Mon compte
    La Tête haute
    note moyenne
    4,0
    6311 notes dont 423 critiques
    répartition des 423 critiques par note
    77 critiques
    217 critiques
    82 critiques
    33 critiques
    10 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur La Tête haute ?

    423 critiques spectateurs

    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 291 abonnés Lire ses 688 critiques

    4,0
    Publiée le 18 juin 2015
    Un excellent film, qui aurait surement eu sa place en compétition à Cannes. On a là un vrai bon film français, un peu à l'image de bande de filles l'an dernier. Sujet difficile, social, portrait d'enfant en difficulté, caméra tantôt attendrissante tantôt objective, remarquables prestations d'acteurs. Ce film réunit pratiquement tous les ingrédients. Il s'en dégage une grande force, j'ai vraiment eu le souffle coupé pendant le film, tant ce qui est montré est violent, surtout au niveau moral. Là où le film s'en sort le mieux c'est dans sa quête de la vérité, tout sonne juste, de la mère dépassée par les évènements, à la juge qui se prend d'affection, au garçon devant se construire sans aucun repère, mis dans des foyers avec des jeunes encore plus perdus que lui. On ne voit pas le bout du tunnel, c'est très rare de voir un film mettre si mal à l'aise le spectateur en ne lui laissant rien pour se raccrocher. Et c'est peut-être ce qui l'empêche de récolter un 5/5, car le personnage principal n'est pas attachant, et l'est même de mois en moins. Surtout, j'ai vraiment appréhendé la fin et évidemment la réalisatrice n'a pas su comment finir son film. Forcément il fallait une résolution à cette histoire, sauf que ça ne marche pas, c'est presque plus terrifiant encore que ce qui a été montré, malgré la joie apparente. La fin aurait du se concentrer sur son frère comme espoir, car là on n'y croit pas. Mais excepté ces 5 dernières minutes, c'est un excellent drame.
    Black-Night
    Black-Night

    Suivre son activité 135 abonnés Lire ses 421 critiques

    3,5
    Publiée le 15 juin 2015
    Un très bon film intéressant, bien joué et maîtrisé, il apporte pas mal dans son genre du drame social et je signe et persiste que le cinéma français n'a rien à envier aux autres. Présenté en sélection officielle hors compétition faisant office du film d'ouverture au 68ème Festival De Cannes en 2015, le film suscitera l'engouement général du public. Plutôt surprenant qu'il fut l'objet de l'ouverture du Festival car ce n'est clairement pas le genre de films qui est habituellement choisi pour cela, mais c'est au final plutôt bien.
    L'histoire nous fait suivre le parcours éducatif d'un jeune délinquant, de ses 6 à 18 ans qu'une juge pour mineur et un éducateur feront tout leur possible pour le sauver afin qu'il prenne conscience de se construire sa vie.
    Sans être un film exceptionnel, car pour moi il manque de force et d'intensité il n'en reste pas moins très bon en maîtrisant son sujet ainsi que les différents thèmes déployées tout au long du métrage tels que la protection de l'enfance, la délinquance, la justice des mineurs et la réinsertion. Tous ces thèmes abordés sont bien traités et rendent le métrage intéressant.
    La réalisatrice nous sert une très bonne réalisation superbe dans tous ses plans. La bande son est plutôt bonne en mélangeant habilement les genres où l'on peut entendre ici du rap et de la musique classique dans des scènes évidemment diamétralement opposés. Notamment la superbe musique du Trio de Schubert qui apparaît régulièrement tout au long du métrage de belle façon.
    Le casting est de choix car tous nous livrent de belles performances avec : Catherine Deneuve vraiment excellente et convaincante, Rod Paradot jeune débutant est véritablement une révélation de par son jeu très juste et convaincant, Benoît Magimel extra, Sara Forestier très bien.
    En définitif il s'agit d'un drame fort et puissant au ton juste avec quelques accents dans le style du documentaire pour renforcer un certain réalisme. Pour ses thèmes pas si souvent montrés au cinéma notamment il est à voir.
    Ma note : 7.5/10 !!
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 636 abonnés Lire ses 2 340 critiques

