Mon compte
    Carol
    note moyenne
    4,0
    4167 notes dont 383 critiques
    répartition des 383 critiques par note
    76 critiques
    139 critiques
    89 critiques
    51 critiques
    19 critiques
    9 critiques
    Votre avis sur Carol ?

    383 critiques spectateurs

    Christophe L
    Christophe L

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 30 critiques

    4,5
    Publiée le 18 janvier 2016
    L’auteur de Far from heaven évoque ici la passion amoureuse de deux femmes que tout devrait éloigner, la condition sociale, l’âge et le tempérament, dans l’Amérique des années 1950.

    Cette liaison est évoquée ici avec beaucoup de sensibilité et de fièvre (l’une n’excluant pas l’autre), en dépit de la froideur des apparences. Il suffit, pour s’en convaincre, de citer le dernier plan, d’une beauté et d’une sensualité bouleversantes : un échange de regards, de sourires, entre les deux actrices, suffit à susciter le trouble.

    Todd Haynes offre un éblouissant écrin visuel à cette histoire, grâce à la photographie au grain vibrant d’Edward Lachman (chef opérateur régulier du cinéaste américain), qui s’inspire ici tout autant de l’œuvre d’Edward Hopper que de celle du grand Saul Leiter, avec un rendu évanescent, prodigieusement mélancolique, que renforce encore la déchirante partition de Carter Burwell.

    Un mot encore, sur les deux actrices, sans lesquelles le film ne serait sans doute pas animé d’une âme aussi ardente. Cate Blanchett est, comme à son habitude, parfaite. Mais Rooney Mara étonne, exprimant à la fois une grâce fragile – on songe à Audrey Hepburn, et ce n’est pas rien ! – et la détermination.
    Septième Sens
    Septième Sens

    Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 762 critiques

    4,0
    Publiée le 21 janvier 2016
    Par le prisme du cinéma, Todd Haynes replonge sans cesse dans le passé, sûrement pour mieux comprendre le présent. La plupart de ses récits sont situés dans les années 50, et Carol ne déroge pas à la règle. Avec Loin du paradis, le cinéaste avait déjà traité de l’homosexualité dans l’Amérique puritaine. Il récidive aujourd’hui en se penchant sur les femmes, ou l’histoire de deux êtres, Thérèse et Carol, contraintes d’étouffer leur passion réciproque.

    Cela commence par une image de bouche d’égout, donnant au cadre une allure de cage dont on ne peut s’évader. Sans s’interrompre, la caméra se promène dans les rues de Manhattan en un plan-séquence aussi somptueux qu’épuré. Durant deux heures, le film tente de comprendre quel lien entretiennent ces deux femmes aux âmes brisées. Néanmoins, ces trente premières secondes symbolisent avec classe et délicatesse la forme que va prendre cette œuvre. Dans une ambiance aussi conventionnelle (mœurs de l’époque) que magique (période de Noël), Todd Haynes déroule une narration en apparence simple, et pourtant terriblement complexe.

    Prisonnières de leurs corps et des conventions, Thérèse et Carol vont pourtant se libérer. Le temps d’une courte escapade en voiture, passionnante car silencieuse, déchirante parce qu’inéluctable. Lentement mais sûrement, les sentiments enfouis à l’intérieur des protagonistes émergent pour voir le jour. Le cinéaste signe une sorte de pacte avec le spectateur, qui sait très bien où il met les pieds. Le temps suspendu que le réalisateur insuffle à son scénario place Carol dans la catégorie des films aux grandes ambitions.

    Tiré du chef-d’œuvre de Highsmith (The Price of Salt), le long-métrage décrit avec une infinie finesse le tumulte intérieur de ces femmes, totalement opposées. D’une pâleur hivernale surlignant la froideur de son apparence, Cate Blanchett est coincé entre son rôle de mère et celui d’amante. En face de cette (très) grande dame, Rooney Mara montre que la mélancolie lui va à ravir. Incertaine de ce qu’elle est ou de ce qu’elle veut, elle finira par trouver le chemin de l’affranchissement. Toujours accompagnée de la subtile mise en scène de l’américain, en état de grâce.
    Mondocine
    Mondocine

