Mon AlloCiné
    The Gentlemen
    note moyenne
    4,1
    9041 notes dont 506 critiques
    répartition des 506 critiques par note
    95 critiques
    255 critiques
    89 critiques
    40 critiques
    12 critiques
    15 critiques
    Votre avis sur The Gentlemen ?

    506 critiques spectateurs

    DAVID MOREAU
    DAVID MOREAU

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 1 850 critiques

    2,5
    Publiée le 18 mai 2021
    TU BRAQUES OU TU RAQUES. A l'heure des souvenirs. La ligue des gentlemen extraordinaires. Code Ritchie revient aux sources. Joutes verbales, foire aux plantes et dérapages contrôlés. Il faut juste du temps à l'intrigue confuse pour ne pas décrocher.
    Zoumir
    Zoumir

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 996 critiques

    4,0
    Publiée le 26 février 2020
    Il est là, enfin ! Tel qu'on aurait aimé le voir après Snatch. Guy Ritchie, de nouveau à son meilleur, ou plus simplement, de retour à ce qu'il sait faire le mieux : raconter une histoire de gangsters et petites frappes londoniennes aux multiples ramifications, à priori compliquée, mais simplifiée par une mise en scène complexe. Revolver avait été malmené par ses propres ambitions. Rock'n'Rolla manquait d'inspiration et surfait sur un savoir-faire. Passons les autres genres, recevons 200$, et arrêtons nous sur la case The Gentlemen (ou le film que je n'attendais pas).

    Cette histoire d'amour pour les personnages et la mise en scène du gars Ritchie remonte à l'époque des vidéo-clubs. Arnaques, crimes et botaniques fut la première surprise marquante, petit ovni pour ma culture cinématographique, perdu au milieu de l'immense mur de petites boîtes vides qui m'appelaient toutes plus fort les unes que les autres. La lune de miel avec un réalisateur qui en deux films, Snatch un peu plus tard, me dressait un portrait assez exhaustif de ce que j'attendais d'un film de gangsters à la mise en scène inventive, à l'humour aussi impitoyable que ces protagonistes et où les bras-cassés finissaient bien souvent par l'être au sens propre face à la grosse pointure mafieuse qu'il ne fallait pas trop titiller.

    Ici, les petites frappes sont reléguées à ce qu'elles sont. Dans The Gentlemen, les gros bonnets mènent la danse et s'organisent autour de la succession de Mickey King of the jungle Pearson, empereur américain de l'herbe au pays "du temps pourri (merci la modération, on ne peut même pas citer texto des répliques de film), Mary Poppins et bouffe dégueu" comme disait Tête de brique.
    Incarné par un Matthew McConaughey implacable, violent, impitoyable, infaillible malgré l'introduction et d'un aplomb diablement sexy, Mickey Pearson se double d'une aura perpétuelle. Même s'il n'est que le protagoniste d'une histoire à tiroirs, pendant une partie de l'intrigue, fantasme narré, marionnette d'une conversation imagée entre son homme de main (Charlie Hunnam électrisant de flegme) et un journaliste maître-chanteur (séducteur à contre-emploi et vieillissant Hugh Grant), il reste au centre de ce tournoi pour le contrôle du marché de l'herbe outre-manche.

    L'occasion est trop belle pour Guy Ritchie qui nous ressert une pléiade de gueules, de personnages ultra-codifiées, allant de la mafia chinoise à une magnifique bande de jeunes boxers en jogging 3 pièces, qui, et c'est une constante, chatouillent la plante des pieds du mauvais gars. L'occasion aussi de voir arriver dans la danse un Colin Farrell, référent humour d'une intrigue où le rire ne vient pas toujours par les voix que l'on imagine.

