Notez des films
Mon AlloCiné
    Mademoiselle de Joncquières
    note moyenne
    3,9
    2364 notes dont 290 critiques
    répartition des 290 critiques par note
    54 critiques
    148 critiques
    55 critiques
    25 critiques
    7 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Mademoiselle de Joncquières ?

    290 critiques spectateurs

    gene B.
    gene B.

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 33 critiques

    3,0
    Publiée le 7 octobre 2018
    Joli film même si l'histoire est cousue de fil blanc. Le texte d'auteur nous emmène dans une époque révolue pratiquant une langue française académique parfaite mais il décrit des émotions humaines de tous les temps : amour, jalousie et vengeance. Les acteurs sont très bons et portent une histoire un peu trop linéaire.
    Dg75
    Dg75

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 253 critiques

    2,0
    Publiée le 17 septembre 2018
    J'ai été déçue. Certes le jeu d'Edouard BAER et de Cécile de France ne souffre pas de remarque, d'où mes deux étoiles. Mais dès le début on se doute de ce qui va se passer. J'ai trouvé qu'il n'y avait pas d'action tout était lent, trop convenu et le mutisme de la "belle" m'a agacée. Je doute que ce Don Juan n'ait rien vu venir. Quel dommage j'aime tellement ces deux acteurs. Le happy-end ne cadre pas avec le rang et les moqueries dont le Marquis est l'objet... non décidément je n'adhère pas.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1244 abonnés Lire ses 3 491 critiques

    4,0
    Publiée le 13 septembre 2018
    Tout le cinéma d'Emmanuel Mouret est contenu dans le titre de l'un de ses films : L'art d'aimer. Il y est toujours question de raison et de sentiments et parfois de ressentiment comme dans Mademoiselle de Joncquières, son premier long-métrage en costumes, un genre manifestement taillé sur mesure pour sa plume et sa caméra. Le passage de Jacques le fataliste dont le film s'inspire est contemporain des Liaisons dangereuses, il est impossible de ne pas y voir certaines concordances dans des histoires où l'intelligence féminine bat en brèche celle des mâles (et c'est fort réjouissant, ma foi). Tout ou presque dans Mademoiselle de Joncquières respire la grâce : les décors, intérieurs ou extérieurs, certains plans rappelant avec délicatesse Fragonard ou Watteau ; la fluidité d'une mise en scène toujours à la bonne distance ; des dialogues ciselés qui font admirer l'élégance et la finesse de la langue française (qu'on a tendance à oublier vu la maltraitance que lui fait souvent subir le cinéma hexagonal). Le scénario est volontairement prévisible, laissant souvent un coup d'avance au spectateur par rapport aux personnages du film, cela pourrait être agaçant, c'est simplement charmant. Et puis il y a les stradivarius de l'interprétation que sont Cécile de France et Edouard Baer, ce dernier littéralement divin dans des facettes de jeu très diverses. Et n'oublions pas Alice Isaaz, déjà remarquée dans Espèces menacées et La surface de réparation, dont le potentiel est prometteur. Spectacle raffiné, parfois théâtral, mais dans le bon sens du terme, Mademoiselle de Jonccuières s'impose comme le meilleur des 9 films d'Emmanuel Mouret.
    lionelb30
    lionelb30

    Suivre son activité 143 abonnés Lire ses 2 005 critiques

    2,0
    Publiée le 16 septembre 2018
    Nouveau Mouret mais beaucoup moins interressant que ces propres scenarios. Ici c'est tres vieillot , classique et souvent tres long notamment la premiere du film. Et meme si les acteurs sont correct , le cote desuet gache le tout.
    Ufuk K
    Ufuk K

    Suivre son activité 223 abonnés Lire ses 949 critiques

    4,0
    Publiée le 12 novembre 2018
    " mademoiselle de joncquieres " adapté d'un récit de Diderot est une bonne surprise pour moi. En effet malgré un côté théâtral un peu marqué, j'ai apprécié cette histoire qui se déroule au XVIII ème siècle entre trahison , vengeance et amour le film est passé vite. A noter la très bonne prestation de Cécile De France et Édouard Baer.
    Critik D
    Critik D

