Mon compte
    Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées
    note moyenne
    4,0
    32723 notes dont 1369 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 1369 critiques par note
    192 critiques
    385 critiques
    421 critiques
    240 critiques
    84 critiques
    47 critiques
    Votre avis sur Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées ?

    1369 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 7 février 2016
    Une Pure Merveille. Après Deux Opus de haute Volée,Le cinéaste Néo-Zélandais Peter Jackson passe a la vitesse supérieure avec ce Troisième et Ultime Opus du Hobbit qui s’achève en feu d'artifice.Pour Commencer la Réalisation est Majestueuse comme dans les précédant volets avec notamment des plans séquences bluffants ainsi que des prises de vues au niveau des Décors qui tout simplement un pur régal pour la rétine et qui est accompagné d'une fabuleuse BO signée Howard Shore qui sert magnifiquement les moments forts du long métrage. Ensuite le Scénario est toujours aussi captivant en se permettant d'apporter quelques changements et nouveauté au récit de Tolkien dont le rythme ne s'affaiblit jamais au cours des 2h20 qui est considéré comme le moins long des trois films, ajouter a tout cela des Séquences de Batailles Monumentales qui n'ont rien a envier a celles du Seigneur Des Anneaux en passant par de multiples Morceaux de Bravoures absolument dantesque qui nous en met plein la mirettes dont notamment une Séquence d'Introduction qui nous met directement le bain sans oublier une bonne dose d'humour toujours bien dosé ainsi qu'une note d'Emotion qui atteint notamment son paroxysme dans cette nouvelle aventure en nous faisant verser quelques larmes. Enfin Le Casting est quand a lui est Fabuleux en correspondant parfaitement aux Personnages que l'on a appris a connaitre ainsi qu'a éprouver de l'attachement comme le valeureux et attachant hobbit Bilbon Sacquet qui est remarquablement camper par l'acteur Martin Freeman qui voit son personnage prendre plus d'assurance et de courage par rapport aux précédents volets, a ses cotés on retrouve d'autres protagonistes emblématiques de la trilogie qui voient leurs roles prendre plus d'ampleur voir même en les poussant jusqu'a leurs derniers retranchements comme le magicien sage et charismatique Gandalf jouer avec brio par Ian McKellen mais aussi le charismatique et intriguant Thorin Chef des Nains qui se retrouve confronté a un dilemme crucial sans oublier les inoubliables Légolas,Tauriel,Bard,Kili,Galadriel,Elrond et Saroumane camper respectivement par Orlando Bloom,Evangeline Lilly,Luke Evans,Aidan Turner,Cate Blanchett,Hugo Weaving et le regretté Christopher Lee qui doivent tous s'unir face aux multiples créatures monstrueuses qui doivent affronter comme le terrifiant dragon Smaug assoifé de vengeance dont le talentueux Benedict Cumberbatch excelle a merveille en prêtant sa voix ainsi que la puissante armée diriger par le redoutable Azog qui est jouer avec talent par Manu Bennet. En Conclusion, La Bataille Des Cinq Armées est le meilleur volet de la trilogie du Hobbit en étant a la fois plus Epique,Spectaculaire,Émouvant et Virtuose qui parvient a achever de la plus belle des manières cette fabuleuse saga d'Heroic Fantasy et dont on peut remercier le réalisateur Peter Jackson et toute l'équipe de nous avoir livrer Six Merveilleux Films qui sont a classer dans les annales du cinéma Fantasy dont les fans des Romans de Tolkien ainsi que les amateurs du genre seront émerveiller.
    Chris46
    Chris46

    Suivre son activité 357 abonnés Lire ses 978 critiques

    4,0
    Publiée le 21 novembre 2018
    " Le Hobbit , La bataille des cinq armées " troisième et dernier volet de la trilogie du " Hobbit " . Bilbo ( Martin Freeman ) , Thorin ( Richard Armitage) et les autres nains ont réussit à reprendre le controle du Mont Solitaire et on récupèrer leur trésor en chassant le dragon Smaug . Mais ce dernier décide de se venger en attaquant les habitants de la ville sur l’eau . Dans le même temps Bilbo et les autres nains vont devoir protéger leur trésor qui est désormais très convoiter depuis que Smaug a été chasser nottament par les elfes , les humains , les wrags et les orques dont les armées se dirigent vers le Mont Solitaire . Bilbo et les nains se prépare alors à une grande bataille pour protéger leur trésor convoiter par les différents peuples de la terre du milieu ....
    Ce 3ème et dernier volet de la trilogie du " Hobbit " est un très bon divertissement qui conclut très bien cette trilogie . L’histoire est toujour aussi prenante et continue de nous tenir en haleine avec cette fois Bilbo et les nains qui vont donc tenter de protéger leurs trésor convoiter par tout les peuples de la terre du milieu ce qui va donner lieu à un affrontement explosif remplit de suspense , de tension , de rebondissement , d'humour et d'action avec son lot de scènes spectaculaire ( l'attaque de smaug sur la ville sur l’eau , la bataille finale ...) . La bataille finale qui dure presque 1 heure est très sympa , divertissante et assez spectaculaire même si elle n'atteint pas le niveau des batailles épique du " Seigneur des anneaux " mais de toute façon ce n'était pas le but d'égaler le " Seigneur des anneaux " . La trilogie du " Seigneur des anneaux " est plus épique et spectaculaire car les enjeux sont plus important tout simplement . Les acteurs sont toujour au top dans leurs rôles ( Martin Freeman , Ian Mckellen , Richard Armitage , Orlando Bloom , Evangeline Lily ... ) . Les costumes sont toujour aussi réussit ainsi que les décors toujour aussi grandiose nottament dans la montagne du Mont Solitaire qui a l'air grandiose . Les effets spéciaux sont toujour aussi réussit . Et les paysages tourner en Nouvelle Zélande toujour aussi magnifique et dépaysant . Le tout donne vie de manière magistral à l'univers de la terre du milieu et à ses créatures fantastiques ( Smaug , orques ...) . Ce dernier volet est très prenant et ne contient quasiment aucun temps mort ni aucune réel longueur ce qui etait un peu le defaut des deux premiers opus . Un troisième épisode plus sombre , plus épique et moins enfantin que les précédents . Par contre un peu déçu par la musique dans cette opus que j'e n'ai pas trouver très marquante . Malgré tout un 3ème opus bien divertissant qui conclu très bien la trilogie du " Hobbit " et dont la dernière scène fait parfaitement le lien avec le premier volet de la trilogie du " Seigneur des anneaux " qui est donc la suite logique de cette trilogie du " Hobbit " .
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1988 abonnés Lire ses 3 829 critiques

    3,5
    Publiée le 10 décembre 2014
    Si Peter Jackson et moi c'est une longue histoire d'amour, depuis le Hobbit il me sort un peu par les trous de nez :"je veux faire du 48i/s" "je veux faire une trilogie" "je veux faire le lien avec le seigneur des anneaux"... Qu'il commence déjà par raconter une histoire et on reparle ! Parce que le premier était assez inintéressant entre les scènes qui font forcément redite avec le seigneur des anneaux, le mélange raté conte/truc trop dark... Et le second était une purge monumentale à l'exception de la séquence où Biblo est seul avec Smaug. Là on avait l'exemple même de ce qu'il fallait faire... Avant de tout foutre en l'air en transformant le dragon de gag... maltraité par des nains joufflus.

