Mon compte
    Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées
    note moyenne
    4,0
    32526 notes dont 1368 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 1368 critiques par note
    192 critiques
    384 critiques
    420 critiques
    241 critiques
    84 critiques
    47 critiques
    Votre avis sur Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées ?

    1368 critiques spectateurs

    MadRom
    MadRom

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 403 critiques

    2,0
    Publiée le 12 décembre 2014
    Je me demande si on peut encore appeler ça du cinéma, parce qu'entre l'action qui ressemble plus à une cinématique de jeux vidéos où les personnages sont invincibles et butent une dizaine de mecs à la seconde ( Legolas) et la structure narrative qui ressemble plus à celle d'une série télé qu'à autre chose, il ne reste plus grand chose de propre au septième art.Mais le gros problème du film, et de toute la trilogie en passant, c'est qu'il comble du vide par du vent et du coup, Peter Jackson se retrouve avec une flopée d'intrigues secondaires inintéressantes à terminer et il les termine n'importe comment, à coup de deus ex machina et de fan service. Nan parce que la moitié du casting (Beorn, Radagast, Saroumane, Galadriel, Elrond, la plupart des nains), c'est quand même que de la figuration, ils ne servent à rien à part dire coucou aux fans.Donc, on a cette histoire sur Sauron dont on se fout royalement, qui s'étale sur trois épisodes, qui parait complètement hors propos par rapport à l'intrigue principale et qui se finit par une Galadriel en mode exorciste et un Sauron qui va bouder dans son coin à l'Est, c'est affligeant de nullité. Sincèrement, si c'est pour faire n'importe quoi, car on est plus à ça près, autant faire un combat entre Sauron et Galadriel, ça aurait été plus fun. Aussi a-t-on le droit à nouveau au triangle amoureux entre Tauriel, Legolas et le nain qui, surprise !, n'apporte rien à l'histoire, à Thorin qui commence à onduler de la toiture pendant 1h mais qui revient à la raison ... sans raison, alors forcement le film est long parce qu'il filme du vide la moitié du temps.Et ces liens bidons avec le Seigneur des Anneaux, "eh Legolas, vas voir Grand-Pas, il est sympa, vous serez copain"...Quant au cœur du film, la bataille des cinq armés, j'espère juste pour les fans qu'il y aura une bonne version longue avec un montage digne de ce nom, parce qu'entre les ellipses et les séquences d'actions trop courtes, le film vire au grand n'importe quoi, on comprend pas grand chose de ce qui se passe. Il manque aussi l'essentiel à ces scènes d'actions qui est l'implication émotionnelle du spectateur, car avec des personnages niveau 100 comme Legolas et aussi peu intéressants, difficile pour le spectateur d'avoir peur pour eux, de prendre par à leur enjeux etc ...Quant à la HFR, elle n'aide vraiment pas le film, hormis pour les plans larges, parce que dès que l'action est filmée en plan serré, ça devient vite illisible avec cette impression que le film est mis en accéléré.Au final, je trouve ça triste de devoir quitter la terre du milieu de cette manière, de voir que Peter Jackson n'est arrivé à aucun moment à justifier une trilogie de film de 3h sur un bouquin de 300 pages, de voir ses talents de narrateur, la beauté de l'univers, sa poésie bouffés par la technologie et l'appât du gain.Bref, un film qui n'est qu'un produit de consommation, rien de plus.
    Le Barberousse
    Le Barberousse

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 7 critiques

    3,0
    Publiée le 8 décembre 2014
    En cette fin d’année 2001, j’avais dix ans. Et cinq jours avant celui de Noël mon père m’a emmené voir « La Communauté de l’Anneau » avec mon petit frère au cinéma le plus proche. Je me souviens être sorti bouleversé, me disant que dorénavant il y aurait autre chose que Star Wars dans ma vie, et que je devais faire une petite place pour l’univers de Tolkien. La place qu’a prise cette saga fut plus grande que je n’aurais pu l’imaginer. Je me suis bien entendu précipité vers les livres de son auteur et ceux du genre en général. Mais il y eu aussi la découverte du jeu de rôle, du tir à l’arc, et j’en passe.

    Imaginez donc ma joie lorsque j’ai appris la nouvelle d’une adaptation du Hobbit sur grand écran, par Peter Jackson lui-même. C’était un pari risqué, certes. Adapter sur grand écran un livre de 320 pages en trois films de plus de 2h30 chacun était vraiment casse-gueule, mais le résultat est bien plus qu’honorable.

    Il y a deux ans donc, arrivait sur nos écran le premier volet, « Le Hobbit : Un Voyage inattendu ». Une véritable prouesse technique et artistique, en somme un film très bien réalisé, quoi qu’un peu lent. Ma déception était à la hauteur de mes attentes. Et je devais me rendre à l’évidence cette nouvelle trilogie ne se hissera jamais à la hauteur de la précédente. Mes frissons avaient disparu mais c’était tout de même avec une joie non dissimulée que je retournais en Terre du Milieu.
    L’année suivante « La Désolation de Smaug » s’avéra encore meilleur que le précédent, avec l’impression d’avoir vu un beau et grand spectacle se dérouler sous mes yeux, pardonnant même à Peter Jackson ce qui avait pu me piquer les yeux. Après une extraordinaire joute verbale entre Bilbo et Smaug, nos amis avaient réussi à le chasser de sa montagne. De rage, il se dirigeait vers Lacville mettant en péril la vie de ses habitants. C’est sur ces images que le film s’arrêtait brusquement, nous laissant en suspend pendant un an.

    D’où mon impatience à découvrir ce troisième volet. Et dés la première scène mon impatience est récompensée. In medias res, le film démarre exactement là où on l’avait laissé afin de nous offrir une scène d’ouverture magnifique, confrontant Smaug à Bard et aux habitants de Lacville. Il ne s’agit donc pas exactement d’une troisième partie, mais plutôt de la deuxième moitié du film précédent et on comprend dés lors l’envie initiale du conteur néo-zélandais de ne faire que deux films. Après cette longue introduction le sous-titre du film apparaît : « La Bataille des Cinq Armées ». Et c’est en effet de bataille qu’il va être question pendant plus de 90 minutes. Mais très vite on a l’impression que Jackson se rend compte qu’il ne lui reste plus que quelques pages à adapter. Du coup l’intrigue s’étire à travers des séquences qui semblent bien plus longues que ce qu’elles ne devraient être. Avec les dialogues trop longs et pompeux d’un Thörin indécis, et rongé par le doute. Et cela pendant une trentaine de minutes qui paraissent bien plus durant lesquelles les personnages débitent des punchlines suivies de silence se voulant lourds de sens.

    Mais très vite Peter Jackson se reprend, et nous amène à retrouver Gandalf que nous avions laissé à Dol Guldur dans une cage, pour une confrontation de magiciens au sommet ! On le sent plus à l’aise avec ses situations, et nous entraîne sans mal à cette bataille tant attendue qui s’étend sur les deux derniers tiers du film. Peter Jackson déploie tout son talent de metteur en scène pour nous livrer une bataille dantesque entre les différents protagonistes : orques (toujours aussi peu convaincants) accompagnés des gobelins et trolls, nains, humains, elfes… Cette bataille d’un point de vue découpage est un mélange entre celle des Champs du Pelennor et celle de Minas Tirith dans « Le Retour du Roi », tout en étant moins impressionnante. Le combat est une démonstration de stratégies militaires différentes, propre à chaque race, et à une chorégraphie des combats millimétrées. Mais malheureusement l’affrontement ne nous semble pas si long (voir même de se terminer assez vite) car rapidement Peter Jackson déplace sa caméra pour nous emmener vers des combats individuels qui n’en demeurent pas moins éblouissants, si ce n’est plus remarquables encore. Lors de ces affrontements il fait un usage très intelligent des décors, les considérants comme de véritables terrains de jeu. Par ailleurs il livre de très beaux moments à Legolas dont l’apparition dans la « Désolation de Smaug » m’avait quelque peu laissé perplexe quoi que tout à fait plausible, et acceptable dans la logique de gonflement des intrigues.

