Mon AlloCiné
    Nymphomaniac - Volume 2
    note moyenne
    3,1
    2175 notes dont 206 critiques
    répartition des 206 critiques par note
    18 critiques
    55 critiques
    46 critiques
    44 critiques
    29 critiques
    14 critiques
    Votre avis sur Nymphomaniac - Volume 2 ?

    206 critiques spectateurs

    Félix F
    Félix F

    Suivre son activité 150 abonnés Lire ses 2 420 critiques

    4,0
    Publiée le 3 septembre 2014
    Revendiqué comme trash, voir pornographique, Nymphomaniac n'en est rien. Alors oui les images sont crus. Mais le film est lent, poétique et passionnant, prenant et envoutant. CHarlotte Gainsbourg est excellente et la réalisation de Von Trier toujours aussi omniprésente. Ce film est un Ovni, controverser mais rondement bien mené. Un grand film pour un grand réalisateur.
    BeatJunky
    BeatJunky

    Suivre son activité 83 abonnés Lire ses 1 930 critiques

    2,5
    Publiée le 14 juillet 2014
    Mouais, un peu décevante cette suite. Je l'ai pas trouvé aussi subtile que la première partie qui faisait beaucoup dans le comparatif avec la pêche ou les personnages religieux. Ici, Seligman écoute le récit bien plus direct de cette nymphomane sans intervenir autant et c'est ce qui m'a manqué dans cette seconde partie. Malgré tout, c'est paradoxalement cette brutalité qui m'a intéressé ici, Lars Von Trier y va sans prendre de gants et c'est appréciable. Autant, je n'étais pas intéressé par le sujet que je me suis surpris à vouloir connaître la fin de cette histoire qui il faut l'admettre est drôlement bien mis en scène par LVT et bien interprété, particulièrement Gainsbourg qui mérite un grand respect pour tenir des rôles aussi difficiles.
    Malheureusement, ça reste compliqué à décrypter, je n'ai certainement pas tout saisi ni capté tous les clins d'oeil du réal alors mon avis reste mitigé.
    Au final, j'ai trouvé le film original et vaut donc la peine de le regarder mais c'est quand même très spécial et difficilement accessible, ça ne plaira à tous...Mais ça, Lars Von Trier s'en fout! c'est même ce qu'il recherche je pense!
    willydemon
    willydemon

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 1 544 critiques

    3,0
    Publiée le 1 février 2014
    Une seconde partie bien plus brutale, notamment lors de la relation de Joe avec le personnage troublant joué par Jamie Bell (qui est vraiment excellent), dans cette partie peu de place à la poésie, tout est sombre, déprimant. Quelques moments de grâces sont a noter (superbe scène de "l'arbre"), mais les comparaisons philosophiques, culturelles m'ont vraiment lassées, même si ici il y'en a beaucoup moins. Si on prend en compte l'oeuvre en générale je ne sais vraiment pas quoi en penser, si ce n'est que même si ce n'est pas le film qui va me plus le marquer dans la filmographie de Von Trier, et si certains passages sont d'un goût douteux (les pédophiles tout ça tout ça..), ce film à quand même la patte du cinéaste Danois et se place bien au dessus d’Antichrist pour son long portrait de femme dont lui fait faire vivre une vie en marge de la société. Maintenant je vais attendre un peu et revoir tout ça dans la version complète pour me faire un avis définitif..
    NammJones
    NammJones

    Suivre son activité 59 abonnés Lire ses 1 560 critiques

    2,5
    Publiée le 4 septembre 2014
    Un deuxième volet un peu différent du premier avec une histoire moins "passionnante". Il y a moins d'explications, plus de questions, plus de sexe pur et dur sans grand intérêt.Ce volet ne nous révèle plus grand chose et devient un film pornographique sans réelle histoire. Néanmoins, les acteurs sont vraiment concentrés et donnent beaucoup.
    Charles R
    Charles R

