Mon compte
    The Grand Budapest Hotel
    note moyenne
    4,2
    24982 notes dont 1252 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 1252 critiques par note
    256 critiques
    525 critiques
    285 critiques
    110 critiques
    45 critiques
    31 critiques
    Votre avis sur The Grand Budapest Hotel ?

    1252 critiques spectateurs

    Piwi47
    Piwi47

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 246 critiques

    5,0
    Publiée le 5 mars 2014
    Casting fleuve flamboyant, fantaisies, aventures, voyages, romance, beauté formelle, références artistiques parfaitement assimilées (littérature, peinture, bande-dessinée, cinéma) … The Grand Budapest Hotel est un chef d’œuvre de plus dans le curriculum vitae déjà bien garni de Wes Anderson, une comédie dramatique brillante, ingénieuse et charmante.
    UnitedArtists
    UnitedArtists

    Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 119 critiques

    4,0
    Publiée le 31 août 2014
    J'ai enfin vu le nouveau Wes Anderson. Et qu'est ce que j'ai aimé ! Le principal atout du film qui lui permet de tirer son épingle du jeu est bien évidemment son originalité. The grand Budapest hotel est un pur bijou de folie parfaitement maîtrisé, artistiquement, Anderson nous met une grosse claque tant c'est beau et pétant comme une sucrerie car oui son nouveau film est selon moi un conte sucré. L'univers présenté est des plus charmants, on y rentre avec plaisir et sortons avec tristesse de ce beau voyage coloré. Dans the grand Budapest hotel, Anderson nous offre un casting de choix avec en tête un Ralph Fiennes magistral interprétant un personnage terriblement attachant tout comme son acolyte masculin le loby boy. Derrière eux se dresse une brochette d'acteurs fantastiques et inattendus avec aussi Jud Law, Willem Dafoe, Adrian Brody, Lea Sedoux, Edward Norton et j'en passe... L'histoire paraissant absurde sur les abords en devient totalement crédible dans cet univers a la fois burlesque et fascinant tant la maîtrise du cinéaste est excellente, chaque plans sont réglés au millimètre nous offrants de superbes compositions accompagné d'une musique d'Alexandre Desplat (cocorico) des plus entraînantes. Le film étant basé sur une comédie est fort sympathique que ce soit dans les dialogues ou dans la simple mise en scène mais Anderson traite aussi des sujets graves tel que la guerre ainsi que l'apparition du nazisme. Certains passages d'humour noir sont le bienvenu étant mon style d'humour préféré. Avec tout cela, the grand Budapest hotel est un véritable cocktail rafraîchissant remplis de nostalgie, de mélancolie mais aussi d'un univers des plus barré le tout étant assumé avec un humour fin mais ravageur et un scénario certes digue mais bien ficelé et "crédible" tant l'absurdité est omniprésente. Tout ça pour dire que Anderson est a suivre de très près avec un style que l'on remarque directement avec en premier lieu une direction artistique fantastique et une histoire que l'on déguste tel une délicieuse friandise sucrée. A consommer sans modération !
    mazou31
    mazou31

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 065 critiques

    4,5
    Publiée le 27 avril 2014
    Grand moment de virtuosité, d’inventivité, d’imagination débridée. C’est Tintin qui croise les Pieds Nickelés. C’est drôle – parfois mélancolique – et débordant d’énergie ; un vrai remède à la sinistrose ambiante ! Mais le rythme trépidant n’a pas fait oublier à l’auteur la direction d’acteurs – a dream team –, ni le soin apporté aux décors, ni le raffinement des effets. Un film particulièrement réussi, sans aucune faiblesse.
    Le Clown Dansant
    Le Clown Dansant

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 293 critiques

    3,0
    Publiée le 19 mars 2020
    Il y a des directeurs qui se distinguent par leur originalité artistique et la manière qu'ils ont charpenter leur création, a tel point que si l'on effacé de l'ardoise leur nom sur l'affiche du film on parviendrait sans trop de mal à le restituer à son auteur une fois vu, Wes Anderson et de ceux-la.

