Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Livre de la jungle
    note moyenne
    4,1
    14939 notes dont 909 critiques
    répartition des 909 critiques par note
    216 critiques
    421 critiques
    195 critiques
    45 critiques
    27 critiques
    5 critiques
    Votre avis sur Le Livre de la jungle ?

    909 critiques spectateurs

    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 2915 abonnés Lire ses 7 252 critiques

    3,0
    Publiée le 7 mars 2017
    On connaît l'histoire, mais on l'aime et ce n'est donc jamais vraiment un problème de la redécouvrir. D'ailleurs, il faut reconnaître que Jon Favreau et Disney ont mis le paquet niveau travail technique : c'est fluide, rapide, hyper-précis et souvent vraiment beau à voir : là-dessus, chapeau. Le souci, c'est qu'à force de se consacrer corps et âme à la forme, le reste a une légère tendance à passer au second plan. Le film manque parfois de naturel, notamment concernant l'animation de certains animaux, et limite notre capacité d'immersion dans le projet, même si paradoxalement cela m'a nettement moins gêné lors de ma seconde vision. D'autant que cela reste sympa à suivre, avec quelques belles scènes spoiler: (le passage avec Kaa est une grande réussite) et des personnages appréciés depuis toujours, même si on se serait passé de ces clins d'œil musicaux (très) appuyés au dessin animé, la partie concernant King Louie m'ayant même paru un peu pénible. Une nouvelle version "live" ne s'imposait pas forcément, et logiquement celle-ci n'apporte donc pas énormément aux précédentes, mais on reste toujours à un niveau très acceptable et le tour de force technique, même éclipsant un peu le reste, demeure spectaculaire : un blockbuster, certes, mais de qualité.
    Yetcha
    Yetcha

    Suivre son activité 295 abonnés Lire ses 3 470 critiques

    4,5
    Publiée le 10 avril 2017
    J'ai vraiment pris un grand plaisir à voir ce livre de la jungle version live. Attention, il n'est pas à mettre entre tous les yeux. En effet, la qualité des effets spéciaux et la présence de scènes violentes et intenses peuvent vraiment choquer les plus jeunes. Donc c'est ici, et seulement ici que le bât blesse. Car le reste est vraiment incroyable. Dynamique, beau, on retrouve l'histoire originale, les personnages, whaouh, ça m'a décoiffé!
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 186 abonnés Lire ses 833 critiques

    3,5
    Publiée le 14 avril 2016
    Pour fêter les 50 ans (ou presque : 1967) de la sortie du "Livre de la Jungle", le studio Disney nous propose ici un remake de l'histoire de ce petit garçon élevé par des bêtes sauvages dans la dangereuse et mystérieuse jungle. Il faut reconnaître que le rendu global est sublime, la texture et le réalisme des animaux sont bluffants (Mowgli est le seul acteur réel du film, tout le reste est en numérique). J'ai toutefois noté quelques longueurs de-ci de-là, le rythme n'est pas endiablé, je me suis même un peu ennuyé par séquences... Mais bon, je n'avais pas non plus adoré l'oeuvre de 1967, cela vient surement de ça ! Cela reste un bon divertissement pour petits (minimum 10 ans car certaines scènes sont spectaculaires) et grands.
    Charles G
    Charles G

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 627 critiques

    4,0
    Publiée le 1 mars 2017
    Voilà maintenant quelques années que Disney a décidé d'adapter en films "prise de vue réelle" tous ses classiques d'animation, avec plus ou moins de réussite. Ici, peu de prises de vue réelles en fait, tant le fond vert et les effets visuels ont été allègrement utilisés. C'était le premier point de doute que l'on pouvait avoir et qui est immédiatement dissipé passées les premières secondes. Les animaux, aussi numériques et faux soient-ils, sont magnifiques. La technologie est arrivée à point où elle peut être omniprésente sans faire mal aux yeux ou être trop criarde. L'histoire, elle, est toujours aussi magique, et Jon Favreau, très bon quand il s'agit d'adapter à l'écran des histoires déjà bien connues, sait ajouter des touches d'humour et du suspense quand il faut. C'est beau, c'est romantique, envoûtant comme les meilleurs opus de la maison Disney. Même si on très bien où l'on va, on se laisse mener avec plaisir et son âme d'enfant. Transformation réussie à tout point de vue !
    jcguerrero
    jcguerrero

    Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 69 critiques

    4,5
    Publiée le 14 avril 2016
    Folle entreprise que celle de Disney d'avoir osé s'attaquer à la production "live" de ses plus célèbres films d'animation devenus pour la plupart des icônes du 7ème art. Après "Cendrillon", voici donc "Le Livre de la Jungle", Film Bonheur Incontournable dans sa version animée de 1967, puissamment ancrée depuis dans la mémoire de générations et de générations de cinéphiles. Autant le dire tout de suite, sa version live, que vient de signer Jon Favreau, est en tous points remarquable. Comme avec "Cendrillon" de Kenneth Branagh, le challenge était de taille. Encore plus fou d'ailleurs, tant il paraissait absurde/impossible de reproduire "en vrai" cette histoire imaginée par Rudyard Kipling, d'une amitié entre un enfant et des bêtes sauvages au milieu d'une jungle dense et infestée de périls en tous genres. La prouesse technique est au rendez-vous et au milieu de cette forêt grouillante et fascinante, on ne peut jamais distinguer les images vraies de celles conçues en studio. A moins de remarquer au détour d'une séquence un tout petit détail qui vous arrache un sourire béat et vous fait ouvrir grand les yeux. Je vous en livre un seul : à la fin du gros orage qui regonfle les rivières, notez parmi les nombreuses et vraies grenouilles qui rentrent chez elles satisfaites, l'une d'elles… qui s'essuie furtivement le front avec une expression du style "Whaou quelle journée !" C'est très fugace et c'est puissamment jubilatoire car on ne sait jamais tout au long du film si l'on est dans la dure et puissante réalité de la vie, façon documentaire, ou bien dans le rêve merveilleux d'un récit fantastique. Au-delà de la forme et de la stupéfaction qui vous saisit à chaque instant devant ce décor grandiose si minutieusement filmé, se trouve évidemment le fond du récit de Kipling, à savoir la psychologie de chaque personnage et leurs sentiments (l'amitié, la roublardise, la jalousie, la vengeance…) et bien sûr l'accession à sa vie d'adulte pour l'enfant Mowgli. Et là aussi, pas une seule fausse note. On y croit ! On y est ! Le jeune Mowgli est remarquable, ses amis, Baloo et Bagheera, sont géniaux et le tigre Shere Khan, lui, véritablement terrifiant. Deux petits regrets à la rigueur : on aurait aimé que le serpent Kaa se prenne un peu moins au sérieux et que le combat final soit un peu moins long mais ce ne sont que des broutilles face à cette magnifique réalisation que nous sommes heureux d'accueillir dans notre collection comme le vrai P'tit Bonheur de film qu'il est !
    Hollywood-Biographer
    Hollywood-Biographer

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 1 379 critiques

    4,0
    Publiée le 10 mai 2016
    Tout le monde connaît l'histoire du "Livre de la jungle", le chef-d'oeuvre de Rudyard KIPLING superbement adapté par Disney dans un film d'animation mythique. Quarante ans plus tard, le live action de Jon FAVREAU rend parfaitement hommage à l'histoire de Mowgli. A travers cette adaptation cinématographique, celle-ci trouve une toute nouvelle force, qui raisonne de manière universelle. Le réalisateur a eu le génie d'embaucher les meilleurs artistes numériques du moment pour récréer par ordinateur l'univers inoubliable du dessin-animé. C'est bien simple, les effets-spéciaux sont bluffants et les animaux sont parfaitement animés. C'est une belle réussite !
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 432 abonnés Lire ses 3 184 critiques