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 411 critiques

    3,0
    Publiée le 2 février 2014
    Lars Von Trier est-il un cinéaste d'une profondeur exceptionnelle ou ne propose-t-il que du vent - comme beaucoup l'affirment ? Difficile de se prononcer. Ce qui est certain, c'est qu'il sait filmer ses hantises, ses obsessions - sexuelles, il va de soi - et les crier à la face de la terre sans la moindre concession. Alors cinéaste du scandale et rien d'autre ? Ce serait méconnaître ce qui fait de lui un réalisateur hors pair, c'est-à-dire son amour de l'art alimenté par une solide connaissance de l'histoire de l'art et en particulier de la peinture - tourmentée, bien évidemment (Balthus, Egon Schiele, Caspar David Friedrich...). On peut certes être indifférent au parcours de Joe, cette femme que recueillait Seligman dans le premier volume et auquel elle livrait des confessions on ne peut plus intimes. Les confessions se poursuivent dans le volume 2 et la crudité des propos ne cesse de s'amplifier. Joe souffre de ne pas connaître l'orgasme : la pauvre ! Elle va donc suivre les conseils de son compagnon : varier les plaisirs et les partenaires. Elle sera bien docile et y trouvera un réel sujet d'addiction. Ah ! Jamie Bell est bien loin de Billy Elliott quand il administre des coups de cravache sur les fesses de la belle Charlotte Gainsbourg. Tout cela a un côté guignol certain. En revanche, Lars Von Trier a le génie des plans époustouflants au moment où l'on est prêt à sourire ou bien lorsque l'on est agacé par sa manière d'enfoncer le clou. Oui, l'esthétique est son point fort et l'on ne peut qu'admirer son sens des plans d'ensemble donnant à respirer au terme de gros plans souvent indigestes, son art de créer des atmosphères, son sens du décor et de la lumière justes. Mais Lars Von Trier est-il, oui ou non, un moraliste - comme le soutiennent ses admirateurs ? Sans doute, mais sa vision du monde est une des plus désespérées qui soient à l'écran et surtout elle est dictée par une érotophobie qui parfois a de quoi inquiéter.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 31 mai 2018
    Plus hardcore avec du sadomasochiste comme perversion d’autosatisfaction, c’est toujours drôle de découvrir la suite d’orgie aventureuse pour l’obsédée, l’histoire dit que malgré la culture instruite d’un homme, le mal pervers ressurgit en lui pour conclusion, pas mal comme idée qui inspirera le génie de Park Chan Wook pour son chef-d’œuvre « Handmaiden ».
    Marc  Panofsky
    Marc Panofsky

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 244 critiques

    1,0
    Publiée le 26 février 2014
    Il aime surtout châtier ses personnages. Ce qui pouvait être comme un conte érotique dans le 1, devient un long châtiment dans le 2. Le réalisateur n'a pas changé, il est toujours aussi lourd et grotesque. C'est le regard des autres qui a changé. Il était temps...
    remyohama
    remyohama

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 56 critiques

    4,0
    Publiée le 25 janvier 2016
    Moins bien que le 1, l'effet de surprise étant passé peut être ... plus détaillé et dans des chemins plus tortueux encore ... Le film ne s'enfonce pas dans du grand n'importe quoi non plus et les surprises sont encore nombreuses. Charlotte ose tout décidément c'est dingue xD
    Shawn777
    Shawn777

    Suivre son activité 133 abonnés Lire ses 2 261 critiques

    4,0
    Publiée le 20 janvier 2019
    Ce second volume de "Nymphomaniac", toujours réalisé par Lars von Trier et également sorti en 2013 est très bon ! Effectivement, je pense même l'avoir préféré au premier. Enfin, au premier, disons plutôt sa première partie car je n'aime ici pas vraiment parler de suite étant donné que les deux parties forment un seul et unique film. D'ailleurs, le début nous le montre bien en reprenant les évènements exactement là où la première partie les avaient laissé sans aucune transition. Nous retrouvons donc Joe qui continue de raconter ses aventures nymphomanes à Seligman. Je trouve que les choses ici sont plus intéressantes même s'il y a une violence physique et morale beaucoup plus importantes. Si la première partie ne "faisait que" de nous montrer les conquêtes de Joe (j'extrapole bien-sûr en disant cela car en réalité, le film est plus subtil), ici, nous avons enfin la réponse ou en tout cas une conclusion très réfléchie à la vie de Joe. Joe évolue en effet beaucoup dans ce film pour en arriver à quelque chose d'assez inattendue et original (même si le principe du film est en soi assez original). Je trouve que cette deuxième partie est beaucoup plus approfondie quant à la personnalité à la fois de Joe et de Seligman, ce qui est très intéressant, notamment au niveau des dialogues entre les deux personnages qui sont d'ailleurs toujours aussi bien écrits. D'ailleurs, la fin m'a également beaucoup surpris et je trouve qu'elle fait office de très bonne morale quant à la condition féminine et au rapport au corps. J'ai entendue beaucoup de choses comme quoi il était plus trash que la première partie, bon honnêtement, mis à part peut-être quelques scènes, ce n'est pas forcément le cas. La réalisation est quant à elle toujours aussi bonne et intéressante d'un point de vue artistique. On ne s'ennuie pas non plus, je dirais même qu'il y a moins de temps morts que dans le premier car ici, tout s'enchaîne assez rapidement. Du côté des acteurs, Charlotte Gainsbourg est cette fois beaucoup plus présente à l'écran et elle joue très bien, de même que Stellan Skarsgård. Nous avons également cette fois, entre autres, Willem Dafoe, Mia Goth et Jamie Bell qui jouent très bien eux aussi. "Nymphomaniac - Volume II" est donc un très bon film qui parvient à être plus intéressant que la première partie !
    Ricco92
    Ricco92

