Notez des films
Mon AlloCiné
    Ad Astra
    note moyenne
    3,1
    11599 notes dont 1184 critiques
    répartition des 1184 critiques par note
    91 critiques
    212 critiques
    225 critiques
    277 critiques
    210 critiques
    169 critiques
    Votre avis sur Ad Astra ?

    1184 critiques spectateurs

    kevin73
    kevin73

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 2 critiques

    1,0
    Publiée le 26 septembre 2019
    Et bah franchement ne dépenser pas votre argent pour un film pareil.... L'histoire ne tiens pas la route film long sans action sans suspens bref fuyez !!!
    Franz A
    Franz A

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 18 critiques

    1,5
    Publiée le 1 octobre 2019
    Sans nuance de Gray... « Tout ça pour ça » : voilà la pensée lancinante qui vrille mon cerveau après 2 heures de face-à-face hébété avec Ad astra. « Tout ça… » car au prix de moyens colossaux, le spectacle est (plutôt) beau mais sans éblouir et… c’est tout. « …pour ça » car, sauf la scène d’ouverture marquante par son originalité, le reste est médiocre, déjà vu souvent en bien mieux alors que la fin s’écrase contre un mur de vacuités où l'on pourrait lire : « c’est dur d’être papa… « , « il faut tuer le père… » ou « on est seul face à la mort alors l’amour, c’est chouette ». A côté de cette intrigue existentielle affligeante se déploie un motif scientifique aussi impénétrable qu’invraisemblable au gré d'une poignée de scènes d'action trop souvent laborieuses, gratuites ou maladroites pour tromper l’ennui (le ridicule est atteint lorsque Brad Pitt se propulse à travers des astéroïdes armé d’une tôle en guise de bouclier). Bref, la coquille est vide et le divorce entre la forme et le fond, complet. A quoi bon cette débauche de moyens et d'effets spéciaux quand un simple divan de psychanalyste (même usé) aurait fait l'affaire ? La science-fiction est un cadre utilisé ici comme prétexte à un message inaudible. Brad Pitt congelé dans un soliloque en voix off peine à exister derrière un masque de souffrance permanente tandis que les rares dialogues jettent sur les autres personnages un voile fantomatique. Dans cette désincarnation généralisée, il est bien difficile de s’attacher à quoi que ce soit d'autant plus que d'autres thèmes ambitieux sont à peine effleurés en quelques fugaces images : le commerce lunaire, le banditisme martien, la privatisation du transport spatial illustrent l'universalisation de problématiques contemporaines. Confronté à la confusion entre l’apesanteur est la pesanteur, Brad Pitt succombe à une sinistrose si lourde qu’elle en devient contagieuse. Une scène récurrente où il réussit immanquablement un examen psychologique devient risible tant son désordre psychologique saute justement aux yeux. Le spectateur le mieux intentionné est partagé entre ankylose morbide et rire sardonique. Tommy Lee Jones quant à lui est littéralement momifié dans un rôle pathétique presque muet. La seule justification de ce fatras serait de ressentir les flammes de l’émotion. Or, une pluie assommante de glaçons installe un climat de pôle nord. Il faut beaucoup de complaisance bienveillante pour s’émouvoir d'une quête entre des êtres aussi favorisés : père et fils grands astronautes dont le premier est un héros national. Certes, ils ont droit au malheur (son universalité est le thème que le film échoue justement à traiter) mais l'effort compassionnel est d’autant plus difficile à fournir qu’on ne sait pas grand chose d’eux, qu’eux-mêmes ne se connaissent guère et sont sans contact depuis 16 ans. On ne devrait pourtant pas s'étonner de cette déconfiture car James Gray en donne lui-même dans une interview à Libération (du 13/09) quelques clefs : il reconnaît avec une sincérité teintée d'une apparente fébrilité psychologique qu’il « n’est pas assez bon », son incapacité à exprimer de la vie sa « part drôle et joyeuse" et son inconfort d'avoir à concilier une haute ambition intellectuelle avec l'impératif de spectacle et de divertissement du cinéma actuel. Heureusement, sur la planète de James Gray habite aussi la presse française. Transie d’extase mystique devant le label "intellectuel", elle l’encourage à continuer sa psychanalyse à travers ses films (« The lost city of Z » toujours sur cette même thématique du lien filial était déjà un « Indiana Jones sous prozac »). Vive le cinéma !
    Alice025
    Alice025