    Ce procédé n’a malheureusement pas que des bons côtés et certains choix scénaristiques sont plus que discutables, comme la part belle qui est faite au personnage d’Alfrid le bras droit du maire de Lacville qui se veut drôle, mais n’est qu’irritant et aussi peu utile à l’action que peuvent l’être certains des plus ridicules sidekick de Disney. De plus la romance amorcée dans le chapitre précédent entre Tauriel et Kili n’apporte que peu émotionnellement et vient à plusieurs reprises casser le rythme du film, et lorsque l’on prend du recul sur ce choix on se rend compte que l’intérêt scénaristique de cette relation est vraiment infime. Le véritable héro du film est Thörin et Bilbo n’est que le personnage témoin de ses aventures, qui sera chargé de chanter ses louanges et conter ses aventures à son retour. Mais il est décevant de constater que le hobbit, qui jusqu’à présent était notre œil en Terre du Milieu et seul personnage pour lequel je ressentais une réelle empathie, soit autant effacé dans cet opus. Avec lui disparaît l’humour léger présent dans les deux premiers épisodes. Un sentiment un peu particulier m’a parcouru pendant le film : tous les personnages principaux mettent leur destin en jeux, faisant preuve d’un réel héroïsme, mais leurs envolées ne sont jamais vraiment épiques. Il faut admettre que les enjeux de cette trilogie sont moindres à côté de la destruction de l’anneau.

    « There and back again » disait le titre originel de ce dernier opus. Après cette aventure il est maintenant temps pour Bilbo de rentrer chez lui. Alors qu’il aurait pu nous livrer une fin larmoyante, Peter Jackson, ayant probablement encore en tête les reproches des fans quant aux différentes fins du « Retour du Roi », nous sert ici une conclusion des plus sobres. Elle pourra probablement sembler bâcler pour certains, mais pour ma part je la trouve très intelligente, avec une dernière scène s’ouvrant avec simplicité et logique sur le « Seigneur des Anneaux ».

    Treize années, six films et 1031 minutes, nous donnent le recul nécessaire pour prendre pleinement conscience de l’entreprise et du travail titanesque fourni par Peter Jackson afin que les générations futures ne voient ces deux trilogies comme un seul et même arc narratif. Et que non, Peter Jackson n’est pas un petit opportun du box-office, et qu’il a eu bien raison de nous offrir cette deuxième trilogie même si inévitablement inférieure à la première mais qui est ce qu’elle promettait d’être : du grand spectacle extrêmement divertissant. Et pour tout ce bonheur apporté, de mon enfance à aujourd’hui, et demain encore (oui oui, les multiples versions à venir), je tenais à témoigner à Peter Jackson de mes plus sincères remerciements. Merci.

    PS : Je parle ici du film tel qu’il m’a été donné de le voir en 3D et 24 images/seconde. Car oui les coupes scénaristiques se voient à l’oeil nu, cabossant allègrement le storytelling de cette bataille finale. Mais vous et moi savons très bien que le film tel que le souhaite vraiment Peter Jackson nous ne le verrons probablement jamais. Donc à nous de nous l’imaginer.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 10 décembre 2014
    (Critique SANS SPOILER.

    "One last time" ... on attendra la version longue pour noter réellement le film.
    Je poste une première critique à chaud car je sors (quasiment) du marathon du Hobbit, et je dois dire que j'ai apprécié la trilogie DANS son ensemble, mais déçu par chacun des trois films.

    Ce dernier volet de la trilogie du Hobbit est ... bien, mais ce n'est malheureusement pas le chef d'oeuvre tant attendu.
    J'ai mis 4/5 car c'est un film à voir absolument (en VO si possible) mais selon moi il faudra attendre la version longue pour se faire une réelle idée de sa "valeur". Le découpage du film est vraiment "bizarre" et il manque un paquet de scènes.

    Les points positifs d'abord. C'est un film EPIC, ça ne fait aucun doute. Du début à la fin on ne s'ennuie pas une seule seconde, le temps passe très vite.
    Le film est plus sombre que les précédent et ce n'est pas plus mal.

    Cependant il y a beaucoup (trop) de point négatif.
    On ressort avec une impression de "non achevée", les scènes s'enchaînent bien, mais il manque quelques chose, du liant pour rendre cette histoire encore plus passionnante.
    Certains passages sont vraiment "Badass", dont un qui ridiculise la scène de Legolas avec le Mûmakil dans le Retour du Roi ... Toute la salle à explosé de rire tellement c'était ABUSÉ !

    Les passages dit "émouvant" ne le sont pas tellement au final, j'ai eu du mal à ressentir ces émotions.
    Tristesse, peur, colère, etc ... (ayant lu le livre ça n'aide pas non plus ;

    Pour résumé cette trilogie je reprendrai une phrase de Bilbo dans le Seigneur des Anneaux.
    C'est "comme du beurre, que l'on aurait étaler sur une tartine trop grande".

    A chaud c'est difficile d'en dire d'avantage. J'attendrais un peu pour poster une critiques avec des spoilers, afin de donner un avis scène par scène.
    x-worley
    x-worley

    Suivre son activité 115 abonnés Lire ses 350 critiques

    5,0
    Publiée le 12 décembre 2014
    Après deux volets plus que parfaitement réussi, Peter Jackson fait encore plus fort avec ce troisième opus! Mise en scène d'une maitrise totale, toujours aussi bien rythmé avec ses effets spéciaux toujours aussi époustouflants, ses créature fabuleuses, ses décors et ses batailles grandiose, sans oublier les moments émotionnelles et de l'humour. Le spectacle est total! Avec en prime une 3d de fou furieux. Un grand merci a Peter Jackson(sans conteste le plus grand de tous les réalisateurs a mes yeux, et j'insiste), car mes plus beaux moments de cinéma c'est a lui que je les dois! Merci pour ces chef d'œuvre absolus.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6787 abonnés Lire ses 10 837 critiques

    3,5
    Publiée le 25 décembre 2014
    C'est l'un des èvènements de 2014 avec cette fin très attendue de la saga du « Hobbit » rèalisèe par Peter Jackson! Crèpusculaire et èmouvant, cet ultime opus conclut tous les enjeux qui ont ètè clôturès depuis le dèbut de la trilogie tirèe du roman de Tolkien! Avec ses 154 minutes au compteur, "The Hobbit: The Battle of the Five Armies" passe globalement plus vite que les deux prècèdents volets avec un côtè un peu expèdiè de la chose où l'on ne s'attache pas assez à certaines scènes de l'histoire! Peut-être faut-il attendre la version longue pour noter rèellement cette troisième mouture dont l'introduction très en trompe reprend pile poil où s'est arrêtè le second volet avec la colère de Smaug! Les èvènements concernant ce charismatique dragon se terminent et il faut du coup rebondir sur « la bataille des cinq armèes » . Le seul petit souci, c'est qu'il faut rèussir à amener ça correctement car Smaug reprèsente un enjeu narratif ènorme! Parce que ne l'oublions pas, Smaug est au centre des deux premiers èpisodes du « Hobbit » . Du coup, c'est prèvisible que ce matèriau de base dans le livre (plus èquilibrè ceci-dit) soit expèdiè rapidement afin d'arriver à rebondir sur le plus gros enjeu qu'est « la bataille des cinq armèes » . Donc, ce que le spectateur normalement constituè a le plus envie de voir ici, c'est Smaug, enjeu du deuxième film et intro du troisième avec plus rien ensuite! Enfin pas tout à fait car la bataille autour de la montagne Erebor restera dans les mèmoires pour sa durèe et son sens exceptionnel de l'image de synthèse, d'un rèalisateur nèo-zèlandais qui reste, sans jamais se rèpèter, trouvant en permanence matière à renouveler son art! La technique en elle-même donne quelque fois des trucs grandioses même si - avis personnel - la meilleure solution est encore d'utiliser des bouts de ficelles! Bref, ce diable de Peter Jackson n'a vraiment rien perdu de son talent et signe un spectacle prenant et plus sombre à la conclusion rèussie où les combats font rage en ne manquant jamais de souffle! Pourtant, Jackson s'est un peu emportè dans ce volet en voulant refaire le grandiose qu'il avait fait dans la trilogie de l'anneau ("The Two Towers"), et en faisant une gigantesque bataille dont il a lui seul le secret! Certes, "The Hobbit: The Battle of the Five Armies" n'est pas un chef d'oeuvre du genre mais c'est un volet qui rèussit à faire avaler une bonne centaine de navetons d'heroic fantasy! Et même à être meilleur et plus passionnant que "The Lord of the Rings: The Return of the King" avec un final qui n'en finissait plus! Du cinèma hautement divertissant avec de l'èpique, du spectaculaire mais aussi des nains, des elfes, des humains, des Orques...et bien sûr Bilbon Sacquet, seul à pouvoir unir ses amis contre les forces obscures...
    Cynévore
    Cynévore

