Mon compte
    La Tête haute
    note moyenne
    4,0
    6298 notes dont 423 critiques
    répartition des 423 critiques par note
    77 critiques
    217 critiques
    82 critiques
    33 critiques
    10 critiques
    4 critiques
    Votre avis sur La Tête haute ?

    423 critiques spectateurs

    Jean-Luc L.
    Jean-Luc L.

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 14 mai 2015
    un grand réalisme avec des acteurs d une très grande justesse bravo !
    Benjamin F
    Benjamin F

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 22 critiques

    5,0
    Publiée le 14 mai 2015
    certains ont tendance à le comparer à Mommy l'angle et la mise en scène sont très différents. J'ai adoré les deux. Ce film est d'un réalisme incroyable qui nous entraîne dans l'univers de ce jeune, ses problèmes, ses colères, ses sentiments. Rod Paradot est d'une justesse incroyable, quel premier film! Son interprétation est porté par Deneuve, Magimel et Forestier qui sont eux aussi incroyables. Dramatique, poignant, prenant, drôle et réaliste. Tout ça à la fois.Bravo à Emmanuelle Bercot d'avoir réalisé un si joli film, quel formidable message.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 16 mai 2015
    Le film n'évite pas les clichés du sujet mais nous livre une vision assez juste de la difficile prise en charge de ces mineurs. Le jeune Rod Paradot est assez bluffant dans le rôle de Malony. Cette histoire montre bien la difficulté des éducateurs pour apprivoiser ces ados en souffrance et cette "Tête haute" leur rend un bel hommage.
    Le film d'Ariane
    Le film d'Ariane

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 178 critiques

    3,5
    Publiée le 15 mai 2015
    LA TÊTE HAUTE d'Emmanuelle Bercot est une sacrée claque. Malony (Rod Paradot, sidérant de justesse) est un ado en grande détresse, qui fait systématiquement les pires conneries. Sa mère (Sara Forestier, dans un grand numéro de femme à la ramasse) perd les pédales et ne sait pas élever cet enfant en manque d'amour et de repères. Hyper violent, incapable de gérer ses émotions, il fait tourner en bourrique la juge qui le suit depuis toujours (Catherine Deneuve, impériale), son éducateur (Benoît Magimel) et les différents intervenants sociaux qui croisent son chemin. De prisons en foyers fermés, le parcours de ce gosse perdu serre la gorge. On pense à Ken Loach, ou au "Géant égoïste" de Clio Barnard. Le film de Bercot n'a pas à rougir de la comparaison. Tout en tension, le film déroule de façon assez répétitive (mais c'est aussi ce qui fait sa force) l'engrenage infernal qu'engendre la misère sociale. Il met également en lumière le dévouement et la patience presque sans limite de ces femmes et ces hommes qui tentent jours après jours, de sauver ce qui peut l'être encore, dans le cœur et le cerveau de ces enfants meurtris. Le constat est assez désespérant et la décision que Malony prend pour tenter de s'en sortir déconcerte plus qu'elle ne rassure. La musique est à l'image du film : explosive ou déchirante. Voir "Le film d'Ariane" sur Facebook
    Ufuk K
    Ufuk K

    Suivre son activité 233 abonnés Lire ses 981 critiques

    2,5
    Publiée le 16 mai 2015
    la tête haut film d'ouverture au festival de cannes est un film qui décrit le parcours chaotique de malony, il est indéniable que la compostion de l'acteur principal créve l'écran cependant hélas j'ai trouvé la composition de certains acteurs ( catherine deneuve) limite et certaines situations grotesques.
    Marion A.
    Marion A.

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 7 critiques

    4,5
    Publiée le 16 mai 2015
    Vraiment un très bon film. Tous les personnages jouent parfaitement leur rôle !
    On passe du rire aux larmes, de la peur à la tendresse ...
    Catherine Deneuve est superbe!
    Je recommande vivement !!!
    Norbert L.
    Norbert L.