    3,5
    Publiée le 12 septembre 2016
    Qui ne connaît pas Mowgli, Baloo ou Baheera aujourd’hui ? Le livre de Rudyard Kipling aura surtout acquis une notoriété planétaire grâce au dessin animé de Walt Disney Pictures à la fin des années 60. A l’heure du numérique, il était inévitable de ne pas avoir une version film de cette histoire passionnante. A part notre héro préféré, tout le reste de cette adaptation a été réalisé en images de synthèse. Le film déborde alors d’effets spéciaux en tout genre. Certains procédés techniques sont malheureusement si envahissants, qu’ils nuisent à l’âme de l’histoire. Quoi qu’il en soit, Le Livre de la Jungle est un véritable divertissement avec des voix crédibles, une mise en scène spectaculaire et un brin nostalgique. On regrette cependant le manque d’humour qui jadis, nous faisait éclater de rire. D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44
    Anthony O
    Anthony O

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 678 critiques

    4,5
    Publiée le 17 avril 2016
    Sublime! Quel bonheur de revoir ce grand classique à la sauce 2016. Le scénario, hormis la fin, zigzague parfaitement entre le livre original et le dessin animé Disney. Certaines prises de vues et dialogues sont identiques On regrettera juste de ne pas voir Baloo se gratter le dos contre un arbre.
    T-Tiff
    T-Tiff

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 945 critiques

    4,0
    Publiée le 23 août 2016
    "Le Livre de la Jungle" est un remake du dessin-animé Disney de 1967, réalisé par Jon Favreau, qui est notamment à l'origine des deux premiers "Iron Man". Le résultat est très convaincant, avec des prises de vue réelles, le réalisateur donne vie au conte avec une noirceur nouvelle, mais en gardant l'humour du dessin-animé originel. Par ailleurs, les célèbres chansons sont toujours de mise, pour notre plus grand plaisir. Le film rend magnifique cette jungle et cette nature, et les aventures du jeune Mowgli n'en sont que plus palpitantes. "Le Livre de la Jungle" est sans aucun doute un très bon divertissement, qui plaira à un très large public. C'est une excellente surprise !
    Annabelle G.
    Annabelle G.

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 31 critiques

    4,5
    Publiée le 17 avril 2016
    Le livre de la jungle a évolué avec son temps. Disney a réussi son pari d'adapter l'un de ses dessins animés avec des acteurs et des images de synthèses de toute beauté. L'histoire reste la même, mais les émotions y sont renforcées. Les animaux sont extrêmement réalistes, et les paysages ravissants. On en prend pleins les yeux du début à la fin. Je ressors de ce film enchantée comme toujours avec les studios Disney, mais aussi surprise par le réalisme et la beauté qui subliment l'oeuvre de Kipling.
    Celine  .
    Celine .

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 13 avril 2016
    Se film est juste géniale ! J'ai adore ! Parfait pour tous public ! Parfait du début à la fin on s'ennuie pas ! Je suis retombé en enfance devant se film !
    Sally Ecran et toile
    Sally Ecran et toile