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 79 critiques

    2,5
    Publiée le 7 février 2018
    Le jeu des acteurs est excellent, les personnages sont bien écrits... Il n'y a pas de doute là-dessus mais je ne m'attarderai pas sur des qualités que quelques autres ont déjà mis en évidence. Dans cette critique, je vais plutôt détailler les points qui m'ont gênés, et nombreux seront les spoilers ; vous êtes prévenus.
    D'abord, le film s'ouvre sur l'attaque de Smaug contre les habitants de Lac-ville. La scène est grandiose mais déjà, un truc cloche : la mort de Smaug. Bard le tue avec un arc dont le bois est cassé. Problème physique : si le bois est cassé, l'arc ne marche plus, car ce dernier lui doit entièrement sa force. Mais bon, passons. Le film se rattrape avec un bon début de bataille. Le raid du conseil blanc est "classe", la folie de Thorin est bien exploitée et l'arrivée des nains se révèle fracassante. Je fais néanmoins abstraction du design des elfes, qui ressemblent un peu trop à mon goût à de vulgaires robots. J'en fais abstraction car je voudrais insister sur ce point : les 40 premières minutes du film sont bonnes. Pas autant qu'on pourrait le vouloir, mais elles marchent. Je le précise parce que passé ce premier tiers, les choses ne continuent pas de si bon train. Pour moi, le film plonge quand Thorin et ses 2 frères montent tuer Azog. A partir de là, on va de déception en déception : les morts de Kili et Fili sont expédiées, la bataille prend une tournure de jeux vidéo - j'ai notamment en tête la descente en chariot de Bard, qui est juste lamentable. Alors certes, ça ne plonge pas jusqu'à sous terre : le combat entre Thorin et Azog est heureusement bien foutu : suspense, action, rapidité. On retrouve quelques frissons par-ci, par-là, mais il semblerait qu'avec Legolas et Bolg, mon optimisme ait perdu ses couleurs. Le film devient invraisemblable ; les dernières scènes apparaissent bâclées. Même la destruction de la seconde armée dure à peine 30 secondes - où est passé Peter Jackson !? -. Bien sûr, la romance entre le nain et l'elfe est niaise, mais on ne s'en étonne plus. Et surtout, les scénaristes ébauchent des intrigues qu'ils ne résolvent pas. Qu'advient-il de l'Arkenstone et des diamants convoités par Thranduil ? Qui devient roi sous la montagne ? Comme s'il fallait acheter la version longue pour trouver les réponses à ces questions... Là est le problème. Bilbo The Hobbit manque d'authenticité. Un quart d'heure au début du Premier pour introduire le récit. Un quart d'heure à la fin du Troisième pour faire les liens avec le Seigneur des Anneaux. Pourquoi vouloir parler de Sauron ? Pourquoi retirer toute la féerie à ce récit infantile ? Peter Jackson a fait du Hobbit un Seigneur des Anneaux bas de gamme, et qui plus est, devrait s'appeler Thorin le Nain, la trilogie n'étant même pas centrée sur Bilbon. Cela en dit long sur la dénaturation de l'oeuvre originale.
    Alex*56*
    Alex*56*

    Suivre son activité 232 abonnés Lire ses 314 critiques

    3,5
    Publiée le 3 décembre 2014
    Franchement je m'attendais à un film beaucoup plus épique, je dis épique pour ne pas dire spectaculaire, car les moments musclés on en prend plein la tête (trop d'ailleurs), au vu du synopsis et de la bande annonce j'espérais une conclusion de grande envergure. Que nenni ! La bande annonce et le synopsis sont mensongers, même le titre du film est douteux, car il y a une "armée" qui n'y est pas, à moins que vous ne considériez 3 pèlerins comme une armée ? Je ne dis pas laquelle mais si vous regardez la bande annonce vous vous rendrez vite compte de laquelle je parle. Et pour la bande annonce c'est pareil, en évitant de spoiler je peux vous dire qu'il y a des passages alléchants mais qui n'en sont rien ! Malgré tout le film commence fort avec une introduction qui poursuit l'épilogue de "La Désolation de Smaug", le dragon joué par l'élégant Benedict Cumberbatch est impressionnant et est pour moi LE "méchant" du film. L'attaque du dragon mise en scène depuis Erebor est splendide aussi, malheureusement tout ça est vite expédié et s'en suivra une longue bataille d'environ une heure... C'est justement cette bataille qui pose problème, Peter Jackson tasse toute ses idées de mise en scène sur les batailles dans ce dernier film, on revoit même des chorégraphies du Seigneur des anneaux... Les combats sont soit prévisibles, soit farfelues (souvent du grand n'importe quoi quand même), soit simplistes ou voir même inutiles. Et justement ces combats inutiles auraient mérités d'être coupés au profit d'un approfondissement des personnages principaux, car on a aucune empathie pour eux, et d'ailleurs il n'y a plus vraiment de personnages principaux, l'élément central du film c'est la bataille. Sauron, Azog ou encore la confrérie des nains auraient mérités un meilleur traitement, car par exemple dans les 13 nains la moitié n'a même pas une ligne de dialogue, on pourrait même dire de certains qu'ils sont invisibles...

    Et quand les scènes d'émotions arrivent, elles sont inévitablement ratées. Comment veux-tu que je sois intéressé par le sort d'un personnage quand on ne l'aperçoit que 5 minutes... Je voudrais aussi pousser un petit coup de gueule sur le personnage de Legolas. Le type ne se bat jamais comme les autres, Peter Jackson est obligé de lui faire faire des mouvements improbables... Alors ok c'était sympa dans le Seigneur des anneaux quand il faisait du surf sur des escaliers avec un bouclier tout en tuant des orques, mais la c'est tout le temps... et dans certains de ses mouvements le numérique saute aux yeux. Malgré tout j'ai bien aimé. En parlant du numérique il saute bien plus aux yeux que les deux précédents, quelques scènes ressemblent à une cinématique de jeux vidéos. Le charme des merveilleux paysages de la Nouvelle Zélande est bouffé par 2 heures de cgi...

    A part le côté technique la mise en scène de Peter Jackson est rythmée, mais très classique pour les combats, tombant souvent dans la simplicité et le déjà-vu. Il est trop prévisible, et l'événement qui met fin à la bataille le prouve. Finalement la bataille c'est juste des plans de zigouillage d'orques, tombant souvent dans un sensationnel inutile. En bref le film reste tout de même très divertissant et sensationnel ! Mais Peter Jackson en fait un gros fourre-tout dont les innombrables combats finiront par nous agacés car on ce détourne de l'essentiel, les personnages les plus intéressants ne sont pas exploités, voir aucun même, le fond vert ce ressent sur plusieurs scènes même si l'esthétique reste très développé, les chorégraphies de la bataille sont soit farfelues, soit basique. Basique dans le sens ou c'est toujours la même mécanique, le héros est mis en difficulté et spoiler: est sur le point de ce faire embrocher et la...PAF... un allié vient l'aider au moment ou l'épée de Damoclès allait s'abattre, quasi tout le temps ce genre d'interventions héroïques faisant la part belle à la bravoure et à la loyauté fraternelle
    . A part ça l'introduction avec Smaug est superbe, des combats restes beaux à voir, mais l'épilogue est facile et attendu. Un très bon divertissement.
    fb76
    fb76

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 11 critiques

    3,0
    Publiée le 10 décembre 2014
    Une bataille de deux heures sans grand intérêt. C'est joli et grand spectacle mais c'est à peu près tout. ça fait remplissage et deux films aurait suffit amplement.
    spoiler: Et on nous bassine 2 films sur l'arkenstone... on ne sait même pas ce qu'il en advient a la fin. Et les gemmes de Thranduil? il avait l'air de vraiment les vouloir pourtant
    Edgar L.
    Edgar L.

    Suivre son activité 168 abonnés Lire ses 271 critiques

    3,5
    Publiée le 13 décembre 2014
    Les deux premiers épisodes de la saga avaient permis aux fans de la Terre du Milieu de resigner pour une trilogie aussi attendue qu’espérée. Malheureusement, pour moi, cet épisode est celui de trop. C’était en effet prévisible, après cinq films dans le même univers, on pouvait se douter qu’il y aurait un sentiment de déjà vu qui envahirait à un moment ou à un autre le spectateur, d’autant plus qu’on en arrive à presque vingt heures au total de films. Pourtant, je n’avais pas trop ressenti cela lors des deux premiers mais celui-ci a été pour moi beaucoup plus redondant. Ce second dernier acte (après celui clôturant Le Seigneur des Anneaux) est trop proche du premier et par conséquent trop répétitif.