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 293 critiques

    4,0
    Publiée le 12 janvier 2016
    Une exquise douceur entre lumière et mélancolie, étreint ce drame bouleversant au pouvoir de séduction insoupçonnable. Maniériste dans le bon sens du terme, Haynes soigne chaque plan, chaque scène, chaque cadrage, chaque décor, mouvement, détail, trait de lumière ou geste d’interprétation de ses prodigieuses comédiennes, conférant ainsi une immense richesse inouïe à son exercice à la maîtrise suprême. Et le combat impossible et déchirant de ces deux amantes devant faire face à l’opinion réductrice, s'en trouve sublimé, et trouve dans de petites brèches discrètes, un écho contemporain formidable d’intelligence et de justesse. Une superbe histoire d'amour.
    La critique complète sur Mondociné
    Maureen L.
    Maureen L.

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 24 critiques

    3,5
    Publiée le 19 janvier 2016
    Très beau film, tendre et touchant sur une histoire d'amour entre deux femmes dans les années 50. Cate Blanchett et Rooney Mara, toutes deux nominées pour les Oscars 2016, réalisent deux très belles interprétations. On est assez habitués à voir Cate Blanchett dans ce rôle de bourgeoise sophistiquée, mais on ne s'en lasse pas, dans le rôle de Carol elle reste tout simplement sublime. Rooney Mara réalise quant à elle une interpétation très subtile, douce et nuancée. Les images sont magnifiques et Todd Haynes a su rendre ses actrices encore plus brillantes. On ressent beaucoup de tendresse, de tension sensuelle et mystérieuse entre les deux personnages, mais on pourra regretter que celles-ci ne soient pas encore plus poussées, afin de réellement être immergé dans les sentiments exprimés. On peut aussi regretter que, dans ce contexte des années 50, on ne ressente pas assez le jugement de la société sur les relations homosexuelles. Pour résumer, Carol nous raconte une belle histoire de romance, tendre, sincère et pleine de mystère, mais en allant encore plus loin, ce film m'aurait réellement transporté ! Néanmoins c'est un film qui va très bien mûrir dans ma mémoire... :D
    mazou31
    mazou31

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 052 critiques

    4,5
    Publiée le 12 février 2016
    Voilà un somptueux mélodrame, d’une beauté, d’une délicatesse et d’une intelligence hors du commun. Histoire d’une fascination entre deux femmes, l’une bourgeoise mure, resplendissante, riche et mondaine, l’autre jeunette, petite vendeuse pour survivre, candide mais peu convaincue de vouloir rentrer dans le moule de l’american way of life. Fascination qui va se transformer en véritable amour… très contrarié. Un film magistral tant la mise en scène est parfaite, les interprétations sublimes, tout en justesse et en retenue, les décors irréprochables, la BO remarquable. Si Rooney Mara, extraordinaire, nous fait penser à Audrey Hepburn, l’œuvre elle-même nous rappelle les chefs-d’œuvre de Douglas Sirk mais avec une retenue et une émotion plus touchantes parce que plus justes. Une splendide réussite.
    Frederic B.
    Frederic B.

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 55 critiques

    5,0
    Publiée le 19 janvier 2016
    A contrario d'un Terrence Malick qui sombre de film en film dans sa propre caricature, Todd Haynes, qui fait lui aussi peu de films, s'élève de film en film vers la perfection.
    Après le sublime "Far from Heaven" (Loin du Paradis) en 2002, l'excellent "I'm not there" en 2007, "Carol" est de ces films qui resteront sans aucun doute dans l'histoire du cinéma.
    Todd Haynes est fascinée par les actrices et par l'âge d'or du cinéma Hollywoodien. C'est son univers et ça se sent. L'étonnant, c'est qu'avec un cinéma très classique, il parvient à une incroyable modernité.
    "Carol", c'est d'une beauté à couper le souffle. Chaque image, chaque plan, chaque travelling, chaque séquence, sont un chef d'oeuvre à eux seuls. Des images d'une telle beauté qui m'ont procuré des émotions photographiques incroyables.
    Et la fascination qu'il a pour les actrices les transcendent littéralement. Cate Blanchett y est divine ! Ronney Mara frise une perfection à la Audrey Hepburn (à laquelle elle ressemble de plus en plus dans le film). Mais Cate Blanchett a vraiment une présence inoubliable à l'écran ! En regardant ce qu'elle offre au réalisateur en terme de photographie, je me disais que celui-ci devait la bénir en la filmant tellement c'est rare !
    Ce film m'a rappelé l'exceptionnel "Mulloland drive" de David Lynch. Pas par le fait qu'il met en scène deux femmes comme personnages principaux, mais plutôt par cet espèce d'évidence visuelle qu'on est là devant un très grand film. Je ne sais pas expliqué ça, c'est comme l'impression que le film était fait d'un bloc d'une grande pureté et qu'il s'écoulait avec une parfaite fluidité.
    C'est peut-être ça au fond un grand chef-d'oeuvre ?
    felix-cobb
    felix-cobb