    Bon déjà, chose bien, le troisième volet ne fait pas semblant, on reprend là où s'était arrêté, on commence in media res et ça envoie du pâté en croûte numérique... (ouais je déteste toujours le rendu de l'image). Franchement ça enchaîne les moments de bravoure, les jeu sur les échelles entre le gamin, Barde, Smaug, ça m'a carrément rappelé Pacific Rim, donc je me demande si Del Toro n'est pas à l'origine de la scène... Parce qu'on tient là la séquence la plus intense, la plus belle, la plus poétique dans un blockbuster depuis... Pacific Rim... Franchement l'idée (je ne veux rien déflorer) de mise à mort du dragon... pfff... c'est quelque chose...

    Seulement voilà, le second film aurait dû se finir là-dessus...
    Ensuite on se tape la fin de l'histoire du nécromancien... qui aurait aussi dû finir dans le second volet... qui est ridicule... ça sert de nulle part... ça n'a aucun sens...

    Et le problème du troisième volet est là, c'est ce qui a été fait dans les précédents, parce qu'il faut se retaper Tauriel, le triangle amoureux, Dark Legolas... Mais, je ne sais pas si Jackson s'est rendu compte qu'il faisait n'importe quoi, mais c'est beaucoup mieux traité... et pourquoi ? Parce que c'est un prétexte au spectacle, à la démesure ! Alors oui, Orlando Bloom a toujours l'air aussi rigide et on l'imagine bien devant son fond vert à tenter de faire des pirouettes sans avoir conscience de ce qui se passe autour de lui... Mais c'est vraiment le seul qui est à côté de la plaque...

    Ce qui est bon, c'est qu'on a enfin eu ce qu'on voulait voir... le film s'appelle la bataille des cinq armées et il doit bien y avoir une heure trente de bataille... le titre ne ment pas... (par contre tout ce qui est lien avec le seigneur des anneaux... il y a rien, il y a plus de lien entre Prometheus et Alien...).

    Le fait que l'action soit plus resserrée sert aussi le film, parce que si Jackson avait réussi dans le seigneur des anneaux à présenter son univers, les distances, les environnements, le Hobbit c'était les montagnes russes, on se croirait dans un couleur de jeu vidéo, on sait jamais où on est, mais on s'en fout car il faut aller tout droit... pas très intéressant... D'ailleurs les moins les moins réussis du films sont ceux qui quittent justement Erebor, Lacville et Dale. Parce qu'on nous dit : c'est au nord... Ok... et ? Soit tu ne le montres pas... Soit tu développes... tu m'expliques ce que c'est Angmar, tu y vas à fond... Si c'est juste mentionné, c'est pas la peine... Et c'est le problème de toute la trilogie, il passe du temps à raconter du vent... et ne s'attarde pas sur cet univers...

    Et enfin, enfin, enfin, il choisit entre conte et truc trop D4rk... on opte pour le trop d4rk, mais tant mieux... plus de gags lourdingues... place à la bravoure ! et chacun a son moment de gloire, c'est vraiment bien fait, fun... Je regrette cependant le manque de sang, on coupe des têtes sans sang, c'est un peu étrange...

    Pire, il parviendrait presque à être émouvant... avec son triangle amoureux... avec ses personnages... Bon les nains ont toujours aucune personnalité, mais bon...
    J'ai aimé la chorégraphie des combats, où il y en a plusieurs en même temps et on passe de l'un à l'autre en les situant les uns par rapport aux autres dans l'espace, en les faisant interagir, c'est excellent... J'ai pas le souvenir d'avoir vu ça dans un blockbuster ricain...

    Après c'est pas exempt de défauts, la toute fin... le fait de devoir clore toutes les bêtises des précédents... Mais il y a vraiment un mieux... Parce que là j'ai aimé, contrairement aux deux autres... Le film n'arrive toujours pas à développer une vraie mythologie comme l'aurait voulu Tolkien et plus ou moins comme ça avait été fait dans le seigneur des anneaux... Mais on revient de tellement loin que je suis sans doute trop enthousiaste...

    La 3D quant à elle est un peu plate... mais sert dans un dialogue entre Thorin et Barde, comme quoi la 3D ne sert pas juste à faire du spectacle...

    Pas le film du siècle, mais au moins c'est un divertissement honnête, qui ne prétend pas être plus que ce qu'il est... et ne nous invoque pas le pouvoir de l'amour pour résoudre les situations inextricables (hein Interstellar)... On préfère le deus ex machina préféré de Tolkien... qui risque encore de faire beaucoup parler de lui...

    J'aurai aimé en dire du mal... j'aurai tellement voulu... Mais j'ai hâte que Jackson sorte de la Terre du milieu pour qu'il fasse un peu autre chose... une petite comédie horrifique ?
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 6 janvier 2015
    Déçut par La Désolation de Smaug, je dois dire que j'en attendais gros de ce dernier volet bouclant la trilogie des adaptations du livre de Tolkien "Bilbo le Hobbit", j'en n'ai été que plus déçut. Faire tenir un livre de presque 300 pages dans une trilogie de film dont chacun fait plus de 2 heures 30 était un enjeux remarquable pour Peter Jackson, il aurait fallut changer presque l’intégralité du scénario prévu par l’écrivain pour son livre, c'est bien ce que le réalisateur a fait ou plutôt a tenté de faire, résultat : alors que tout commençait très bien pour le premier volet (Un Voyage Inattendu), la trilogie à régressé d'épisodes en épisodes, fautes de technique, de scénario mais aussi de mise en scène. Les "Le Hobbit" ont commencé à se démarquer de plus en plus des Seigneur des Annaux, et ont choisit de se créer eux même leurs propres personnalités (chose qu'il n'auraient finalement pas dût être faite). Le réalisateur voulait montrer du nouveau dans la saga de l'annaux, il à donc décidé d'ajouté plein de nouveaux éléments mais qui et encore une fois faute de scénario, s’avéraient être complètement inutiles et qui ont dégradé majoritairement l'ensemble du film. Sinon, des batailles colossales, un nombre infini d'effets spéciaux, une multitudes d'événements inattendus (et souvent trop gros pour y croire) et beaucoup phrases qui tue (ou pas) constituent le restant de ce film, qui parfois par utilisation trop fréquentes de ces éléments en devient presque ridicule (pour ne pas dire minable). Donc conclusion: une déception, qui peut être divertissante par moment mais d'autres fois lassantes, cependant, c'est à voir si vous êtes fana de La Terre du Milieu, sinon je vous conseil vivement de vous re-mater la trilogie du Seigneur des Annaux.
    Kloden
    Kloden