    Il s’agissait ici d’offrir aux spectateurs un feu d’artifice sous forme d’apothéose qui permettrait aux fans de la saga d’en finir une fois pour toute avec l’univers de Tolkien au cinéma. On retrouve toutes les castes qui ont jalonné le parcours des différents films et qui s’affrontent lors d’une ultime bataille avec pour objectif : la conquête de la Montagne Solitaire et de son trésor inestimable.

    Le film débute là où s’était arrêté le précédent : le dragon Smaug est en train de tout dévaster sur son passage et surtout le village voisin. Mais son règne va s’achever et va alors se préparer sa « succession ». Qui va régner sur la Montagne Solitaire qui renferme un trésor faramineux ? Les nains sont les premiers à en prendre possession mais Thorin, le roi-nain, semble totalement possédé par le trésor et déterminé à ne pas en laisser une seule pièce aux humains et autres elfes. La guerre se prépare et chacun prépare ses troupes.

    [...]

    Le Hobbit : La Bataille des cinq armées reste un bon film fantastique, mais il n'en reste pas moins pour moi le moins abouti des six films de Peter Jackson. On sent que la corde a été tirée jusqu'au bout et qu'il était vraiment d'en finir avec cette saga qu'on a tant aimé mais qui se termine sur une légère déception. Cela n'enlèvera en rien tout le génie de cette saga qui nous a fait rêver des années durant.
    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 293 abonnés Lire ses 688 critiques

    1,0
    Publiée le 15 décembre 2014
    Ça y est, enfin, après presque 8h, la trilogie le Hobbit s'achève... Qu'est-ce qu'il en restera dans 10ans? Dans 10 ans j'y verrai la trilogie qui a fait perdre en cohérence celle du SDA, qui a transformé la terre du milieu (de la Nouvelle Zélande) en un dégouli de numérique, qui a séparé un livre de 300 pages en 3 films, qui pris son spectateur pour un imbécile avec la fin du 2, qui a tenté d'être aussi épique, aussi démesuré que LSDA et a échoué lamentablement. Dans ce 3ème volet, il n'y a en vérité à sauver que le début avec Smaug, et qui aurait évidemment dû se trouver à la fin du 2. On a donc en fait toute l'intrigue de la trilogie qui se termine au bout de 15min du dernier volet... Génial ! En plus la séquence est même pas aussi énorme qu'elle aurait dû être, la faute à un montage absurde, ou Smaug est visible 20% du temps, et à des plans beaucoup, beaucoup trop courts ! A partir de là, l'ami Peter va combler son film avant la bataille finale en résolvant toutes les intrigues pourries qu'il a amené dans les précédents volets. On termine donc l'intrigue avec le nécromancien, sur la séquence la plus inutile scénaristiquement parlant et la moins bien réalisée de toutes, à base de deus ex machina et d'une séquence d'exorcisme épileptique. On a ensuite le droit à du blabla inutile, à une intrigue naze avec Alfrid, l'intrigue amoureuse entre Tauriel, Legolas et Fili. On a le droit aussi à Thorin qui perd la raison pendant 1h, puis la retrouve sans que cela n'ait eu aucun conséquence.
    Et là j'en viens au poins qui m'a le plus chagriné... Peter Jackson a perdu tout son talent. Déjà il nous sert des plans douteux, dont 2 ralentis immondes et inutiles, les personnages se déplacent entre les différents lieux de manière aléatoire, tout est à 2h de marche. Et surtout la scène de la bataille finale veut en mettre plein la vue, façon retour du roi, sauf qu'elle n'y arrive jamais. La faute à quoi me direz-vous? La faute à un souffle épique absent depuis la 1ère minute du 1er film, au fait qu'il faut un lien avec LSDA et donc que cette bataille ne doit pas avoir trop de conséquences. Et surtout au fait qu'il ne se passe rien pendant cette bataille, on nous perd entre les combats, on nous sert des sous-intrigue avec Alfrid, on va à ravenhill, qui passe en 2 plans d'une espèce de tour à une montagne brumeuse et gelée, 4 bouquetins apparaissent par magie pour les nains.... Mais il est où le script??? Un coup on nous montre un champ de morts, le coup d'après ça se bat, il y a 15 fois moins de nains que d'orques mais ça ne change rien...
    Et surtout le film ne nous épargne aucun cliché ou aucun deus ex machina. Tout, absolument tout se résout par un deus ex machina. Le nécromancien, la folie de Thorin, l'arrivée des armées à la bataille, la résolution de la bataille. Legolas est cheaté, il fait n'importe quoi en se battant, le Hobbit ne sert à rien, ses actions n'ont aucune conséquence. En plus il arrive à tuer des orques en leur lançant des cailloux???? Non !
    Le Hobbit, la bataille des 5 armées, à vouloir trop en faire, à vouloir atteindre la démesure, fini inévitablement par en faire trop, à multiplier les séquences WTF, à perdre toute cohérence, à enchainer les ellipses douteuses, à nous faire pester à chaque deus ex machina...
    Comment peut-on une seule seconde oser comparer cela au SDA, et envisager que ce soit un bon film, alors que tout n'est que plagiat ou rebondissement foireux? Tout ce qui est dans ce film a été fait en mieux dans la précédente trilogie. A vouloir refaire la même chose Jacskon a tout raté. Un accident industriel qui n'aurait jamais dû avoir lieu... Et le pire c'est que je suis déçu, parce que j'y croyais, j'espérai voir un truc assez énorme, voir un dragon et une bataille, et je l'ai vu mais c'était mal fait et ennuyeux...
    Walter Mouse
    Walter Mouse