    Suivre son activité Lire sa critique

    1,5
    Publiée le 24 juin 2015
    je suis educateur specialise et je ne peux pas pardonner autant de laisser allé et d'inepties dans ce que l'on fait passer à l'écran. il ne reflète pas mon métier ou que très peu. c'est bourrer de fautes professionnelles graves. la distance professionnelle et la place de l'affect y sont bienmal expliqué. c'est impardonnable.
    Maxence L.
    Maxence L.

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 30 critiques

    4,5
    Publiée le 16 mai 2015
    Magistral. Une claque pour l'étudiant en droit que je suis. Un film humanisant et humanisé. Un film au cœur d'un problème majeur : comment la justice peut aider un enfant déshumanisé, désorienté et en péril ? Ce film mérite d'être palmé au festival de Cannes.
    jaggg
    jaggg

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 197 critiques

    4,5
    Publiée le 16 mai 2015
    Des acteurs épatants, tous, toutes, à commencer par les plus jeunes. Âmes tendres, warning : vous allez vous prendre des gifles à répétition. Mais ne vous y trompez pas : c'est en réalité un film d'amour.
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 857 abonnés Lire ses 3 475 critiques

    4,5
    Publiée le 15 mai 2015
    Deux ans après le très beau Elle s'en va revoilà Emmanuelle Bercot. Mis en lumière pour avoir été le film d'ouverture du Festival de Cannes il y a quelques jours, La tête haute est l'un des premiers vrais chocs français de l'année. L'histoire de ce jeune délinquant est traitée de façon très documentaire. Pour ma part, j'y ai vu du Ken Loach et du Dardenne. Je n'ai pas grand chose à reprocher au film. Juste une fin un peu trop facile et angélique, et le personnage de la mère joué par Sara Forestier. Je trouve qu'elle n'est pas crédible et en fait des tonnes. Le jeune Rod Paradot est par contre formidable. Découvert lors d'un casting sauvage, il est une vrai révélation. Reste à voir s'il pourra jouer autre chose ou s'il sera l'acteur d'un seul film. Le reste de la distribution est à la hauteur. La grande Deneuve est parfaite en juge pour enfants, et Benoît Magimel, que je n'apprécie pas particulièrement, très bien en éducateur. La mise en scène, à l'image de son personnage principal, même si elle aurait pu être encore plus tendue, est traversée par une belle rage, une violence, une urgence. On détecte malgré tout chez Malony un manque, une tendresse maladroite, une envie d'autre chose. On a autant envie de le claquer que de l'aider. Bercot et sa co-scénariste se sont apparemment bien documentée, en assistant notamment à des audiences et en suivant des éducateurs, et on apprend plein de choses sur le système social et judiciaire pour mineurs. Avec ces gens qui se dévouent corps et âmes pour les empêcher de sombrer définitivement. Au final, La tête haute est d'un réalisme frappant. Dur, sec, violent, poignant, entouré d'une émotion brute. Un beau choc et une bonne claque dans la gueule comme le cinéma (français) ne nous en donne malheureusement plus beaucoup...
    nikolazh
    nikolazh

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 060 critiques

    3,5
    Publiée le 14 mai 2015
    Le film vaut surtout pour son jeune acteur, Rod Paradot, incroyable en gamin blessé, petit délinquant à qui on serait prêt à tout pardonner. L'aspect réaliste de ses errements fait penser au Polisse de Maiwenne, mais n'en n'a jamais la puissance évocatrice malgré un scénario très bien mené où la construction des personnages est vraiment soignée. Il aurait fallu un réalisateur derrière la caméra avec une vision plus cinématographique et plus exigeante pour vraiment élever le film au dessus du lot et mériter une comparaison avec l'excellent Mummy primé l'année dernière (la comparaison s’arrêtant ici au rapport mère/fils qui est au centre des deux films). Bref, une bonne histoire (quoi que parfois traînant en longueur), mais un manque d'exigence visuel, comme souvent dans les films français.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 713 abonnés Lire ses 1 394 critiques