    Les aficionados du cinéaste vont savourer "The Grand Budapest Hotel" de long en large.
    Avec toujours ce souci du détail et cette recherche de perfection dans son choix des décors épurés, et cette explosion de couleurs pastels. Chaque plans sont également rodés au millimètre. C'est un réalisateur a qui rien n'échappe sur ses aspects la.
    Les dialogues et l'humour toujours aussi pince-sans-rire, so british, badigeonnent ses films, et celui-ci n'en fait pas exception.
    Et pour ceux qui préfèrent dans sa filmo' ses deux réalisations animés ils seront ravis de retrouver une séquence de Ski totalement loufoque en stop-motion et au design très semblable à "Fantastic Mr Fox" et "L'île aux chiens "

    Le jeu d'acteur des personnes vedettes est très bien mis en lumière délaissant parfois malheureusement ceux plus secondaires, à l'image de Léa Seydoux, ainsi que les figurants, c'est peut être (avec la bande son) le seul petit détail sur lequel on peut ergoter. Mais bon, c'est vraiment pour faire le chieur et j'ai pas envie de m'y attarder personnellement

    En somme, que peut-on reprocher à un réalisateur qui sait se démarquer du lot et qui est désireux d'offrir au public le meilleur de lui-même dans chacun de ses films ? Pas grand chose.
    Le tout étant en suite et surtout d'adhérer à son registre si ... particulier.
    J'en suis, avec parcimonie. 3/5
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 23 mars 2014
    C'est très simple, ce film, dans sa simplicité et sa beauté ressemble au rêve sucré d'uen petite fille de 5 ou 6 ans. C'est beau, c'est rythmé, c'est charmant. Mais Wes Anderson n'a pas 5 ans lui, il a une grande expérience. Avec un grand sens du cadre, de l'image et des couleurs, il fait un film magnifique, affranchi de complications rationelles. Il a réalisé un conte très beau, empreint de la nostalgie de ces grands hôtels, des années 30' mais tout ça avec une réalisation très moderne, un rythme parfait et de très belles idées !
    Et quelle ribambelle d'acteurs ! Est-il nécessaire de les citer ? Non, ils sont tous fantastiques...
    A voir, vite, pour retrouver le sourire et savourer je pense une belle leçon de cinéma !
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2833 abonnés Lire ses 5 291 critiques

    4,0
    Publiée le 27 février 2014
    Après deux superbes réussites, de "Fantastic M. Fox" (2009) et "Moonrise Kingdom" (2012) Wes Anderson nous revient avec un autre casting 4 étoiles pour une autre histoire aussi déjantée et absurde qu'amusant et raffiné. On a la tête qui tourne en voyant la succession de stars qui défilent à l'acrén pour des rôles plus ou moins importants... Citons Bill Murray, Mathieu Amalric, illem Dafoe, Harvey Keitel, Jeff Goldblum, Saoirse Ronan, Tilda Swinton, Adrien Brody, Jude Law, Tom Wilkinson, Owen Wilson, Léa Seydoux... Impressionnant... Les décors et costumes sont comme toujours aussi travaillés, sorte de théâtre animé hors du temps, imposant des couleurs pastels et un découpage qui offrent une sensation de cinéma d'animation. Notons que l'hôtel est une bâtisse réelle, c'est le Görlitzer Arenhaus, ancien grand magasin bâtit en 1912 à la frontière germano-polonaise. On suit donc les aventures dans les années 30 d'un boy et de son mentor gérontophile où il est question de vol, d'héritage et d'occupation ZZ (et non SS !). On reconnait la patte et le style du réalisateur, une ébullition de couleur et d'évènement dans un rythme soutenu mais toujours (trop ?!) maintenu en vitesse de croisière. Un énième film aussi savoureux et original qu'un bonbon.
    alain-92
    alain-92

    Suivre son activité 273 abonnés Lire ses 1 078 critiques

    4,0
    Publiée le 27 février 2014
    Un grand voyage en compagnie d'un merveilleux casting, d'une musique parfaitement adéquate , signée une nouvelle fois par Alexandre Desplat, le tout dans des décors souvent enchanteurs.

