Mon compte
    Elvis
    Note moyenne
    4,1
    10050 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Elvis ?

    853 critiques spectateurs

    5
    250 critiques
    4
    330 critiques
    3
    134 critiques
    2
    85 critiques
    1
    31 critiques
    0
    23 critiques
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    RRossi
    RRossi

    46 abonnés 113 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 22 juin 2022
    Performance incroyable de Austin Butler, passionnant à suivre et une réalisation très propre, travaillée et stylisée. Un style qui peine à convaincre au début mais qui passe beaucoup mieux au fur et à mesure que l'histoire avance. On est emporté par le récit et le fait de raconter la vie d4lvis Presley à la troisième personne, à partir du point de vue du Colonel est très original. Je ne connaissais pas grand chose de la vie d'Elvis et ce film à réussi à me captiver du début à la fin. Nous tenons là une nouvelle pépite du cinéma, qui vaut largement d'être récompensé aux Oscars !
    éric b.
    éric b.

    12 abonnés 26 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 24 juin 2022
    Hier soir, j'ai fêté la fête de la musique en visionnant en avant première le nouveau film de l'australien Baz Luhrmann, "Elvis", en version originale sous-titrée pour une meilleure crédibilité.

    J'eus peur en rentrant dans la salle de cinéma de m'être déplacé plutôt pour la fête du "kitsch", en évaluant par un furtif travelling visuel la moyenne d'âge des spectateurs située entre 70 et 80 ans !
    J'aurais mérité de porter le "maillot blanc du meilleur jeune de la salle" ...comme sur le tour de France ! Hum !

    Dorénavant, je comprends aisément l'ovation de douze minutes du public lors de sa projection hors concours au festival de Cannes.

    C'est un biopic d'une durée de 2h40 tout à fait original dans l'approche de la légende du rock'n'roll décédé à 42 ans d'épuisement, de surmédications et autres apports de substances illicites dopantes afin qu'il tienne sur scène, avec ses conséquences iatrogènes sur le métabolisme (obésité) et le cœur (troubles du rythme), et d'un état dépressif chronique post décès de sa maman.

    La voix off de la narration est sciemment donné au manager démiurge peu scrupuleux qui géra la carrière du "King", "le colonel Tom Parker", incarné par le sublissime Tom Hanks, pour une fois dans un rôle à contre-emploi de cynique, cupide et visionnaire businessman, allant jusqu'à provoquer la séparation du chanteur avec son épouse Priscilla née Beaulieu.(d'après le biopic)

    D'un autre côté, le réalisateur ne pouvait point égratigner le personnage de la "gentille" Priscilla Presley toujours en vie, puisqu'il fallut son aval pour réaliser le biopic.

    À travers l'histoire de cet autodidacte de la scène, grandissant de part la pauvreté de ses parents dans un quartier noir de Memphis imprégné de musique afro-américaine tel le gospel, c'est une fresque à la fois musicale et historique de l'Amérique des baby-Boomers, des terribles lois ségrégationnistes, des moult tentatives de censure du rock'n'roll, de l'évolution des mœurs au USA, des assassinats des frères Kennedy et du pasteur Luther King, etc...

    L'acteur Butler est bluffant dans le rôle d'Elvis Presley. Sa performance est remarquable, ahurissante, époustouflante, après deux années de travail par une immersion totale dans l'historique du King et de sa voix de "velours".

    La bande-son est évidemment aussi d'une exceptionnelle et merveilleuse qualité.
    C'est avec émotion que l'on retrouve les mélodies avant-gardistes, la mise en scène incroyable grâce au fameux jeu de jambes et au déhanché d'Elvis Presley.
    Le biopic décrit objectivement qu'Elvis fut une "bombe sexuelle" mettant les spectatrices en transes au point de déclencher l’indignation de politiciens puritains et de ligues de vertu.

    Certains spectateurs et critiques de cinéma verront probablement des raccourcis, de la simplicité sur les caractères et autres messages discutables que veut faire passer le réalisateur, voire peut-être des contre-vérités comme dans tout biopic, mais j'ai passé un formidable et excellent moment de cinéma.

