Mon AlloCiné
    The Gentlemen
    note moyenne
    4,1
    9102 notes dont 508 critiques
    répartition des 508 critiques par note
    96 critiques
    255 critiques
    90 critiques
    40 critiques
    12 critiques
    15 critiques
    Votre avis sur The Gentlemen ?

    508 critiques spectateurs

    Alice025
    Alice025

    Suivre son activité 839 abonnés Lire ses 1 057 critiques

    4,0
    Publiée le 6 février 2020
    Une comédie mafieuse réussie, avec un humour toujours décalé signé Guy Ritchie. Le casting est avant tout superbe, chacun ayant un charisme, un caractère qui leur est propre et un rôle à jouer dans ce joyeux bordel.
    On peut dire que le rythme est très soutenu, surtout concernant les dialogues. Il faut bien suivre car beaucoup de personnages sont présentés dès le départ, on peut craindre de se sentir perdu mais on arrive vite à se remettre sur les rails, les enjeux de chaque personnage devenant plus clairs.
    Véritable jungle où les tromperies sont reines, « The Gentlemen » fonctionne surtout grâce à sa qualité de dialogues et de punchlines, à son casting cinq étoiles, le tout saupoudré d'un humour british autant élégant qu'absurde, amusez-vous !

    http://cinephile-critique.over-blog.com
    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2869 abonnés Lire ses 1 453 critiques

    4,5
    Publiée le 6 février 2020
    « The Gentlemen », alors là, sous la houlette de Guy Richtie, est un film qui décoiffe vraiment et on se régale de tant d’invention dans ce schéma narratif très spécial qui vaut ici son pesant d’or !
    Bravo en effet à cette idée géniale d’avoir hissé Hugh Grant au rang de journaliste véreux, qui derrière ses Ray Ban, n’a pas sa langue dans sa poche pour raconter cette histoire unique et tellement incroyable, tel un vrai jeu de quilles doublé d’un terrible sac de nœuds !
    Et oui, ça rebondit de tous côtés et encore et encore, et dans tous les sens du terme, autant le préciser...
    Et le mieux de tout ça, c’est que l’humour se niche dans tous les coins, aussi bien dans les dialogues gratinés, les situations ubuesques, les costumes désopilants et toutes ces dégaines franchement inspirées et drôles que l’on aurait envie de voir plus souvent...
    Au delà même de l’intrigue sur fond de business de drogue, l’essentiel tient donc surtout à cette forme unique et loufoque dont Guy Richtie a le secret au niveau de la réalisation !
    Et à cette facilité de créer la surprise avec des petits riens qui créent de très gros et graves incidents aux lourdes répercutions pour cette bande de mafieux élégants et richissimes, dont quelques « bambins » des banlieues vont être aussi de la partie avec la compagnie de leur coach décalé interprété par un Colin Farrell méconnaissable également !
    À le voir le nez chaussé de ses lunettes vintage et glissé dans son jogging prince de galle (of course !), tout comme le sont aussi ses protégés, on est déjà au parfum...
    Tandis que Matthew McConaughey en roi (de la jungle !) comme il se nomme lui-même, a aussi de quoi promettre avec son épouse maitresse femme, à découvrir elle aussi pour son tempérament et sa détermination !
    Honnêtement cette histoire menée tambour battant avec tous ces fameux « numéros » aux aspirations bien personnelles et bien sûr contradictoires au possible, on s’en doute, est un petit bijou original, particulier dont on aurait même envie de voir la suite...
    Autant dire qu’on ne s’ennuie pas une seconde, d’autant plus qu’on ne s’attend pas à autant de scènes incroyables, où d’ailleurs les cochons et les parachutes auront une signification bien spéciale maintenant !
    Bravo sans hésitation !
    Jérémie Deuzé
    Jérémie Deuzé

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 642 critiques

    4,5
    Publiée le 16 février 2020
    J'attendais depuis un long moment le dernier Guy Ritchie. Et je dois dire que j'ai adoré.
    Sur fond de trafic d'herbe (où j'appréhendais le pire), on se lance dans une histoire à troues, contée par un Hugh Grant méconnaissable. Là est le génie du film, qui le dynamise alors que le long métrage n'a presque pas d'action.

    Une histoire complexe, où chaque détail a son importance, où la chronologie proposée est exquise. Le point fort du film est sans conteste la richesse et l'intelligence des dialogues. C'est jouissif, j'ai pris mon pied, j'ai ri et j'ai été scotché.

