Notez des films
Mon AlloCiné
    Blue Velvet
    note moyenne
    3,9
    6902 notes dont 306 critiques
    répartition des 306 critiques par note
    88 critiques
    105 critiques
    43 critiques
    35 critiques
    22 critiques
    13 critiques
    Votre avis sur Blue Velvet ?

    306 critiques spectateurs

    CritikcinéFr
    CritikcinéFr

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 54 critiques

    5,0
    Publiée le 20 mai 2015
    C'est en 1986 que David Lynch, alors fort de trois longs-métrages plus ou moins réussis, sort « Blue Velvet ». Après un échec commercial et critique cuisant avec « Dune », film maudit de 1984, le réalisateur originaire du Montana revient avec un beaucoup plus petit budget et sort du monde de la science-fiction pour revenir à un film plus réaliste. Fortement controversé pour ses scènes de sexe notamment, « Blue Velvet » marque un tournant dans la filmographie de Lynch, puisqu'il est l'un de ses plus grands succès et qu'il a définitivement lancé sa carrière de réalisateur. Lynch gagnera une palme d'or quatre ans plus tard pour « Sailor et Lula ». .. « Blue Velvet » arrive donc au moins bon moment dans la carrière de David Lynch. « Dune » a été catastrophique, le réalisateur le renie car il n'a pas eu son final cut, la critique est plus que mitigée et le succès est loin d'être au rendez-vous. Lynch parlera d'un film maudit, un projet couteux impossible et qui l'a fortement marqué. C'est donc deux années plus tard que « Blue Velvet » rentre en scène. « Blue Velvet » s'ouvre sur un lourd rideau de velours bleu qui donne comme vous l'avez deviné son titre au film. Le long-métrage prend place à Lumberton, petite ville présentée comme un paradis dans une superbe introduction accompagnée de la fameuse chanson de Bobby Vinton, « Blue Velvet ». Le ciel est bleu, les couleurs des fleurs sont vives et rassurantes, on arrose les pelouses, Lumberton est un idéal. Mais comme chez Lynch l'utopie ne dure qu'un temps, le réalisateur nous dit vite ce que renferme cette petite ville tranquille. Alors qu'un homme est victime d'une attaque, les insectes sous-terre remuent, s'agitent. L'orage bleu approche. C'est la découverte a priori anodine d'une oreille humaine qui va tout déclencher. Et c'est Jeffrey Beaumont qui va faire cette trouvaille. Porté par une curiosité contagieuse pour le spectateur, le jeune garçon s'entête à trouver le propriétaire de l'oreille. Grâce à son amie Sandy, il est sur la piste d'une chanteuse de cabaret, Dorothy Vallens. Une femme qui cache d'affreux secrets. Touché par cette femme, Jeffrey veut lui venir en aide. Nous sommes chez David Lynch, nous rentrons donc dans un monde particulier. « Blue Velvet », c'est une ambiance très bizarre et un film plein de suspense et de moments dérangeants. Le réalisateur pose un décor à la fois malsain, dramatique, hypnotique, érotique et presque sadomasochiste. L'histoire est un des gros points forts du film. Sur fond d'une enquête personnelle pour découvrir le propriétaire légitime d'une oreille, « Blue Velvet » nous parle du monde et de la pourriture qu'il renferme. Lumberton, c'est le monde vu par les yeux de David Lynch. Un monde plein de crasse, plein de merde, sous les traits de personnages infâmes et difficiles à appréhender. Ses personnages, Lynch sait les rendre intéressants. C'est pourquoi on se prend d'affection d'un gamin à la curiosité malsaine mais au courage remarquable. L'acteur fétiche de Lynch, Kyle Maclachlan est donc Jeffrey Beaumont, ce jeune irresponsable qui prend un certain plaisir à espionner les femmes qui se déshabillent. Une femme en particulier, Dorothy Vallens. Une femme à la beauté indéfinissable, lissé par sa robe de velours bleu et marquante de par sa détresse très touchante. Comme Kyle Maclachlan dans le film, et David Lynch dans la vie réelle, on tombe amoureux d'Isabella Rossellini qui est saisissante en Dorothy Vallens. Mais tout n'est pas aussi rose (ou bleu) dans la ville de Lumberton. Il y a Frank Booth. Psychopathe, maniaque, pervers, Lynch nous offre l'un des personnages les plus fous du cinéma. Qui de mieux que Dennis Hopper pour incarner le mal en personne ? La performance de l'acteur est absolument démentielle, il crève tout simplement l'écran. Son personnage est imprévisible, cinglé et apporte un sentiment de peur et d'horreur. Il est l'un des piliers de la réussite générale du film.
    Bobby Sander
    Bobby Sander