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 997 critiques

    4,0
    Publiée le 15 décembre 2014
    On sent parfaitement à travers ce volet terminal combien le retour de Jackson aux manettes n'était ni le premier choix ni un choix idéal, puisque le réalisateur, constamment relancé par la production suite au désistement de Guillermo Del Toro, semble définitivement avoir connu des difficultés à se réapproprier un projet déjà en cours pour lequel il n'avait pas de vision artistique propre. On avait d'ailleurs senti, surtout à travers le premier volet (dont le scénario avait déjà été en partie travaillé par Del Toro) et son ton à mi-chemin entre conte et fresque épique (qui le rendait à la fois bancal et d'un charme certain) qu'une autre approche de l'univers était possible, qu'elle pouvait rendre honneur à Tolkien et se détacher de l'adaptation du Seigneur des anneaux comme le fait la version papier du Hobbit. Malheureusement, Jackson a du revenir par obligation, choisissant sans doute la sécurité en tentant vainement de calquer son traitement sur les standards épiques et grandioses fixés par la précédente trilogie. C'est là, à mon sens, que se fourvoient les aventures ciné de Bilbo, recherchant sans cesse par l'emphase la puissance qui découlait avec un naturel incroyable de la densité, de la complexité et du développement supérieur du seigneur des anneaux, récit apocalyptique, mythologique et ultra fouillé. Le problème ne vient donc pas, selon moi, de l'étirement narratif que tant reprochent à la saga Bilbo. Au contraire, certaines scènes étirées à l'extrême, au point de citer mot pour mot le texte de Tolkien (les confrontations entre Bilbo et Smaug ou Gollum, son ralliement par Gandalf et les nains...) se seront souvent avérées jouissives par la confrontation que le tolkienniste peut en faire avec sa propre vision. Le seul défaut que je trouve au choix d'une trilogie relève plutôt de la construction narrative quelque peu bancale qui oblige à répartir les enjeux équitablement pour ne pas affaiblir l'un des long-métrages, par exemple en découpant maladroitement le rôle de Smaug spoiler: , présenté par les cliffhangers de fin des premiers films comme le vrai antagoniste pour finalement être expédié en quelques minutes lors du troisième volet
    . Ce n'est donc à mes yeux pas le contenu qui pêche (à ceci près que la conclusion de nombre de points importants de la Bataille des Cinq Armées est amputée dans sa version ciné, ce que viendra rétablir la version longue, je n'en doute pas). Plutôt le traitement constamment disproportionné, presque boursouflé, parfois épique mais parfois clairement too much. Mais compenser par l'image ce que le matériau perd en souffle n'est pas possible, virant parfois au ridicule. Pour ne citer que ça, voir Legolas (dont les talents de surfeur, découverts dans Le Seigneur des anneaux - sur la trompe d'un mûmak comme sur les escaliers de Fort-le-Cor - prêtaient juste à sourire car n'étant pas noyés dans une démarche globale très alourdie), voire Legolas donc se découvrir une passion pour le parapente a quand même quelque chose de gênant. Dommage, car l'amour de Jackson pour Tolkien n'a pas disparu, et sa narration rend toujours aussi bien justice aux enjeux du récit, les présentant de façon claire, ordonnée, parfaitement à même d'en retransmettre la charge émotionnelle si la mise en image ne venait pas l'alourdir encore. Dans le fond, la principale couleuvre marketing que Jackson fait avaler au fans, Tauriel et son histoire d'amour avec Kili, ne passe même pas si difficilement que ça, malgré la niaiserie qu'elle occasionne. Mais voilà, Le Hobbit restera toujours dans l'ombre du Seigneur des Anneaux. Le plus triste, c'est de voir Peter Jackson signaler clairement la gageure sur laquelle il achoppe en citant à nouveau à de nombreuses reprises Le Seigneur des anneaux, en rappelant sans cesse le monument auquel sa nouvelle saga prend le risque, en le copiant, d'être comparé. Je crois vraiment que quelque chose de plus léger, qui retransmette davantage le côté aventureux du bouquin, sa poésie du voyage, son enchantement devant les dangers et les merveilles de la découverte, aurait été très intéressant, bien que très risqué et moins en continuité avec Le Seigneur des Anneaux. Malheureusement, les contraintes financières et les rebondissements fortuits de la production étant ce qu'ils sont, on se contentera de ce qui demeure quand même une oeuvre fantastique de grande qualité, loin au-dessus des standards du genre (si le Hobbit avait été adapté en premier, on en parlerait sans doute comme d'une très grande saga). L'univers de Tolkien demeure d'une immense richesse, et Jackson n'a pas perdu ses talents de conteur. Le Hobbit a des défauts, surtout lorsqu'on l'a un peu trop fantasmé, mais la saga n'en restera pas moins, une fois ses parti pris acceptés, un vrai moment de plaisir pour moi, fan de Tolkien et très content de le voir ainsi adapté.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 16 février 2015
    Il faut que je le revois, en version longue ou pas car j'en attendais beaucoup (trop) de ce troisième opus : je voulais une sorte de mini Le Retour du Roi, ce qui était impossible étant donné la réalisation des deux premières parties d'Histoire d'un Aller et Retour. En gros, il y a trois choses qui m'ont déplus et elle concernent toutes le scénario : ce dernier est avant tout basé sur l'action (trop d'action crée un sentiment de lassitude), il comporte des clichés et est très prévisible. En dehors de ça, l'histoire est toujours aussi captivante ! Les effets spéciaux sont incroyables, les scènes d'action sont époustouflantes, les scènes d'émotion (et elles aussi sont nombreuses) sont très efficaces, la bande originale est bonne même si certains thèmes musicaux m'ont un peu agacés, le casting est parfait (Martin Freeman, Ian McKellen, Richard Armitage et les acteurs incarnant les autres nains, Orlando Bloom, Evangeline Lilly, Luke Evans, Lee Pace, Cate Blanchett, Christopher Lee, Hugo Weaving, Sylvester McCoy, Ian Holm et Benedict Cumberbatch qui est la voix et la capture de mouvement de Smaug). Certains personnages ont été approfondis au maximum ( spoiler: la personnalité de Thorin, le courage de Bilbon, l'histoire de Legolas et de son père Thranduil, l'évolution du triangle amoureux ect...
    ). J'ai aimé les multiples références avec Le Seigneur des Anneaux, ça montre que les deux trilogies sont connectées. Pour finir, la fin du long-métrage nous laisse dans une profonde nostalgie ! Ma préférée est spoiler: l'affrontement entre Galadriel et Sauron
    .
    Armand J.
    Armand J.