    Porté par un casting exceptionnel, ce film est un puzzle à voir impérativement. Espérons maintenant que Guy Ritchie nous propose une suite, sait-on jamais !
    AMANO JAKU
    AMANO JAKU

    Suivre son activité 247 abonnés Lire ses 797 critiques

    4,0
    Publiée le 12 février 2020
    Aaaaaaaaahhhhhhh, merci mon dieu : merci de nous avoir rendu LE Guy Ritchie qu’on aime. Oui parce que, après le calamiteux-catastrophique-ignoble-nauséabond-dégueu-nullissisme "Aladdin" (vous avez compris ou vous êtes des fans hardcore débilo-bornés de Disney ??), j’avais vraiment cru qu’il avait signé son arrêt de mort…Mais heureusement pour nous, Ritchie s’est relevé et est revenu à ses premiers amours : fans de "Arnaques, Crimes et Botanique" et "Snatch", "The Gentlemen" est un divertissement jouissif dans la même lignée !!! Notre ami british revient donc à ses fondamentaux et c’est terriblement efficace : la narration fait mouche dès les premières secondes et le récit nous captive sans nous perdre dans les dédales de cet étonnant puzzle. C’est fluide, ça ne souffre d’aucunes longueurs et Ritchie parvient à nouveau à jongler entre différentes situations en cumulant flashbacks et flashforwards. Il s’éclate tellement avec les codes du genre qu’il se permet même de briser souvent le quatrième mur sans que cela ne vous sorte du métrage. A côté de cela, les séquences d’action sont montées d’une façon magistrale avec une certaine chorégraphie soignée aux petits oignons malgré un rythme très soutenu. Rajoutons des dialogues affûtés, saupoudrés de punchlines délicieuses dans un humour so British, déblatérées par un casting 8 étoiles : Matthew McConaughey, Charlie Hunnam, Hugh Grant (LA surprise du film : GENIAL !!!), Colin Farrell, Jeremy Strong, Eddie Marsan…tous sont absolument NICKELS !! Et même Michelle Dockery est fabuleuse en réussissant à s’imposer à l’écran face à autant de testostérone ! Et puis, impossible de parler de "The Gentlemen" sans parler de sa B.O. : comme il a toujours su le faire, Ritchie jongle habilement avec le score très « western » de Chris Benstead et diverses chansons qui vous trotterons dans la tête une fois sortis de la salle (Paul Jones, Tony K, Roxy Music, The Jam). C’est un véritable régal pour les oreilles, d’autant plus que ça colle parfaitement avec les images et que ça nous capte encore plus ! Bref, Guy Ritchie et les gangsters loosers, c’est une grande histoire d’amour et il nous le prouve une nouvelle fois avec "The Gentlemen" : véritable ode au cinéma du genre en le réinventant, cette histoire de dingue bourrée de rebondissements mais ultra jouissive se déguste comme un bon whisky : même après 10 verres, on en redemande !! Après le daubesque "Aladdin", ça fait plaisir de voir que Guy Ritchie n’est pas si vieux que ça et qu’il a encore un peu de ressources pour nous assener un incroyable uppercut dans la mâchoire : vivement le prochain !!!!
    Valentin S
    Valentin S

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 14 janvier 2020
    Un bon film d'action comme on l'aime !
    L'intrigue est super bien construite, spoiler: notamment avec la mise en abîme et les retournements qui s’enchaînent en s'approchant de la fin.

    Les acteurs sont tous aussi stylés, avec une pointe d'humour bien sûr ! A voir
    Le cinéphile
    Le cinéphile

    Suivre son activité 246 abonnés Lire ses 2 422 critiques

    4,0
    Publiée le 6 février 2020
    The Gentlemen est donc le retour de Guy Ritchie au sommet de sa forme. Un cinéma pop, brillamment écrit, au casting dantesque. Le cinéaste retrouve son humour d'antan, et une réalisation plus posée. Incontestablement son meilleur film depuis Snatch. Hugh Grant est génial.

    https://www.cineserie.com/critiques/cine/the-gentlemen-peut-etre-le-meilleur-film-de-guy-ritchie-3098548/

    https://youtu.be/L50vZmzvTMI
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 697 abonnés Lire ses 1 371 critiques

    4,0
    Publiée le 12 avril 2020
    Dieu Merci, Guy Ritchie est de retour ! Le vrai, le bon, le fort… Après plus d’une décennie passée à aligner des blockbusters à Hollywood de qualité variable, du bon (« Agents très spéciaux » ou « Sherlock Holmes ») au très douteux (« Aladdin »), le voilà qui revient dans sa terre natale pour un polar rempli de gangsters et de gueules comme on aime. La bonne époque des « Snatch », « Rock’n Rolla » ou « Arnaques, crimes et botanique » nous revient en mémoire et un bon goût de nostalgie vient parfumer la vision de « The Gentlemen ». Ritchie et ses films ont souvent été copiés mais rarement égalés, lui qu’on présentait comme un héritier britannique de Tarantino. Mais avec ce nouveau film, le cinéaste montre à quel point il a mûri et livre clairement là l’un de ses meilleurs films. Comme si ce retour aux sources était l’occasion de faire la synthèse presque parfaite de son œuvre dans un polar chic, classe et plus cadré et maîtrisé que les films de ses débuts. D’ailleurs la mise en scène est digne des grands et il délaisse certains tics ostentatoires de ses débuts pour une réalisation plus posée et agréable.