    Suivre son activité 441 abonnés Lire ses 425 critiques

    4,5
    Publiée le 22 décembre 2014
    Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées conclut enfin (du moins, normalement, ne sous-estimons pas les producteurs) la trilogie du Hobbit et la saga du Seigneur des Anneaux (ne nous mentons pas, à partir de La Désolation de Smaug, on a compris que Jackson voulait vraiment relier cette trilogie à celle qu'il avait fait entre 2001 et 2003)! Il était important pour moi de voir ce film car je vais enfin pouvoir exprimer mon avis sur la Trilogie du Seigneur des Anneaux, sur celle du Hobbit, sur laquelle des deux je préfère et ma relation particulière avec cette saga déjà culte. Choses dont je parlerai bien sûr à la toute fin de ma critique. Je constate déjà que ce dernier Hobbit a reçu autant d'avis mitigés de la part de la presse et du public que les deux précédents. Certains trouvant toujours ces trois films excellents et dignes de la première trilogie, d'autres la trouvant vide, juste là pour faire plus de fric. Alors qu'en est-il de ce dernier Hobbit? Voyons ça tout de suite en commentant le casting. Toute notre joyeuse équipe est réunie une dernière fois à l'écran: Martin Freeman incarne toujours aussi bien un Bilbon charismatique (comme je l'ai souvent dit, il est pour moi ce que Frodon n'a jamais réussi à être: Attachant, emphatique et plaisant à suivre. Bien qu'il soit encore plus relégué au rang de spectateur de cette grande bataille que dans les deux derniers films, il a quand même sa petite importance notamment avec spoiler: le vol de l'Arkenstone
    . Richard Armitage est de retour en Thorin Écu-De-Chêne et là aussi, il est ce qu'Aragorn n'a jamais réussi à m'offrir: Un leader non seulement charismatique mais qui doit affronter un vrai dilemme, doit suivre un parcours difficile et passer aussi bien du bon côté que du mauvais. On a beau tous savoir comment ça va finir avec son personnage et quel chemin il va prendre, il n'empêche qu'il a un vrai développement. Son envie de reconquête d'Erebor étant achevée, il doit désormais spoiler: reprendre le contrôle de son propre Royaume tout en le défendant, honorant ses promesses faites aux Hommes, cherchant à savoir s'il peut pardonner aux Elfes leur lâcheté face à l'attaque de Smaug, et tout ça en craignant que cette aventure n'ait servi à rien et qu'il perde sa Cité encore une fois. Sans oublier bien sûr qu'il devient rapidement fou obsédé par l'Or maudit de la Montagne
    . Ce qui n'est pas sans rappeler l'effet de l'Anneau sur Gollum. Et malgré le fait que chacune de ces étapes soit prévisible, j'étais attaché à cet homme. J'ai vu un guerrier relevant des défis et qui a eu une vraie histoire. Thorin est assurément selon moi le meilleur personnage de la Trilogie Le Hobbit. Ian McKellen retrouve pour la sixième et dernière fois son costume de magicien pour Gandalf le Gris. Toujours aussi marquant et investi dans son rôle, l'acteur ne fait pas pâle figure face aux autres têtes d'affiche. On en verse presque une petite larme lors des Adieux. Bon, pour toute la troupe des Nains, il faut bien le dire, en 3 films, Jackson n'a pas réussi à les rendre tous mémorables (en même temps, qui l'aurait pu?), on retiendra malgré tout Ken Scott en Balin et assez tristement Aidan Turner en Kili. Orlando Bloom, malheureusement, ne sert vraiment à rien dans son rôle de Legolas. Dans La Désolation de Smaug, j'étais excité à l'idée qu'on puisse expliquer son changement de caractère dans le troisième film pour ensuite l'amener au Legolas que nous connaissons bien. Mais Jackson n'a pas profité de l'occasion et l'elfe n'est présent que pour apporter des combats absolument improbables (vous trouviez que Le Seigneur des Anneaux en faisant trop avec ses cascades? AH!AH! Attendez de voir ce film!) Un peu du gâchis à ce niveau. La présence d'Evangeline Lilly est elle aussi assez mystérieuse. Si on retient facilement cette elfe qui est au final assez sympathique (et dibalement sexy!), je ne vois pas là non plus la réelle utilité de son personnage à part créer une romance niaise à souhait avec Kili. Mais il est quand même appréciable encore une fois que le film ne tombe pas dans le même piège du Triangle Amoureux comme le font certains blockbusters pour ados. Tauriel est donc plutôt agréable comme personnage mais pas très utile ce qui est bien dommage vu le potentiel qu'elle aurait pu avoir. Lee Pace se débrouille bien pour Thranduil mais là encore, le personnage semble survolé comme si Jackson n'avait pas envie de trop se centrer dessus. Luke Evans retrouve le personnage de Bard L'Archer, qui est selon moi du même niveau que pour le deuxième film. L'acteur fait le boulot, le personnage est correct. Ça s'arrête là. Rien de mauvais mais rien d'incroyable. Billy Connolly, que je n'aurai jamais pu reconnaître sous cette armure et cette barbe, apparaît dans la deuxième partie du film et nous offre quelques moments burlesques particulièrement drôles. Ensuite, retrouver Cate Blanchett en Galadriel, Hugo Weaving en Elrond et Christopher Lee en Saroumane pour un combat à trois est juste orgasmique et foutrement classe!!! Et que dire de la voix (française, je vous rappelle que c'est pas demain la veille que mon ciné diffusera un blockbuster en VO) de Jérémie Covillaut pour Smaug encore une fois très imposante! Donc au final, on retient des acteurs tous très convaincants mais pour des personnages tantôt attachants, tantôt pas nécessaires. Howard Shore s'occupe une dernière fois de la musique de cet épisode de La Terre du Milieu. Reprenant énormément de thèmes venant aussi bien du Seigneur des Anneaux que du Hobbit, ses compositions sont toujours aussi puissantes et efficaces. Et encore une fois, c'est tout con mais dès que le thème de la Comté apparaît on se met à sourire bêtement comme un âne et peut pas effacer ce sourire. Bien joué Shore! Bien joué! Plaisanterie mise à part, il est cependant dommage que comme pour La Désolation de Smaug, le thème de la Montagne Solitaire soit absent. Je ne comprendrai jamais cette réaction du compositeur d'avoir décidé d'enlever ce morceau juste magnifique. Il aurait complètement eu sa place dans ce dernier film. Mais bon, ça ne gâche pas la bande-originale qui reste de grande qualité. Et alors visuellement ça va être très très compliqué d'en parler. C'est à la fois super beau et ça pue le numérique. C'est grandiose et dégueulasse. C'est immense et ridicule. C'est... ouais bon au bout des trois films où chacun finalise encore moins rapidement ses effets spéciaux, il était prévisible que ce Hobbit 3 ne parvienne pas à être au top. Les décors sont extrêmement colorés, toujours aussi contrastés au niveau couleurs (pouvant varier d'un plan à l'autre du jaune au bleu) mais du coup font que certaines textures passent mal. Je me rappelle surtout du plan large où spoiler: les Orques attaquent La Cité où sont réfugiés les habitants de Lacville, on peut remarquer qu'une troupe marche sur l'eau.... mais littéralement SUR l'eau.
    Ce n'est qu'un détail évidemment mais cela est assez fréquent dans le film. Dans une grosse production où autant d'effets visuels sont utilisés et où s'attarde longtemps sur les batailles, il est normale de repérer ce genre d'erreurs. Je pense également au moment où spoiler: Bilbon se cache derrière un Mur pour enfiler l'Anneau... et le Mur a un raté. Vraiment. Les fissures se mettent à trembloter durant une demi-seconde.
    Un autre défaut technique où là par contre je ne sais pas si c'est juste mon cinéma qui a un problème, ce sont les plans caméras à l'épaule où spoiler: Jackson filme par exemple l'armée des Elfes du point de vue de Thorin, la caméra bugge complètement, le mouvement retarde et cela donne presque une impression de cinématique de jeu vidéo. On peut également reprocher cet aspect cinématique à l'attaque de Smaug sur Lacville où les maisons enflammées ne sont vraiment pas réalistes.
    Dommage car c'est sûrement la meilleure scène du film! Superbement filmée, très bien montée, jamais un bordel dans les personnages à suive, et excepté les flammes, impeccable visuellement avec un Dragon qui en impose! Et puis il ne faut pas se mentir, Peter Jackson a le sens du spectacle et le démontre à la perfection. La Bataille de Minas Tirith ne m'avait pas du tout impressionné (si, si je vous le jure sur ma vie). Là par contre, je restais bouche bée face à des combats aussi créatifs et magnifiquement cadrés. Certains détails sont d'ailleurs à se tordre de rire comme spoiler: l'Ogre (ou je sais plus quelle race) fonçant sur un mur de la ville, qui réussit à le briser mais qui du coup tombe au sol assommé. Ce qui fait que ce gag marche aussi bien c'est que la caméra ne s'attarde pas dessus alors qu'il s'agit d'une action censée être badass qui se conclue par un geste ridicule.
    Là je voyais toute l'inventivité de Jackson. Y compris pour spoiler: Thranduil se servant de sa monture pour prendre plusieurs orques dans ses bois et leur coupant la tête en un seul geste: Drôle, bien trouvé et rien à dire ça déchire! Pareil pour Dàin assommant rien qu'avec sa tête les Orques voulant le tuer durant la Bataille.
    Même si les combats vont parfois trop loin comme avec spoiler: Legolas (encore lui!) marchant littéralement sur les pierres s'écroulant sous ses pieds
    . Non là désolé c'est trop! Mais le duel entre Thorin et Azog rattrape le tout tant il est tendu et impressionnant. Bien que le coup du spoiler: "Ah!Ah! Je suis pas mort"
    est un peu éculé depuis le temps. Donc, si au final, il y a des choses à reprocher concernant les effets spéciaux, il n'y a pratiquement rien à reprocher sur l'action tant Jackson a été honnête avec nous sur ce point. Et parlons donc à présent histoire de bien conclure comme il faut cette critique de l'histoire. Et c'est sans surprise que ce que je craignais est arrivé: spoiler: Smaug crève après 10 minutes.
    La coupure du deuxième film n'a servi absolument à rien à part nous faire encore plus rager de pas voir la suite. Attendre 1 ans pour spoiler: reprendre le contrôle de son propre Royaume tout en le défendant, honorant ses promesses faites aux Hommes, cherchant à savoir s'il peut pardonner aux Elfes leur lâcheté face à l'attaque de Smaug, et tout ça en craignant que cette aventure n'ait servi à rien et qu'il perde sa Cité encore une fois. Sans oublier bien sûr qu'il devient rapidement fou obsédé par l'Or maudit de la Montagne 0
    ça énerve un peu. Mais ce n'est pas le seul problème! spoiler: reprendre le contrôle de son propre Royaume tout en le défendant, honorant ses promesses faites aux Hommes, cherchant à savoir s'il peut pardonner aux Elfes leur lâcheté face à l'attaque de Smaug, et tout ça en craignant que cette aventure n'ait servi à rien et qu'il perde sa Cité encore une fois. Sans oublier bien sûr qu'il devient rapidement fou obsédé par l'Or maudit de la Montagne 1
    Je pense donc que vous avez tout de suite compris le principal souci de ce film. Il y a un énorme problème de découpage. Une fois spoiler: reprendre le contrôle de son propre Royaume tout en le défendant, honorant ses promesses faites aux Hommes, cherchant à savoir s'il peut pardonner aux Elfes leur lâcheté face à l'attaque de Smaug, et tout ça en craignant que cette aventure n'ait servi à rien et qu'il perde sa Cité encore une fois. Sans oublier bien sûr qu'il devient rapidement fou obsédé par l'Or maudit de la Montagne 2
    À la limite, vu toutes les réécritures qu'a mis en place Peter Jackson pour les trois long-métrages, il aurait été meilleur je pense de spoiler: reprendre le contrôle de son propre Royaume tout en le défendant, honorant ses promesses faites aux Hommes, cherchant à savoir s'il peut pardonner aux Elfes leur lâcheté face à l'attaque de Smaug, et tout ça en craignant que cette aventure n'ait servi à rien et qu'il perde sa Cité encore une fois. Sans oublier bien sûr qu'il devient rapidement fou obsédé par l'Or maudit de la Montagne 3
    Après, c'est juste mon opinion. La romance entre Kili et Tauriel est toujours aussi inintéressante et cucul la praline mais j'accorde un bon point à Jackson car cette partie de l'histoire ne dure que deux scènes. On est donc épargnés par rapport à ce à quoi on avait eu droit dans le précédent film même si les dialogues sont toujours aussi clichés entre eux deux, je pense que même Jackson devait rigoler lui-même sur sa table de travail en les écrivant. Et sans grande surprise, il s'agit sûrement de l'épisode le plus vide de la saga car il ne consiste qu'à préparer et montrer une grande bataille. Mais pourtant, et je ne sais pas si je suis le seul à le penser, mais est-ce moi où ce film est trop court? C'est curieux de me voir reprocher ça à un film où les principaux reproches des précédents volets étaient qu'ils étaient trop longs mais ici, il semble manquer beaucoup de scènes. C'est surtout la fin qui m'a dérangé. On voit spoiler: reprendre le contrôle de son propre Royaume tout en le défendant, honorant ses promesses faites aux Hommes, cherchant à savoir s'il peut pardonner aux Elfes leur lâcheté face à l'attaque de Smaug, et tout ça en craignant que cette aventure n'ait servi à rien et qu'il perde sa Cité encore une fois. Sans oublier bien sûr qu'il devient rapidement fou obsédé par l'Or maudit de la Montagne 4
    C'est assez dingue de voir autant de questions sans réponses à la fin du film, je sais pas si c'est pour qu'on achète le Blu-Ray et sa version longue mais très franchement: Est-ce que ça aurait été si dur de placer ces réponses dans le film et de couper.. je sais pas moi.. l'intégralité des scènes avec Alfrid qui ne sert absolument à rien et est plus chiant qu'autre chose??!!! On peut même voir des moments où Jackson se force à montrer qu'il n'a pas mis certains personnages dans l'intrigue pour rien comme spoiler: reprendre le contrôle de son propre Royaume tout en le défendant, honorant ses promesses faites aux Hommes, cherchant à savoir s'il peut pardonner aux Elfes leur lâcheté face à l'attaque de Smaug, et tout ça en craignant que cette aventure n'ait servi à rien et qu'il perde sa Cité encore une fois. Sans oublier bien sûr qu'il devient rapidement fou obsédé par l'Or maudit de la Montagne 5
    . C'est ce genre de mauvais choix que je n'arrive pas à comprendre. Mais l'histoire possède quand même de très bons moments. On savoure toujours autant les références au Seigneur des Anneaux comme spoiler: reprendre le contrôle de son propre Royaume tout en le défendant, honorant ses promesses faites aux Hommes, cherchant à savoir s'il peut pardonner aux Elfes leur lâcheté face à l'attaque de Smaug, et tout ça en craignant que cette aventure n'ait servi à rien et qu'il perde sa Cité encore une fois. Sans oublier bien sûr qu'il devient rapidement fou obsédé par l'Or maudit de la Montagne 6
    etc.. Et la scène où spoiler: reprendre le contrôle de son propre Royaume tout en le défendant, honorant ses promesses faites aux Hommes, cherchant à savoir s'il peut pardonner aux Elfes leur lâcheté face à l'attaque de Smaug, et tout ça en craignant que cette aventure n'ait servi à rien et qu'il perde sa Cité encore une fois. Sans oublier bien sûr qu'il devient rapidement fou obsédé par l'Or maudit de la Montagne 7
    est superbement réalisée et visuellement très intéressante. Et ce dernier Hobbit en a beaucoup des passages prenants. Maladroits ( spoiler: reprendre le contrôle de son propre Royaume tout en le défendant, honorant ses promesses faites aux Hommes, cherchant à savoir s'il peut pardonner aux Elfes leur lâcheté face à l'attaque de Smaug, et tout ça en craignant que cette aventure n'ait servi à rien et qu'il perde sa Cité encore une fois. Sans oublier bien sûr qu'il devient rapidement fou obsédé par l'Or maudit de la Montagne 8
    ) mais prenants. Donc, comme promis, voici mon avis sur les deux trilogies. Je ne suis définitivement pas fan du Seigneur des Anneaux. Si, si je vous assure. j'adore La Communauté de L'Anneau, j'aime les Deux Tours mais je n'accroche pas au Retour du Roi (ne me demandez pas pourquoi, moi-même je n'en sais rien et je ne me l'expliquerai jamais). Pour Le Hobbit, j'adore Un Voyage Inattendu, j'aime La Désolation de Smaug et j'ai été pris dans La Bataille des Cinq Armées. C'est donc avec un tout petit de honte quand même que j'ose l'avouer: Je préfère la trilogie du Hobbit pourtant plus commerciale et maladroite à celle du Seigneur des Anneaux pourtant objectivement supérieure. Mais je respecte malgré tout le travail de Peter Jackson sur cette saga. Pour Le Seigneur des Anneaux, il a eu carte blanche et a pu offrir sa propre vision qui a convaincu absolument tout le monde. Pour Le Hobbit, il a essayé de cacher comme il le pouvait l'envie des producteurs d'exploiter un peu plus l'univers de La Terre du Milieu. Il ne s'est en aucun cas fichu de nous et est resté très honnête avec son public. Rien que pour ça, respect!!! Donc ce qu'on pourra au final retenir du Hobbit: La Bataille des Cinq Armées, c'est que tout fan se doit d'aller voir ce dernier film. On y trouve des combats époustouflants, des acteurs qui y croient, un univers toujours aussi fascinant (même pour moi qui ne suis pas fan) et il serait bien dommage de ne pas profiter de ce dernier voyage en Terre du Milieu. En tout cas le dernier réalisé par Peter Jackson c'est certain. À vous de voir. Forgez-vous votre propre avis sur cette conclusion, que vous soyez fan ou non.
    tony-76
    tony-76