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 54 critiques

    4,5
    Publiée le 13 janvier 2016
    Todd Haynes livre une splendide fresque romanesque, une incroyable palette de couleurs et de fins sentiments. Blanchett et Mara sont sublimes dans leur antagonisme radical qui s'apprête toujours à imploser. L'image balance toujours entre la netteté et un grain plus sombre, presque moins soigné, comme pour signifier la relation entre Carol et Terry, une relation teinte de masculinité, de féminité, de passion, d'amitié et de filiation. Carol est toujours proche de la perfection, mais sans jamais pleinement l'atteindre : c'est ce qui fait toute la beauté du film.
    framboise32
    framboise32

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 284 critiques

    4,0
    Publiée le 14 mars 2016
    L’histoire est belle. Une histoire d’amour entre une jeune employée de grand magasin, et une bourgeoise mariée et triste au sein de son couple. Avec ce superbe film, le réalisateur rend hommage à l’âge d’or du mélodrame hollywoodien des années 40 et 50. Les costumes, la lumière, la photographie d’Ed Lachman, la mise en scène … Tout est magnifique. Le réalisateur y met néamoins beaucoup de modernité.
    Quant à cette histoire d’amour, à aucun moment du film on nous parle d’homosexualité (ni d’équivalence). On parle de solidarité féminine, d’amitiés entre femmes.
    Le film est porté par deux actrices incroyables. Rooney Mara, récompensée à Cannes, est magnifique. Quant à la talentueuse Cate Blanchett, elle est Carol, parfaite comme d’habitude. Le duo de femmes est magnétique. Les scènes sont très émouvantes.
    Carol est un film élégant, une rencontre amoureuse magnifique, portée par deux actrices talentueuses
    Scorcm83
    Scorcm83

    Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 508 critiques

    3,5
    Publiée le 1 février 2016
    D'aucuns pourraient voir Carol comme une version Hollywoodienne dans les années 50 de "La Vie d'Adèle", et ces personnes n'auraient pas forcément tord. Je m'explique. Plusieurs points communs peuvent lier ces deux oeuvres, déjà au niveau de la caractérisation des personnages. La jeune fille timide troublée par une "femme" sure de sa sexualité ; la différence culturelle qui sépare les deux mondes auxquels ces deux femmes appartiennent à la base. Au niveau des personnages satellites et des ressors scénaristiques également.
    """
    spoiler: Le petit copain de Thérèse qui ne comprend pas son comportement et se retrouve petit à petit rejeté. La séparation obligatoire aux trois quarts du film.

    """
    Etc...

    Cependant, sur la forme, le film diverge et s'oriente vers quelque chose de plus propre, plus symbolique, mais bien plus académique. En effet, Carol est un film visuellement magnifique. Là où le film de Kechiche optait pour un visuel brut, numérique, en caméra épaule, Carol s'oriente vers une mise en scène léchée, esthétisée et posée. C'est justement cette différence de traitement qui m'a plu et qui donne au film sa valeur. Sur le fond, le sujet traité reste le même, seules les problématiques spécifiques divergent mais la thématique reste similaire. Les deux films étudient leur sujet d'un point de vue sociologique et psychologique, mais Carol, de part son encrage historique, propose une dominance du sociologique alors que la vie d'Adèle se concentrait surtout sur le psychologique. De plus, Carol ne couvre que quelques mois de la vie de Thérèse alors que La Vie d'Adèle s'étirait sur une dizaine d'années si mes souvenirs sont bons.

    En bref, même si les deux films présentent des similitudes, Carol propose un traitement suffisament différent pour intéresser. Seulement, selon moi, le film n'atteint jamais la puissance de La Vie d'Adèle, ceci étant du à une mise en scène trop académique et à un scénario beaucoup plus convenu.