    Chaque chose est à sa place, et tous les personnages sont justes, aussi courtes soient certaines participations. La patte du réalisateur est bien présente et devrait satisfaire les inconditionnels, en dérouter d'autres, peut-être aussi.

    Cet huitième long-métrage de Wes Anderson captive d'emblée et démontre une fois encore sa volonté délibérée pour la précision apportée au moindre détail.

    Le réalisateur fait référence à Stefan Zweig, et nous emmène dans une histoire qui peut sembler brouillonne mais dans laquelle on ne se perd jamais. Allant de l'entre deux guerres à la montée du nazisme, il ne se sert servir d'aucune de ses périodes pour appuyer son propos. Les dialogues sont fins, drôles et frappent au bon moment.

    Wes Anderson mène la danse et entraîne le spectateur dans la folle insouciance d'un pur moment dédié au seul plaisir du cinéma.

    Des artistes magnifiques. Il faudrait pratiquement tous les citer. Adrien Brody, l'incroyable Willem Dafoe, la méconnaissable Tilda Swinton ou encore Edward Norton et Harvey Keitel. Mais celui qui mène la danse et avec quel talent c'est le merveilleux Ralph Fiennes. Que du plaisir.

    Un vrai moment de détente avec un film qui fait du bien.
    Cinephille
    Cinephille

    Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 556 critiques

    5,0
    Publiée le 11 mars 2014
    Sans chercher le mauvais jeu de mots Wes Anderson atteint des sommets. Dans un film qui est drôle, léger, esthétiquement magnifique, il met en perspective les deux guerres mondiales et la probable survenue de la troisième tôt ou tard. Il nous raconte que les résistants, les êtres élégants, dignes et bons sont trop rares pour survive longtemps, que les barbares actuels, ceux du monde de la cupidité qui n'hésitent pas à tricher et tuer, ne peuvent que gagner, et que la seule solution est de ne garder qu'un îlot de raffinement quelque part dans le monde. Tout ceci semble bien lourd alors que le film ne l'est à aucun moment. L'esthétique y est somptueuse, toujours dans les tons froids, en réponse à Darjeeling limited dans les tons chauds, les acteurs sont impeccables dans des rôles tous inattendus (prime à Willem Dafoe), c'est bourré d'inventivité, d'imprévisibilité. C'est magistralement réalisé et tenu. LE grand film de Wes Anderson à ce jour.
    halou
    halou

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 1 530 critiques

    4,0
    Publiée le 9 septembre 2014
    Une histoire plein d'entrain avec une pléthore d'acteurs de grande qualité. Le rythme est très soutenu, les changements de style de caméra originaux et l'univers créé loufoque. Aucun temps mort, le romantisme inspiré de Anderson fait mouche et enchante le spectateur après le très bon 'Moonrise Kingdom".
    gizmo129
    gizmo129

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 1 181 critiques

    4,0
    Publiée le 2 septembre 2015
    Wes Anderson nous livre indéniablement ici son meilleur film ! Une parenthèse enchantée et colorée faite de loufoquerie, d'humour malin et de détails visuels savoureux ! Le casting est parfait et on a plaisir à retrouver tous ces acteurs connus qui défilent dans de petits rôles tant ils sont bien déguisés. L Imagerie du film est magnifique, la photo parfaite, les costumes impeccable et on est pris dans cette histoire. Seulement, il manque peut être quelque chose pour faire de ce film un chef d oeuvre car son absurdité fini par lui enlever toute crédibilité et donc parfois son émotion.
    bhillereau
    bhillereau

