Mon AlloCiné
    John From
    note moyenne
    2,9
    45 notes dont 6 critiques
    répartition des 6 critiques par note
    0 critique
    0 critique
    2 critiques
    2 critiques
    2 critiques
    0 critique
    Votre avis sur John From ?

    6 critiques spectateurs

    mem94mem
    mem94mem

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 474 critiques

    1,5
    Publiée le 27 mai 2016
    L'affiche est jolie, la lumière de l'été est splendide, Julia Palha est ravissante, mais Joao Nicolau a oublié l'essentiel : intéresser le spectateur. C'est un film sur l'ennui estival d'un duo d'adolescente. Le film est très long à démarrer, le petit flash-back au début nous laisse entrevoir un semblant de suspens, pour finalement ne déboucher que sur une intrigue amoureuse. L'expression des sentiments de notre héroïne est complètement ratée, seul le scénario la retranscrit. Les personnages ne sont pas habités, ils font tous de la figuration tant ils sont désincarnés. Le petit vent de folie du scénario et de l'image devient anodin, face à cet ennui qui plombe le film.
    olivierparis1268
    olivierparis1268

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 32 critiques

    1,0
    Publiée le 26 mai 2016
    Je me dis finalement que le spectateur a de la chance. L'héroïne s’ennuie tout un été, lui juste 1h35... Enfin s'il reste jusqu'au bout.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1282 abonnés Lire ses 3 519 critiques

    2,5
    Publiée le 1 octobre 2016
    Le portugais John From vient s'ajouter à la longue liste de films consacrés à l'ennui des étés de l'adolescence. La vision du réalisateur est plus originale que la moyenne sans pour autant transcender son sujet et en faire un objet admirable. Donner des couleurs au béton d'un quartier résidentiel de Lisbonne à travers les fantasmes, chastes et candides, d'une jeune fille en fleurs, tel est l'idée. Elle fait progressivement reculer la réalité, envahie par un univers rêvé et fantaisiste, traversé de chants mélanésiens. C'est charmant, ma foi, mais John From n'échappe pas à la compilation de vignettes qui ne saurait remplacer la solidité d'une véritable structure narrative. A son crédit, toutefois, le naturel de l'ensemble de ses interprètes.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 536 abonnés Lire ses 3 287 critiques

    3,5
    Publiée le 8 octobre 2016
    Une adolescente glande tout l’été entre son canapé, son balcon et la terrasse du café avec sa meilleure amie avec qui elle échange des mots dans l’ascenseur. C’est alors que la jeune Rita fait connaissance avec son nouveau voisin, un père d’une petite fille qui réalisera une exposition photo sur la Mélanésie. Sous la chaleur de l’été, les activités trop peu nombreuses, Rita va se prendre d’un désir presque érotique pour son voisin. Le temps d’un été, elle va reprendre goût au quotidien dans une fantaisie fantasmagorique teintée d’hallucinations. Dans un montage très pop, John From est le portrait d’une jeune fille habitée par l’imaginaire. Les photographies provoquent en elle, ce goût de découvrir l’inconnu. Avec ce film, João Nicolau traite avec délicatesse et respect l’éveil sexuel chez une adolescente. John From est un petit voyage sur place d’une portugaise envoûtée par des désirs exotismes.
    D'autres critiques sur ma page Facebook : Cinéphiles 44
    hommecinema
    hommecinema

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 135 critiques

    3,0
    Publiée le 22 juin 2016
    Le film raconte l'histoire d'une adolescente dans un quartier ennuyant de Lisbonne en plein été. La fille rencontre un nouveau voisin plus âgé, puis elle tombe amoureuse. Le moment où elle découvre qu'il expose ses photos de la Mélanésie, la jeune se met à la recherche anthropologique pour impressionner le photographe.

    Le film est une collection de moments ou sketches sans un fil temporel précis où l'image est soignée au détail. Les couleurs vivants donnent de la chaleur au cauchemardesque bâtiment en béton au même temps que le cadre permet de créer des photogrammes dignes d'un musée.

    Malgré la sensation d'un récit trop long, le style du cinéaste est remarquable. Il passe de la naïveté à l'excentricité la plus crue et en plus sa touche personnelle marche à la perfection grâce aux référencés bien assimilées. Ce n'est pas pour rien que les performances sont très statiques, limite froides comme les personnages touchants de Kaurismaki, à qui Nicolau rend hommage dans un scène où on voit son film passer à la télé. // Encore plus de fautes et d'erreurs sur le lien ci-dessous
    zephir1980
    zephir1980

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    2,5
    Publiée le 2 juin 2016
    Un film sur l'ennui et l'éveil amoureux, l'imaginaire et l'été de deux adolescentes dans un quartier de Lisbonne. Enfin Lisbonne... peut importe en fait.
    Le film est clairement divisé en deux parties. La première, lente, et d'un point de vue de "l'intrigue" sans intérêt. Rita, belle adolescente, s'ennuie ferme. Avec Sara, elles passent leurs journées à écouter de la musique ou prendre des cafés. Elles s'échangent des petits mots déposés dans un coin de l'ascenseur. Rita regarde la télé, prend des bains de soleil sur son balcon, va à des soirées et boit des bières.
    On pourrait prendre un certain plaisir à partager ces moments lascifs ou excitants, mais ils ne sont ni l'un ni l'autre, tant le formalisme affiché du réalisateur, enferme le film, ne laissant place pour aucun sentiment. L'ascenseur est rouge, le pull de Rita est rouge. Les balcons sont bleus, Rita est vêtue de bleu. Les cadres sont précis, un cadre dans le cadre, les dialogues sont vides et leur expression tout autant. De la ville on ne verra rien. Puis une deuxième partie surgit, c'est le cas de le dire, avec l'arrivée du voisin Philipe, un trentenaire, père célibataire, dont Rita, 15 ans, va s'amouracher. Soit dit en passant, on ne ressent en rien la passion sensée la brûler, mais ce qui rend le film plus léger et aérien, c'est la plongée dans un univers "fantastique" que Rita se met à créer. Philipe expose des photos et des objets de la Mélanésie dans un petit centre culturel de quartier où Rita vient jouer de l'orgue. A partir de la plume d'un masque qu'elle dérobe, elle distille dans tout le quartier et dans sa vie un peu de magie. Un étrange brouillard envahit une nuit toute l'atmosphère, Rita se peint le corps et le visage comme les habitants de l'île mélanésienne et tout son environnement opère la même transformation. Les arbres et la pelouse deviennent végétation luxuriante du pacifique, ses parents à leur tour parlent et agissent en mélanésiens. C'est cette entrée dans l'imagination de Rita, les rites de la jeune adolescente avec un ipod devenu "oracle", les stratagèmes de l'amoureuse pour passer du temps avec Philippe, son obsession amoureuse, qui nous font passer de l'ennui à une légèreté audacieuse. Mais au final, on ne ressent et on en ressort avec pas grand chose....
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top