    Suivre son activité 118 abonnés Lire ses 1 103 critiques

    3,5
    Publiée le 4 octobre 2018
    Intriguée par cette histoire et porté par mon intérêt pour les films à costumes, j'avais hâte de découvrir le film d'Emmanuel Mouret. Le film est intéressant, ce dernier nous démontre le pouvoir d'une femme, sa vengeance sous couvert de bonté. Tout est travaillé, les costumes, les décors, les paysages, la lumière, les dialogues. Et on su suscité mon intérêt. Toutefois, j'ai été vite lassé par les dialogues mesurés. J'ai également vite eu l'impression que l'on tournait en rond. Le film est très beau, l'histoire intéressante, et pourtant il y a mais... Que je n'arrive pas à pointer concrètement, mais quelques choses m'a dérangé ou lassé. Le film m'aura au moins permis de découvrir Diderot, de m'y intéresser et peut-être de découvrir l’œuvre.
    Hervé L
    Hervé L

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 385 critiques

    4,5
    Publiée le 19 septembre 2018
    Très bon film subtil bien joué en bon français pour une fois de très beaux costumes et une belle musique parfait
    Alceste
    Alceste

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 15 septembre 2018
    Excellent film. Les acteurs sont très bons, Edouard Baer dans un rôle qui semble fait pour lui et Cécile de France dans un rôle qui tranche avec son personnage habituel de fille moderne et bien dans sa peau, mais qui montre toute l’étendue de son talent. Un film d’époque rafraîchissant qui semble étonnamment très actuel, et qui nous permet d’échapper pour une fois aux sujets politiques et sociaux un peu trop convenus et récurrents dans le cinéma français ces derniers temps.
    Gfa Cro
    Gfa Cro

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 549 critiques

    5,0
    Publiée le 15 septembre 2018
    Vu et avis le 20180914 J apprécie beaucoup ce que fait emmanuel mouret depuis bien longtemps. A chaque film, j ai l impression qu il a trouvé son style, qu il se « contente » d exploiter fort bien sa niche, ces styles de films qui lui sont très personnels. Et en même temps, il ne cesse d affiner son style, sa sensibilité. D être encore plus précis et efficace. L histoire est connue, elle est bien rodée ... et toujours aussi efficace. Cela semble tellement évident qu elle lui convient parfaitement, je ne suis absolument pas déçu par le résultat. Langue précieuse, délicatesse des émotions, charme du désuet. Un peu de légèreté (même s il y a de moins en moins de comique et de jeu de mot dans ses film), un peu de gravité : le bonheur, s il ne dure pas, n est que du plaisir, beaucoup de sensibilité : tout le film, finalement, tient à la découverte de ses protagonistes. Même dans la dernière scène on découvre l amie de la marquise et la marquise elle même. J avoue ne pas avoir bien compris cette dernière scène. Je ne sais pas décider si l amie a son attitude pour la marquise, pour le marquis, contre la marquise. La seule interprétation que j écarte est celle contre le marquis puisqu elle a clairement dit plusieurs fois ne pas approuver cette situation. C est bien rare qu une scène puisse être aussi librement interprétée de façon aussi diamétralement opposée. C est je pense la première fois que je vois une scène passer un message si fort bien que totalement ambigu. Qui croit en l amitié pensera que l amie ment sur la voiture pour faire plaisir à la marquise. Qui croit en la compassion qu elle le fait, par exemple, pour noyer la rumeur d autres rumeurs ou pour dénoncer la rumeur existante, ou encore pour donner un répit au marquis ou encore ... Qui a déjà été victime de trahison, de déception, que c est une vengeance contre la marquise (qui a sacrifié leur amitié à ses objectifs, qui s est mal comportée aux yeux de l amie et peut trouver ce moyen pour faire subir à la marquise ce qu elle a fait au marquis) [et peut être même raviver la flamme de la marquise envers le marquis en lui faisant croire qu il est à nouveau disponible ; qu il pourrait être réceptif à l amour de la marquise]. Qui croit en la justice peut penser qu elle ment dans un souci de justice, il a déjà payé chèrement ses fautes passées, il est temps qu on arrête de le juger à l aune de son passé qu il n a jamais nié ni caché. Enfin, qui croit en l amour, qu elle le fait pour préserver l amour du marquis - que l amie se rend compte qu il est amoureux. Qui croit en le machiavélisme pensera qu emmanuel mourrir annonce que son film aura une suite. Qui croit en l égoïsme........ Selon ses propres croyances, on peut donner beaucoup d interprétations à cette dernière scène, je trouve cela prodigieux car chacune éclaire l ensemble du film différemment.
    AZZZO
    AZZZO

    Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 361 critiques

    4,0
    Publiée le 30 septembre 2018
    C'est un cinéma qui nous fait voyager dans le temps et la délicatesse, c'est une petite douceur surannée, une fantaisie baroque en costumes. Cécile de France et Edouard Baer se prêtent à l'exercice avec brio. On savoure l'intelligence et la poésie du verbe de Diderot. Touchant et diabolique. Un film très réussi.
    Acmatrand
    Acmatrand

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 22 septembre 2018
    Très joli film, intelligent , fin et qui donne le sourire. Nous avons passé un excellent moment plein de poésie.
    missfanfan
    missfanfan

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 699 critiques

    2,5
    Publiée le 12 septembre 2018
    Autant le dire tout de suite je ne suis pas une grande fan des films d'Emmanuel Mouret et celui-ci ne déroge pas à la rêgle je me faisais pourtant une joie de le grace à Denis Diderot (son musée des lumières à langres est magnifique )j'adore les films d'époque la musique est très belle ainsi que les paysages et de beaux dialogue , pourtant je me suis ennuyée Edouard Baer n'a pas assez de charme pour passer pour un séducteur les actrices fond de leur mieux mais le film tourne un peu à plat , donc il n'y aura pas pour moi de prochain Mouret c'est sur
    alpha-pixel
    alpha-pixel