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 304 critiques

    4,5
    Publiée le 14 avril 2016
    Il y a des films qu’on attend avec impatience et qui parviennent à nous replonger en enfance l’espace d’un instant. « Le livre de la jungle » entre pleinement dans cette catégorie car avec sa réalisation, ses effets spéciaux d’un réalisme déconcertant, on ne peut qu’entrer avec émerveillement et en ressortir la tête pleine d’enchantements. On ne le dira pas souvent mais merci Disney d’avoir revisité un des grands classiques du genre et d’avoir confié les rennes à un réalisateur de talent. Jon Favreau est un vrai orpailleur. Après « #Chef » (et dans un tout autre genre « Iron Man »), il nous offre une nouvelle pépite avec son « Livre de la jungle » dépoussiéré (la version animée date de 1967 !) et empli de nostalgie. En effet, en plus d’être une formidable aventure ponctuée de rencontres fabuleuses, son dernier long-métrage est l’occasion de se perdre dans la jungle avec des animaux de synthèses plus vrais que nature et de réentendre les tubes du dessin animé revisités et magnifiés. « Il en faut peu pour être heureux », « Etre un homme comme vous », « Ai confiance » c’est un régal de les entendre en version française (dans le film) et en version originale (au générique). C’est à John Debney (avec qui Jon Favreau a déjà travaillé à plusieurs reprises) qu’a été confiée la composition des musiques du film. Ce plaisir musical s’allie à merveille à la réalisation et aux différentes scènes d’action. Mais parlons de Mowgli, le personnage central de cette fabuleuse épopée. Interprété par l’incroyable jeune Neel Sethi, l’enfant sauvage porte un film de grande envergure sur ses frêles épaules. Néanmoins, avec le peu d’expérience qui est la sienne (Neel n’a joué que dans un court métrage avant d’intégrer l’équipe de Favreau), l’adolescent de 13 ans parvient à nous emporter dans ses aventures avec une force de jeu impressionnante. D’autant plus que le jeune garçon n’a aucun partenaire réel. Animés grâce à la fameuse technique de motion capture, les animaux sauvages prennent vie sous nos yeux grâce à un travail informatique de grande ampleur et pourtant… le réalisme est tel que l’on pourrait croire que ce sont de vrais mammifère à peine retouchés qui évoluent sur le grand écran. Les expressions des personnages sont grandioses : on tremble devant Shere Khan, le roi Louis ou Kaa, on s’attendrit devant Gris ou Rama, on se régale de la maladresse de Baloo et on se laisse guider par Bagheera. C’est magique car ils sont tous là ! Pour aider Neel à interagir avec ses partenaires fictifs, des marionnettes grandeur nature ont été construites par la Jim Henson Company pour les besoins du film. L’illusion est parfaite, les échanges réalistes : l’équipe technique de Jon Favreau nous bluffe de bout en bout et ce, jusqu’au générique final où l’on feuillette l’histoire du « Livre de la jungle » une dernière fois encore. Et même si notre complexe ciné ne nous offrait que de la VF (Lambert Wilson, Cécile de France, Eddy Mitchell sont d’ailleurs de la partie) il faut reconnaître que celle-ci était de bien bonne qualité. On regrette néanmoins de ne pas avoir pu se délecter du doublage de Bill Murray, Ben Kingsley, Scarlett Johansson ou encore Christopher Walken mais ce n’est que partie remise car c’est une certitude, le film gagnera notre cinémathèque avec une place de choix ! On ne veut pas vous en dire trop car l’idéal est de vous laisser convaincre de retourner en enfance un peu moins de deux heures et de découvrir le film par vous-même. Avec ses valeurs d’amitié, de respect, de courage, « Le livre de la jungle » est un film familial par excellence et vous emmènera dans un voyage cinématographique que vous ne risquez pas de regretter.
    Uchroniqueur
    Uchroniqueur

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 1 174 critiques

    3,5
    Publiée le 12 septembre 2016
    Une magnifique animation, mêlant éléments réels et virtuels, très belle photo, scènes grandioses, décors splendides, Une vision du monde cependant très Walt Disneyenne, avec des contenus discutables, un manichéisme trop marqué et une moralisation suspecte. Faire répéter en chœur, comme un slogan : "la force du loup, c'est la meute et la force de la meute, c'est le loup", ça peut faire frémir, voilà un message qui n'est pas très émancipateur et progressiste. Restons vigilants. Baloo, le dit bien " ce n'est pas une chanson c'est de la propagande", pas fou Baloo !
    Flaw 70
    Flaw 70