    Suivre son activité 47 abonnés Lire sa critique

    1,0
    Publiée le 10 décembre 2014
    Même si après les deux premiers opus nous savions que P. Jackson ne voulait pas toucher les mêmes publics pour le Hobbit que pour le Seigneur des anneaux, un trop plein de d'incohérence et de surréalisme rendent ce film grotesque, à la limite du ridicule: l'usage de la 3D à outrance et des images de synthèse notamment au moment des batailles des armées nous éloignent du réalisme et nous rapproche du dessin animé. Mais aussi, on pourrait penser que le réalisateur ne sachant pas comment combler la pauvreté de son scénario, a voulu remplir avec un flot de mélo-dramatisme qui ne font absolument pas avancer le schmilblick spoiler:
    histoire d'amour entre l'efle et le nain, relation de l'homme avec ses enfants, le ridicule du personnage de l'intendant du maitre de Lacville... (comme le dis un autre internaute, deux films auraient largement suffit!). De plus, beaucoup de question reste en suspend à la fin du visionnage spoiler:
    qui va gouverner sous la montagne? Pourquoi Trandhuil dit à Légolas d'aller voir Grand Pas? Ou en est le combat entre Saroumane et Sauron?
    Seul le rôle de Bilbon et le jeu d'acteur du personnage nous permet de ne pas décrocher et de partir avant la fin du film.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 14 décembre 2014
    Voila ! Un des films que j'attendait le plus cette année ! Le grand final de la Trilogie Hobbit, et que dire, chef d'oeuvre ! Une bataille finale excellente et prenante, durant quand même 45 minutes. Le film est le moins long des Seigneur des Anneaux et Hobbit réunis : 2h24, de pur bonheur, d'action, de fantastique, d'émouvant. Dès les premières minutes du film, on est tout de suite transportés dedans, qui continue la ou le précédent avait fini. Les acteurs tout simplement magistraux, des décors toujours aussi beaux, effets spéciaux dantesques, très bonne 3D, B.O. épique. De l'humour aussi, qui était présent dans les deux précédents, et qui va nous manquer, ils vont tous nous manquer, car à la fin on se dit : c'est fini. Fini, le voyage dans la Terre du Milieu, la quête de Thorin et sa courageuse armée, le voyage de Bilbon. Tout s' achève et se conclut magnifiquement bien. On peut garde l'espoir qu'il y ait une nouvelle trilogie, quoique c'est très peu probable, la version longue sortira l'année prochaine, avec 30 minutes de plus, résultat : il durera 2h54, histoire d'allonger l'histoire pour notre grand plaisir. On a eu deux grandes trilogies. Des chefs d'oeuvres. Merci Peter Jackson.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 11 décembre 2014
    Voilà, on y est , le dernier chapitre qui clôt une saga de 6 films, une saga qui aura marqué le septième art que l'on aime ou pas. Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées aurait du être ce que l'épisode 3 de Stars Wars est à la Prélogie. C'est à dire un excellent film comparable à la trilogie originale.

    Ce n'est finalement qu'une conclusion parfois épique mais surtout bâclée. J'avais beau attendre le film, je savais au fond de moi que ce film allait être une déception au vu des effets spéciaux en abondance faisant penser à des cinématiques de jeux vidéos. Le film promettait une immense bataille comparable à celle du Retour du Roi? Il n'en est rien. Pour vous donner une idée, la charge du Rohan vaut à elle seule ce troisième volet. Mais pourquoi il n'est pas si mauvais que ça ? On a beau le critiquer, le Hobbit se déroule toujours dans la terre du milieu, ( nostalgie quand tu nous tiens! ) On reste bouche bée devant ces décors fabuleux, les combats ébouriffants et épiques que ça soit au début avec pour introduction l'attaque du dragon Smaug sur Lacville ou à la fin avec Legolas et ses prises acrobatiques improbables. Peter Jackson nous a réservé quelques bonnes surprises qui sont la bienvenue mais qui ne marquent pas. J'ai l'impression qu'il a voulu refaire le Retour du Roi mais au final le résultat est 10 fois moins impressionnant et surtout le film manque cruellement d'émotion, pas un seul instant on éprouve de l'empathie pour un personnage mise à part pour notre cher Bilbon Sacquet interprété par le talentueux Martin Freeman qui est le vrai plus du film. Le personnage de Thorin est mal écrit et change de caractère d'une scène à l'autre. On a comme une impression que le film est inachevé comme s'il manquait des scènes importantes au récit. Peter Jackson a bâclé son travail que ça soit sur l'écriture ou la réalisation, là où la trilogie du SDA était filmée d'une main de maître, on a l'impression ici qu'il n'est pas inspiré, la bataille est par moment impressionnante mais elle est filmée avec très peu d'intérêt et de passion qu'elle ne captive pas. Les combats sont parfois risibles et la BO de Howard shore est absente, pas un morceau marquant durant ces 2h24 de film. Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées était attendu, il m'a déçu mais je ne boude pas mon plaisir d'avoir retrouvé certains personnages que nous suivons depuis 2001.

    Dans l'ensemble, ce troisième et dernier volet est un bon film en soi avec son lot de scènes spectaculaires . Avec ce petit pincement au coeur, en pensant qu'on quitte la terre du milieu pour du bon, j'aurais juste aimé la quitter avec de meilleurs souvenirs que des cinématiques de jeux vidéos.
    MaCultureGeek
    MaCultureGeek