    Les 160 minutes de pellicules sont allées à une allure et un rythme aussi enlevés, effrénés et endiablés que la discographie d'un artiste mythique au talent inégalé, mais malheureusement, au destin tragique.
    Mr cinetok
    Mr cinetok

    234 abonnés 288 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 24 juin 2022
    Un film biopic qui me marquera à jamais comme un des meilleurs et magnifiques hommage rendu de nos jours au king ELVIS dont je suis fan. Même si on ne pourra jamais revivre cette réalité incroyable de cette homme qui a traversé et marqué son temps, tout ce que ce film nous raconte est très fidèle à la tragique réalité et cette reconstitution est vraiment un exploit. Un exploit dans la réalisation, la métamorphose des deux acteurs Austin Robert et Tom Hanks, un exploit aussi d'avoir pu redonner la lumière à ELVIS comme un long clip flamboyant près de la star mondiale qu'il est devenu. Un exploit aussi en nous captivant comme un thriller diabolique à travers la narration du personnage du Colonel Parker. Un film parfait pour retrouver et réécouter cette légende vivante (que l'on ne reverra plus de si tôt) et pour les plus jeunes et curieux de le découvrir et de devenir à leur tour aussi de vrai fan. Une entourloupe qui risque de lui rapporter quelques oscars bien mérités.
    selenie
    selenie

    5 559 abonnés 6 040 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 13 décembre 2022
    Le scénario suit la carrière de Elvis sur sa grande et grosse ligne, et surtout se focalise sur les années Las Vegas et les magouilles du Colonel Parker. Malheureusement, il y a beaucoup d'ellipses un peu gênantes comme le rapport d'Elvis avec les événements de son temps ou le cinéma très occulté. Priscilla est une ange, pas le choix elle est l'ayant-droit. Deux autres bémols : la voix Off du narrateur (Parker/Hanks) est souvent inutile voir inepte, et on peut être déçu de la B.O., du pur King, mais la liste des titres est assez courtes, trop alors que le catalogue est immense. Le vrai atout reste le King alias Austin Butler qui offre une performance dantesque digne des plus grands biopics, une révélation. De surcroît il chante lui-même les chansons quand on est sur la première période des années 50, puis doublé sur les dernières années ce qui est un choix judicieux pour être cohérent avec l'âge et les excès de la star. Le réalisateur signe un film flamboyant et magique, à la réalisation inspirée qui crée des étincelles et surtout de l'émotion. Une note généreuse sans doute...
    Site : Selenie
    DanDan
    DanDan

    79 abonnés 272 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 28 juillet 2022
    Un chef d'œuvre meilleur film qui a été fait hors documentaire sur Elvis Presley fait avec goût un montage excellent, des acteurs exceptionnelles que dire un classique qui devrait avoir des oscars en 2023..
    MC feely
    MC feely

    74 abonnés 647 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 28 juin 2022
    Une énorme déception pour moi! J'adore Elvis Presley et sa musique mais la tout s'enchaine bien trop rapidement et l'histoire est bien trop axée sur l'impresario pour développer les autres personnages. Personnellement j'aurais aimé en savoir plus sur les relations qui l'entretenait avec ses proches et mettre le coté dramatique un peu plus en avant, mais au lieu de ça c'est des brides d'images qui défilent tel un "enter the void" au point de ne plus savoir ou on en est et ou on veut nous emmener.Pareil le contexte de l'époque est très absent, la majorité du film se passe dans les salles de spectacle avec des musiques de Presley tronquées très rapidement et ou on nous passe des musiques de rap ou actuelles histoire de bien nous faire sortir du contexte, c'est un biopic de Presley mais so 2022...ou la politique est très mis en avant alors que Presley en était bien éloigné.Enfin je n'ai pas réussi à rentrer dans ce biopic et je n'en ai pas appris grand chose non plus, c'est bien fade et très surcoté je trouve.2/5.
    Julien Chevillard
    Julien Chevillard

    162 abonnés 181 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 18 juin 2022
    Il s'agit d'un film biographique sur Elvis Presley qui aborde notamment ses rapports complexes avec son imprésario, le Colonel Parker par le réalisateur de moulin rouge Il est présenté en avant-première hors compétition au festival de Cannes en mai 2022 plusieurs acteurs sont évoqués pour incarner Elvis : Ansel Elgort, Miles Teller, Austin Butler, Aaron Taylor-Johnson ou encore Harry Styles. Austin Butler est confirmé Alton spoiler: Mason est choisi pour interpréter Little Richard
    Le tournage a lieu en Australie, le 28 janvier 2020 ainsi que dans les Village Roadshow Studios dans le Queensland
    un chef d'oeuvre musical un grand film
    Vincent Imbert
    Vincent Imbert