    Néanmoins, Carol reste un bon film, intéressant sur la forme et sur le fond mais peut-être un peu trop sage.
    Neo82
    Neo82

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 41 critiques

    4,0
    Publiée le 5 février 2016
    « Carol » est l’adaptation d’un livre de Patricia Highsmith écrit en 1953. L’écrivaine s’était inspirée à la vue d’une riche cliente dans le magasin où elle travaillait pour écrire son histoire pour le moins avant-gardiste étant donné l’époque.

    A bien des égards « Carol » se trouve être un long-métrage d’une élégance rare, porté par deux actrices véritablement au sommet de leur art.

    Cette histoire d’un amour impossible entre deux femmes issues de milieux sociaux différents est d’une extrême douceur et d’une sensualité sans borne. En plus d’une reconstitution parfaite de l’époque, nous avons vraiment l’impression de vivre un vrai retour arrière dans les 50’s. Le long-métrage est renforcé par une photographie sublime et un sens de l’esthétisme inné de la part de son réalisateur, Todd Haynes, qui donne à son film une véritable âme pleine d’amour, de passion et d’une sensibilité touchante. Sans oublier la superbe musique composée par Carter Burwell !

    Mais se sont indéniablement les prestations remarquables de Cate Blanchett et Rooney Mara dont provient la véritable force du film. Effectivement, les deux comédiennes font transparaître une magnifique et magistrale alchimie à l’écran. Elles donnent une ampleur et un souffle romanesque à cette passion insatiable par leur jeu d’actrice d’une perfection absolue qui marquera indiscutablement les esprits.
    cineccita
    cineccita

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 1 420 critiques

    4,5
    Publiée le 3 février 2016
    Une superbe histoire d'amour entre deux femmes dans l'Amérique des années cinquante. On est charmés. Il y a de l'Oscar dans l'air.
    elriad
    elriad

    Suivre son activité 205 abonnés Lire ses 1 509 critiques

    3,5
    Publiée le 15 mars 2016
    Todd Haynes offre une nouvelle fois une magnifique reconstitution des années cinquante, prouvant une fois de plus son immense talent de réalisateur. Tout est soigné, photo, lumière, atmosphère. Les actrices, lumineuses, portent admirablement le film, Cate Blanchett toujours magique et Rooney Mara, touchante avec son faux air de Audrey Hepburn. Pourtant, si j'avais adoré "loin du paradis", il manque ici pour moi un peu de carnation que la pudeur des sentiments interdit, rendant l'ensemble du film trop glacé. Et quand on attend beaucoup d'un film comme c'était le cas avec "Carol", le sentiment de déception pointe à l'arrivée accompagné d'un petit goût de frustration.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 884 abonnés Lire ses 3 973 critiques

    3,5
    Publiée le 6 juin 2017
    Certains choix esthétiques étonnent, car enfin, le méticuleux travail de reconstitution d'époque (modes, voitures, meubles, objets…) est fabuleux, en revanche le réalisateur montre de grosse lacunes en tant que raconteur d'histoires, ainsi la séquence de la réception du télégramme (dont on ne verra jamais le contenu) est très maladroite, mêlant le ridicule (le détective) et l'ellipse inappropriée (le retour de Thérèse). Dommage car cela aurait pu être excellent, ça reste néanmoins très bon avec une excellente performance des deux femmes et une fin magnifique.
    PaulGe G
    PaulGe G

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 607 critiques

    4,5
    Publiée le 6 février 2016
    l'homosexualité féminine dans les années 50 superbement reconstituées n'est pas chose facile surtout quand ces rapports côtoient deux mondes si différents. la bourgeoisie avec ses préjugés est implacable. Ce drame, filmé avec intelligence et raffinement accentue encore la détresse des personnages avec les prises de vue derrière des vitres souvent opaques, quelle maitrise ! tous les comédiens sont parfaits emmenés par la virtuosité et l'élégance de Kate Blanchett - du très grand cinéma américain.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 23 janvier 2016
    Malgré un scénario très décevant qui propose une deuxième partie assez lente et ennuyeuse, la réalisation de Todd Haynes, habile et intéressante, rend le film honorable. Enfin, les actrices, formidables de justesse, proposent une interprétation prodigieuse. Critique en entier en lien.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top