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 506 critiques

    5,0
    Publiée le 5 avril 2010
    Blue Velvet pourrait s'appeler ''les comptines obscènes'' : il invite dans une zone d'ou on aperçoit le sublime et l'obséquieux sur un pied d'égalité. Tout est mythique dans Blue Velvet, conte de fées souillé ou les ondulations aguicheuses de la robe bleue de Dorothy flattent les sens autant que les simulacres dantesques du monstre grimaçant Ben, ce baron camé. Le film enivre tellement, qu'on peut sciemment outrepasser sa noirceur infinie pour se délecter d'un spectacle si délicieusement impur, si parfaitement délétère.
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 287 abonnés Lire ses 1 080 critiques

    4,0
    Publiée le 17 mars 2014
    Après l'échec commercial de "Dune" David Lynch retourne dans un style plus intimiste avec "Blue Velvet", marquant un tournant dans sa filmographie en terme de réalisation. L'histoire, Jeffrey (Kyle MacLachlan) trouve une oreille humaine dans un terrain vague, il décide de mener son enquête avec Sandy (Laura Dern) et de fil en aiguille ils vont remonter la piste jusqu'à une mystérieuse chanteuse de cabaret Dorothy Vallens (Isabella Rossellini). Jeffrey se prend alors d'un désir pour elle, ne se doutant pas du danger qu'il encourt. Ce film montre une autre facette de David Lynch, à l'esthétisme plus édulcoré s'inspirant des années 50 avec une réalisation nouvelle qui deviendra sa marque de fabrique. "Blue Velvet" n'a pas la dimension extrasensorielle de "Eraserhead" ni la profondeur de "Elephant Man", mais il n'en reste pas moins énigmatique, avec une ambiance unique. On pourrait voir ce film comme un polar sombre et romantique à la fois, la mise en scène atypique du réalisateur voit réellement le jour et il gardera ce style pour ses films suivants. La musique joue un rôle très important dès les premières minutes, on entends ce morceau "Blue Velvet", sonnant très rétro, comme si l'on avait toujours connu cette mélodie, elle est reprise plusieurs fois dans le film, gravant de manière imperméable notre mémoire sélective. C'est d'ailleurs la première collaboration avec Angelo Badalamenti qui signera les bandes originales de tout les autres films de Lynch (à l'exception de son dernier "Inland Empire"). Kyle MacLachlan est la grande révélation de ce long métrage, son deuxième après sa première expérience mitigée dans "Dune", il colle parfaitement avec le cadre que Lynch voulait donner à son œuvre, le passage du statut de jeune candide à celui d'homme. Les seconds rôles sont également excellents, avec notamment un Dennis Hopper magistral en fou furieux psychopathe et une Isabella Rossellini en envoûtante muse masochiste. Bien que "Blue Velvet" soit extrêmement novateur, il reste tout de même moins captivant que ces précédents films (à l'exception de "Dune" qui est un peu à part), bien que tout soit mît en œuvre pour, il manque tout de même un petit quelque chose que je ne saurais expliquer pour en faire réellement un chef d'œuvre. Dans tout les cas "Blue Velvet" reste forcément très bon et est à voir rien que pour son originalité et son ambiance si particulière.
    Florian Malnoe
    Florian Malnoe

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 556 critiques

    1,5
    Publiée le 15 mai 2016
    Je n'ai pas retrouvé la patte lynchienne du scénario tortueux et éclaté dans ce "Blue velvet", ni une ambiance singulière, là c'est plat et linéaire et par moment, on est d'avantage dans le n'importe quoi, que dans le mystique envoûtant. Quant au suspense on repassera aussi. J'ai essayé deux fois pour voir si ça allait me plaire mais non.
    shmifmuf
    shmifmuf

    Suivre son activité 123 abonnés Lire ses 1 761 critiques

    5,0
    Publiée le 16 avril 2012
    Lynch signe avec Blue Velvet son film au parfum le plus vénéneux et ennivrant. Splendide.
    pietro bucca
    pietro bucca

