Mon compte
    Les Règles du jeu
    Note moyenne
    3,7
    48 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Les Règles du jeu ?

    9 critiques spectateurs

    5
    1 critique
    4
    4 critiques
    3
    3 critiques
    2
    0 critique
    1
    1 critique
    0
    0 critique
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    Daniel C.
    Daniel C.

    135 abonnés 715 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 13 janvier 2015
    Voici un documentaire étonnant : une entreprise privée prend en charge des jeunes demandeurs d'emploi. La régularité des suivis est la condition contractuelle du suivi. Les jeunes sont rétribués 300€ mensuels par le contrat, qu'ils acceptent de signer et qui implique leur engagement dans le suivi. Venir ou non à son rendez-vous n'est pas anecdotique, ça compte d'être présent, manière de souligner qu'ils comptent, que l'on compte sur eux. L'immensité du défilé de dimanche 11 janvier 2015 témoignait d'un sursaut d'humanité après les actes de barbarie survenus pour interdire de penser autrement. Ce qui est surgi dans les témoignages d'enseignants, c'est combien la barrière de la compréhension de l'implicite conduit à une pensée réduite et/ou réductrice. Les jeunes que l'on suit ici ont du mal à s'exprimer convenablement. Ils respirent souvent l'intelligence, mais c'est comme s'ils n'avaient pu exercer l'usage de leur pensée durant leur scolarité souvent chaotique. Ce sont des jeunes auxquels on s'attache au fur et à mesure qu'on les suit. Il en est pour les conseillers, auxquels on s'attache et qui eux s'attachent aux jeunes qu'ils suivent. Les conseillers font un travail remarquable, mais on se demande pourquoi Pôle emploi ne peut faire de même. Et les missions locales ? C'est un peu comme si la privatisation de la prise en charge des jeunes était la clé de la réussite. C'est peut-être ce qui m'a dérangé dans ce film. Le service public va-t-il si mal à force de le malmener, qu'il serait moribond? En tout cas, l'éthique et la présence des conseillers de Ingeus est tout à fait louable. Le parcours poignant de ces jeunes, leur enthousiasme, leurs découragements, leurs colères, leurs abandons, les moments où ils sont butés, tout cela est admirablement dépeint tout au long de ce documentaire. Mention spéciale à la prise de son, qui alliée aux gros plans, humanise l'accueil en open space.
    Jmartine
    Jmartine

    158 abonnés 657 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 15 janvier 2015
    Voilà un documentaire passionnant mais combien déprimant…cette demie douzaine de jeunes, la vingtaine, le système scolaire les a relâchés sans bagage, ou si peu… De l’emploi ils ne connaissent pas les codes…ponctualité, présentation, expression…Pôle Emploi a sous-traité la tâche de les réinsérer dans le marché du travail à un cabinet aux méthodes sans doute plus rodées au milieu des cadres qu’à des personnes totalement "désinsérées" de la vie professionnelle, le responsable d’INGEUS jargonne quelque peu et son discours passe au-dessus de la tête de ces jeunes…les conseillers font cependant un boulot patient et relativement efficace…ces jeunes sont de vrais boulets…ils ne sont guère coopératifs… tout cet accompagnement d’un an pour décrocher au mieux un CDD de six mois dans le meilleur des cas… A combien revient le coût de l’employabilité pour reprendre un mot à la mode ? Probablement très cher mais c’est le seul moyen de les empêcher de couler encore un peu plus….la nécessité de connaitre les codes du marché de l’emploi a existé de tout temps, simplement la crise a ajouté la précarité et la rareté….
    cylon86
    cylon86

    2 361 abonnés 4 430 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 9 janvier 2015
    Après "Les Arrivants" où ils nous plongeaient au cœur de la CAFDA, Claudine Bories et Patrice Chagnard continuent dans leur lancée et nous immergent ici au sein d'une entreprise privée, cabinet de placement dont le but est d'aider des jeunes sans emploi à trouver un travail. Discrets dans leur manière de filmer, ne s'imposant jamais face aux situations devant eux, les réalisateurs nous immergent complètement dans leur film et l'on finit par s'attacher aux personnages que l'on voit devant nous, complètement naturels et sans artifices. Intéressant, jamais moralisateur, le film se contente de se poser comme un observateur attentif, étudiant de près ces jeunes motivés pour travailler mais décontenancés par la difficulté du marché et par le fossé qui existe entre eux et les employeurs. Au final, "Les règles du jeu" fait le constat amer d'une réalité : celle des règles absurdes auxquelles il faut se plier si l'on veut avoir une chance de trouver un travail qui ne correspondra jamais aux attentes de ces jeunes. Il existe aujourd'hui un fossé dans ce monde impitoyable du travail et personne n'a encore trouvé comment le franchir.
    momo M.
    momo M.

    38 abonnés 282 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 15 janvier 2015
    Très bon documentaire, très mal distribué même à Paris et c'est regrettable. Jeunes chômeurs de milieux défavorisés à qui on inculque les codes du monde du travail. Ils n'arrivent pas à se "vendre", ne comprennent pas ce qu'on leur demande. Les conseillers, classe intermédiaire, font se qu'ils peuvent face à ces cas sociaux, mais la barrière sociale est toujours présente.
    WutheringHeights
    WutheringHeights

    101 abonnés 930 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 13 janvier 2015
    Les règles du jeu est un film passionnant, qui traite un sujet sérieux avec un mélange de gravité et d'humour désarmant. (...) Au fil d'entretiens chapitrés avec humour, le film dessine une galerie de portraits attachants mais surtout un mécanisme pervers mis en place par le monde néolibéral. On demande à ces jeunes d'être "polyvalents" (comprendre : prêts à faire n'importe quelle tâche, payés au SMIC et en CDD toujours) et ne se plier à des codes un peu stériles. (...) Et quand une conseillère admet qu'il ne faut pas toujours dire la vérité lors d'un entretien d'embauche, notamment sur ses qualités et défauts, ces jeunes ne comprennent pas "les règles du jeu", insensées à leurs yeux. On se demande alors, devant ce film salutaire, qui est dans la vérité des choses…