    6 abonnés 10 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 4 juillet 2022
    Un superbe biopic pour la plus grande légende des USA. Le film est très bien tournée et l'histoire bien ficelée pour nous faire vivre la naissance du King jusqu'à la descente au enfer du prodige. Mention spéciale au jeune acteur qui interprète à merveille le rôle d'Elvis sinon que dire de Tom Hanks qui est toujours aussi bon dans ce rôle plutôt d'un personnage plutôt spécial pour ne pas en dire plus.
    traversay1
    traversay1

    3 168 abonnés 4 648 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 26 juin 2022
    "Elvis a quitté le bâtiment" : cette phrase, dite pour la première fois en 1956, pour calmer les spectatrices excitées du show du jeune Presley, est devenue culte au fil des années pour signifier une fin de non recevoir, quel que soit le sujet. Alors, Elvis est-il revenu dans le bâtiment pour le biopic signé de l'extravagant Baz Luhrmann ? Voire. L'idée de prendre le fameux colonel Parker comme narrateur de la vie agitée d'Elvis était plutôt bonne mais la promesse n'est pas intégralement tenue car de nombreuses scènes existent sans la vision du roi de l'entourloupe, en particulier sur le plan privé. Sinon, pas de doute, c'est bien un film du réalisateur de Moulin rouge, emphatique et hélas dénué d'émotion car tout y est soumis à un montage frénétique (une image toutes 3 secondes, au grand maximum). Malgré cela, la reconstitution des concerts, avec Presley en bête de scène et aguicheur de jeunes femmes, est à mettre au crédit du film et l'évocation de l' Amérique puritaine et raciste reste pertinente. Mais tout le reste est expédié à vitesse grand V malgré une durée exagérée de projection. Que reste t-il finalement de plus qu'une fiche wikipédia animée, si ce n'est, on est d'accord, la fièvre des concerts alors que le personnage le plus approfondi (jusqu'à un certain point) reste celui du colonel Parker ? Oui, Austin Butler est convaincant le micro la main mais beaucoup moins en Elvis du quotidien tandis que Tom Hanks s'en donne à cœur joie dans son rôle de roublard exploiteur. Les meilleurs moments du film, on est désolé de l'écrire, sont indubitablement concentrés dans ses dernières minutes avec le véritable Elvis, crépusculaire. Non, il n'a pas toujours pas réintégré le bâtiment.
    Audrey L
    Audrey L

    566 abonnés 2 426 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 24 juin 2022
    Commençons par ce qui fait plaisir (mais alors : TRÈS plaisir !) dans ce biopic d'Elvis : Austin Butler. Ce jeune acteur dont c'est le premier grand rôle donne tout, du jeu de jambes endiablé (n'accusez pas la clim, on a tous chaud lors des shows déments) à la voix de crooner qu'on jurerait celle du King lors des dialogues (et non : ce n'est pas lui qui chante). Il ne ressemble pas à Elvis dans sa dernière partie de vie, mais on s'en fiche un peu : si l'acteur parvient à nous faire "palper" l'idée, la mentalité, le charisme du chanteur, peu importe sa bouille (surtout que celle d'Austin est agréable). Alors disons-le carrément : le King, ici, c'est Austin. En revanche, le style frénétique de Baz Luhrmann, on l'adorait dans Moulin Rouge! et dans Ballroom Dancing (moins connu, mais non moins jouissif !), car il savait le doser juste ce qu'il faut, mais ici : on a saturé de la lessiveuse d'images, de chansons-medley (on écoute vingt secondes, et ça zappe) non stop, des flashes, des lieux et dates à lire pendant qu'on vous parle de dix choses en même temps, sans en étayer aucune ("Pas le temps ! Avance ! Avance !!!"), avec une voix-off omniprésente balourde (on a beau aimer Tom Hanks, on pense que balayer l'ensemble du début de carrière d'Elvis en quelques longs monologues n'est clairement pas une idée lumineuse), avec un écran qui se scinde pour trois fois plus d'images en même temps ("Avaaaaance !!!")... On s'est senti épuisé, complètement épuisé, par la première heure et demi du film qui nous submerge par son montage plus proche du bloubiboulga que de l'hommage à la "fièvre d'Elvis" (ce qui aurait été le cas avec quelques passages ponctuels), avant que la dernière heure se calme un peu. On a même déniché une scène qui est, à notre sens, le parfait exemple du film : Elvis est aux studios de cinéma et parle de ses films, tandis que son manager lui parle avec ferveur de son clip musical de Noël, tandis que sa femme lui parle de sa fille... Personne ne s'écoute, les trois personnages sont un brouhaha qui jette ses idées, on saute visuellement d'un personnage à l'autre sans logique, et c'est à l'image de ce qu'on a eu durant 1h30. On ressort en ayant survolé la vie du chanteur, sur ce, on ne vous conseillera jamais assez la brillante mini-série Elvis avec Rhys Jonathan Meyer (hallucinatoire lui aussi en Presley) qui prend le temps de vous présenter le King sous toutes les coutures (et paillettes) sans qu'on s'y ennuie jamais ! Enfin, on ne sait pas trop quoi penser de l'inclusion du rap moderne dans pareil biopic, si ce n'est qu'on le repère à cent mètres ("Qu'est-ce que cette chanson fiche là ?"). Mais Elvis se rattrape un peu sur sa fin tragique (plus calme) qui expose sans tabou tous les travers du chanteur (une honnêteté qu'on apprécie), une dernière heure plus intéressante. Au final, Elvis nous a déçu (disons-le tout net, car on adore Baz, d'ordinaire), mais pas son interprète. Oh, loin de là. Longue vie au King Austin.
    velocio
    velocio