    Et à mesure que les minutes s'égrènent, la mayonnaise prend sans surprise car les ingrédients utilisés ne changent pas. La mise en scène atteint des sommets dans l'art de livrer de l'information en télescopant passé, présent, hypothèses, futur et certitudes. L'exercice de style est casse-gueule mais indéniablement maîtrisé pour notre plus grand plaisir. Et Guy (je me permets de l'appeler Guy depuis le temps) glisse même dans son propos un petit hommage à un cinéma qui se déroule sous nos yeux.
    D'une scène maîtrisée et presque jouissive à l'autre, magnifique incursion dans un appartement de toxicos ou discussion sous tension entre Mickey et Dry Eye, The Gentleman déroule sans accrocs, défoule, détend, et nous rappelle que le chapitrage n'existait pas avec la VHS. Pour revoir une scène et s'en délecter encore et encore, il fallait rembobiner, vérifier, rembobiner, vérifier, rembobiner... Rhaaaa. Trop loin !

    Un plaisir complet, emmené par des personnages bourrés de petits détails à la saveur irrésistible. Un film de Guy Ritchie en fait. Et j'aurais pu m'arrêter là.
    gabdias
    gabdias

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 1 454 critiques

    3,0
    Publiée le 29 mars 2021
    G.Ritchie nous replonge dans la comédie de mafieux jubilatoire, avec les grosses ficelles du genre, bastons digne des 80’s, dialogues trash et acides, violence gratuite, casting 5 étoiles, mise en scène sur vitaminée… Dommage que ce soit du déjà-vu tant l’énergie déployée est excellente. Assez régressif et frais.
    jaja77
    jaja77

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 326 critiques

    4,0
    Publiée le 17 février 2020
    un très bon film policier avec des acteurs qui sont tous au top une intrigue bien ficelé des moments drôles et des bonnes scènes d'actions. les 2h00 sont passées relativement bien.
    brunocinoche
    brunocinoche

    Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 927 critiques

    1,0
    Publiée le 14 juin 2020
    Je suis rarement aussi sévère dans mes notations mais ce film m'a atterré par son scénario nullissime, inutilement compliqué et par sa mise en scène roublarde et gratuite. Guy Ritchie qui nous avait séduit avec ses Sherlock est retombé dans ses pires travers. La présence d'excellents acteurs n'y fait rien, il n'y a rien a sauver dans ce film qui n'est pas drôle et qui n'a aucun suspense. Cette parodie du film de gangsters fait flop. N'est pas Tarantino qui veut.
    petitbandit
    petitbandit

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 537 critiques

    3,5
    Publiée le 11 février 2020
    Un très bon divertissement signé Guy Ritchie qui renoue avec la base : des gangsters, de la baston, des règlements de compte, de l'humour et une morale acerbe sur tel est pris qui croyait prendre. Un air de Snatch avec son lot de personnages déjantés, de trahison, de gangs ethniques avec des dialogues frisant la vulgarité par moment. Beaucoup de rythme et d'action, une interprétation impeccable, bref on ne s'ennuie pas et on passe un bon moment. Un bon film dans son genre...
    Guillaume
    Guillaume

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 1 051 critiques

    4,0
    Publiée le 26 mars 2021
    Un casting "trois étoiles" pour un film qui l'approche tout autant.
    Le savoir-faire britannique n'est plus à démontrer, entre humour pince-sans-rire et personnages au flegme légendaire. Le scénario, sans détonner par son originalité, permet néanmoins aux acteurs d'embarquer le spectateur dans des situations invraisemblables, mais toujours avec prestance et distinction. A savourer sans remords.
    cineccita
    cineccita

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 1 415 critiques

    4,0
    Publiée le 6 avril 2021
    Le gratin du cinéma britannique réuni sous la houlette de Guy Ritchie, le résultat est épatant, on ne s'ennuie pas un seul instant.
    Les dialogues sont plutôt recherchés et l'intrigue aussi.
    Le meilleur film de Guy Ritchie.
    lofmars
    lofmars

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 181 critiques

    4,0
    Publiée le 24 février 2020
    Des personnages bien marqués et bien joués, la forme de la narration donne un bon rythme a l'ensemble. une histoire a tiroirs multiples et un humour so british !
    Roub E.
    Roub E.