    Suivre son activité 101 abonnés Lire ses 1 675 critiques

    3,5
    Publiée le 16 février 2014
    Après une première partie consacrée à la jeunesse de Joe, le deuxième volet de Nymph()maniac est essentiellement axée sur la vie adulte de ce même personnage , ce qui explique une présence nettement accrue de Charlotte Gainsbourg. Ce second segment se caractérise surtout par l’aspect de plus en plus extrême des perversions présentées. Ainsi, une la grande majorité de la sexualité montrée dans cette partie provient du sado-masochisme mais Lars von Trier va jusqu’à traiter de la pédophilie et des pulsions de meurtres. Cette volonté d’aller toujours plus loin dans la provocation et une dernière séquence assez décevante font que cette deuxième partie peut légèrement décevoir bien qu’étant malgré tout assez intéressante.
    AIex
    AIex

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 24 critiques

    1,0
    Publiée le 21 février 2014
    Le premier volume, malgré certaines longueurs parfois, commence plutôt bien, l'histoire est assez intéressante et on a vraiment envie de savoir comment cette femme a pu en arriver là! Malheureusement, dans le deuxième volume, le film prend une toute autre tournure, et devient juste trash et sans intérêt.
    Piwi47
    Piwi47

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 246 critiques

    3,5
    Publiée le 6 février 2014
    La forme et le fond se dégonflent : les vieux démons de Lars von Trier reprennent le dessus dans cette seconde partie, hélas diablement plus provocatrice et moribonde que la première mouture. Mais ce « Nymphomaniac – Volume 2 » demeure néanmoins d'excellente facture, produisant quelques belles étincelles, dont un message féministe étonnant. Notons également une scission en deux volumes clairement préjudiciable à l'œuvre dans sa globalité. Attendons donc la version director's cut de 5h30 pour se forger une opinion définitive.
    Dexter Bauer
    Dexter Bauer

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 206 critiques

    2,5
    Publiée le 16 février 2014
    Cynique
    Lars Von Trier m'est un grand mystère. Ses propos à Cannes me paraissaient être un jeu de provocation maladroit. Résultant avec réussite à un buzz qui lui fût bénéfique tout de même. Cette deuxième partie de Nymphomaniac est la révélation pour moi que le cinéaste ne m'a jamais vraiment parlé dans les discours de ses films. J'admire l'artiste mais m'interroge sur l'homme. Ce qu'il raconte est dur, violent et abjecte. Si c'est sans mesure qu'il les livrent, c'est quelqu'un de dangereux. Dans le cas contraire, son second degré manque d’efficacité selon moi.
    Le premier propos choc du film vient de la scène du "Sandwich". Le personnage de Charlotte Gainsbourg y tient des paroles racistes. L'utilisation du mot nègre est fébrilement dénoncée. Le contradicteur est même mangé par la réponse de Joe qui devient militante contre la dictature de la bien-pensance. On ne comprend d'ailleurs pas bien pourquoi, sinon être la porte parole de Lars Von Trier. Dénoncer la pensée unique c'est plus que louable. Le faire en remettant en question la signification du mot "nègre" ou en évoquant une éventuelle part d'humanité existante chez Hitler, c'est soit très maladroit ou extrêmement scandaleux.
    Avec moins d'indignation mais tout autant d'indifférence, l'analyse faite sur le sexe me paraît surfaite. Je ne crois aucunement à la fatalité et la dépendance dans lesquelles le sexe est raconté dans Nymphomaniac. Si il est bien le fondement de la vie et qu'il peut aussi s’avérer être source d'ennuis, la sexualité est avant tout symbole de bonheur. Et il en ressort jamais de ce film. Le sujet est toujours traité avec plein de gravité. C'est un angle assumé et tout de même parfois sensé. En revanche l'analogie perpétuelle entre le sexe et des éléments plus ou moins futiles de la vie est super lourde et mal avisée. L'origine du monde certes, mais pas nécessairement son centre. La vision du sexe de Lars Von Trier est tissée comme une toile au milieu de laquelle il règne et autour du quel tout tourne. Idée bestiale qui ne reflète pas assez de sarcasme dans la manière de la dire. Ca en devient même affligeant sur la vision de l'amitié et de l'homme laissée par l'ultime scène. Et aberrant dans le discours pseudo féministe relevant une injustice face au regard de la dépendance féminine. L'idée y est, le traitement du propos non.
    Pourtant, Lars Von Trier est un réalisateur hors-pair. J'ai beau avoir compris qu'il ne me passionne que très rarement dans ce qu'il raconte (exception pour Breaking the Waves et Dancer in the Dark) je ne m'ennuie presque jamais devant un de ses films. Et les deux parties de ce dernier regorgent de cette ambivalence. Le propos ne me parle pas mais à aucun moment je ne m'ennuie. Sa façon de mettre en scène est fascinante et captivante. Encore une fois la photographie est unique. Melancholia est selon moi sont tour de force le plus incroyable. Un des plus beaux films que j'ai pu voir et de loin l'apogée du talent de son auteur. Car au-delà de la qualité artistique évidente, la sobriété du scénario est une grande force. Comme quoi on peut faire quelque chose de fort sans aller chercher le choc dans les mots, ou les images.
    Ça me plaît d'être bousculé, qu'on remue le conformisme. Mais lorsque le fond et la visée des dires ne sont pas clairvoyants on se doit d'être vigilant. Un artiste reste une personne, et l'art un moyen d’exprimer ses sentiments personnels. Les livres, spectacles ou films peuvent être dangereux dans leurs visées ou intentions.
    J'admire le produit artistique brut qu'est Nymphomaniac dans sa qualité de mise en scène captivante mais reste perplexe et discordant avec son récit.
    Artriste
    Artriste