    1 200 abonnés 3 043 critiques Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 25 juin 2022
    Avec Baz Luhrmann aux manettes, on ne pouvait pas s'attendre à un biopic au même niveau d'excellence que "Great balls of fire!" (Jerry Lee Lewis 1989), "Ray" (Ray Charles 2005) ou "Walk the line" (Johnny Cash 2005) : "Elvis" est trop boursoufflé, trop long, trop prétentieux et manque beaucoup d'émotion. En fait, "Elvis" n'est pas à proprement parler un biopic retraçant la vie d'Elvis Presley, c'est un film sur ses rapports avec le trop fameux "Colonel Parker". Dès le début du film, on est choqué d'entendre ce dernier affirmer que, sans lui, il n'y aurait jamais eu d'Elvis Presley. Désolé, mais c'est bien à Sam Phillips, le patron de Sun Records, qu'on doit la découverte et le lancement d'Elvis Presley. En fait, sans Tom Parker, on aurait sans doute évité la transformation d'Elvis en chanteur de variété, on aurait eu pendant beaucoup plus longtemps le véritable Elvis Presley, le chanteur de rock'n'roll. En plus, on le calendrier du réalisateur et celui de la réalité semblent souvent en complet déphasage. C'est ainsi que, dans le film, on assiste à l'annonce de la mort de Bobby Kennedy durant l'enregistrement de l'émission spéciale pour NBC intitulée Elvis et qui sera diffusée le 3 décembre 1968. Problème : l'assassinat de Bobby Kennedy a eu lieu le 6 juin et l'émission a été enregistrée fin juin ! Parmi les quelques points positifs du film, on retiendra le fait d'avoir pensé à rendre hommage au chanteur de blues Arthur "Big Boy" Crudup à qui Presley a emprunté "That's allright" pour en faire son premier succès sur disque. De même, Big Mama Thornton n'est pas oubliée, elle dont le répertoire comprenait "Hound Dog", également emprunté par Presley. Par contre, aucune mention n'est faite de Bill Monroe, l'inventeur du Bluegrass, à qui Presley a emprunté "Blue Moon of Kentucky", la face B de "That's allright", ni de Carl Perkins, l'auteur et créateur de "Blue Suede Shoes". Ce sont d'ailleurs tous les "collègues" de Presley chez Sun qui ne sont jamais évoqués, Jerry Lee Lewis, Carl Perkins, Johnny Cash, Roy Orbison. Curieux ! En résumé : le biopic de Presley reste à faire !
    garnierix
    garnierix