    Suivre son activité 923 abonnés Lire ses 1 224 critiques

    5,0
    Publiée le 9 janvier 2015
    Je vous invite directement à cliquer sur le lien ci-dessous ( et ce seulement si vous avez envie d'en savoir plus ). Rien de grave, c'est seulement pour clamer une petite remarque ( je ne supporte pas le terme de "coup de gueule" ). Bref, revenons en au film. Alors, ce dernier SDA/HOBBIT, qu'en ai-je pensé? C'était un régal, mais pas un film parfait. Et cela me fait un peu mal de vous dire cela, parce que cette conclusion épique, je l'ai attendue longtemps, très longtemps, peut-être trop. Bien que j'ai bien plus pris mon pied ici que pour les deux précédents "Hobbit", je dois reconnaître qu'il possède des défauts, mais des défauts que peu ont réellement dénoncé avec une totale impartialité. Concentrons-nous dessus en premier, pour pouvoir ensuite se faire plaisir sur ses points les plus positifs. Déja, il est vrai qu'il existe un problème d'écriture assez remarquable. Les personnages les plus anciens dans le récit ( principalement les nains ) ne sont pas fouillés, pas écrits, Jackson et les autres pensant surement qu'on les connaîtra tous pour prendre la peine d'y revenir. Le soucis, c'est que très peu d'entre eux étaient approfondis dans les deux précédents volets, outre Fili et Kili. Thorin, par contre, pour me faire mentir, connait enfin une profondeur à la hauteur de son personnage. J'ai bien aimé Balin, surtout parce qu'on y fait une référence dans LSDA, mais les autres sont tout simplement inintéressants. Ils font plus de la figuration qu'autre chose. Par contre, pour les nouveaux arrivants, c'est vraiment bien fait. Mais l'on y reviendra plus tard, dans les points positifs. Ensuite, y'a l'édulcoration. Dans LSDA ( désolé, mais il y a presque obligation d'y faire une référence ), le sang coulait lors des batailles, ne plaisantait pas ( celle du Gouffre de Helm est impensable ). Ici, il n'y a rien, si ce n'est pour le dernier grand combat ( surement pour autoriser les décapitations aux yeux de la censure ). En soit, c'est plutôt décevant et assez génant, surtout que l'on s'attendait à tout son contraire. Ensuite, et je pense que la majeure partie des gens sera d'accord avec moi : l'introduction. Smaug, c'est pas n'importe qui, c'est Benedict Cumberbatch, Sherlock, Kahn, vous ne pouvez pas le virer au tout début du récit de cette manière. Surtout qu'il a quand même été le grand méchant des deux premiers films ( seulement évoqué dans le premier, c'est vrai, mais on le sentait bien plus dangereux qu'Azog ). Mais je pense que l'on ne peut pas dire qu'il soit bâclé. Non, il y a eu un tel travail que cette idée ne doit même pas m'effleurer la pensée. Même si des défauts d'écriture persistent ( on n'en a rien à faire de la mort de deux personnages principaux ), le tout est assez solide pour que je puisse plus me concentrer sur ses points forts que sur ses points faibles. Déja, c'est foutrement épique, du genre que j'adore. J'ai pris mon pied de ce point de vue là, y'a pas à dire, c'était génial. Même si les CGI sont extrêmement nombreux et font parfois jeux vidéo, il est vrai ( encore que cela ne m'a pas dérangé, apportant une certaine esthétique au film que j'ai trouvée plaisante ), cela ne m'a pas dérangé. J'ai même trouvé cela plaisant, apportant une foule de détails et une action qui, pour ma part, était très très fluide et facilement distinctive. Malgré son édulcoration, l'action n'en souffre pas trop. Elle est réellement bluffante, impressionnante, déstabilisante. Et niveau CGI, j'ai trouvé qu'il y en avait moins que dans l'ultime bataille du "Retour du Roi". C'est vrai qu'ils sont peut-être plus flagrants, mais lorsque l'on y réfléchit, il y en a tout de même moins. En fait, c'est un film si impressionnant et spectaculaire que je trouve extrêmement complexe d'en parler pleinement. C'est exactement la même chose que pour le "Seigneur des Anneaux" et les deux premiers "Hobbit"; cela pourra vous paraître étrange, mais quand je visionne l'un de ces métrages, j'ai l'impression d'être dans un autre univers pendant environ trois heures ( 2h20, pour le coup ), de ne pas me situer dans mon fauteuil, de me trouver aux côtés du Hobbit et des nains dans la Terre du Milieu, d'Aragorn et de Legolas. Et Legolas, parlons en. Outre le fait qu'il soit bien plus approfondi que dans la trilogie du "Seigneur des Anneaux", il est également plus sombre. Son physique a changé, l'acteur a vieilli, et a perdu ce petit côté sympathique qu'il avait auparavant. C'est une excellente approche du personnage, sans aucun doute la meilleure. Personnellement, je n'aurai pas accepté de tomber sur un Legolas avec exactement la même personnalité que celle qu'il avait dans la précédente trilogie. Pour le coup, voilà un excellent choix d'écriture, même si l'on se demande clairement ce qui a pu le faire changer à ce point dans le futur ( élément pas très bien maîtrisé, il faut l'admettre ). Perso, j'ai bien apprécié l'histoire de sa mère, cela lui apporte une sorte de passé qu'on ne lui connaissait pas. Ensuite, Tauriel. Bon, je ne vais pas non plus me taper tous les personnages, mais je dois bien admettre que son histoire d'amour avec le nain trouve enfin son utilité, et apporte au métrage en lui même. Même si la partie "Sauron" est un peu malmenée et bien trop rapide, le reste de l'écriture que je n'ai pas encore traité ( soit la partie folie de Thorin ) est plutôt bon. Je ne vais pas trop vous spoiler, ne vous inquiétez pas, et m'arréterez là pour ne pas pousser trop loin. Niveau acteurs, c'est le top. Malheureusement, je n'ai pas pu profiter de la VO, mais à ce que j'en ai vu dans le film et dans la BA, c'est vrament de l'excellent. Bloom est vraiment bon, Martin Freeman est extrêmement attachant et convaincant, Richard Armittage est très imposant, Luke Evans se veut un excellent guerrier, Ian McKellen ne chang epas d'un poil ( Christopher Lee est trop peu présent, tout comme Hugo Weaving ), Evangeline Lilly est convaincante et Lee Pace et tout simplement superbe. Que dire de l'effrayant dragon, soit de Benedict Cumberbatch? Rien, il est parfait. J'ai bien aimé le comic releef du film qui, malgré un peu trop de surjeu, était assez bien écrit, quoi qu'un peu lassant au bout d'un moment. Niveau réalisation, c'est magnifique, et cela m'appuie dans mon propos : Peter Jackson a du génie, et pour cela, c'est extrêmement complexe de parler de ses films, tout comme il est dur de parler de métrages tels que "Star Wars" ou encore "300" ( premier du nom ). Génial de bout en bout, ce dernier "Hobbit" m'aura époustoufflé, et fournit, par six fois, des frissons. Les morceaux de bravoure sont magnifiques, certains passages réellement émouvants. Cela ne peut que faire verser sa petite larme que de penser que c'est notre dernière escapade en Terre du Milieu, magnifique saga qui aura pris plus de 13 ans à éblouir le monde. Peut-être pas le meilleur des six films, mais clairement le top du top niveau divertissement. La BO est géniale, aussi vrai que j'ai adoré la présence des elfes et des nains ( on a enfin droit à de vrais combats avec eux! Oui! ) et le côté grandiose de la chose. La fin est magnifique, et la liaison avec la précédente saga est tout juste virtuose. Cela pourra paraître grossier, mais perso, je n'aurai pas rêvé meilleure conclusion. J'espère que cette critique ne vous sera pas parue trop décousue, mais comme je vous l'ai déja expliqué, il a été très complexe pour moi de parler de ce film. En tout cas, je vous le conseille grandement, c'est un superbe divertissement, un véritable coup de coeur, un film au souffle épique et grandiose. C'est spectaculaire, plein de bons sentiments et c'est un honnête divertissement. Un travail colossal a été mis en chantier pour le mettre au point, et pour cela, on lui doit le respect. Une claque, c'est sûr. Un régal, c'est indéniable.
    Julien D
    Julien D