    Suivre son activité 859 abonnés Lire ses 1 410 critiques

    3,5
    Publiée le 14 décembre 2014
    Autant le dire tout de suite, Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées est différent des autres épisodes. Le succès de la trilogie du Seigneur Des Anneaux a permis à Peter Jackson de signer sa seconde trilogie tirée de l'univers de Tolkien, celle du Hobbit. Ce troisième et dernier opus du Hobbit sonne l'ultime bataille. Un grande bataille qui concernent Hommes, Nains, Elfes, Orques et Wargs. Une légère déception était présente dans la salle, notamment spoiler: Bilbon qui se contente de faire de la figuration dans cet opus
    . Un épisode plus sombre, plus musclé et parfois trop ambitieux. Ce long-métrage préfère les corps à corps aux tirades. Malgré tout, visuellement le résultat est là. Un très bon graphisme avec des décors juste excellents, le réalisateur néo-zélandais possède toujours cet univers très satisfaisant. Des séquences d'action remarquables avec ses combats bestiaux bien chorégraphiés. Une bande son prodigieuse et une mise en scène passable mais pas aussi passionnante. Et puis, il fallait rajouter de l'émotion et très peu d'humour dans cette super-production. Sinon, le casting est toujours impeccable. Martin Freeman en Bilbon Sacquet crève l'écran, il nous manquera. Ian McKellen appelé Gandlaf est merveilleux, Richard Armitage est lui aussi, incroyable et attachant. Luke Evans est un personnage efficace, tout comme Orlando Bloom. Aussi, Evangeline Lilly est magnifique en Elfe. Notons spoiler: des apparitions de quelques acteurs dans le Seigneur des Anneaux.
    Dans The Hobbit : The Battle of the Five Armies, on trouve des effets spéciaux fabuleux, des protagonistes qui nous livrent des performances honnêtes et justes, et on arrive assez bien à nous faire entrer dans cet univers fantastique de Tolkien. Mais malheureusement, cette ultime bataille représente le moins efficace de la nouvelle trilogie du Hobbit comparé au Seigneur des Anneaux. Pourtant ce dernier épisode reste plaisant dans son ensemble. Un épilogue guerrier qui saura satisfaire les fans et peut être verser une larme au générique de fin.
    maximemaxf
    maximemaxf

    Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 260 critiques

    4,0
    Publiée le 14 décembre 2014
    10 décembre 2014 marque la fin de la nouvelle trilogie de Peter Jackson et des aventures de Bilbon Saquet dans la terre du milieu. J’en ais déjà parlé dans mes critiques précédentes, mais ce dernier opus sur la compagnie des nains dans la terre du milieu faisait sans mal parti des films que j’attendais le plus cette année étant fan de la trilogie du Seigneur des anneaux et d’Heroic fantasy comme beaucoup parmi vous. Avant de commencer à parler du film, j’aimerais résumer rapidement mon opinion sur les deux films précédents : le premier était bon mais m’avait énormément déçu puisqu’elle regorgeait d’expositions et d’installation sur le contexte et les légendes sur la terre du milieu, pour moi ce film était sauvé par les quelques personnages de la trilogie précédente que l’on retrouvait comme Gandalf, Saroumane, Galadriel ou encore Elronde et il y avait quand même quelques bonnes scènes mais si je devais le comparer au Seigneur des anneaux, je dis sans mal qu’on est bien loin de l’épique de la saga de base. En revanche, le second film "La désolation de Smaug" m’avait facilement réconcilié, entre des scènes d’action vraiment jouissif, le dragon Smaug qui était incroyablement imposant et terrifiant, et ce cliffhanger qui laissait présager un énorme final pour ce troisième et dernier film du préquel du Seigneur des anneaux.

    Néanmoins, et je suis désolé si je choque les fans de Tolkien et de Peter Jackson… je suis ressorti de la séance avec un léger sentiment de vide et d’insatisfaction, surement parce qu’on m’a envoyé la bande-annonce plus d’une fois le mois dernier à chaque film que j’ai été voir en salle et pour ne pas me faire spoiler ça a été un échec. Ça reste du Peter Jackson et dans la lignée du Seigneur des anneaux, le rapprochement entre les deux trilogie et globalement réussi mais on sent clairement qu’il manque quelque chose à ce film, que Jackson n’a pas voulu prendre de vrai risque dans son final et que plusieurs éléments des précédents films sont au final maladroitement exploités et m’ont vraiment dérangé durant le visionnage.

    Mais parlons d’abord de ce qui va bien, parce que malgré les défauts que je reproche au film, les qualités sont loin d’être rien et elles sont vraiment grandes : la réalisation de Peter Jackson est toujours aussi réussie, maîtrisée et le sens du détail est toujours présent que ce soit au niveau des plans sur la terre du milieu (tourné en Nouvelle-Zélande ne l’oublions pas), l’animation du dragon Smaug qui est toujours énorme à voir, sans oublier la bataille finale qui est énorme et minutieusement chorégraphiée il faut bien l’admettre même si j’ai quelque reproches de longueur à faire de ce côté là, malgré tout j’ai senti du fond vert à quelques reprises, spoiler: notamment pour le cerf à bois géant du roi des elfes Thranduil qui pue le numérique malgré les efforts pour le rendre réel.
    Mais autrement, que ce soit au niveau du maquillage, des costumes, des décors que ce soit ceux de la montagne d’Erebor ou des monts glacés ou encore des ruines de la ville de Dale, c’est visuellement magnifique à voir et je ne me lasse jamais de découvrir l’univers de la terre du milieu.

    Au niveau de la bande-son, on retrouve comme toujours Howard Shore à l’orchestration et contrairement au second film il reprend un des thèmes du premier film ainsi que celui de Lacville du second film pour qu’on reste familiarisé avec cet univers et les nouvelles musiques sont comme toujours fidèles et propre à l’univers de la terre du milieu. En revanche… la chanson du générique de fin ne m’a pas plus marqué que ça, j’avoue même que j’espérais entendre la chanson de Pippin pour conclure le film vu qu’on l’avait également entendu dans les bandes-annonces, ça aurait donné un aspect mystique et ça nous aurait davantage rapproché à l’univers de Tolkien en donnant un vrai sentiment de rapprochement avec la trilogie de base.

    Passons maintenant au casting, et si pour le jeu d’acteur je n’ais aucune déception, j’ais en revanche pas mal de critique à exprimer quant à l’évolution de certains protagonistes si on tient compte des éléments des précédents films donc allons-y : Martin Freeman nous livre toujours une interprétation aussi honnête et crédible de Bilbon Saquet, on voit qu’il tente de raisonner Thorin et de résoudre la situation au mieux et qu’il a conscience de la gravité de la situation, mais d’un autre côté le scénario rend les réactions du personnage assez prévisible par moment et on laisse de côté le début de sa descente dans la folie dû au pouvoir de l’anneaux unique et c’est dommage, le pervertir un peu plus ici pour créer du dilemme et dramatiser ses choix et ses actes.

    Richard Armitage est toujours aussi excellent et son personnage gagne de l’ampleur en sombrant dans la folie et montre un aspect plus sombre du personnage, en fait Thorin est peut être l’un des rares personnages principaux à être justement bien exploité dans son parcours jusqu’à ses derniers instants spoiler: même si la manière avec laquelle il s’extirpe de sa folie n’est pas nouvelle en soi et résulte en grande partie des paroles de ses amis nains, de Bilbon et de Gandalf.
    Ian McKellen revient une nouvelle fois pour endosser le rôle de Gandalf et comme toujours c’est un réel plaisir de le voir à l’œuvre, il est également plus présent que dans le film précédent et prend un rôle plus important. Hugo Weaving, Christopher Lee et Cate Blanchett n’apparaissent que très peu mais voir leur personnage à l’œuvre pendant quelques minutes a été un réel plaisir et les acteurs font très bien leur travail, et pour le peu de temps que Saroumane apparaît spoiler: l’explication de son bousculement dans le côté obscur reste bien fait même si c’est expliqué en un éclair.
    Orlando Bloom remballe une nouvelle fois son arc et ses flèches pour interpréter Legolas avec toujours autant de style, le personnage reste assez sombre au final mais là encore j’ai des reproches à faire au niveau de son exploitation mais j’y reviendrais dans la partie scénario. Evangeline Lilly qui s’est fait descendre par la critique précédemment pour son personnage revient une nouvelle fois, et pour ceux parmi vous qui ne le savent pas encore j’adore Tauriel, elle a une sacrée classe et une mentalité différente des elfes de la forêt noire et la voir en action est toujours un réel bonheur… en revanche si je n’ais rien dis pour le premier film là j’ai un sérieux problème avec la manière dont il utilise le personnage dans ce second film, encore une fois on va y revenir. Luke Evans est, encore une fois très bon , mais son personnage bien que sympathique se révèle lui aussi prévisible et il a déjà été fait plus d’une fois auparavant. Lee Pace remballe son rôle pour le roi des Elfes de la forêt noire et… on tente quand même de lui donner un peu plus de profondeur et d’humanité malgré son attitude, mais après j’ai encore un reproche à faire à l’utilisation final de ce développement de personnage. Pour le reste du casting, les nains ou encore Radagast, autant dire qu’ils jouent bien parce que franchement, tous les acteurs font un super boulot, ce que je reproche au film vient en très grande partie de la manière dont sont exploités les personnages et son scénario.