    4,0
    Publiée le 16 mai 2015
    Qu’elle soit actrice (le magistral « Polisse ») ou réalisatrice (le sublime « Elle s’en va »), Emmanuelle Bercot se mesure toujours à un cinéma en prise totale avec le réel. « La Tête haute » ne déroge pas à la règle en suivant le parcours d’un adolescent en complète perte de repères et face à ses tourments. Entre le bureau de la juge pour enfants, les maisons d’éducation et la prison et face à un contexte social plus que difficile, elle choisit de montrer le quotidien d’un garçon à qui la vie n’a pas fait de cadeaux mais avec un beau message d’espoir, loin de tout déterminisme social mais qui dénote une profonde fracture sociale.
    Son cinéma sonne juste et frappe fort. Très bien documentée sur le sujet et les rouages de ces tribunaux, Bercot a su donner de l’intensité émotionnelle à chacune de ses séquences, certes un brin répétitives entre bureau du juge et maisons d’éducation, mais démontrant l’impasse dans laquelle peut se trouver un adolescent délaissé par tout, partout et par tous. Ces récurrences révèlent l’impasse dans laquelle il se trouve, où chaque nouvelle montée de violence et chaque mot peut le renvoyer à la case prison, là où son destin l’attire irrémédiablement. L’amour va sauver cette âme en peine et là est la beauté du message : on peut s’en sortir.
    Certaines scènes déchirent le cœur comme celle à l’hôpital où, assumant enfin ses responsabilités, le jeune Malony interrompt l’avortement de celle qu’il aime. Ou bien celle face à son éducateur en bout de course, à qui il glisse un je t’aime qui veut dire beaucoup. Des silences magnifiques aussi. Tout comme des regards qui vous transpercent le cœur. « La Tête haute » fait partie du meilleur du cinéma français, un cinéma de l’émotion et du vrai qui n’en oublie pas de faire réfléchir sur la détresse sociale. On sous-entend que les catégories de population les plus pauvres engendrant souvent délinquance, abandon de l’école, violence ou autres mais qu’il est toujours possible de s’en sortir comme le montre le personnage de Benoit Magimel.
    Mais ce film dur mais qui se révèle lumineux doit beaucoup à son quatuor d’interprètes. Catherine Deneuve qui ne s’était pas faite aussi bien filmée que depuis qu’elle fréquente la réalisatrice (elle était déjà l’héroïne magnifique et magnifiée de « Elle s’en va »). Benoit Magimel qui nous rappelle à son bon souvenir de la plus belle des façons dans un rôle d’éducateur qui semblait fait pour lui. Sara Forestier qui joue la mère prolétaire et laxiste de manière bluffante sans tomber dans les clichés. Et bien sûr Rod Paradot, impressionnante révélation. Il est de presque tous les plans et imprègne la pellicule comme personne du haut de ses dix-sept ans. Entre rage et douleur, il fait peur et émeut à la fois. Ses colères et ses larmes resteront longtemps gravées dans nos mémoires de spectateurs. Et tous ensemble, ils peuvent être fiers de ce film et peut-être monter les marches du Palais des festivals le soir du palmarès, la tête haute, pour recevoir un prix plus que mérité !
    Christian Wacrenier
    Christian Wacrenier