    Suivre son activité 829 abonnés Lire ses 3 461 critiques

    3,0
    Publiée le 14 décembre 2014
    En guise d’adieu à l’univers de J.R.R. Tolkien, après six films et treize années de travail acharné, Peter Jackson a opté pour le parti-pris de reproduire et amplifier ce que les amateurs ont le plus retenu du troisième épisode de la première trilogie et qui leur a manqué dans les deux précédents films, à savoir la dimension épique d’un combat titanesque entre d’immenses armées. Annoncée dès le titre, ladite bataille, depuis la mise en place des camps jusqu’à sa conclusion, occupe effectivement la quasi-intégralité du film, une fois passée la scène prégénérique spoiler: qui clôt (trop rapidement ?) la menace que représente le dragon Smaug
    . La douzaine de nains au cœur de la narration des précédents volets, une centaine d’humains ayant survécu à l’incinération de leur village, une armée d’elfes belliqueux et des cohortes interminables d’orques se retrouvent donc au pied de cette montagne pleine d’or, prêts à en découdre les uns avec les autres. spoiler: La cinquième armée évoquée par le titre est celle d’animaux, menée par les aigles géants qui, comme à chaque fois, vont servir de deus ex machina
    . Au cœur de cet assaut spectaculaire, on suit quelques-uns de nos héros, dont évidemment Bilbon, qui devient toutefois secondaire dès lors que la bataille éclate pleinement. Mais c’est surtout à l'évolution psychologique de Thorin mais aussi au couple elfique (qui n’existait pas dans les livres de Tolkien) formé par Legolas et Tauriel que la caméra nerveuse de Jackson aime à donner le plus d’importance, leur offrant d’interminables scènes de duel avec les plus monstrueux des orques cherchant à être si impressionnantes qu’elles en frôlent parfois le grotesque. La sous-intrigue du triangle amoureux interracial entourant ces deux elfes et le nain Killi, entamé maladroitement dans le précédent opus, réussit toutefois à rebondir et à offrir aux personnages une consistance émotionnelle, et donc au film une charge dramatique qui le rend plus impactant que ses prédécesseurs. Mais, heureusement, l’intégralité du film n’étant pas entièrement réservé à la fameuse bataille, on profite également d’une scène magnifique, située à Dol Guldur et réunissant le conseil blanc affrontant le nécromancien. Cette scène frustrera incontestablement les fans de Tolkien tant ses suites sont inexploités alors qu’elles représentent un élément majeur dans l’Histoire de la Terre du milieu. Sans doute, du moins espérons-le, la version longue palliera ce manque plutôt que d’étirer encore le conflit entre nains, elfes et orques. Pour une conclusion marquante de cette saga mythique, La bataille des cinq armées restera dans les mémoires comme un spectacle saisissant, teinté de scènes tour à tour dantesque et émouvantes, mais surement pas l’apothéose dramaturgique ni même visuel que l’on pouvait en espérer.
    Ewen Blake
    Ewen Blake

    Suivre son activité 92 abonnés Lire ses 968 critiques

    1,0
    Publiée le 24 mars 2021
    Le naufrage annoncé s'est réalisé et aucun Deus Ex Machina ne viendra sauver Jackson de la purge qu'il a créée. Quelle tristesse d'être revenu pour un voyage de près de 8 heures dans la Terre du Milieu pour un tel résultat. Comme dans les deux premiers opus, la narration s'embourbe et un blabla insupportable tient lieu de dialogue. Jackson résout ses misérables intrigues secondaires (l'histoire d'amour, la folie de Thorin, l'histoire d'amour) n'importe comment avant d’enchaîner sur une bataille finale dans laquelle tout sonne faux. Les scènes s’enchaînent sans cohérence et les événements WTF se succèdent dans un délire total (Des vers géants sérieusement ?). Comment Jackson peut il accepter que Bilbo arrive à tuer des orques en leur lançant des cailloux ??? Putain c'est une honte. On abolie toute vraisemblances pour ajouter des rebondissements foireux, l'orque fait de l'apnée pendant une demie heure dans l'eau gelée avant de revenir en mettre une couche alors qu'on a qu'une envie : que s'arrête toute cette crétinerie. Cette trilogie spectaculaire dopée au CGI mais aussi désincarnée qu'une production d'Heroic Fantasy lambda restera pour moi la défiguration d'une oeuvre et d'un monde qui ne le méritait pas.
    Mars 2021 : constat encore plus sévère. Je réalise en plus que l'héroïsme de Bilbo ne tient que très peu à ses capacités mais seulement aux atouts que lui procure l'anneau ce qu'il cache à ses compagnons. Il est moins célébré pour ce qu'il est que pour ce qu'il a.
    Chevalier du cinéma
    Chevalier du cinéma