    3,5
    Publiée le 1 juin 2015
    Bouleversant ... mais ...
    On ne pourra qu'être bouleversé par La tête haute, un film qui décrit avec une justesse exceptionnelle l'adolescence tourmentée de Malony qu'un éducateur (Benoît Magimel) et une juge pour enfants (Catherine Deneuve) cherchent à sauver de sa violence auto-destructrice.
    Remarquablement interprété, le film d'Emmanuelle Bercot qui a fait l'ouverture de Cannes contient des scènes splendides : la rupture brutale avec son premier éducateur, sa découverte maladroite de la sexualité ...
    Pourtant, à la réflexion, on peut se demander si la réalisatrice ne rate pas sa cible qui, en trop voulant nous montrer comment la société doit traiter ses éléments les plus fragiles, ne finit pas par nous en désespérer.
    Frôlant parfois l'exposé didactique, le film expose les différentes formules expérimentées pour aider Malony : CER, CEF, contrôle judiciaire, établissement pénitentiaire ... La réalisatrice cite à deux reprises le prix élevé de ces processus d'accompagnement coûteux. Le pompon est décroché avec une séance de sophrologie proposée aux jeunes en difficulté pour se réconcilier avec leur corps.
    Ce n'est pas Malony qui se bat contre la société (comme Rosetta le faisait dans le film des frères Dardenne) mais la société qui se bat coûteusement pour lui. Et elle est bien mal payée en retour tant Malony refuse de saisir la main qui lui est tendue jusqu'à un happy end d'autant plus décevant que la principale qualité du film est son âpreté.
    gnomos
    gnomos

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 578 critiques

    1,5
    Publiée le 23 novembre 2015
    Je suis déçue par ce film car, à la lecture du synopsis, je pensais voir un film réaliste, voire naturaliste, à la Zola, version contemporaine. Mais la fin est déjà dans le titre du film, et cette fin n'est pas réaliste du tout, c'est probabilité zéro. Et que penser de cette administration, qui ne s'occupe que du gosse en oubliant complètement sa mère au passage. Et pour le coup, j'ai trouvé que Sara Forestier offrait une bonne composition, d'un personnage certes extrême, mais qui existe sûrement, même la dentition style décapsuleur y est. Et sinon, il y a cette éducatrice dévouée et gauchisante, qui va jusqu'à mêler sa propre famille à ses cas sociaux, mais qui ferait ce genre de choses, à moins de ne pas aimer ses enfants ? Bref, autant d'invraisemblances m'ont saoulée, sans compter que le film devient assez ennuyeux tout de même, au bout d'un certain temps. Sinon, le jeune acteur est très bon, mais ce n'est pas suffisant pour moi. Bref, pour ma part, c'est un ratage, je préfère relire l'Assommoir pour la énième fois.
    Top of the World
    Top of the World

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 153 critiques

    1,5
    Publiée le 16 mai 2016
    Présenté en ouverture du Festival de Cannes 2015, "La tête haute" a été vu par beaucoup comme un film choc, digne des plus beaux portraits d'enfants ou d'adolescents vus ces dernières années. Il me semble pourtant qu'il y a un monde d'écart entre la subtilité et la force d'une oeuvre comme "Le gamin au vélo" et le film d'Emmanuelle Bercot, qui partage avec sa complice Maïwenn un goût du "mieux vaut trop que pas assez". Cette vision du cinéma est pour le moins discutable, surtout pour une cinéaste qui s'inscrit ouvertement dans une tradition naturaliste et cherche donc "à faire vrai". Pourquoi alors affubler Sara Forestier de la prothèse dentaire la plus dégradante possible et de la faire s'exprimer aussi élégamment que Franck Ribéry ? Parce qu'être pauvre, voyez-vous, ce n'est pas facile tous les jours, et qu'il serait bien dommage que le spectateur ne le comprenne pas (quitte à être d'une condescendance effroyable envers le personnage). Comme il serait dommage de ne pas comprendre que l'espoir subsiste pour notre jeune héros (Rod Paradot, à l'intensité parfois forcée), qui entrevoit la lumière aussi bien grâce à l'amour que par l'intermédiaire des rayons du soleil qui percent à travers les arbres, dans un plan d'une lourdeur infinie. Si toutes les scènes ne sont pas mauvaises, le film pâtit clairement d'une mise en scène maladroite, notamment à travers l'utilisation embarrassante de la musique de Schubert (celle de "Barry Lyndon", si, vraiment !), en ce qu'elle cherche trop à signifier et pas assez à regarder ses personnages. Au final, peu d'empathie pour ces derniers car trop peu de vérité émotionnelle et de justesse dans l'écriture, pour un film qui veut impressionner mais qui s'en donne les moyens les plus vulgaires : je n'espérais pas un chef-d'oeuvre mais je suis quand même déçu.
    cinono1
    cinono1