    Suivre son activité 237 abonnés Lire ses 422 critiques

    2,5
    Publiée le 18 avril 2016
    Chez Walt Disney Pictures, la production de remakes en prise de vue réelles de leurs vieux dessins animés est devenu monnaie courante. C’est un moyen peu inventif de se faire de l’argent car il consiste à produire des films qui ne nécessitent pas de gros efforts dans l’élaboration d’un scénario puisque les bases sont connues de tous. Et le succès est quasiment garanti car le film attire un public grâce à la fibre nostalgique de personnes qui veulent se replonger en enfance ou qui veulent montrer l’univers avec lequel ils ont grandi, dans une version plus moderne, à leurs propres enfants. Jusqu’à maintenant ses adaptations live ont connu un franc succès, permettant au studio de gagner gros en faisant peu car même s’il y a un succès public indéniable à ce genre d’entreprise, il faut reconnaître que la qualité des produits fournis laisse à désirer. Alice in Wonderland de Tim Burton, Maleficent avec Angelina Jolie et le Cinderella de Kenneth Branagh sont des films paresseux et sans âme qui sont au mieux pas terribles comme pour le film de Branagh et au pire mauvais voire médiocre comme pour celui de Burton et le Maleficent. Cette fois-ci c’est Jon Favreau, réalisateur entre autres des deux premiers Iron Man, qui a la lourde tâche de donner un intérêt à ces projets avec son adaptation du The Jungle Book, qui a au moins pour elle le mérite de laisser entrevoir une vraie prouesse technique. Il ne faudra pas attendre grand chose du scénario, qui a pour seul mérite d’essayer de se détacher de la version animée sortie en 1967. Le récit reste dans les grandes lignes le même, mais c’est le regard porté sur celui-ci qui change drastiquement. Beaucoup plus sombre avec de vraies envies de maturité, le film s’impose comme un spectacle sérieux où l’humour se fait relativement rare. Une chose qui déstabilise beaucoup et qui souligne le premier problème de l’adaptation : elle ne sait tout simplement pas où aller. Elle n’est clairement pas destinée aux enfants qui risquent de s’ennuyer devant ce spectacle morne et sinistre qui est plus parcouru par un sentiment de mélancolie et de désespoir que d’un vrai souffle de bonhomie et d’inconscience qui caractérisait tout ce qui faisait la saveur du dessin animé. Mais elle n’est pas non plus pensée pour être un spectacle adulte, étant bien trop légère dans son écriture et faisant sans cesse référence à l’ancienne adaptation, essayant de faire de l’humour avec Baloo ou en réutilisant deux chansons directement issues du film de 1967. Elles sont d’ailleurs très mal intégrées dans le récit et perdent toute leur saveur car elles ne correspondent pas à l’univers dépeint ici, soulignant bien les problèmes de tons de celui-ci et le fait qu’à force d’essayer de faire un spectacle adulte tout en alimentant l’aspect enfantin du projet il n’aboutit dans aucune des deux démarches. Il essaye même de remettre la scène culte du serpent Kaa mais il l’a réduite à une simple scène d’explication sur les origines de Mowgli et l’expédie en une poignée de secondes. Elle n’est ni le sommet d’hilarité qu’elle était dans le dessin animé, ni la scène menaçante et glauque que l’on veut nous laisser entrevoir durant son exposition. Dans l’ensemble, la plupart des idées ou des tentatives entreprises ici se soldent par des échecs. Le méchant est caricatural et la manière que le récit à de le lier à Mowgli est maladroite voire même extrêmement ridicule lors du final, la relation entre Mowgli et Baloo est expédiée comme le traitement de Bagheera ainsi que tout ce qui entoure les hommes. Car il y a vraiment une recherche de mystification autour des hommes, les présenter comme des êtres abstraits et menaçants mais même cette tentative assez intéressante est gâchée par un traitement trop en surface pour que cela puisse prendre une véritable importance. Après on retiendra quand même le développement fait autour des loups, la vie de Mowgli au sein de la meute étant plus développée que par le passé, donnant un vrai poids à ses motivations même si on regrette que Mowgli soit lui-même traité en facilité scénaristique, étant une espèce de MacGyver qui sait se sortir de n’importe quelle situation, enlevant de la sorte tout enjeu au récit. Au final, la seule séquence qui apparaît comme une véritable réussite, entre hommage amusant au dessin animé et renouveau