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 1 154 critiques

    3,5
    Publiée le 28 septembre 2015
    La patte de Wes Anderson est reconnaissable dès le premier plan. Toujours autant de personnages loufoques, un casting alléchant et des scènes extravagantes, le tout dans un univers moins enfantin et plus sombre que dans Moonrise Kingdom. L'histoire est prenante et la réalisation très travaillée. Une petite perle qui sort une nouvelle fois des sentiers battus.
    Stéphane D
    Stéphane D

    Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 1 684 critiques

    3,5
    Publiée le 1 mars 2014
    C'est plutôt amusant comme ton, le casting est extrêmement prestigieux et les dialogues (VO évidemment!) savoureux. J'aurais aimé m'emballer autant que les autres critiques le qualifiant unanimement de chef d'oeuvre mais le côté loufoque m'empêche d'aller aussi loin.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 22 mars 2014
    Il y a encore 3 semaines, je n'avais encore jamais vu un film de Wes Anderson, c'est à peine si le nom m'était familier (oui entre temps, je me suis payé une culture) mais j'ai découvert un soir Moonrise Kingdom, avant dernier long-métrage de Wes Anderson (à ne pas confondre avec Paul W.S. Anderson ni Paul Thomas Anderson, si quelqu'un fait encore l'erreur) et je suis resté sur le c*l devant ce bijou cinématographique, cette pépite filmique à la mise en scène si particulière. Wes Anderson est au cinéma ce que Jean d'Orbais était à l'architecture (merci les cours d'histoires, jamais je n'aurai penser que l'architecture gothique me servirait), un génie de la symétrie (surtout concernant Anderson). La mise en scène de ce grand bonhomme est à tomber et reste à jamais unique dans l'histoire du cinéma puisque ces plans fixes sont filmés de manière extrêmement millimétrés, dans ces plans, tout est carré et souvent statique dans lesquels s'anime des acteurs. De ce point de vue-là, Moonrise Kingdom allait très loin sans jamais transgresser cette manière de filmer même lors de travellings, plans pourtant mobiles, où le statisme était toujours de mise. Cette totale maîtrise se retrouve dans le dernier film du prodige Wes Anderson, cette fois-ci appuyée par une alternance de format. En-effet, le film se déroule sur quatre époques différentes et donc le réalisateur américain a eu la merveilleuse idée de choisir trois formats différents dont le plus mémorable restera le 4:3, autrefois utilisé pour le format de tout les long-métrages (avant que le cinémascope devienne monnaie courante). D'ailleurs il est assez amusant (et peut-être un peu aberrant) de savoir que la personne avec qui j'étais allé le voir n'avait pas remarqué le changement de format, mais pas une seule fois ! Alors soit cette personne est légèrement miro (ce que je doute fort) soit (et là c'est plus probable) le film était tellement captivant qu'une fois rentré dedans, cette alternance ne devenait pas une gêne pour le spectateur (faut dire que le tout est étonnamment très fluide). Mais vous vous en foutez non ? Donc revenons au film...
    Ce choix se justifie d'une part puisque l'époque à laquelle est employée ce 4:3 est la partie se déroulant en 1932 (année où ce format était répandu) mais également la partie où le style Andersonien se ressent le plus. Car à plusieurs reprises le metteur en scène se permet quelques transgressions de sa propre empreinte tout en restant assez appliqué dans le cadrage notamment lors d'une scène très amusante de gunfight (mais là, c'était dans le format 4:3) entre d'un côté des gens qui tirent et de l'autre des gens qui tirent (difficiles de dissocier les deux, un joyeux bordel cette scène). Mais là où The Grand Budapest Hotel détient son originalité, c'est dans le décalage total entre la rigueur de la mise en scène et le foutoir complet de l'histoire. Au delà des multiples mises en abîmes du film (au départ, on suit une jeune femme qui vit à notre époque et qui s'apprête à lire The Grand Budapest Hotel puis l'écrivain de ce bouquin avant de replonger à l'époque où cet écrivain à entendu cette histoire racontée par Zero version âgé et enfin d’atterrir en 1932 lorsque Zero était lobby boy dans l'hôtel au couleur gai (gay ?), finalement c'est pas si compliqué Inception...), c'est surtout l'univers, les personnages et l'histoire qui sont totalement farfelus. Le Grand Budapest Hotel est déjà un monument d'architecture fantaisiste avec ses couleurs roses/mauves et jaune pâle (la texture de cet hôtel lorsque celui-ci est filmé en plan très large est pour le moins original puisqu'il semble être fait en carton (ou comment tirer profit d'un budget trop raisonnable)).
    Mais si le film est si délirant, c'est parce qu'il bénéficie de prodigieux acteurs, tous formidables même si l'on regrette que certains n'aient le droit qu'à un simple caméo (Bill Murray et Owen Wilson, vous servez à rien dans ce film !), reste un succulent Ralph Fiennes, parfait en concierge passionné de poésie (ce qui lui vaudra de nombreuses remarques sur sa potentielle homosexualité) mais aussi un génial Willem Dafoe (un peu cinglé sur les bords), qui interprète le bras droit de Dmitri, joué par Adrien Brody.
    Et pourtant l'histoire du film est assez morbide, on parle quand même d'un concierge d'un grand hôtel qui s'éprend de ses nombreuses clientes âgées et riches jusqu'au jour où l'une d'elle finit par claquer et décide de léguer une peinture apparemment célèbre à ce concierge. La famille de la défunte pète alors un boulon (enfin surtout Dmitri) et refuse de lui laisser le tableau. M. Gustave (le concierge) vole ce qui lui appartient (bah c'est pas un vol alors ?) et va malencontreusement finir par la case prison avant de... on va peut-être s'arrêter là avant le spoil ultime.
    Mais vous l'aurez compris, avec une histoire aussi glauque, Wes Anderson en fait un film drôle grâce à une mise en scène qui lui est propre ainsi qu'à une impressionnante galerie d'acteurs qui lui est entièrement dévoué.
    Ça fait plaisir à voir et ça fait de ce The Grand Budapest Hotel l'un des meilleurs films de ce début d'année 2014.
    LeFilCine
    LeFilCine

