Mon compte
    Elvis
    Note moyenne
    3,8
    35 titres de presse
    • Franceinfo Culture
    • L'Humanité
    • Ouest France
    • Première
    • Télé Loisirs
    • Voici
    • 20 Minutes
    • CNews
    • CinemaTeaser
    • Ecran Large
    • Elle
    • Femme Actuelle
    • GQ
    • La Croix
    • La Voix du Nord
    • Le Figaro
    • Le Parisien
    • Le Point
    • Les Echos
    • Les Inrockuptibles
    • Paris Match
    • Public
    • Télé 7 Jours
    • Cahiers du Cinéma
    • Critikat.com
    • L'Obs
    • La Croix
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Monde
    • Les Fiches du Cinéma
    • Rolling Stone
    • Télérama
    • aVoir-aLire.com
    • Libération
    • Sud Ouest

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    35 critiques presse

    Franceinfo Culture

    par Jacky Bornet

    Elvis Presley et Baz Luhrmann se retrouvent dans une même démesure. Le premier dans celle du personnage et l’extravagance de sa panoplie, le second dans des mises en scène spectaculaires et baroques, où la musique est centrale. Le réalisateur signe peut-être du même coup son meilleur film.

    La critique complète est disponible sur le site Franceinfo Culture

    L'Humanité

    par Cyprien Caddeo

    Ultragénéreux, Elvis déjoue ainsi les pièges classiques du biopic. Ni gentillet ni imbibé de gloriole (Elvis, tout génie qu’il est, n’est pas un enfant de chœur), il arrive à enjamber le programme attendu de la nécrologie du chanteur.

    La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

    Ouest France

    par Gilles Kerdreux

    Un vrai biopic captivant.

    Première

    par Frédéric Foubert

    Pas un biopic de plus, non : le biopic des biopics.

    La critique complète est disponible sur le site Première

    Télé Loisirs

    par É. Lo.

    Porté par Austin Butler, bluffant dans le rôle du rockeur, et une réalisation folle de Baz Luhrmann (Moulin Rouge !), ce biopic captivant raconte, outre la destinée du King, l'évolution des mœurs dans l'Amérique puritaine des années 1950.

    Voici

    par Daniel Blois

    Si l'entreprise déborde d'énergie et réussit à susciter l'émotion et l'empathie, c'est aussi parce qu'à l'écran Austin Butler incarne le King comme si son esprit le possédait.

    20 Minutes

    par Caroline Vié

    Flamboyant.

    La critique complète est disponible sur le site 20 Minutes

    CNews

    par Chloé Ronchin

    On ressort de ce film en ayant l'impression de descendre d’un manège à sensation. Un grand spectacle à ne pas manquer.

    La critique complète est disponible sur le site CNews

    CinemaTeaser

    par Aurélien Allin

    Avec son amour du kaléidoscope, Baz Luhrmann plonge Elvis Presley dans un univers baroque et circacien. Déroutant au démarrage, remarquable par la suite.

    La critique complète est disponible sur le site CinemaTeaser

    Ecran Large

    par Chloé Chahnamian

    Grâce à son montage électrique et sa caméra tourbillonnante, Baz Luhrmann fait de son Elvis un objet visuel passionnant. La performance d'Austin Butler est aussi remarquable que juste, il incarne un Elvis agité, abusé et terriblement captivant. C'est lui la vraie révélation d'Elvis.

    La critique complète est disponible sur le site Ecran Large

    Elle

    par Françoise Delbecq

    Une fresque saisissante.

    Femme Actuelle

    par La Rédaction

    Avec un bon angle et un rythme intense, le réalisateur de Moulin rouge se tire honorablement d'une mission qui semblait impossible.

    GQ

    par Adam Sanchez

    Le cinéaste australien réalise le premier biopic de sa carrière consacré au King, dans un style qu’on ne retrouve que dans son œuvre : un film clinquant, rugissant dans son montage et monstrueux à bien des égards.

    La critique complète est disponible sur le site GQ

    La Croix

    par Stéphane Dreyfus

    Baz Luhrmann échappe à l’extravagance en s’appliquant à restituer l’ascension du bon petit gars du Tennessee à travers les yeux de son imprésario, le Colonel Parker, interprété par Tom Hanks.

    La critique complète est disponible sur le site La Croix

    La Voix du Nord

    par Christophe Caron

    Pas d’informations croustillantes finalement. L’essentiel, c’est cette fièvre rock qui fait exploser le thermomètre. À ce titre, la reconstitution des grands concerts laisse pantois.

    La critique complète est disponible sur le site La Voix du Nord

    Le Figaro

    par Olivier Nuc

    Mieux que les milliers de sosies et autres clones apparus depuis sa mort il y a près de 45 ans, Butler interprète magistralement le rôle, ou plutôt les rôles, tant Elvis a été multiple, de son apparition à l’âge de 19 ans à sa mort à 42 ans.

    La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

    Le Parisien

    par Renaud Baronian

    Il fallait oser ce film, qui couvre toute la vie du rocker américain, en insistant sur ses rapports hors norme avec son manager, le colonel Parker, interprété par Tom Hanks.

    La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

    Le Point

    par Jean-Luc Wachthausen

    Un tourbillon visuel, une série de montagnes russes comme à la foire dans lesquelles s'entremêlent des numéros musicaux spectaculaires, des images d'archives, des extraits de films de Presley, des comics, des scènes de vie intime ou des effets de l'écran divisé (split screen) [...].