plus sombre, c’est celle qui implique le King Louie. Prenant, bien écrit et efficace, c’est le seul passage qui parvient vraiment à accrocher et à faire ressentir des choses aux spectateurs. Le tout parvient quand même à être soutenu par un casting vocal impeccable. Même si les prestations d’acteurs ne sont pas folles, la distribution des rôles se montre ingénieuse. Bill Murray apparaît comme une évidence dans le rôle de Baloo avec sa voix rassurante et bon enfant tout comme Idris Elba qui fait vraiment des merveilles en Shere Khan avec son timbre grave et menaçant. L’idée de génie vient surtout dans le fait d’avoir donné le rôle de Kaa à Scarlett Johansson qui grâce à sa voix envoûtante et son timbre si particulier arrive à magnifier le personnage. Il est juste dommage qu’elle soit totalement sous exploitée. Le reste du casting est aussi très bon, même s’ils font un travail plus classique dans leur genre, comme Ben Kingsley qui au final reste égal à lui-même en Bagheera. On regrettera juste que le jeune Neel Sethi ne soit pas particulièrement bon acteur, surjouant beaucoup trop et ne parvenant pas à rendre son Mowgli mémorable ni même attachant. Pour ce qui est de la réalisation, il faut reconnaître que la prouesse technique est bien là. Les effets spéciaux semblent plus vrais que nature, les détails sur les animaux, dans les décors, etc. sont vraiment impressionnants. Même si évidemment tout ça n’est pas parfait (les effets de la pluie sont assez mal retranscrits sur les animaux car on a du mal à percevoir s’ils ont le poil mouillé ou non) ça reste suffisamment discret pour ne pas entacher le visionnage. Surtout que l’ensemble est soutenu par une photographie chatoyante, qui rend les couleurs criardes et très chaudes lors des moments d’insouciance comme elle peut se montrer très sombre voire anxiogène lors des scènes de tension. Le montage permet une lisibilité constante sur les événements et assure un rythme effréné, le film malgré ses défauts n’ennuie jamais, tandis que la musique est correcte même si elle manque d’inspiration. Elle accompagne bien les images, reprend de différentes manières les anciennes chansons du dessin animé mais reste peu mémorable. La mise en scène de Jon Favreau sent le chaud et le froid. Même si on reste admiratif devant sa capacité à associer prises de vue réelles et animation et que l’on s’incline devant sa manière très fluide de jouer avec la verticalité des décors, on ne peut qu’être déçu de le voir autant de fois céder à la facilité. Pompeux par moments, bien trop théâtral et lourd dans certains de ses effets et usant en abondances des jumpscares, il se montre autant inventif et énergique dans son travail que paresseux et prévisible. C’est d’autant plus dommage qu’il arrive vraiment à offrir des séquences mémorables à l’imagerie forte comme la scène au royaume des singes qui est un très bon moment de mise en scène, mis à part peut être un jumpscare trop prévisible, mais à cause de certains effets trop génériques, il les dépossède de leur force iconique pour en faire un rendu global sans âme et peu innovant. En conclusion The Jungle Book est une adaptation plutôt moyenne du livre de Rudyard Kipling et un remake décevant du dessin animé de 1967. Il ne parvient jamais vraiment à trouver sa propre voie ni même à justifier son existence en dehors de l’appel du profit. La démarche est assez honteuse mais il faut admettre que dans la catégorie remake en prises de vue réelles, il est peut être le plus réussi sorti à ce jour. Même si l’écriture maladroite l’empêche d’être un bon film pour enfants comme un film adulte et que le traitement global de l’histoire est bien trop succinct et caricatural, on reste conquis par la prouesse technique qui en fait au moins un divertissement qui se suit. Car la mise en scène, au-delà de ses relents de fainéantises, possède vraiment ses fulgurances et arrive à offrir ici et là de très bonnes scènes toujours soutenues par un casting vocal au top. Dommage que le seul acteur physiquement présent ne soit pas aussi convaincant dans son rôle. Une suite semble déjà être en préparation et il ne fait aucun doute que le film va trouver son public et être un joli succès commercial, mais hormis ça il n’est pas grand chose de plus. Un simple produit destiné au profit qui se regarde, qui peut parfois se faire apprécier mais qui au final s’oublie très vite.
    Emmanuel D.
    Emmanuel D.