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 33 critiques

    2,5
    Publiée le 16 mai 2015
    Un film plein de bonnes intention et généreux que l'on aimerait aimer sans restrictions. Parmi les points positifs, l'énergie désespérée de Rod Paradot, le jeune acteur, la tristesse attentive de Magimel et la présence sensible de Deneuve (oublions Forestier caricaturale et peu crédible)
    Trop de scènes répétitives alourdissent le scénario qui se veut démonstratif. Une leçon d'instruction civique nous est donnée sur le fonctionnement de la justice, comme par exemple dans cette scène où l'instructeur rappelle au jeune révolté qu'il coûte 230 euros par jour à la société qui essaie de l'aider! Autre scène pédagogo : de jeunes Arabes ou Blacks sont en rage de voir que le "blanc" a été traité avec indulgence alors qu'ils auraient été plus lourdement sanctionnés... et puis c'est au tour du "blanc" d'accuser la responsable du centre de le traiter avec sévérité alors qu'elle aurait été tolérante avec des arabes ou des Blacks!
    La fin de l'histoire est morale. Elle rappelle à tous que par la responsabilité on devient adulte. En acceptant d'être père, le jeune sauvage entre dans la civilisation. L'épisode de l'avortement peut inquiéter car il illustre la thèse des adversaires de l'interruption de grossesse. Ce n'est évidemment pas l'intention de la réalisatrice mais il y aura bien des esprits pour l'interpréter ainsi!
    Enfin la musique souligne sans utilité les scènes tragiques. Schubert et ses accents déchirants tant de fois utilisés viennent souligner ce qui n'a pas besoin de l'être.... et puis, pour bien des cinéphiles il évoque Barry Lyndon!
    En résumé, les longueurs, les répétitions, les insistances, la fin faite pour émouvoir et plaire au plus grand nombre font d'un film qui aurait pu être fort et sans concessions, un film pour l'ouverture du festival de Cannes!
    Benito G
    Benito G

    Suivre son activité 316 abonnés Lire ses 2 871 critiques

    4,0
    Publiée le 17 juin 2015
    Un film émouvant, touchant ; mais en même temps psychologiquement violent. Abordé ce sujet fut une bonne idée, et pour le coup ; il est bien mis en scène. LE scénario est juste, tout comme les interprétation qui rendent les choses un peu plus émouvante (je me comprends). Il y a eu "Polisse" il y a quelques années, dans le domaine du percutant. Là, il y a "La tête haute", qui est à la fois percutant, mais en même temps un film coup de poing et coup de coeur en même temps. LA performance des acteurs est admirable et rendent le film plus bouleversant qu'il ne l'ait. Et c'est une bonne chose, puisque on va tirer le style vers un drame à l'échelle humaine ; qui nous prend aux tripes ; tout en étant coup de poing en vers le spectateurs. Mais en même temps tellement humain, que le coup de coeur y ait. La production parait authentique et c'est cela qui ajoute de l'émotion, qui nous bouleverse un peu plus sur certaines scènes. Et ça, c'est un gage de réussite dans l'ensemble. On ne peut ressortir indemne si l'on a saisie l'ensemble du film. Qui parlera plus à d'autres, et moins à certains autres. Un film comme on en voit peu souvent mais qui a le don de marquer les esprits et qui passe un message dont on se souvient une fois le film finit. Une très bonne surprise, ou j'avais pourtant des aprioris. A voir, pour ceux qui ne l'aurait pas vu!
    Sylvain P
    Sylvain P

    Suivre son activité 172 abonnés Lire ses 1 223 critiques

    4,0
    Publiée le 18 mai 2015
    Film se voulant réaliste et social, La Tête haute est un film d'auteur (en l'occurence la grande Emmanuelle Bercot) de très bonne facture qui nous permet de suivre un jeune délinquant pendant les dernières années de son adolescence. Juste avant qu'il devienne pénalement responsable de ses actes et non encadré par un juge des mineurs maternant, incarnée par une Catherine Deneuve à qui les rôles de personnages ancrés dans la vraie vie ne vont plus. Sara Forestier en fait des tonnes, avec une prothèse dentaire caricaturale. Mais alors pourquoi ce film est malgré tout réussi ? Grâce à l'interprétation grandiose d'un jeune inconnu (Rad Paradot) qui donne corps et âme à un ado qui va mal, et qui, très probablement n'a pas d'issue possible. Avec grâce, Emmanuelle Bercot nous trace une tranche de vie à la fois fluide et cabossée. Sa mise en scène tout en retrait met en valeur un scénario prenant et touchant. Une ouverture de Cannes probablement déstabilisante mais de grande classe.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top