    Suivre son activité 254 abonnés Lire ses 3 869 critiques

    3,5
    Publiée le 22 avril 2021
    Après son horrible roi Arthur et son probablement inutile Aladin (oui on ne juge pas avant d’avoir vu mais là je ne prend pas trop de risque) Guy Ritchie revient à ce qu’il sait faire de mieux :le polar bavard. Ce Gentleman ne se hisse pas au niveau de drôlerie de ce qu’il a fait de mieux mais l’ambiance générale rend le film assez plaisant. Avec ces gangsters embourgeoisés (presque anoblis) qui doivent remettre les mains dans le cambouis en costume trois pièces on navigue entre les châteaux des lords anglais et les tours des logements sociaux. Le casting est formidable et fait beaucoup dans la réussite du film. Un peu décevant car Guy Ritchie a fait mieux mais sympathique tout de même quand on apprécie le genre.
    elriad
    elriad

    Suivre son activité 192 abonnés Lire ses 1 492 critiques

    4,0
    Publiée le 16 avril 2020
    Survitaminé, drôle et sanglant, truffé de dialogues excellents, le dernier film de Guy Ritchie est tout simplement jubilatoire de bout en bout. Des personnages campés par une brochette d'acteurs qui semblent s'amuser autant que nous, brossés façon de cartoons, se battent pour obtenir un marché de beuh impressionnant. Un rythme qui ne faiblit jamais et la caméra du réalisateur habitué à l'adrénaline offre un spectacle réjouissant dont il saurait dommage de se priver.
    lionelb30
    lionelb30

    Suivre son activité 146 abonnés Lire ses 2 019 critiques

    3,0
    Publiée le 11 février 2020
    Le casting est bon , la narration et le montage original mais la première partie du film est trop molle et mème ennuyeuse. Heureusement la deuxième partie est plus enlevée et monte en intensité jusqu’à la fin.
    tisma
    tisma

    Suivre son activité 105 abonnés Lire ses 1 303 critiques

    3,5
    Publiée le 1 mai 2021
    Une histoire de gangs de reventes et de tensions plutôt bien amenées et qui nous font passer un moment agréable !
    Cinememories
    Cinememories

    Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 1 074 critiques

    3,0
    Publiée le 11 février 2020
    Après avoir révélé son style dans “Arnaques, crimes et botanique”, puis le séduisant “Snatch”, Guy Ritchie s’est embourbé dans une multitude de superproductions qui frôle le ridicule et la parodie. Et dans ces allers-retours techniques, il a tout de même su insuffler une certaine attendant chez un public qui apprécie le rythme effréné et pourtant saccadé par une narration intuitive. On l’aura compris, du pur Ritchie au rendez-vous, mais cela valait-il le coup de revenir sur ses pas aussi soudainement et avec une modeste contribution ? Son vagabondage à Hollywood l’a dépaysé et on ressent un profond désir de replonger dans un sujet plus primitif et qui est longtemps resté dans un tiroir… trop longtemps. A l’heure où l’humour raciste, antisémite, sexiste et autres fourberies cherchant à marier l’élégance d’une classe sociale à part, mais au-dessus du lot, et des bandits en quête d’influences font bonne fortune, une certaine démarche n’emploie pas la bonne formule.

    L’ensemble de l’oeuvre repose sur des échanges sur le plan dominant-dominé et s’est construit un rythme sur les divers rebondissements et twists présentés. Mais cette démarche a ses limites, car les enjeux se renouvellent trop souvent et cela enlève de l’énergie à toute cette mascarade ou ce braquage spirituel. Même s’il peut nous arriver de jubiler devant quelques passages étonnamment divertissants, on ne peut totalement entrer en symbiose avec ce film, qui ressemble davantage à une réplique de mauvais goût, alors que l’auteur lui-même est derrière ce projet. Néanmoins, tout n’est pas à jeter et c’est bien entendu sur le casting qu’on peut se rattraper. Michael Pearson (Matthew McConaughey) est le roi d’un trafic illégal, bien que l’on suppose un plan ambitieux à long terme. Ceci ne fait que refléter l'absurdité de la chose bien entendu, mais il faudra accepter le plaisir qui vient à nous. Et son interprète dégage toujours une aussi bonne impression, qu’il y a de conscience sur le papier.