    Suivre son activité 774 abonnés Lire ses 1 045 critiques

    3,5
    Publiée le 24 septembre 2019
    Alors oui c'est très lent, on sent les deux heures défiler et on accroche, ou pas. Rien à voir avec les films de SF dynamiques, celui-ci est plus intimiste. Il y a peu d'action, l'histoire est plutôt centrée sur la psychologique du personnage de Roy, interprété par Brad Pitt (toujours impeccable) ainsi que sur sa relation avec son père. Ce dernier étant porté disparu dans une mission spatiale depuis plusieurs années, Roy va donc partir à sa recherche. Visuellement, c'est superbe. Scénaristiquement, ça ne plaira pas à tout le monde, mais malgré des moments de lenteur, j'ai trouvé que le film arrivait à me tenir en haleine, comme s'il avait quelque chose d'hypnotique. Une approche intéressante dans cette quête personnelle et familiale avec un cadre spatial. http://cinephile-critique.over-blog.com
    Emmanuel R
    Emmanuel R

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 10 critiques

    0,5
    Publiée le 19 septembre 2019
    Comment les critiques des pros peuvent-elles aussi dithyrambiques ??? Ce film est le navet de l'année avec un Brad Pitt en pilote automatique et pas crédible pour un sou, le film pompe ouvertement sur Interstellar sans jamais lui arriver à la cheville, il y a même une scène identique à Gravity. Hormis quelques plans réussis de Neptune, les décors en carton pâte des ISS sont ridicules. Le côté "retour au père" est risible, surtout quand on a vu Apocalypse Now. Ce film est l'arnaque de l'année (les vrais commentaires le prouvent) et doit interroger sur la partialité des médias sur certains films.
    romano31
    romano31

    Suivre son activité 187 abonnés Lire ses 1 539 critiques

    4,0
    Publiée le 21 septembre 2019
    Après le très réussi The Lost City of Z, James Gray nous embarque cette fois-ci pour un voyage au confin de notre galaxie. Et quel voyage ! Ad Astra est un super film de science-fiction, magnifique et poétique. Visuellement, le film est superbe et j'ai adoré la photographie du film ainsi que le travail sur la couleur. Brad Pitt livre une solide prestation et la réalisation de James Gray est totalement maîtrisée. J'ai vraiment passé un agréable moment devant Ad Astra et cela fait plaisir de voir un film de science-fiction de cette qualité.
    Norbert F.
    Norbert F.

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 94 critiques

    0,5
    Publiée le 21 septembre 2019
    Film plat, d'un ennui total. Liv Tyler ne sert à rien et Tommy Lee Jones idem. Bref pour faire la sieste et je pèse les mots car la majorité des personnes sont sortis en faisant cette réflexion. Finalement la bande annonce contient tout ce qu'il y a à voir m, le reste c'est le vide total. A éviter.
    frederic M.
    frederic M.

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 23 critiques

    0,5
    Publiée le 19 septembre 2019
    Beaucoup de blablas insipides en plans serrés sur des visages de comédiens délustrés et peu inspirés. Quelques fusées décollent, le film jamais. Pas de scénario, pas de réelle intrigue, pas de décor, pas de casting, le vide sidéral… A noter un beau placement produit pour Virgin Galactic qui semble être le commanditaire de ce navet. A ne pas voir, FM
    chichi k
    chichi k

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 2 critiques

    0,5
    Publiée le 18 septembre 2019
    Film qui ne démarre jamais on dort tout le long. Je suis trés déçus. Brad est bon mais le film est trop mou est l'histoire au point mort du début à la fin !
    bschneid
    bschneid

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 15 critiques

    0,5
    Publiée le 24 septembre 2019
    Ce film est vraiment une honte au monde de la SF, c'est nul, lent, pas beaucoup d'action, un scénario creux où toutes les scènes peuvent être anticipées et vraiment du gâchis au niveau du jeu d'acteur. Pourquoi donne un rôle de robot sans âme au héros et un rôle de fou sénile à son père? C'est n'importe quoi, j'espère que le réalisateur arrêtera définitivement la SF ou alors qu'il dise clairement que c'est un film comique. Bref, n'allez pas le voir, même à la télé, ce serait juste perdre votre temps.
    Vador Mir
    Vador Mir

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 281 critiques

    4,0
    Publiée le 21 septembre 2019
    Une quête initiatique dans le système solaire, grandiose et spectaculaire. Le film semble lent et hermétique par moment. Mais quelle ambition ! La scène d'ouverture est incroyable, le scénario est génial. Après l'excellent "the lost city of Z", James Gray montre à nouveau que tout voyage est -in fine- une découverte et une transformation de soi.
    Pierre B
    Pierre B

    Suivre son activité 2 abonnés Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 20 septembre 2019
    Scenario nul. Des scènes d'action sans intérêt. Des passages grotesques dans l'espace. Même le côté psy est raté. C'est la cata.
    Frednk
    Frednk