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 727 critiques

    4,0
    Publiée le 22 avril 2016
    Près de cinquante ans après le grand classique de Disney, Le Livre de la Jungle revient dans une audacieuse adaptation en film avec pour seul acteur le jeune Neel Sethi, les animaux étant directement personnifiés avec leur apparence réelle. L'univers présente des images de grande qualité, une 3D relief précise et une superbe bande originale, dont des reprises des compositions du dessin animé tel le thème principal à peine retouché. Les personnages sont extrêmement bien rendus et gardent toute leur identité malgré leur apparence très classique : Bagheera toujours sérieux et réfléchi, Baloo le boulet comique au grand cœur, Kaa ensorcelant avec cette fois-ci une voix de femme, Rakcha la louve protectrice et attachante. Quant au roi Louie, il gagne grandement en charisme avec sa taille gigantesque, son visage grave et son sérieux remplaçant le comique, tout comme Shere Kahn se présente comme un très robuste tigre à côté des loups bien plus frêles et abandonne son air sournois pour une posture bien plus imposante et dangereuse. Le scénario ose proposer de nouveaux angles de réflexion à travers sa sublime narration bousculant l'ordre des événements. Ainsi, on voit très vite Mowgli vivre avec les animaux et notamment de ses frères loups et de sa mère Rakcha, à qui il est très attaché. Shere Kahn se pose d'emblée comme un antagoniste puissant et craint par tous, qui n'hésite pas à demander le bannissement du petit d'homme et à annoncer la fin de la trêve après la saison de paix annuelle. Il ira même jusqu'à spoiler: tuer le père loup en l'attrapant par la nuque et en le jetant violemment dans le vide car Mowgli est parti au lieu de se rendre à lui, scène pas moins choquante que bienvenue dans un style d’œuvre qui édulcore bien souvent les choses à cause du public enfant qu'il cible. Si on peut regretter de ne voir qu'une seule fois Kaa, sa séquence est mémorable tant son ensorcellement se marie bien avec son histoire sur le village des hommes, spoiler: dont certains s'aventurent parfois dans la jungle jusqu'à périr de la gueule du tigre et s'enfuyant par peur du feu, appelé « fleur rouge » par les animaux. Le thème musical de Kaa est magnifié par son remix qui le rend plus grave et sulfureux tandis que l'animal raconte le passé avec de magnifiques images en ombres chinoises. Si c'est Bagheera qui venait en aide à Mowgli dans l'original en criant simplement sur Kaa qui tombait de sa branche à cause de sa longueur, spoiler: c'est cette fois-ci Baloo qui intervient physiquement. Toujours aussi boulet, le nounours entraîne Mowgli dans les péripéties en commençant par lui demander d'escalader un mur pour faire tomber un important pâté de miel bourré d'abeilles autour. L'enlèvement de Mowgli par les singes arrive bien plus tard, spoiler: après que Baloo a demandé lui-même au petit d'homme de quitter la jungle , et la mise en scène garde le suspense sur la présence et l'apparence du roi Louie, restant dans l'ombre avant de chanter son I wan'na be like you d'une manière assez grave mais non dénuée d'humour. Si la poursuite qui s'ensuit ne reprend pas le comique du dessin animé (et notamment le chatouillement du singe), l'action est de grande qualité et le roi provoque lui-même l'effondrement des ruines. spoiler: En s'emparant de la colline des loups jusqu'à laisser les vautours dévorer les restes, Shere Kahn rappelle grandement l'ambition de Scar dans Le Roi Lion spoiler: , à la différence qu'il cherche à provoquer le retour de Mowgli pour le tuer. Le petit d'homme est correctement joué (seule sa VF fait parfois trop cliché) et ses actions symbolisent grandement le rassemblement des animaux de la jungle, notamment lorsqu'il aide le petit éléphant à remonter du trou. Les règles et les légendes renforcent également le background du film : Bagheera lui dit par exemple qu'il faut s'agenouiller devant ces êtes si immenses car ce sont eux qui ont créer la jungle en la façonnant avec leurs défenses. Le film joue de plus belle avec nos acquis alors Mowgli décide de spoiler: jeter sa torche de feu à l'eau avant de combattre le tigre, celle même torche qui venait d'enflammer la nature sur son passage et qui faisait peur à ses amis animaux. L'affrontement final est mémorable tandis que Mowgli cherche à piéger Shere Kahn à travers la forêt enflammée en se montrant plus intelligent qu'une simple brute utilisant la force physique et en usant d'une posture qui prouve qu'il n'a pas peur de lui. Une adaptation de grande qualité qui ose innover et qui pourrait servir de modèle aux autres adaptations prévues par Disney pour continuer dans une lancée de films très réussis !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top