    Suivre son activité 134 abonnés Lire ses 1 643 critiques

    5,0
    Publiée le 11 juillet 2015
    Les conflits entre génération existent depuis la nuit des temps. Dans la cadre d'un perte de transmission parents-enfants (avec des parents immatures et un univers instable), Le film suit la trajectoire ballotté d'un jeune ado insoumi à l'ordre établi et suivi sur près de 10 ans par les services de justices établi. Et c'est la la principale réussite du film, d'avoir su faire subtilement ressentir le passage du temps qui modifie les comportements, les jugements (et sans l'ombre d'un encart) Le ton est sec comme dans un Pialat, la valeur étalon du cinéma social Français, mais il entretient plus de compassion, Emmanuel Bercot n'abandonne pas l'espoir, certaines histoires s'offrent de belles fins, pourquoi pas celle-ci... Les acteurs sont remarquables, il serait injuste de ne pas dire que Catherine Deneuve est ici, formidable de justesse et d'énergie. Une radiographie documenté et passionnante, qui passe par les différentes palettes d'émotion de la joie à la colère, pour filmer cette incompréhension, cette difficulté à entrer dans le monde adulte qu'éprouvent tant de jeunes adolescents aujourd'hui
    Juliette M.
    Juliette M.

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 82 critiques

    2,0
    Publiée le 18 mai 2015
    Un film bourré de clichés sur le sujet, dont le seul intérêt est la bonne performance du jeune Rod Paradot. Quant au pseudo happy end de l'histoire, no comment tellement c'est navrant de niaiserie.
    NarnoNarno
    NarnoNarno

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 514 critiques

    4,5
    Publiée le 22 février 2016
    Récit dur et réaliste, telle une plaie ouverte et purulente qu'on a du mal à soigner malgré une batterie de traitements à disposition, contexte (ou condition) social où l'avenir s'assombrit aussi vite qu'il s'éclaircit, comme un serpent au venin incurable qui se meurt constamment la queue: "La Tête Haute" est sans concession, brut, désespéré, d'un optimisme vain et malmené mais toujours vivace. Car si tout semble être une impasse, le film ne perd jamais le nord et sa porte de sortie vers le meilleur. E.Bercot réalise son "Polisse" (film où elle était actrice et scénariste) en nous livrant un film vrai, brut, vif, percutant, au plus près de ses personnages et au sujet très documenté. Sa mise en scène se débarrasse d'ellipses et de clichés pour aller à l'essentiel et privilégier un constant réalisme. En émotivité qui alterne retenue et explosivité, le film est poignant, froid, désespérant et désespéré comme il peut aussi être touchant et encouragé par une utopie positive, accidentée mais accessible. Violent des les faits, violent dans ses mots, les dialogues sont bruts et punch. R.Paradot, incroyable révélation, joue un écorché vif, impulsif et particulièrement touchant: son interprétation est bluffante, habitée, si naturelle. Et derrière, mais pas si loin, le trio Deneuve/Magimel/Forestier oublie son statut star aux vestiaires, joue sans fard ni paillettes et apporte encore plus de charisme à un film qui n'en manquait pourtant pas. "La Tête Haute" mérite entièrement son titre tant il vise haut et juste par sa pugnacité, sa pudeur et sa véracité, au service d'un cinéma rare, viscéral et réaliste.
    Quentin S.
    Quentin S.