    Suivre son activité 188 abonnés Lire ses 338 critiques

    3,5
    Publiée le 26 octobre 2019
    Après avoir effectué un travail titanesque à travers deux longues trilogies afin de mettre en image l’univers imaginé par le célèbre écrivain J.R.R. Tolkien, le temps est venu pour Peter Jackson de quitter pour de bon la Terre du Milieu. Avec ce troisième et ultime opus de la trilogie du Hobbit intitulé La Bataille des Cinq Armées, le metteur en scène conclue donc avec réussite cette seconde trilogie de la Terre du Milieu. Mais même si le film reste dans son ensemble très bon, il n’en demeure pas moins une certaine déception une fois qu’arrive le générique de fin. Atteignant enfin la Montagne Solitaire, Thorin et les Nains, aidés par Bilbon, ont réussi à récupérer leur royaume et l’immense trésor qu’il renfermait. Mais en entrant dans la montagne ils ont également réveillé le dragon Smaug qui a bien l’intention de se venger des hommes de Lacville qu’il pense responsable d’avoir aidé la compagnie de Thorin à entrer dans la Montagne Solitaire pour reconquérir son royaume. Et c’est alors que, durant l’attaque de la ville par le dragon, Bard réussi à tuer le monstre en tirant une flèche noire dans sa faille située sur son poitrail. Le dragon mort, les différents peuples de la Terre du Milieu, les Elfes, les Hommes, les Nains ainsi que les Orques et les Gobelins menés par le Nécromancien, se mettent à convoiter pour de bon les richesses et la position stratégique de la montagne et se préparent à la guerre pour décider qui entrera en sa possession. Ça y est, le moment est venu de dire définitivement au revoir à l’univers de J.R.R. Tolkien au cinéma mis en image par Peter Jackson après la trilogie du Seigneur des Anneaux sortie entre 2001 et 2003 et celle du Hobbit sortie entre 2012 et 2014 qui s’achève avec ce troisième volet. Cette dernière aventure du Hobbit était un des films les plus attendus de l’année 2014 car achevant l’œuvre d’un cinéaste qui aura consacré de très nombreuses années à la création de l’univers de Tolkien au cinéma avec ces deux saga hors du commun qui auront profondément marqué l’Histoire du cinéma, en tout cas surtout celle du Seigneur des Anneaux. Et pour faire enfin un bilan global sur le travail cinématographique que Peter Jackson a effectué sur les œuvres littéraires de J.R.R. Tolkien, on lui préfèrera, comme beaucoup de monde, la première trilogie car vraiment parfaite de bout en bout, de sa réalisation à sa musique en passant par ses décors, ses costumes, ses effets spéciaux ou son ambiance générale, bref une trilogie qui a l’allure d’un grand chef-d’œuvre du Septième Art et qui fera de l’ombre à celle du Hobbit c’est indéniable. Et de toute façon, dès l’annonce du projet, il était quasiment impossible pour Peter Jackson d’égaler ou de surpasser son travail fait sur Le Seigneur des Anneaux car ayant atteint un niveau de maîtrise et d’inventivité tellement bluffant que personne ne pourra jamais l’égaler, Peter Jackson lui-même. Et nous en avons la preuve avec cette trilogie du Hobbit, assez inégale, avec des éléments positifs et aussi négatifs. A commencer par la régularité qui apparaît moins bien maîtrisée sur le Hobbit avec des films très différents que sur Le Seigneur des Anneaux. Le premier film, Un Voyage Inattendu, possédait une sorte de rythme assez lent dans sa longue première partie et commençait à s’énerver seulement dans la dernière heure et se situait dans une ambiance plus enfantine. Avec le deuxième opus intitulé La Désolation de Smaug, Peter Jackson remettait les pendules à l’heure notamment avec l’attraction principale du film qu’était le dragon Smaug et ce deuxième opus constitue le meilleur film des trois car intense, spectaculaire, jouissif et prenant jusqu’à sa brillante fin, faisant de lui une fresque d’aventure épique plus sombre. Et cette conclusion portant pour titre La Bataille des Cinq Armées, très bien réussie il faut le dire, n’est malheureusement plus dans cette ambiance aventureuse et épique mais ressemblerait plus à un jeu vidéo sur fond de guerre dans une salle de cinéma avec une orgie d’effets spéciaux et une grosse surenchère de scènes d’action irréalistes et what the fuck pour ainsi dire. Trop d’action tue l’action et trop d’effets spéciaux tue les effets spéciaux. Il est vrai que ce temps où les Orques étaient joués par de vrais acteurs dans des costumes et maquillages saisissants, où les scènes de paysages étaient tournées en décors naturels ou alors que certains lieux étaient reconstitués avec des maquettes, manque énormément à cette trilogie du Hobbit. Je ne m’attarderais pas trop sur cet élément car j’ai déjà pu l’évoquer dans les critiques des précédents volets mais juste pour dire que ce troisième film est sans doute celui qui possède le plus d’effets spéciaux numériques qui dégoulinent de partout notamment lors de la bataille gigantesque près de la Montagne Solitaire où on a l’impression d’être dans un jeu vidéo genre Empire Total War ou World of Warcraft mais à la sauce Seigneur des Anneaux. Les armées font selon moi trop numériques, dans leur mouvement et leur masse, tout comme les combats qui ont moins d’impact et auxquels on y croit beaucoup moins que dans la première trilogie même si elle utilisait aussi des effets spéciaux pour les armées, mais les combats, eux, faisaient plus authentiques car des comédiens s’affrontaient vraiment au corps à corps, alors qu’ici c’est du numérique contre du numérique. Au final je suis assez déçus de cette très attendue Bataille des Cinq Armées, il y avait vraiment matière à faire quelque chose de dantesque car dans le livre Bilbo le Hobbit, Tolkien ne nous raconte pas cette bataille car Bilbon se prend une pierre sur la tête et se réveille lorsqu’elle est terminée. Peter Jackson avait donc les mains libres pour faire quelque chose de (quasiment) jamais vu mais ne réussit finalement pas à égaler la mythique bataille du Gouffre de Helm ou celle de Minas Tirith qui sont présentent dans les deux derniers Seigneur des Anneaux. Occupant plus d’un tiers du film, la Bataille des Cinq Armées est donc une succession de combats déjà vu dans Le Seigneur des Anneaux, avec des affrontements intenses entre les Hommes, les Nains, les Elfes et les Orques, les créatures se font massacrer comme d’habitude, il y a des moments où tout semble perdu, mais spoiler: c’est là que les Aigles se pointent, comme à chaque fois où ça commence à être la défaite, et se chargent de conclure
    cette bataille certes très divertissante et impressionnante mais assez décevante et brouillonne car partant dans tous les sens. spoiler: Franchement je suis un peu énervé par cette utilisation des Aigles comme « gilet de sauvetage » que l’on voit déjà dans Le Seigneur des Anneaux mais aussi dans le premier Hobbit, comme s’il n’y avait pas d’autres moyens scénaristiques pour sauver la mise de tout le monde en des moments fatidiques. Et de plus, la bataille fait vraiment bâclée car les Aigles, montés par Beorn qui n’apparaît que cinq secondes dans le film d’ailleurs et par Radagast le Brun, donnent trois petites rafales servant à décourager les renforts de l’armée du Nécromancien et à les faire battre en retraite, on aurait pût espérer mieux de la part de Peter Jackson car il y avait déjà eu ce problème de conclusion lors de la bataille de Minas Tirith avec l’armée fantôme qui bâclait aussi cette immense bataille et siège de la cité