    LA SUITE :
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 30 janvier 2015
    Comment faire cohabiter deux mondes parallèles qui s'ignorent et qui se rejettent ?
    Comment s'intégrer alors que l'on fait tout pour s'exclure ?
    Ce documentaire nous expose, nous livre le quotidien de ces jeunes en recherche d'emploi et des personnes chargées de les épauler, de les tutorer, de les porter et de tenter de redorer une image calamiteuse qu'ils ont d'eux mêmes.
    Regard sans voyeurisme sur ces réalités, regard sans pitié non plus, regard qui nous poursuit car la réalité est autre part, notre société et son ascenseur social sont en panne, et ce film en est un triste révélateur.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 8 janvier 2015
    Un film passionnant et puissant, tout autant par son sujet que par la façon dont il a été traité. On en sort remué par l'absurdité du système et par la profondeur du gouffre dans lequel se trouvent les jeunes personnages du film, mais aussi beaucoup d'autres en France. Nous avions besoin d'un film comme celui-ci !
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 4 avril 2015
    Les documentaristes ont choisi de poser leur caméra dans une entreprise du Nord de la France, où ils filment une confrontation de deux mondes et exposent le gouffre qui sépare les délaissés du système scolaire et ceux qui sont missionnés par l’État - l’institution même qui les a laissés se perdre au départ - pour les raccrocher au monde. Sans juger, sans expliquer, sans intellectualiser, le film se contente d’enregistrer ce gouffre et les tentatives, assez pathétiques, pour le combler. Aucune voix off ni intrusion des auteurs n’intervient, au point d’en être parfois frustrant : le spectateur brûle d’avoir les vrais points de vue des personnages, aussi bien des demandeurs d’emploi que des conseillers, et non celui des seuls masques sociaux qu’ils portent plus ou moins habilement lors de leurs rencontres.

    Le film émeut, étonne et énerve tant contre les inégalités sociales pipant dès le départ le jeu que contre les places laissées à ces jeunes devant se battre pour rejoindre une nouvelle classe ouvrière précarisée.
    bruno_l
    bruno_l

    66 critiques Suivre son activité

    1,0
    Publiée le 11 janvier 2016
    Ce film est dégueulasse. Je ne parle pas de la forme qui est ce qu'elle est, mais de l'intention obscène des auteurs qui, sous prétexte de dénoncer une absurdité font en fait œuvre de "téléréalité" au détriment de quelques jeunes "issus des quartiers en difficulté". Le documentaire aborde un dispositif d'aide à l'emploi, par une agence privée dont le service "offert gratuitement" aux entreprises marchandes, suite à un marché public remporté, pour 4 jeunes qui n'ont aucunement les codes pour "se vendre". Mais ce qui est surtout montré, c'est l'aspect rugueux et inadapté de ces jeunes, et pas vraiment le monde qui les entoure. Certes, les auteurs n'inventent rien, mais ils font le choix de garder des séquences où ils sont ridicules, tout comme le font les émissions de télé-réalité du style Loft ou Secret Story le font quand elles présentent un résumé du jour. Tel jeune parle "wesh wesh", tel autre ne trouve pas ses mots, un autre dit qu'il va "défoncer son frère", mais la pire victime est sans doute Lolita : elle est en effet montrée sous des aspects peu valorisants ( spoiler: elle s'exprime mal, n'est pas vraiment réveillée, s'habille de manière pas vraiment sexy, s'endort même dans l'entreprise entre deux rendez-vous, raconte les agressions qu'elle a provoqué lors d'une simulation de recrutement, bref est montrée "brut de décoffrage"
    -- hilarité générale du public à chaque passage). Sans aucune contextualisation. Au hasard d'un dialogue, on apprend cependant qu'elle "souffre" mais ne veut en dire plus à la camera. A aucun moment, on ne dénonce le système éducatif qui amène ces jeunes là (avec pas ou peu de diplôme), ni la stigmatisation de l'origine sociale ou géographique . C'est un huis clot au sein de l'entreprise de placement, spoiler: sauf le moment d'une "foire aux jobs", où on assiste aux offres si généreuses que les Mc Do, Lidl, ou autres marchands proposent, vivement animé par un "manager" qui entend réveiller ces jeunes endormis. Bref, vive les emplois peu rémunérés, cette "chance" offerte aux jeunes des quartiers !
    La salle, composée de gens éclairés et probablement très intelligents, rit souvent principalement en se moquant ou en exprimant parfois du mépris ( spoiler: ces jeunes touchent 300€ par mois pour suivre cette recherche, qu'ils suivent peu scrupuleusement, certains oublient leur rendez-vous, restent couchés chez eux
    -- quel scandale ! Quelle bande d'assistés qui ruinent la France ! ont dit mes voisins). Le film, qui a obtenu divers soutien de financement public, fait son beurre sur la pauvreté de ces jeunes, montré ici en freaks d'une société qui va sans doute trop vite et méchamment inégalitaire. Au final, ces jeunes n'ont toujours pas trouvé de boulot, et sont sans doute encore aujourd'hui en train de galérer, à toucher des aides sociales, ou en exerçant des petits boulots manuels mal rémunérés. Mais ils auront bien diverti le public issus des bonnes familles spectatrices. Alors à quand un documentaire sur les "fils de" des beaux quartiers (au hasard de Neuilly) qui intègrent les grandes écoles grâce à leur relationnel familial, leur fortune, et leurs réseaux ?
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top