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 1 081 critiques

    3,0
    Publiée le 1 janvier 2013
    Un film bien "space".... Atmosphere un peu etrange regne dans ce film....Ca se voit.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 9 février 2012
    Blue Velvet est un film réalisé en 1986 par David Lynch qui se situe dans le monde des mystères , des enquêtes , des passions , des troubles . Pour commencer ce qu'on peut dire de Blue Velvet , c'est que le résumer au statut de grand film serait forcément réducteur : Blue Velvet n'est pas un grand film ni un excellent film , c'est un chef-d'oeuvre absolu du cinéma . Jeffrey Beaumont , jeune et beau garçon ( l'excellent Kyle MacLachlan ) à la suite d'une découverte étrange et mystérieuse découverte , une oreille découpée , décide après l'avoir présenté à des policiers , de mener sa propre enquête qui le conduira à faire de multiples connaissances dont une chanteuse envoûtante et secrète , Dorothy Vallens ( la magnifique Isabella Rossellini ) , une jeune lycéenne adorable , Sandy fille du policier ( Laura Dern , très émouvante ) et aussi un psychopathe terrifiant Frank Booth ( l'exceptionnel Dennis Hooper ) . Et de ce synopsis déjà extraordinaire , David Lynch va organiser tout une tension dramatique où se mêle cruauté , sadisme , perversités ( spoiler: on peut voir dans une scène d'anthologie , Booth violer Dorothy sous les yeux du héros caché dans un placard
    ) mais aussi sensualité , poésie et beauté ( les rouges-gorges signes métaphoriques d'amour , les fleurs du jardin qui danse au rythme de la musique , spoiler: le corps allongé , enveloppé d'un peignoir en velours bleu de Isabella Rossellini qui s'offre , passionnée à Jeffrey
    ) . Tout ce lyrisme s'accompagne de la musique magique , grâcieuse et onirique d'Angelo Badalamenti dont la plus forte est certainement Mysteries of Love interprétée par la voix superbe de Julee Cruise . Un film fantastiquement réussi ou la mise en scène est évidement au rendez-vous et où l'on peut voir un défilé de registres où légèreté , amour , rêveries , poésie côtoient sadisme , cruauté , meurtres , chantages et manipulations . Sublime .
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 488 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,0
    Publiée le 1 mars 2014
    Œuvre dérangeante signé David Lynch, "Blue Velvet" s'avère brillant. Il décrit minutieusement la cruauté et l'horreur cachées sous la surface d'une Amérique lisse et propre, si ce n'est pas forcément très subtile, c'est fascinant, l'atmosphère régnant tout le long du film est envoutante, mystérieuse et captivante. Les personnages incarnés par Laura Dern (déjà très belle) et Kyle MacLachlan sont attachant en jeune gens naïfs. Dennis Hooper est inoubliable en tueur-kidnappeur fou et Isabella Rossellini intrigante en chanteuse de cabaret à la merci de Dennis Hooper. Le scénario est bien construit, le suspense tient tout le long du film, certaines scènes sont mémorable, à l'image du début du film, quand l'oreille est découverte jusqu'aux superbes scènes avec Hooper. Tout le long on est intrigué, c'est vraiment du grand art de la part de Lynch. La musique est parfaite, allant souvent bien avec le récit. Un très bon film, envoutant et captivant, du grand Lynch.
    BenLCDC
    BenLCDC

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 302 critiques

    0,5
    Publiée le 2 mai 2010
    Pervers, grossier, brouillon et inutile, ceux qui s'évertue à chercher un soupçon de métaphysique dans le cinéma de Lynch sont illuminés par on ne sait quel flamme vulgaire.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1961 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    4,0
    Publiée le 20 février 2011
    Une banlieue très lisse et colorée style années 50 avec certains personnages (ceux de Kyle MacLachlan et de Laura Dern surtout!) qui auraient pu s'apparenter aux niaiseries familiales de cette décennie, sauf que c'est David Lynch qui réalise et que dès la première scène on comprend que ce sont les dessous peu reluisants de cette surface trop lisse pour être vraie qui vont nous être montrés. Résultat, c'est très jouissif avec en plus le concours de Dennis Hopper et de Dean Stockwell qui paraissent imbattables pour jouer des psychopathes. Une scène avec Isabella Rossellini, troublante en chanteuse psychologiquement fragile, et Kyle MacLachlan n'a rien à envier à celle fameuse de "Mulholland Drive" pour ce qui est de la forte décharge érotique qu'elle nous insuffle. Cette scène et plein d'autres tout aussi marquantes ont par ailleurs la capacité incroyable de nous mettre face à nos démons intérieurs. C'est en grande partie cela qui fait la force du cinéma de David Lynch et de ce film. Le tout avec une chanson très entêtante pour être bien sûr qu'on soit pas près d'oublier le film. Un régal.
    bsalvert
    bsalvert

    Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 3 141 critiques

    1,0
    Publiée le 19 mai 2020
    Très belles images mais un univers trop contrasté. Le spectateur est loin de pouvoir s'identifier et se détache du film.
    Sergio-Leone
    Sergio-Leone

    Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 1 093 critiques

    4,0
    Publiée le 30 septembre 2012
    Du grand et du très bon David Lynch qui cultive merveilleusement l'art des intrigues entre onirisme et mysticisme. Blue velvet semble parfois proche du cinéma de Brian de Palma également avec cette part de voyeurisme que reflète le personnage de Jeffrey. Lynch soigne ses cadres et impose son style unique qui le caractérise si bien.
    Shawn777
    Shawn777

    Suivre son activité 130 abonnés Lire ses 2 240 critiques

    2,5
    Publiée le 12 mars 2019
    Ce film, réalisé par David Lynch et sorti en 1986 est, pour moi en tout cas, assez moyen. C'est le troisième film de Lynch que je vois après "Dune" et "Mulholland Drive" et je dois que j'en suis assez déçu, ayant bien aimé ces deux derniers. C'est ici l'histoire de Jeffrey qui découvre une oreille humaine dans un champs, à la suite de cela il va commencer à mener sa petite enquête et découvrir que tout n'est pas tout rose dans la petite ville de Lumberton. Je connais le style un peu particulier (pour ne pas dire intello) et très personnel de Lynch et au vu du synopsis, je m'attendais à quelque chose de spécial mais pas dans le mauvais sens du terme. Malheureusement, je ne suis pas tout à fait parvenu à rentrer dans cette histoire qui ne m'a finalement pas tellement captivée. Par moments, elle en devient vraiment fascinante et prenante et puis la tension retombe très vite malgré une ambiance sombre et très travaillée, je le reconnais. Je reconnais également que le film soit autant apprécié de la critique, c'est juste moi qui ait eu du mal à rentrer dans le délire. Néanmoins, j'ai plus de mal à comprendre qu'il soit classé dans le top des dix meilleurs films à énigme car même si c'est un thriller, il n'y a pas vraiment de twist ou en tout cas, l'enquête n'est pas si passionnante que cela. Je veux dire que l'issu du film, on l'a tout de même depuis presque le début du film, mis à part quelques petites choses par ci, par là, il n'y a pas grand chose d'autre. Au risque de heurter les fans, je trouve en effet que Lynch a beaucoup plus misé sur l'ambiance et les personnages que sur le scénario qui est au final assez faible. Le rythme n'est quant à lui pas très bon non plus, surtout si on ne rentre pas dans le film, on s'ennuie alors de temps en temps. Il y a d'ailleurs beaucoup de similitudes avec la série du même réalisateur "Twin Peaks" (c'est donc la série qui a du s'inspirer du film, étant donné qu'elle est sortie après), surtout dans le style et l'ambiance. Pour information, je n'avais pas non plus adhéré à cette série. En dehors de cela, je reconnais malgré tout que le film possède de bons côtés, notamment ses personnages très bien écrits et torturés et puis l'ambiance sombre érotique qui est elle aussi très bien rendue. Il en est de même pour la réalisation qui est très bonne et qui joue beaucoup avec les couleurs. En ce qui concerne les acteurs, ils jouent tous franchement très bien. "Blue Velvet" est donc peut-être un film culte pour certains mais en ce qui me concerne, je n'ai pas vraiment adhéré.
    wesleybodin
    wesleybodin

    Suivre son activité 643 abonnés Lire ses 3 864 critiques

    4,5
    Publiée le 12 juillet 2012
    (...) Chef-d’œuvre absolu de son auteur, Blue Velvet aurait pu sombrer en un simple thriller entre les mains de n’importe qui. David Lynch, avec son sens du bizarre et de la folie, aboutit à une œuvre stupéfiante et fascinante. Critique complète sur : http://www.leblogducinema.com/critiques/critique-drame/critique-blue-velvet/
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 2 768 critiques

    1,5
    Publiée le 17 septembre 2015
    Les acteurs envoient du lourd, du très lourd concernant Dennis Hopper. Mais c'est tout... le reste ne parvient jamais à complétement nous emballer, mis à part quelques plans sublimes... Non vraiment c'est trop peu.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top