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 41 critiques

    2,0
    Publiée le 13 septembre 2018
    Des liaisons ennuyeuses... Qu'aime-t-on en général dans les films en costumes ? Certes les magnifiques accoutrements, mais aussi et surtout les dialogues ciselés par la langue du XVIIIème, le contexte historique, la trame fine et élaborée comme dans les romans de l'époque. Hélas, rien de cela dans ce film. Lointaine transposition de Diderot, les échanges verbaux sont verbeux, plats ("Un bonheur qui ne dure pas, c'est du plaisir" "Nos sentiments sont aussi pleins de tendresse que de raison"…) et aussi extrêmement répétitifs. Le cadre historique se réduit à des décors rebattus, à des robes trop proprettes, et il enrôle un libertinage simplifié, ignorant sa dimension révolutionnaire de libre-pensée et de négation religieuse, niant même par la pruderie extrême des images que les libertins sont aussi des jouisseurs. Au moment suprême d'un rapprochement des amants sur le canapé, la caméra se détourne sagement sur deux livres posés l'un sur l'autre ! Aucune sensualité donc dans ce film bien amidonné. Quant à l'intrigue, elle ne devient intéressante qu'à la toute fin, après qu'une heure ennuyeuse s'est passée sans que presque rien ne se passe. Mais le plus terne est dans la réalisation. L'image ne traduit ni les sentiments ni les situations. Quelles que soient les circonstances, même lorsqu'elles se voudraient dramatiques, la mise en scène se borne à quelques tableaux : les promenades dans les allées printanières du château, le déplacement de vases fleuris d'une cheminée à l'autre, des plans moyens des protagonistes en costume étincelant devant une porte ouvragée. L'éclairage invariablement trop lumineux ne varie pas lorsque les circonstances s'assombrissent. La musique de cour, forte et omniprésente, ne module pas les progressions du scénario. Cela fait très scolaire, quasiment un téléfilm. Dans de telles conditions, comment le jeu de Cécile de France et d'Édouard Baer pourrait-il bien s'en sortir : des demi-sourires égaux et convenus, un débit constant et assez gauche presque d'un bout à l'autre du film. La souffrance de Baer se traduit juste par un col dégrafé et une mèche rebelle, celle de C. de France par rien. Et puis cet anachronisme dans l'allusion sous-jacente au féminisme : une question abordée pour coller à notre époque alors que l'époque évoquée ne l'aborde pas encore, Condorcet n'en a pas encore parlé. Diderot, dans son essai "Sur les Femmes", décrit "l'enfermement de la femme dans son infériorité physique", et à lire nombre de ses citations on le taxerait aujourd'hui de fieffé misogyne (Ex : "Il est aussi ridicule à un homme de croire les femmes fidèles que leur être fidèle") . De quel féminisme étrange s'agit-il dans le film même, puisque le dénouement nous montre un homme certes libertin et infidèle mais finalement courageux et sensible face à une femme que l'on pensait intègre mais dont la fragilité en fait finalement la pire des vipères ? Si devant la salle vous avez le choix entre Burning, The Guilty ou cette Mademoiselle de J.si encensée par la critique, allez vite voir l'un des deux premiers, de véritables chefs d'oeuvre, eux... Voir mon blog alpha-pixel.blogspot.com/search/label/filmvu
    Xavier M.
    Xavier M.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 5 critiques

    3,5
    Publiée le 13 septembre 2018
    Beau film ..peut être un peu trop "propret" ... Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le rapprochement avec les Liaisons dangereuses, (mon film fétiche) et Mademoiselle de Joncquières ne détrônera pas ce chef d'œuvre....Les acteurs sont excellents même si j'ai du mal imaginer Edouard Baer en séducteur impénitent.. Tous le monde semble s'extasier sur les costumes... ils sont , comme le film, un peu trop "propret" ... Les robes sont superbes même si les petits nœuds au milieu du corsage sont assez niais. Par contre les costumes de monsieur Baer sont assez nuls et mal coupés ... A-t-on dit au réalisateur et au costumier qu'aucun homme au XVIII ème siècle ne portait la barbe ?????? Et la perruque aurait été bienvenue.... Et la chemise systématiquement toute débraillée c'est minable ... Résultat : un noble du XVIII ème plus fagoté que ses laquais .....
    islander29
    islander29

    Suivre son activité 387 abonnés Lire ses 1 915 critiques

    4,0
    Publiée le 12 septembre 2018
    Pas un film grand public assurément…...La puissance philosophique de Diderot se retrouve dans cet essai amoureux...J'ai trouvé le film brillant, les dialogues très pertinents même si ils semblent à priori affectés par l'origine sociale des personnages…..On est dans la haute Bourgeoisie du 18ème siècle …Ne pas s'arrêter à cela car c'est de la belle voltige au pays des mœurs et du libertinage……Les décors et costumes sont parfaits et particulièrement soignés…..Dans le cadre d'un château la vie semble plus facile et les seuls soucis amoureux….Cela rappelle parfois Molière. et le film contient un certains nombre de situations qui ne sont pas sans rappeler le théâtre…..Le texte est plutôt littéraire et raffiné…...Les acteurs en accord avec l'ambiance…...Il y a de l'excellence dans ce film, qui a quelque chose de culturelle…..Quant à certaines réflexions, elles pourront éclairer les esprits, par leur intelligence sur l'amour et ses principes…….La musique est choisie judicieusement et parcimonieusement, où j'ai cru reconnaitre parfois du Purcell et du Vivaldi . Le script lui a pas mal de vertus et de rebondissements...Je conseille.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top