    D’ailleurs ça va me permettre d’attaquer directement le pourquoi de ma déception avec ce film qui n’est pas seulement dû au fait que j’ai stupidement visionné la bande-annonce qui de nos jours dévoilent des grosses morceaux de l’intrigue du film. Dans le précédent opus de cette saga, des gens avaient reproché au film d’avoir un triangle amoureux chiant et ennuyeux qui aurait presque sa place dans la saga Twilight (FanAvatar09, dédicace en ton nom si tu lis ceci), mais pour ma part ça m’avait pas plus gêné que ça parce que j’espérais vraiment que Jackson en fasse quelque chose. Si il avait décidé de faire mourir Tauriel et Kili dans l’attaque de Smaug, là ça aurait été surprenant et ça aurait créé du drame autour du personnage de Legolas et des nains, mais ça aurait aussi pu permettre une évolution intéressante pour l’elfe qui finirait par comprendre que les nains ont aussi perdu quelqu’un de cher ce qui le pousserait à prendre parti des nains et à tenir tête à son père et à l’affronter pour défendre ses sentiments envers Tauriel et la sympathie qu’il commencera à développer pour les nains (et qui expliquerait son entente et sa sympathie avec Gimbli dans la saga du Seigneur des anneaux). Malheureusement, ce n’est pas le cas et même si il est loin d’être chiant et que l’acteur y va à fond dans les scènes de combats, spoiler: il est en parti exploité pour ce triangle amoureux qui aurait mieux fait de rester au placard et devient vraiment irritant, surtout quand on voit que Kili et Tauriel n’auront qu’une seule interaction entre eux avant de se revoir à la toute fin du film pour que Kili se fasse tuer en sauvant Tauriel… mais enfin pourquoi ??? A part pousser Legolas à partir parce qu’il sait que Tauriel ne l’aime pas ça n’apporte rien à l’histoire et le drame ne fonctionne, et puis désolé si je pinaille mais utiliser ce triangle amoureux de cette façon était loin d’être une idée de génie, navré Jackson mais là ça ne passe pas, et utiliser ce triangle amoureux à deux balles pour justifier pourquoi Thranduil est aussi froid et détestable, ok mais là c'est moyennement bien fait à mon goût.


    Et encore si je n’avais que ça à reprocher à la limite ça passerait, mais l’histoire global en elle-même pose problème car la plupart des éléments scénaristiques sont du déjà-vu que ce soit en film ou en série et il n’y a quasiment rien de surprenant ou qui pourrait ajouter de la tragédie quand on voit que le final se veut sérieux et sombre en adaptant le livre dont sont tiré les trois films, tenez voici quelques démonstrations : spoiler: Jackson aurait pu faire mourir un des enfants de Bard lors de l’attaque de Smaug ou la bataille final pour rendre le personnage plus tragique et lui faire développer du mépris envers les nains, mais les scénaristes ne prennent pas ce risque et il se révèle être un brave gaillard (en plus d’être celui qui tira Smaug… dommage on aurait pu l’exploiter davantage que dans le livre celui-là, je l’adorais moi) qui privilégie le bien de tout en favorisant les plus démunis et les plus affaiblis, en soit ça en fait un personnage sympa mais il manque quand même de relief et il devient assez oubliable puisque ce genre de brave homme existe aussi dans d’autres fictions.
    Et il n’y a pas que ça, très souvent on devine à l’avance quel évènement va se produire à tel ou tel moment et c’est un sérieux problème ça aussi, parce que le souffle épique et la tension qu’on espère avoir lors de ce dernier film devient parfois faible et c’est vraiment frustrant si on est fan du réalisateur de la trilogie du Seigneur des anneaux. On sent même par moment que des scènes sont à la limité forcés spoiler: comme la mort de Fili qui est victime d’un drôle de découpage entre le moment ou il se fait capturer et le moment ou il part à la recherche d’Azog, et le problème là encore c’est qu’on est censé s’attacher au groupe des nains et non pas à un nain en particulier sauf ceux qui sont les plus mis en avant… mais même là ça ne m’a pas infecté de voir Kili mourir, mais ça c’est plus dû à ce maudit triangle amoureux qu’autre chose.
    Et enfin, même si les scènes de batailles sont gigantesques et énorme à voir, on sent un étirement assez lassant à certains moments et un drôle de découpage pour certain passage spoiler: comme l’assaut de Thorin et de ses compères lorsque son cousin et les autres nains sont acculés face aux trolls et aux orques, on a un plan large effectuant un travelling à droite et tout les trolls tombent comme des mouches alors qu’on a vu ni archer ni lance projeté sur eux et que les nains sont trop loin pour leur avoir collé des dégâts,
    mais bon je verrais surement la version longue pour me faire une idée là-dessus.

    Ceci étant dit, ce serait mentir de dire qu’il n’y a pas de bonnes idées dans le script du film et heureusement il y en a quelques unes. La montée de la folie chez Thorin est bien faite, les principaux éléments mise en place pour rapprocher cette trilogie préquel et la saga du Seigneur des anneaux sont en général bien construits spoiler: et la fin de Thorin est loin d’être mauvaise, elle est même assez triste puisque Bilbon assiste à ses derniers instants et que le chef de la compagnie reconnait définitivement sa bravoure.


    Donc voilà, même si je vais peut être me faire étriper pour avoir été déçu par ce dernier film de cette trilogie, "Le Hobbit : La bataille des cinq armées" reste du grand divertissement en plus d’avoir une 3D assez belle pour la réalisation et les scènes de batailles, mais ce film n’arrive pas à surprendre et se révèle moins bon que le second film mais quand même au-dessus du premier (à mon sens). Dans l’ensemble ça reste quand même une grande trilogie d’Heroic Fantasy et ma déception vis-à-vis de ce dernier film vient peut être du fait que j’en attendais trop par rapport à ce que m’avait offert le seigneur des anneaux. Et malgré ce que j’ai pu dire, je suis très content d’avoir vu ce dernier volet et je l'ajouterais à ma collection de film, donc merci Jackson.
    vincenzobino
    vincenzobino

    Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 390 critiques

    3,5
    Publiée le 11 décembre 2014
    Dernière partie du Hobbit, cette bataille des 5 armées ne m'a pas pleinement convaincu.

    Niveau visuel et sonore, rien à redire : la 3D est excellente (notamment sur certaines séquences proches de jeux vidéos dont on avait déjà eu un aperçu dans la désolation de Smaug), le son est magnifique et les prises de vues toujours aussi belles, ainsi que la musique de Howard Shore (BO déjà entendue avant la vision).

    En revanche, il m'a manqué l'émotion épique que nous avions dans le SDA, à l'exception de Richard Armitage parfait en Thorin (qu'est-il bien allé faire dans blackstorm, il vaut mieux et nous en offre un sacré panel). Une impression "jolie" mais la magie connue durant les 2 tours ou le retour du roi n'était pas au rendez-vous et cette impression d'avoir voulu trop en faire sur la trilogie se ressent.
    3 liens avec le seigneur des anneaux sont mis en valeur à la fin, 2 visuels, le troisième auditif avec la traditionnelle chanson de fin interprétée par Billy Boyd (Pippin du SDA).

    Au final à recommander sur l'aspect visuel mais ne pas s'attendre à des frissons émotionnels.
    videoman29
    videoman29

    Suivre son activité 133 abonnés Lire ses 1 610 critiques

    5,0
    Publiée le 10 mars 2015
    Voici donc enfin cette fameuse « bataille des 5 armées », troisième et dernier épisode de la seconde trilogie consacrée par Peter Jackson à l'adaptation de l’œuvre de JRR Tolkien. Je l'attendais avec beaucoup d'impatience mais ça valait le coup, indiscutablement. Les deux premiers épisodes, bien que parfaits sur les plans techniques et esthétiques, ont pu paraître un peu longs et ont décontenancé une partie des fans. Je peux comprendre cette position, bien que je ne la partage pas, mais je pense que cette ultime aventure réconciliera tout le monde. En effet, dès les premières scènes le message est clair...Comme son nom l'indique, la fin de la saga est placée sous le signe de l'action guerrière. On est arrivé au bout du scénario et la bataille pour s'emparer du « trésor sous la montagne » peut commencer. Et là, pas de surprise ! On sait que Peter Jackson est très à l'aise avec les gigantesques affrontements. Il l'a prouvé à de multiples reprises, toujours avec le même talent et la même fluidité. Les effets spéciaux sont splendides comme les décors et les costumes. Comme d'habitude, rien n'est laissé au hasard et le spectacle est simplement somptueux. Un petit clin d’œil, à la fin du film, permet de faire un lien plutôt bien vu entre la fin de cette trilogie « du Hobbit » et celle du « Seigneur des anneaux » qui va commencer. L'ensemble forme une œuvre magistrale et magique qui se pose comme LE classique de « l'héroic fantasy » au cinéma. Il sera bien difficile de le faire tomber de son piédestal. Il reste encore à découvrir la version longue... J'ai hâte !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top