Mon compte
    Carol
    note moyenne
    4,0
    4172 notes dont 383 critiques
    répartition des 383 critiques par note
    76 critiques
    139 critiques
    89 critiques
    51 critiques
    19 critiques
    9 critiques
    Votre avis sur Carol ?

    383 critiques spectateurs

    stanley
    stanley

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 712 critiques

    3,5
    Publiée le 16 janvier 2016
    Sans partager l'emballement presque général envers ce film, je trouve Carol une belle oeuvre sur un amour saphique entravé par les convenances de l'Amérique des années 1950. Le film est servi par deux actrices ultra professionnelles dont le prix à Cannes de Rooney Mara apparaît bien mérité. Elles forment un duo tout en douceur de deux femmes au morphotype, à l'âge et à la condition sociale tout en opposition. La force de Carol tient à l'utilisation des regards entre les deux femmes, qu'elles soient ou non toutes les deux dans le plan. De plus, les scènes téléphoniques sont très réussies. Kyle Chandler, dans le rôle du mari à l'impuissance humaine, est aussi très bien. Ce film, très doux, très élégant et émouvant est réussi grâce la force de son scénario qui évite toute caricature des personnages de l'époque confronté à des amours lesbiens. L'unique scène sexuelle entre les deux femmes, repoussée à dessein par la pudibonderie de l'époque, est tournée avec une grande pudeur ajoutée d'une tendresse non feinte. Quant à la fin, c'est ce qui ce fait de mieux en terme de suspens amoureux haletant. Cependant, je reproche au film son aspect souvent désincarné, froid, surtout durant son premier tiers. La mise en scène est en certainement la cause. Quant à l'image, sans doute pour coller à 1953 et à la grisaille de l'hiver, elle est parfois assez laide. Des réserves qui me font penser que le magnifique Loin du paradis, son grand frère, était bien supérieur. Carol reste un film émouvant et joliment romanesque.
    Barbara C.
    Barbara C.

    Suivre son activité Lire ses 18 critiques

    3,0
    Publiée le 23 janvier 2016
    Todd Haynes aime bien les années 50 : "Loin du paradis" avait été une superbe intrusion dans les dessous de cette époque où tout semble tiré à quatre épingles et lisse.
    "Carol" est une femme apparemment typique des fifties. Mère au foyer, rouge aux lèvres, oeil de biche et taille de guêpe. Sauf que sa vie n'est pas aussi sage qu'elle en a l'air... On veut même nous faire croire qu'elle est traversée d'une folle passion...
    Le problème, c'est qu'à cadrer trop parfaitement (certains plans ressemblent à du Hopper), qu'à ne rien laisser déborder, les sentiments passionnés et passionnels sonnent creux. L'émotion peine à émerger, la faite à une prestation de Cate Blanchett trop cadenassée ? Quant à Rooney Mara, même si on a su mal à comprendre son parcours, elle a au moins le mérite de s'épanouir à l'écran.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2683 abonnés Lire ses 5 230 critiques

    4,0
    Publiée le 14 janvier 2016
    Inspiré par une véritable histoire d'amour lesbien que la romancière Patricia Highsmith a elle-même vécu. Il n'est pas étonnant que cette histoire ait intéressé le réalisateur Tood Haynes dont on se rappelle le magnifique "Loin du Paradis" (2003) qui décrivait une relation tout aussi tabou dans l'Amérique des années 50. Le choix des actrices a une importance particulière ici car l'incarnation des personnages doit beaucoup au physique et à ce qu'il représente. Carol la bourgeoise est coquette, se vêt à la mode, est charismatique. Malheureusement il manque un peu plus d'émotion passionnelle, plus de chair et de souffle. Néanmoins le film reste d'une élégance rare, la sincérité du fond fait le reste.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 726 abonnés Lire ses 1 399 critiques