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 14 critiques

    5,0
    Publiée le 29 mai 2015
    Ce film est un véritable chef d'oeuvre, Catherine Deneuve est parfaite dans son rôle ! Ce film montre avec justesse comment peut un môme peut mal tourner s'il n'est pas encadré psychologiquement ! A aucun moment on ne s'ennuie, le film est plein de rebondissements et une vraie morale ou tout fini bien ! Très bien tourné, avec des drames, de l'humour, de l'amour, du sexe et un véritable enjeu à la fin ! A voir absolument !!!!!
    bedsouin
    bedsouin

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 177 critiques

    5,0
    Publiée le 14 mai 2015
    J'étais aussi sceptique que certains ici au vu de la bande annonce : un sentiment de "Pascal de grand frère" sur grand écran, avec le Magimel de "La vie est un long fleuve tranquille" dans le rôle du médiateur...
    Passées toutes ces blagues faciles qui découlent logiquement d'une bande annonce que j'estime ratée, et après le visionnage du film, il reste l'évidence de l'éclosion d'un futur Grand du cinéma français : le bouleversant Rod Paradot, qui d'un simple regard vous touche en plein coeur, mais aussi un casting juste et parfait jusqu'aux plus petits rôles, des relents de Malick, des frères Dardenne, de Gus Van Sant, et une histoire simple, commune, dont le film tire magistralement tout ce qu'il peut y avoir de bouleversant.
    Maryanto D.
    Maryanto D.

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 68 critiques

    2,0
    Publiée le 3 juin 2015
    La tête haute

    Pas convaincue du tout !!! Qu’est ce film ??? sinon un constat du « baissage de bras » de notre société trop permissive, trop centrée et concentrée sur l’assistanat, dans laquelle seule la vertu du droit est inculquée. Société qui n’est plus basée sur les valeurs essentielles : le travail, le respect, la dignité, l’instruction, l’amour de son prochain.
    Alors on se retrouve face à une mère paumée, non éduquée, totalement immature, en charge de 2 gamins qu’elle n’a surement pas désirés, qu’elle abandonne …. A la société…. Car elle est incapable de les assumer !!!
    Et on suit l’ainé l’année de ses 16 ans, 16 ans de galère de foyers en centres éducatifs de toutes sortes, suivi par une juge qui essaie d’être compréhensive et de cerner au mieux les intérêts de l’ado qui est d’une violence extrême, qui ne veut rien entendre, qui n’a aucun repère, complètement paumé mais qui n’a pas très envie non plus de s’en sortir !!
    Le tout est bien interprété par Rod Paradot et Benoit Magimel, bcp moins par la Deneuve toujours autant inexpressive et qui semble réciter un texte qui ne lui convient pas, Sarah Forestier en mère paumée sort son épingle du jeu…. Cela ne suffit pas pour faire un film intéressant !!!! un constat d’échec pour des gamins irrécupérables qui pourrissent la société, hantent les prisons toute leur vie et qui ne feront jamais rien de bien … rien de bon ne sortira d’eux car la fin de ce film est totalement improbable, la réalisatrice est une idéaliste de première qui aurait dû mieux se documenter sur la vraie vie !!!
    labellejardinière
    labellejardinière

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 268 critiques

    0,5
    Publiée le 18 mai 2015
    Soit un ado blond (qu'on suit en fait depuis ses 6 ans) ingérable et déjà lourdement délinquant (faits de violences au quotidien, et vols répétés), n'allant plus en classe depuis des lunes, non-élevé par une mère irresponsable et immature - ce sera le "héros". On y ajoute un juge "chic" (c'est Deneuve qui est distribuée), une greffière, un avocat, des éducateurs, travailleurs sociaux et responsables de centres de détention pour mineurs, des gendarmes, des représentants de l'administration pénitentiaire (directeur de maison d'arrêt, surveillants), une copine (fille d'éducatrice), un petit frère lui aussi en danger... et on mélange le tout. "On" (Mme Bercot, aimée de la bien-pensance) livre un produit qui étonne. Serait-on dans les années 60 - que du Blanc à l'horizon, du "petit Blanc" comme Malony et sa famille, à la bourgeoise grand teint (le juge des enfants Deneuve). Non, on est bien en 2013/2014 (moment du tournage) - cf. les téléphones portables. Et quant au reste des "pensionnaires" des CER et CEF - Malony (qui va s'en sortir, "La Tête haute" - morale de l'affaire) mis à part, c'est très "divers". En somme un produit parfait pour ouverture cannoise et public déconnecté des réalités.
    Marc Haushalter
    Marc Haushalter