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 13 critiques

    0,5
    Publiée le 19 septembre 2019
    La psychothérapie de brad pitt en 2h. Quel ennui. Quelques trop rares belles images tout de même. On termine ce film en se disant "C'est tout ?" .
    Projetdharma
    Projetdharma

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 17 critiques

    1,5
    Publiée le 18 septembre 2019
    oulala très très moyen , fade, long voir soporifique par moment . on prend un peu d'interstellar un peu de tree of life un brin de total recall et quelques autres grand SF pour arriver à un bon pâté mélo dramatique . ça reste mon avis ma fiancée a adoré
    craxh
    craxh

    Suivre son activité Lire ses 23 critiques

    1,5
    Publiée le 20 septembre 2019
    Je n'ai ressenti aucune émotion, devant ce film, je ne suis pas du genre de spectateur à vouloir absolument de l'action, mais dans ce film que celà soit le scénario très banal, le réalisme de la physique dans l'espace parfois invraisemblable et la quête personnelle du personnage principal assez introspective et ennuyeuse. Je ne suis pas conquis. Brad Pitt est excellent comme il nous habitue sur ces derniers film mais cela ne suffit pas. Enfin j'ai vu des commentaires sur le travail des couleurs, oui les images et couleurs sont belle, enfin es ce necessaire d'éclairer les souterrains de la planète rouge (mars) par des ampoules rouge ? Voilà bonne sceance à vous.
    Naughty Dog
    Naughty Dog

    Suivre son activité 448 abonnés Lire ses 300 critiques

    4,5
    Publiée le 20 septembre 2019
    James Gray, réalisateur connu pour ses drames ou ses fresques intimistes, s'attaque à un genre inédit pour lui : la science-fiction. Désireux selon lui de proposer "un vrai voyage stellaire et une dépiction inédite de celui-ci" inspiré par Heart of Darkness de Joseph Conrad, l'attente fut longue. Situé dans un futur proche où l'humanité a colonisé la Lune ou encore Mars (joignables via des vols galactiques commerciaux), on y suit l'astronaute Roy McBride, ingénieur spatial envoyé vers Neptune pour trouver son père (un Tommy Lee Jones parfait), 30 ans après que l'expédition de ce dernier ait disparu dans le but de trouver de nouvelles formes de vie intelligentes. De ce pitch de départ va donc se créer un récit aux confins de la Voie Lactée à la recherche de la vérité et dans le but de sauver notre système solaire de mystérieuses salves de rayons cosmiques... Autant le dire tout de suite : Ad Astra est un très grand film de SF intimiste sur la solitude, la peur de l'abandon, la quête du père (et donc de Dieu), l'enfouissement des émotions, les blessures du passé et comment les surmonter pour construire son avenir... La photo de Hoyte van Hoytema (Morse, Her, Interstellar, Dunkirk..) est belle à s'en damner (attendez de voir le sol martien ou les anneaux bleus de Neptune !) proposant un spectre de couleur varié et qui marque la rétine. Brad Pitt livre une de ses meilleures performances (pour un personnage qui à l'image du film est schizoïde et retrouve une humanité, une vulnérabilité et de l'émotion au fil du film), autant à l'aise dans des silences lourds de sens que dans l'émotionpure. Le reste du casting (plus maigre en temps de présence) que ce soit Ruth Negga, Donald Sutherland ou Liv Tyler s'en tire également avec les honneurs. La réalisation de Gray est précise et majestueuse, autant à l'aise dans des décors d'intérieur inspirés (une base lunaire sous forme de centre commercial) que pour des séquences à effets spéciaux (une séquence de poursuite en modules sur la Lune que ne reniera pas George Miller ou James Cameron, jouant admirablement avec les points de vue, le sound design et la gravité propre). La musique de Max Richter (The Leftovers, Hostiles) n'est peut-être pas sa composition la plus marquante, mais elle apporte un rythme et une atmosphère lancinante jusqu'à une dernière demi-heure qui m'a tout simplement touché droit au coeur, me laissant le souffle coupé et les yeux humidifiés devant une telle symbiose entre la musique et ce qu'il se passe à l'écran qui est réellement le coeur émotionnel du film. Autant inspiré de Apocalypse Now ou Solaris que de Sunshine ou First Man, Ad Astra reste un film absolument personnel de son cinéaste, s'intégrant parfaitement dans les thématiques de sa filmographie (là encore via la détresse lié à la solitude, le cloisonnement des émotions et les fractures familiales) tout en rendant hommage à un panthéon de la science-fiction (notamment Arthur C.Clarke). Un très grand film tout simplement (on regrettera quelques coupes et une voix-off qui souligne parfois un peu trop le propos), une expérience unique qui envoie réellement vers les étoiles de nos propres cœurs.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top