    4,5
    Publiée le 23 janvier 2016
    Todd Haynes vient certainement de réussir son plus beau film à ce jour. Tout ce qui a fait le succès de sa filmographie semble être ici au rendez-vous et installe « Carol » comme l’un des films les plus majestueux vus sur nos écrans récemment. Beauté des images, beauté des actrices et de leur jeu, beauté des sentiments exprimés et enfin beauté d’une romance que l’époque ne permettait pas. Dès les premières notes de musique (qui font terriblement penser à celles, toutes aussi belles, de Philip Glass pour « The Hours »), on est happés par cette histoire d’amour qui ne dit pas vraiment son nom. La magie des années cinquante minutieusement et magnifiquement reconstituées rajoutent à cette immersion vers cette romance.
    Il y a plus de dix ans, le même réalisateur nous offrait le déjà sublime « Loin du paradis ». Même époque, mais c’était l’attirance pour les hommes de son mari qu’une femme parfaitement interprétée par Julianne Moore devait affronter en silence. Les quolibets de l’époque sont les mêmes pour les histoires d’amour entre femmes mais Haynes ne radote pas et préfère s’attacher aux seuls sentiments entre ces deux femmes dans « Carol », laissant la morale davantage en arrière-plan. Et c’est tout le jeu de ses actrices qui prend une tournure encore plus renversante. Quand l’une, guindée et sûre d’elle mais rongée par son divorce, charme l’autre, petit oiseau fragile, c’est à l’une des plus belles approches à l’ancienne vue sur grand écran depuis longtemps que nous assistons. Quand enfin elles s’étreignent, tout en pudeur et loin des excès de « La vie d’Adèle », ou se blessent, on jubile ou on souffre avec elles.
    Et il fallait deux actrices courageuses et d’une certaine trempe pour s’approprier de ses rôles délicats. Cate Blanchett est impériale comme toujours dans un rôle qu’on dirait fait pour elle quand Rooney Mara épate par son jeu minimaliste et touchant. L’une explose dans une scène de désespoir dans un cabinet d’avocats quand l’autre nous attendrit de ses pleurs, seule, assise dans un train. Elles resplendissent toutes deux lors d’une scène finale magistrale où chaque mouvement de caméra et chaque plan sur le visage des actrices touche au somptueux et à la perfection. C’est toute la force de la réalisation de Todd Haynes. Ses images sont sublimes et dotées d’une photographie de papier glacé qui sied parfaitement au film. Ses scènes sont découpées juste comme il le faut et ses actrices n’ont plus qu’à se laisser couler dans cet écrin d’or. Un mélodrame à l’ancienne puissant et le genre de film somptueux que l’on voit rarement passer sur les écrans. Le dernier en date de cette trempe se nommait « A single Man » de Tom Ford. Et ces deux films rassemblés constituent un monument de cinéma, aussi beaux sur la forme qu’accomplis sur le fond.
    Stéphane C
    Stéphane C

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 389 critiques

    5,0
    Publiée le 12 novembre 2018
    Cate Blanchet est une de celles qui peut légitimement se revendiquer être une noble héritière de ces sublimes actrices hollywoodiennes des années 50 ... Todd Haynes réalise, à coup sûr, un film proche de la perfection, son plus beau ... ****
    poet75
    poet75

    Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 701 critiques

    4,5
    Publiée le 14 janvier 2016
    Le genre mélodramatique sied à merveille à Todd Haynes ; il l'a prouvé, en 2002, avec la réalisation de « Loin du Paradis », grand film dans lequel le personnage joué par Julianne Moore découvrait, dans l'Amérique des années 50, l'homosexualité de son mari et tombait amoureuse de son jardinier noir. En 2011, sortait sur les petits écrans de la télévision une mini-série intitulée « Mildred Pierce », elle aussi superbement mise en scène et se déroulant dans le contexte de l'Amérique de la Grande Dépression. Aujourd'hui, avec « Carol », adaptation d'un roman de Patricia Highsmith, Todd Haynes déploie à nouveau son savoir-faire en situant son récit au début des années 50, fin 52 et début 53 exactement. Et, comme dans « Loin du Paradis », il s'intéresse à une histoire de transgression ou de ce qui paraissait tel dans l'Amérique puritaine de ces années-là.
    Tout commence par la rencontre de deux femmes dans un magasin où l'on se presse pour la course aux cadeaux de Noël. Des regards échangés, quelques mots, puis une paire de gants oubliée et rien ne sera plus comme avant ni pour Carol (Cate Blanchett), femme bourgeoise qui fait ses achats, ni surtout pour Therese (Rooney Mara), vendeuse gracile et très séduisante malgré le ridicule bonnet rouge qu'on l'oblige à porter. Entre les deux femmes se déploie petit à petit l'éventail d'un rapprochement, d'une amitié, d'un amour et d'une passion qui atteindra son acmé à l'occasion d'une échappée en voiture.
    Cependant, ni pour l'une ni pour l'autre des deux femmes, vivre une telle passion n'est quelque chose de simple. Therese est liée à un petit ami qui souhaite fort l'épouser, mais qui ne tarde pas à se poser des questions. Mais c'est Carol qui affronte le plus difficile : elle est mariée, en instance de divorce, et mère d'une très jeune enfant dont son son mari menace de lui retirer la garde. La tension est grande, palpable et ô combien dure à supporter.
    Sans jamais être démonstratif, par sa mise en scène soignée, Todd Haynes réussit parfaitement à faire percevoir au spectateur ce que la passion vécue par les deux femmes comporte à la fois de douceur et de complicité, mais aussi de douleur et de désespoir. Impossible de poursuivre cette aventure de manière apaisée et heureuse. Tout est dit, tout est suggéré plutôt par le jeu habile des deux actrices, toutes deux formidables. Ce qui se lit sur les visages des deux femmes, et particulièrement dans leurs regards, est primordial. Car tout est affaire de regard dans ce film : regards échangés qui dévoilent et dissimulent en même temps, regard de Therese qui prend une photographie de Carol (elle qui ne photographiait jusque là que des objets), regards de passagère apercevant la silhouette de l'être aimé dérrière la vitre d'une voiture...
    Méfions-nous de ceux qui, même parmi les critiques, ont cru bon de déplorer le manque d'émotion de « Carol ». L'émotion est là, bien présente d'un bout à l'autre du film, mais elle n'est jamais surlignée comme on le fait quand on veut que coulent les larmes des spectateurs. Todd Haynes s'est bien gardé de réaliser un film de ce genre, mais il a su intelligemment multiplier des signes qui, pour le spectateur attentif, sont autant de raisons d'être ému. L'émotion, ici, est discrète et légère, à la manière de la « chanson bien douce » de Verlaine « qui ne pleure que pour [nous] plaire ».
    Avec ce film, nul doute que Todd Haynes compte désormais comme un des meilleurs réalisateurs de mélodrames, digne successeur des maîtres du genre que furent, au cours des années 50 et 60, des cinéastes de génie ayant pour noms Douglas Sirk et Vincente Minnelli. 9,5/10
    BeatJunky
    BeatJunky

    Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 1 930 critiques

    4,5
    Publiée le 17 janvier 2016
    Todd Haynes ne m'a une fois de plus pas déçu et c'est peu de le dire! Magnifique film à l'image "rétro" qui met de suite dans l'ambiance de l'époque d'après-guerre aux States. Le scénario est hyper simple (peu de rebondissements), La mise en scène est, elle, assez classique, le rythme, un peu monotone et pourtant le film (2h00) passe à une vitesse incroyable grâce évidemment à ses 2 magnifiques actrices que Todd Haynes rend encore plus belles, particulièrement Rooney Mara (prix d'interprétation à Cannes plus que justifié! ) qui m'a scotché par son interprétation de cette jeune femme "fragile" et "innocente" qui tombe sous le charme de cette grande et belle femme au charisme incroyable jouée par une Cate Blanchett comme d'habitude excellente.Les deux sont bouleversantes et m'auront fait passer un excellent moment autour de leur histoire d'amour bien compliquée à vivre à cette époque. Un film émouvant, sincère et plein d'espoir qui n'aura pas volé ses récompenses! Je conseille fortement, bon moment garanti !
    Tumtumtree
    Tumtumtree

    Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 410 critiques

    4,0
    Publiée le 16 janvier 2016
    L'évidence du scénario et des dialogues couplé au jeu des actrices suffisent à faire irradier l'amour qui lie les deux personnages jusque dans la salle elle-même. L'histoire est conventionnelle mais l'on passe tout de même un très beau moment. La mise en scène y contribue car elle se révèle assez inventive. Et, encore une fois, beaucoup repose sur la performance de Rooney Mara et Cate Blanchett. La première est absolument charmante et rappelle Audrey Hepburn. La seconde est sans doute trop "grande dame", trop maquillée, etc. mais le rôle veut cela. La priorité en ce moment reste quand même "L'étreinte du serpent" et sans doute bientôt "Chorus".
    AHEPBURN
    AHEPBURN

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 491 critiques

    3,5
    Publiée le 16 janvier 2016
    Sujet intéressant sur l'amour d'un être plus que l'amour d'une personne d'une sexe ou de plâtre. Film très bien interprété mais le bémol vient de la lenteur de ce film.
    nicolas t.
    nicolas t.

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 239 critiques

    4,0
    Publiée le 14 janvier 2016
    Film d'une beauté renversante qui intimide et laisse à distance au début, mais qui vous ensorcelle peu à peu.
    Si Cate Blanchett est en léger surjeu, Rooney Mara est le coeur du film.
    ATON2512
    ATON2512

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 851 critiques

    4,0
    Publiée le 16 janvier 2016
    Cate Blanchett et Rooney Mara aussi belles que rayonnantes subliment le film et la pellicule. La reconstitution des années 1950 est sinon réussie trop idéalisée et c'est un peu dommage . Pour l'histoire même si elle est filmée avec finesse et pudeur semble maintenant assez décalée comme le roman dont elle est issue . L'autre force du film réside dans la violence sous jacente de la morale , des convenances des . Et la dernière scène de regards croisés comme un pied de nez à l'interdit sonne comme un vrai hymne à la vie que l'on souhaite et à l'amour , si interdit soit il .
    leobis
    leobis

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 218 critiques

    4,0
    Publiée le 14 janvier 2016
    Film somptueux, décrivant avec élégance une passion, vécue dans les années cinquante, entre deux femmes d'origine sociale très différente et interprétée par deux actrices remarquables. Quelques longueurs parfois mais très vite oubliées.
    ralf73
    ralf73

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 29 critiques

    5,0
    Publiée le 15 janvier 2016
    Film en tout point magnifique : la reconstitution de l'Amérique des années 50, la narration de la survenue d'une passion amoureuse, la forme cinématographique d'un classicisme renouvelé, l'interprétation admirable.
    Que n'a-t-il obtenu la palme d'or cannoise ?
    fcaponord
    fcaponord

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 79 critiques

    4,5
    Publiée le 21 janvier 2016
    une histoire touchante avec des actrices convaincantes dans leur rôle respectif.....où l'on voit le sentiment amoureux triompher sans mièvrerie avec en fond de toile le désir face à la ralation sociale dans les relations homosexuelle...
    malgré un académisme appuyé, il se dégage malgré tout une grande tendresse de cette histoire intime par l'adaptation d'un roman de Todd Haynes.
    Spe64
    Spe64

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 191 critiques

    4,5
    Publiée le 17 janvier 2016
    Une formidable reconstitution des années 50 très agréable à l'oeil et une rencontre entre 2 femmes que tout semblait opposer...
    La photographie est superbe, le couple d'actrices Cate Blanchett et Rooney Mara fonctionne à merveille, le film envoute du début à la fin.
    L'histoire semble simple, mais la situation et les conséquences sont bien complexes, surtout à cette époque ci... mais le film se concentre avant tout sur la relation entre ces 2 femmes, leurs sentiments et ressentis, à en faire passer tout le reste de côté, et cela marche très bien, tout semble toujours très juste, très fin, ni trop ni pas assez, un savant mélange de cinéma.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top