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 455 critiques

    4,0
    Publiée le 1 avril 2014
    Wes Anderson possède son propre style de cinéma, unique. Sa mise en scène est d'une qualité et d'une précision incroyable. Les décors fourmillent de détail, les mouvements de caméra sont précis, les dialogues sont millimétrés. Au service du réalisateur se pressent ici une quantité impressionnante d'acteurs prestigieux, même si le récit s'appuie essentiellement sur un excellent duo : l'expérimenté Ralph Fiennes et le jeune Tony Revolori. Déconcertant au départ, le film démarre à un rythme assez effréné, le rendant parfois difficile à suivre. Puis l'intrigue s'installe, originale et bourrée d'idées. Certaines séquences sont purement cartoonesques, pleines de moments loufoques et parfois drôles. En toile de fond du récit, Wes Anderson ancre son film dans une période pseudo-imaginaire d'entre-deux guerres, qui est d'une remarquable intelligence d'écriture. Le réalisateur peine malgré tout à embarquer complètement le spectateur avec lui. A noter, la musique d'Alexandre Desplat, subtile et précise, qui est parfaitement en accord avec l'univers du film.
    yohanaltec
    yohanaltec

    Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 767 critiques

    5,0
    Publiée le 18 février 2015
    Un petit bijou de comédie de Wes Anderson, avec un casting de dingue (Ralph Fiennes, Abraham,Jude Law,Jason Schwartzman,Edward Norton,etc...) et les second rôles sont aussi excellents. L'histoire est très originale, la photographie est superbe, la musique aussi. Un film parfait. J'adore le cinéma de Wes Anderson.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top