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 1 014 critiques

    3,5
    Publiée le 13 octobre 2014
    Cette deuxième partie n'a rien à voir avec la première. On sent l'évolution des personnages à travers une réalisation beaucoup plus conventionnelle et qui du coup perd en créativité pour se retrouvé avec quelque chose de bien fait mais de beaucoup plus basique. Mais surtout ce qui saute aux yeux c'est que c'est beaucoup plus sombre, violent et plus cru sexuellement. Le chapitre 6 du canard silencieux est la partie la plus réussi de ce second volet mais aussi la plus hard. Malheureusement après cette séquence ça devient la descente aux enfers en terme de qualité. On se retrouve avec une histoire de chasseur de dettes et de pistolet qui n'ont pas grand chose à faire la dedans et surtout ça devient long et ennuyant par moments. Et que dire de la scène avec spoiler: le traducteur et les deux africains dans l’hôtel
    qui n'apporte vraiment rien au film et qui est purement inutile. Du côté des acteurs, Joe ayant grandit on retrouve Charlotte Gainsbourg qui remplace Stacy Martin et qui nous offre une prestation grandiose surtout quand on voit les scènes qu'elle à fait ou elle n'est pas ménagé. On découvre aussi "P" interprété par la ravissante Mia Goth qui est un personnage vraiment intéressant. Par contre je n'ai pas compris pourquoi Shia LaBeouf à laisser sa place à Michael Bas pour jouer le rôle de Jérôme vieux il ne lui ressemble pas du tout et ça fait pas trop crédible surtout que je pense qu'avec un peut de maquillage c'était tout à fait réalisable. La b.o. elle est toujours aussi belle et bien incorporé aux différentes scènes. Malgré cela Lars Von Trier parvient à nous accoucher d'une fin réussi qui fera réfléchir et qui nous satisferas. Ce Nymphomaniac Volume 2 est certes inférieur au premier dans beaucoup de domaine mais apporte assez au récit pour qu'on le regarde avec envie. Globalement Nymphomaniac est un film, une expérience à vivre absolument pour un public averti et aimant un cinéma non conventionnel.
    Nicolas L.
    Nicolas L.

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 1 195 critiques

    2,0
    Publiée le 16 septembre 2020
    Assez décu de la deuxieme partie. Sans doute car Stacy Martin (la jeune Joe) à laisser la place à Charlotte Gainsbourg (la Joe âgée) assez médiocre dans ce film. Et Von Trier qui appuie encore plus le sujet de la nymphomanie sombre parfois dans le graveleux ou la provocation gratuite. Et la fin plombe la morale : les hommes sont tous des pourris.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top