    201 abonnés 422 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 27 juin 2022
    On ne peut pas ignorer que le vrai Elvis ait existé. Mais ceux qui ne l’ont pas connu (et ceux qui ne l’ont pas aimé tant que ça) peuvent l’oublier quand ils voient cet Elvis-là interprété par Austin Butler, et magnifié par ce réalisateur-là. Le cocktail est juste enivrant. D’autant que Tom Hanks, déguisé en gros œuf qui parle, et qui parle avec la langue d’un serpent, ajoute ce zeste d’horreur qu’il faut pour nous enchanter.
    Ce film est juste extraordinaire. Il a des défauts, mais les qualités de base sont telles qu'on les oublie. Par exemple, le succès initial d’Elvis n’est pas assez montré : on a bien compris que l’ado est "un blanc aux hanches noires", biberonné au gospel pentecôtiste noir, et qu’il le restera toujours ; mais on n’a pas trop vu son ascension avant d’être harponné par son légendaire impresario. D’ailleurs, en y réfléchissant, on ne voit plus d’autre défaut !
    Il reste du film ce bonbon poudré, qui a connu la passion pour "Captain Marvel Junior", et qui trouvera le moyen (sans le chercher) de tomber amoureux de son public, et de lui rester fidèle jusqu’à la fin, comme le cocaïnomane à sa cocaïne. Passion réciproque d’ailleurs, vu ce qu’il déclenchait comme hystérie dans les salles. "Quand les choses sont trop dangereuses à dire, chante" : c’est une rengaine qui lui revenait souvent, son don étant de l’avoir compris dès le départ. On se demande après coup si l’Elvis en vrai a été comme ça, mais cet Elvis-là l’est, et ça nous va —la musique (qui nous emporte depuis le début), et le message. La toute dernière seconde du générique de fin, quand tout le monde a quitté la salle, on l’entend encore dire « thank you you're fantastic » (merci, vous êtes formidables).
    Mentionnons pour finir la présence de Kodi Smit-McPhee, le Diablo de X-men, malchanceux australien qui a une spondylarthrite ankylosante depuis dix ans, mais qui reste sexy (d’ailleurs Golden Globes 2022 du meilleur acteur dans un second rôle avec le dernier film de Jane Campion).
    A.G.
    Nunzio S
    Nunzio S

    7 abonnés 10 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 22 juin 2022
    les acteurs font le job avec un excellent austin butler ( qui sera pas loin de l oscar) mais la carrière d elvis défile sous nos yeux comme un éclair ( malgré les 2h30) sans réelle émotion ( on a pas le temps de s'attacher aux personnages) ... la découverte d'elvis avant son premier disque est zappé (dommage) on privilégie ici sa relation avec son agent au point de laisser de côté tous les autres relation du King....vraiment dommage y avait mieux à faire... pas un mauvais film mais pas un chef d œuvre...
    Pierre_mp4
    Pierre_mp4

    4 abonnés 2 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 22 juin 2022
    Un pur chef-d'œuvre...Très peu de chose à dire, entre les acteurs parfait (il faut me dire comment Austin Butler a fait pour avoir ce coup de hanche) et l'histoire qui nous met en immersion totale déjà par son dynamisme mais aussi par ses choix...Rare sont les films aussi envoûtant surtout lorsqu'il s'agit d'un biopic. Même en connaissant les faits réels on reste surpris et l'on est tenu en haleine. Je vous le conseil les yeux fermés (profitez c'est bientôt la fête du cinéma)
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    700 abonnés 1 434 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 28 juin 2022
    Wahou, quel film !!
    Je ne connaissais d'Elvis Presley que quelques tubes éparses, ainsi que sa légende scénique transmise par des personnes nées dans les années 1940 qui avaient connu cette révolution musicale lors de leur adolescence.
    Ce biopic nous plonge dans la folle épopée de ce précurseur du Rock and Roll dans les années 1950-1960.
    La réalisation est sublime, Austin Butler incarnant Elvis est tout simplement fabuleux visuellement !
    Le rôle de son manager controversé, le colonel Parker, est magnifiquement interprété par un Tom Hanks absolument incandescent dans ce personnage au final assez antipathique.
    Sex-symbol, crooner et héritier de la musique populaire afro-américaine de cette période, cet "Elvis" au charme fou m'a radicalement conquis et donné des frissons avec cette musique totalement débridée et entraînante pour cette époque !
    Un long-métrage d'excellente facture à tous points de vue !
    Site CINEMADOURG.free.fr
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top