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 15 critiques

    4,5
    Publiée le 15 mai 2015
    Extraordinaire!!
    Pris du début à la fin.
    Les acteurs sont formidables.
    poet75
    poet75

    Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 701 critiques

    4,0
    Publiée le 14 mai 2015
    Enfin du changement en ce qui concerne le film d'ouverture du festival de Cannes! Depuis des années, incompréhensiblement, on offrait en pâture aux festivaliers un film à grand spectacle et d'un intérêt quasi nul! Mais, cette année, avec "La tête haute", pas de doute, on a affaire à du cinéma de qualité.
    C'est, le plus souvent, la tête basse cependant et, parfois même, encombrée d'une casquette ou d'une capuche, qu'apparaît Malony (Rod Paradot, révélation de ce film). Quand il comparaît pour la première fois devant la juge des enfants (Catherine Deneuve, grandiose dans sa retenue), il a six ans! C'est le début d'un long parcours de délinquance et d'une succession de rendez-vous dans le bureau de la juge. Adolescent, il vole des voitures et, dès qu'il est contrarié, se livre à des violences compulsives que sa mère (Sara Forestier) est bien incapable de contrôler.
    Sa vie de délinquance semble toute tracée et comme inscrite dans ses gênes ou résultant, en tout cas, d'une absence de père (décédé) et de l'évidente fragilité psychologique de la mère. Comment ne pas baisser les bras? Qui peut espérer en un avenir meilleur pour ce garçon? Rien ne lui sera épargné, de fait, ni le placement en institution spécialisée, ni le centre éducatif fermé, ni même la prison ! Impossible pour la juge de le soustraire à toutes ces sanctions.
    Mais, si sanctions il y a, ce n'est jamais de manière gratuite : chaque fois que tombe un verdict se met en place aussi, autant que faire se peut, un dispositif d'aide et une recherche de solutions adaptées pour que l'adolescent puisse enfin, s'il est possible, échapper à la fatalité de la délinquance. Le meilleur de ce film nous fait voir ou entrevoir les relations compliquées qui se font et se défont entre Malony et ceux qui, d'une manière ou d'une autre, tentent de le tirer de son enfermement dans la violence.
    Trois personnes ne baissent pas les bras, trois personnes entreprennent tout ce qu'elles peuvent pour « sauver » Malony. D'abord la juge qui, lors d'une superbe scène, lui tend littéralement la main, la juge à qui le garçon, reconnaissant, fera le cadeau d'un caillou ! Ensuite son éducateur (Benoît Magimel) dont on apprend, au fil du récit, qu'il n'est pas sans failles ni blessures, mais qui, cependant, trouve la force et de se relever et de ne jamais abandonner l'adolescent. Enfin la fille d'une de ses éducatrices avec qui Malony apprend non seulement à faire l'amour mais à se laisser aimer. Lui qui ne respire que violence découvre, stupéfait, la douceur d'aimer et d'être aimé !
    Nonobstant toutes les nombreuses qualités de ce film, il faut aussi lui reconnaître deux points faibles. D'abord le jeu outrancier et caricatural de Sara Forestier : elle surjoue son rôle de mère incapable d'élever ses enfants et le rend peu convaincant. Ensuite la fin délibérément optimiste du film : on ne peut évidemment que souhaiter une issue heureuse à un garçon délinquant mais, à l'écran, cela paraît artificiel et peu crédible !
    Reste néanmoins, malgré ces petits défauts, un film remarquable, pas loin d'atteindre le niveau des meilleurs films « sociaux », ceux d'un Ken Loach par exemple. 8/10
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 655 abonnés Lire ses 2 027 critiques

    2,0
    Publiée le 14 mai 2015
    Un film extrêmement dur et difficile.
    C'est vraiment trop triste et j'ai bien eu du mal à rester jusqu'au bout tellement il y a de la souffrance dans cette histoire très dramatique.
    C'est pourquoi je ne mets que 2 / 5.
    Si vous n'avez pas le moral, il vaut mieux ne pas aller voir ce film.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top