    . En fait pour résumer cette Bataille des Cinq Armées, il faudrait imaginer que pendant plus d’une heure, Peter Jackson nous balance des scènes de combats intenses et longues, où il manque parfois de clarté, de transitions et quelques scènes, et où le spectateur est au bord de l’over dose d’effets spéciaux et de fracas de bouclier et d’épées qui s’entrechoquent. Mais ce qui perturbe un peu c’est le changement radical de l’ambiance du film et de ses enjeux. Là où les deux premiers opus étaient dans une logique de grande aventure avec pour objectif d’arriver à la Montagne Solitaire pour tuer le dragon, cette histoire est au final rapidement mise de côté et surtout vite expédiée en l’espace de dix minutes lors du début du film où Smaug ravage Lacville et est tué par Bard pour être remplacée par l’intrigue tournant autour de la bataille du titre. Et là nous passons à la phase guerrière pleine de courage, d’héroïsme et de morts fatales, et je trouve que le film fait assez mal la transition de l’aventure épique à cette épopée guerrière plus sombre car tout semble perdre son intérêt avec la mort du dragon, comme s’il n’y avait pas eu les deux premiers opus qui se terminaient à chaque fois sur le dragon et qui annonçaient normalement un final dément avec le monstre. Mais non, on a juste droit à dix minutes de face à face avec Bard qui tue sans trop de difficulté la bête, Peter Jackson s’est tout de même un peu raté ici avec cette fin décevante de l’enjeu principal des deux premiers films, et nous livre une sorte de pétard mouillé. Et finalement, ce troisième film ne nous apparaît dans le fond que comme une simple, mais ambitieuse, bataille de grande envergure qui rassemble tous les protagonistes et bouleverse le destin de tout ce beau monde. Et c’est là qu’on sent l’étirement de l’intrigue sur trois films, Peter Jackson a meublé et meublé avec des scènes d’action spectaculaires pour arriver au final à une conclusion très prévisibles et auquel je m’attendais depuis le début de cette nouvelle trilogie. Et aussi, ce qui était à la fois du remplissage de l’histoire originelle et une certaine intelligence de la part de Peter Jackson de lier la première trilogie à celle du Hobbit, semble également être vite expédié. Je parle bien évidemment de cette intrigue sur le retour de Sauron alias le Nécromancien dans le film qui je pensais allait avoir une plus grande importance alors qu’en fait non, il est juste combattu par Galadriel, Elrond et Saroumane, venus sauver Gandalf, et qui le chasse de Dol Guldur et va probablement aller se refaire une petite santé en Mordor pour préparer son grand retour et attendre patiemment soixante ans pour que l’Anneau Unique se manifeste enfin. On sent donc que Peter Jackson a dû faire des choix dans le montage de son film, ce qui contribue peut-être à ma déception, car des scènes des bandes-annonces manquent comme la volée de flèche de l’armée des Elfes, la charge des Nains sur des bouquetins ou encore les Nains dans un char pourchassé par des Wargs sur une rivière glacée. Mais aussi cette histoire avec le Nécromancien qui semble inachevée lorsque Saroumane dit qu’il se chargera de Sauron, on en entend plus parler jusqu’à la fin, et également le personnage de Beorn qui n’apparaît qu’avec les Aigles, on sent donc que beaucoup de scènes manques et on attendra la traditionnelle version longue du film pour se faire un avis définitif sur cette conclusion épique (inachevée ?) du la trilogie du Hobbit. Malgré ses défauts, le film n’en reste pas moins ultra divertissant grâce à ses scènes d’action inventives et spectaculaires, qui même si elles sont pleines d’effets visuels sidérants et de scènes d’action en modes surenchère, elles nous montrent tout le talent et la maîtrise de Peter Jackson, qui est le seul cinéaste à pouvoir mettre en image cet immense univers imaginé par J.R.R. Tolkien et à pouvoir mettre en scène de telles séquences de batailles et de sièges au cinéma. Quelques scènes sont vraiment réussies comme le début où Smaug ravage Lacville et la fameuse Bataille des Cinq Armées, même si elle est légèrement décevante, reste très spectaculaire et divertissante. Et là où Peter Jackson a très bien réussis son film c’est dans l’évolution psychologique de ses personnages. Toute la première partie du film se concentre en partie sur l’évolution du personnage de Thorin qui a totalement changé par rapport au premier volet. Désormais, le Roi sous la Montagne est devenu complètement fou, obsédé par l’or, convoite l’Arkenstone pour devenir tout puissant et devient de plus en plus paranoïaque car allant jusqu’à croire que l’un des siens l’a trahi. J’ai trouvé ce traitement du personnage vraiment très intéressant d’autant plus que Richard Armitage est très très bon dans ce rôle et réussi à donner une dimension plus tragique à Thorin, une dimension shakespearienne, et qui finit par revenir du bon côté durant la progression du film pour affronter son grand ennemi, Azog le Profanateur. Mais le problème qui se pose maintenant c’est que le personnage de Bilbon, à la base personnage principal et toujours interprété par l’excellent Martin Freeman, apparaît dans ce film comme un personnage secondaire, où on s’y intéresse de moins en moins et est plutôt remplacé par celui de Thorin. Cette trilogie s’intitule Le Hobbit et devrait donc s’intéresser au personnage de Bilbon comme héros phare des trois films, ce qu’elle fait à 70 % dans les deux premiers films, alors qu’en fait la trilogie se concentre avant tout sur la quête du Roi sous la Montagne, ce qui est logique dans un sens car l’histoire EST la quête de Thorin mais la saga s’appelle quand même Le Hobbit. On peut donc remarquer qu’au fil de l’avancée de l’histoire, Peter Jackson et ses scénaristes se sont beaucoup plus concentrés sur la quête de Thorin, le mettant plus en avant que Bilbon. Hormis ceci le reste des personnages est toujours aussi attachant, allant de l’indispensable Gandalf interprété par Ian McKellen en passant par Bard joué par le très bon Luc Evans qui serait une sorte d’Aragorn à la trilogie comme Thorin, à Orlando Bloom en Legolas jusqu’à Evangeline Lilly en Tauriel, vraiment très convaincante en Elfe même si on aurait aimé savoir ce qu’elle est devenue à la fin de la bataille, d’où le besoin d’une version longue pour avoir l’œuvre finale comme l’a pensée Peter Jackson car il s’agit en effet du film le plus court de la saga, 2h24 en comptant le générique de fin. Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées est donc une belle conclusion à cette seconde saga de la Terre du Milieu, mais qui n’est pas absente de défauts comme tous les films de cette trilogie d’ailleurs. Ce troisième film constitue le parfait divertissement familial pour les temps de Noël car on ne s’y ennuie pas une seule seconde et c’est toujours un plaisir de voyager dans cet univers si riche visuellement et scénaristiquement. Pour conclure définitivement sur ce Hobbit 3 je dirais qu’il est à revoir encore une ou deux fois pour se faire un avis définitif, et la version longue sera plus que nécessaire pour apprécier pleinement ce pur blockbuster signé par Peter Jackson, l’un des maîtres du Septième Art dans ce qui est de la démesure et de l’épique. La quête pour reconquérir le royaume d’Erebor s’est achevée, tout comme notre grand voyage en Terre du Milieu qui a lui aussi prit fin, à notre grande déception.
    L'Info Tout Court
    L'Info Tout Court

    Suivre son activité 333 abonnés Lire ses 1 025 critiques

    4,5
    Publiée le 10 décembre 2014
    Au-delà de la fin d'une trilogie, d'une saga, on assiste à la fin d'une époque. Le chapitre Hobbit se termine et avec lui celui de Peter Jackson avec Tolkien. Une fin spectaculaire aux forts accents du Retour du Roi. Les combats s'enchaînent, le fan service répond présent et l'aventure gagne en intensité. Un plaisir pour un beau final. Pour en savoir plus, lisez notre critique complète:
    Raphaël O
    Raphaël O

    Suivre son activité 88 abonnés Lire ses 1 567 critiques

    5,0
    Publiée le 29 février 2016
    Ce troisième et dernier volet de la saga de Peter Jackson conclut en apothéose l'aventure en Terre du Milieu et offre un excellent scénario, des décors et costumes superbes, des batailles grandioses, des effets visuels époustouflants, une mise en scène impressionnante et un casting de choix. Un chef-d'œuvre !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top