    Mais tout le mérite revient au narrateur principal, au discours méta et parfois désinvolte du cinéma d’aujourd’hui. Fletcher (Hugh Grant) s’empare de l’écran et écrase la concurrence niveau débit de parole. Et il fallait un style graphique afin de caractériser toute la fantaisie de son dialogue, à la fois complexe, séduisant, mais sournois. De ce côté-là, on ne regrette pas le retour de Ritchie aux commandes et il se révèle plus à l’aise dans cet exercice que dans celui de rester cohérent dans sa mise en scène. De plus, il cherche de l’appuie sur des références cinéphiliques, mais il préfère s’abandonner à l’autodérision au lieu de pleinement embrasser son humour « So british ». Trop de pétards mouillés pour une intrigue qui confrontent différents points de vue d’un même récit. Au final, la temporalité est zappée en échange d’une balade que l’on soupçonne chaotique, bien que ce soit fluide dans les transitions.

    Ainsi, on devine le devenir de “The Gentlemen”, qui résonnera comme anecdotique, car il n’a pas toujours su trouver la justesse pour nous inviter à son fish & chips saignant. Mais c’était un plaisir de revoir Charlie Hunnam, Colin Farrell, Henry Golding et Jeremy Strong s’accrocher à un sujet volontairement vulgaire et ironiquement inadéquat avec un titre, tenant plus d’un symbole de sainteté qu’aucun homme n’aura le courage de porter. Hommage à Michelle Dockery, qui enfile parfaitement la robe d’une première dame imposante et forte dans un milieu testostéroné. Et que retenir ? Des dialogues globalement savoureux, si l’on retire la vulgarité gratuite et souvent hors de propos, un montage nerveux et ludique, au détriment d’une lecture en flash-back à en perdre de la visibilité, notamment dans les scènes d’action et à l’image d’un clip qui s’est mystérieusement inséré dans le récit, nous restons dans l’esprit décadent d’un Ritchie en forme, mais qui devra rapidement effacer ses maladresses pour enfin rebondir sur un nouveau mythe plus équilibré.
    tuco-ramirez
    tuco-ramirez

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 1 314 critiques

    4,0
    Publiée le 12 octobre 2020
    Guy Ritchie est de retour aux manettes dans son domaine de prédilection ; le film de gangster déjanté construit autour d’un scénario gigogne impitchable… Et je ne vais même pas essayer de m’y coller tant l’histoire est loufoque, tordue et truffée d’une pléiade de personnages hauts en couleurs. Longtemps comparé à un sous-produit britannique de Tarantino, il est de la même famille tout en possédant ses propres spécificités.
    Dans ce film, retrouve toutes les bonnes astuces et ficelles qui ont fait mouche avec « Snatch » ou « Arnaques, crimes et botanique » ; et l’on est heureux de le retrouver, ce film est jubilatoire. La première demi-heure très bavarde n’est pas des plus inventives et des plus intéressantes ; l’intrigue est annoncé en mode galop et très explicative afin que le spectateur ne cogite pas trop. Le reste du film sera bavard aussi, mais pour notre plus grand plaisir ; c’est à renfort de répliques à fleuret moucheté que ce feront les échanges parfois hyper savoureux. Si ce film se veut un film d’action, et il y a quelques scènes d’action ; elle est essentiellement verbale et dans un montage parfois frénétique, accélérant fortement la narration. Le point crucial est que l’on rit souvent, c’est léché, bien construit et surtout drôle.
    Un divertissement à l’état brut autour d’un récit totalement déconstruit (flashback et flashforward) à l’humour déconcertant. Une bonne surprise. Jubilatoire.
    tout-un-cinema.blogspot.com
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top