    La critique complète est disponible sur le site Le Point

    Les Echos

    par Adrien Gombeaud

    Le réalisateur de « Moulin Rouge » s'attaque à sa façon au destin du plus grand mythe de l'histoire du rock'n'roll et à son diabolique manager, le colonel Parker. Un film « barock » et barré qui, à travers la musique, raconte l'emprise dévorante d'un homme sur un autre.

    La critique complète est disponible sur le site Les Echos

    Les Inrockuptibles

    par Théo Ribeton

    Baz Luhrmann signe un film somptuaire et intelligent sur un King presque trop divin pour les formules consacrées du genre biopic.

    La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

    Paris Match

    par Fabrice Leclerc

    Dans ce film évidemment opératique, brillant, échevelé, fourmillant de moments de cinéma incroyables et de détails méconnus, mais à la tonalité finalement très sombre, le cinéaste de “Moulin rouge” et “Gatsby” ne raconte pas un homme mais un pays, trois décennies d’une Amérique pudibonde et raciste, confrontée à l’évolution de ses moeurs.

    La critique complète est disponible sur le site Paris Match

    Public

    par La Rédaction

    Un pur voyage dans le temps entre les années 50 et 70.

    Télé 7 Jours

    par Isabelle Magnier

    Malgré son goût assumé pour la surenchère, le cinéaste signe un biopic séduisant, qu’il tire peu à peu vers la fable faustienne.

    Cahiers du Cinéma

    par Thierry Méranger

    Démesure, profusion, hybridation : le film rend hommage à la bande dessinée, s’adonne au fake en reconstituant des images d’époque, transforme en clip chaque séquence musicale et n’hésite pas à remixer quelques tubes rock à la sauce metal ou rap.

    Critikat.com

    par Bastien Gens

    La mise en scène du cirque infernal que produit le talent juvénile d’Elvis constitue la part la plus convaincante du film. Loin d’écrire l’évangile du messie du rock'n’roll, Luhrmann ramène plutôt la trajectoire du King à celle d’un monstre de foire.

    La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

    L'Obs

    par Nicolas Schaller

    Ayatollahs de la finesse et sensibles de la rétine, s’abstenir : c’est du Luhrmann dans toute sa splendeur et ses excès, barnum ballonné au montage frénétique, au mixage ahurissant et aux trouées d’inspiration folles (personne n’a aussi bien capté l’énergie, la puissance musicale et scénique du King). A condition de se laisser embarquer, l’expérience vaut le détour.

    La critique complète est disponible sur le site L'Obs

    La Croix

    par Stéphane Dreyfus

    Malgré un dénouement interminable, le film parvient à raviver le mythe Elvis Presley, bête de scène habitée par l’amour de son public et formidablement servie par l’interprétation tout en nuances d’Austin Butler. Un acteur qui donne l’illusion qu’Elvis est bel et bien revenu dans le bâtiment.

    La critique complète est disponible sur le site La Croix

    Le Journal du Dimanche

    par Barbara Théate

    Le réalisateur de Moulin Rouge se lâche sur les pantalons en lamé et la brillantine, mais son extravagance visuelle finit par étouffer l’émotion dans ce film trop long.

    La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

    Le Monde

    par Véronique Cauhapé

    La vie d’Elvis fut courte. Elle en a cependant contenu mille auxquelles Baz Luhrmann semble, par le pouvoir de l’image, en avoir ajouté mille autres. Il en eût fallu moins pour éviter l’emphase et ses effets indigestes.

    La critique complète est disponible sur le site Le Monde

    Les Fiches du Cinéma

    par Michael Ghennam

    Entre les mains de Baz Luhrmann, ce biopic sous amphétamines cherche à sortir des sentiers battus, mais reste ce qu’il est : un biopic.

    La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

    Rolling Stone

    par Sophie Rosemont

    Tout en split screen, effets de typographie et valses de caméra, tel un clip surpuissant, la cinématographie habituel le de Luhrmann secoue la première partie du film. Puis le rythme connaît une baisse de tension (...).

    La critique complète est disponible sur le site Rolling Stone

    Télérama

    par Samuel Douhaire

    Et pourtant, aussi saturé d’infos, d’images et de sons, aussi épuisant soit-il, Elvis se révèle le plus regardable, le plus plaisant des films de Luhrmann.

    La critique complète est disponible sur le site Télérama

    aVoir-aLire.com

    par Gérard Crespo

    Un agréable biopic musical qui trouve une vraie dimension dans sa seconde partie, au-delà du clinquant et des conventions.

    La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

    Libération

    par Olivier Lamm

    Elvis [...] s’intéresse à tout sauf à la musique à l’origine du phénomène Presley, et passe le plus clair de son temps – 2h39 – à nous en détourner, pour nous ensevelir sous un magma de lumière et d’effets de manche qui le place sans ambiguïté du côté des exploiteurs qui firent de la carrière d’Elvis son calvaire, puis le précipitèrent au tombeau.

    La critique complète est disponible sur le site Libération

    Sud Ouest

    par Sophie Avon

    Trop de strass, trop de kitch, trop d’effets, sauf que Presley est ainsi, scintillant, enluminé, auréolé de sa propre gloire et déjà embaumé.

    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top