique,spirituel et mélancolique(Jason Robarts,hyper-attachant).Leone grave son western dans le marbre,en étirant les regards,les silences,les gestes à l'infini;comme dans cette ouverture magistrale sur le quai d'une gare.On a le souffle coupé,à l'affut du moindre détail.La musique d'Ennio Morricone est bouleversante.4 thèmes pour les 4 personnages.Des airs menaçants,romanesques et désenchantés qui pénètrent notre âme.Le chef d'oeuvre des chefs d'oeuvre.
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 303 abonnés Lire ses 1 416 critiques

    5,0
    Publiée le 22 septembre 2016
    Il suffit de cette scène inaugurale, dans une gare inquiétante, pour comprendre que le film auquel on a affaire sera immense, et ce, de bout en bout. Une scène d'attente pour commencer, qui dure, existe seulement grâce aux bruits insolites (celui d'une mouche, de goûtes d'eau tombant sur un chapeau, etc.) et qui capte notre attention parce que son but reste longtemps obscur : au final, des coups de feu, brefs mais terribles, à l'image de ceux qui retentissent dans le film. "Il était une fois dans l'Ouest" montre que Leone est moins intéressé par l'idée de filmer la violence dans la durée que de saisir le moment où tout se déclenche, où le long silence indicatif laisse place au son, net et brutal. De ce film sauvage qui condamne ses personnages à une solitude éternelle, on reste sans voix devant cette pure ambition de cinéma, celle de faire de chaque scène un spectacle en soi mais de toujours garder en tête l'idée de l'ouvrir à un horizon encore plus grand, de faire de cette fresque intime et historique une montée en puissance sur le plan dramatique absolument vertigineuse, jusqu'à un duel final anthologique et bouleversant. Fait d'histoires de vengeance au moment où l'Amérique se construit (les chemins de fer) et d'histoires d'amour impossibles, ce chef-d'oeuvre absolu parvient avec une maestria inégalée à interrompre son souffle tragique et à injecter une dimension comique qui doit autant à l'inventivité des situations qu'à la percussion des dialogues, deux composantes qui ont certainement dû influencer Tarantino. Impossible de ne pas rire devant "Il était une fois dans l'Ouest", mais impossible aussi de retenir ses larmes au moment où Claudia Cardinale arrive à la gare, accompagnée de son thème musical déchirant, ou devant ce plan où sur le trajet en charrette qui suit, Leone filme les grands espaces comme pour dialoguer avec John Ford, au sein d'une proposition de genre radicalement différente. Incarné par un suprême élan lyrique, le film nous emporte tel un torrent sans jamais faiblir avant de nous faire chavirer. Foudroyant !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top