    Comme avec l’excellent mais moins connu « Rock’n Rolla » qui avait révélé Tom Hardy, l’un des atouts de « The Gentlemen » est son casting proprement hallucinant et parfait. Pas que ce soit un assemblement pompier de stars pour dire de. Non, c’est une galerie d’acteurs avec des gueules tout à fait adaptées et qui prennent un malin plaisir à jouer à contre-emploi pour la plupart des personnages totalement barrés. Ils se régalent tous ici des rôles que leur offre Ritchie. Et leur plaisir d’incarner ces brigands dégénérés est tellement visible qu’il transpire à travers l’écran pour le plus grand bonheur du spectateur. Pas un seul d’entre eux n’est à mettre de côté et Matthew McConaughey mène la danse avec classe. Mais s’il ne fallait en retenir qu’un c’est bien Hugh Grant en détective privé fouille-merde et gay avec un look pas possible et des répliques qui s’apparente à du caviar. Ses échanges avec Charlie Hunnam, qui racontent cet imbroglio d’arnaques comme un film dans le film, sont un plaisir de chaque instant (et de chaque mot). D’ailleurs de procéder ainsi via des longs flashbacks est tout à fait approprié et dynamise l’histoire de manière intelligente.



    En outre, on sait la réussite avec laquelle Ritchie sait tisser des scénarios d’arnaques à rebondissements et retournements de situation multiples depuis son premier film. Ici, il nous refait le coup avec un script délicieusement alambiqué mais complètement clair (ce qui n’est pas une mince affaire) et qui ne souffre d’aucune baisse de rythme. Durant près de deux heures, on ne s’ennuie pas une seule seconde et plus ne nous aurait même pas dérangé tellement c’est bien fait, maîtrisé et tout entier dédié au plaisir du public. Des dialogues en or massif qui enchaînent les répliques cultes, des acteurs en grande forme, des surprises et des situations rocambolesques qui s’enchaînent de manière fluide ce n’est pas si souvent. Après c’est attendu et c’est peut-être la seule lacune, on ne peut pas dire que le cinéaste innove, mais il revient à ses fondamentaux dans un genre qu’il connait mieux que personne. Pourquoi s’en offusquer ? Surtout quand c’est bon, il est toujours agréable de rentrer dans un film comme on met des chaussons. Il manque également peut-être un ou deux personnages féminins (d’ailleurs à ce niveau, il est à contre-courant des modes, ce qui n’est en soi pas forcément désagréable non plus). Ceci mis de côté, on rit, ça mitraille à foison et on prend son pied non-stop pour une cuvée à la robe clinquante et au goût rétro chic délectable. Une perle !



    Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.
    elbandito
    elbandito

    Suivre son activité 254 abonnés Lire ses 899 critiques

    2,0
    Publiée le 13 avril 2020
    "The Gentlemen", un film de gangsters qui n'est pas la surprise espérée, une sorte de Tarantino à l'anglaise, quelques scènes plutôt marrantes mais que de longueurs inutiles et de racisme latent. Reste le charme de Matthew McConaughey... très à son aise et une belle brochette d’acteurs qui paraissent tellement s’amuser à l’écran qu’ils sauvent leur film de Guy Ritchie du naufrage.
    Béatrice L
    Béatrice L

    Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 129 critiques

    5,0
    Publiée le 11 février 2020
    Nous avons adoré ce film très atypique. L 'inventivité dans la réalisation, l'histoire imprévisible ( réglements de compte entre trafiquants de drogue avec multiples rebondissements), et le rythme très haletant, rendent le film passionnant. Une distribution géniale avec beaucoup de rôles très intéressants, particulièrement celui de Hugh Grant et Matthew Mc Conaughey, La violence est plus suggérée que montrée, ce qui rend le tout très supportable et l'humour omniprésent allège aussi l'atmposphère. À voir !!!
    thenewchamp
    thenewchamp

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 190 critiques

    4,5
    Publiée le 3 février 2020
    Un maitre chanteur narre une histoire compromettante afin de soutirer de l'argent à un fournisseur de drogue. Le film est plein de rebondissements, de suspens et est drôle. Les dialogues sont bien travaillés.J ai beaucoup aimé le film.
    François B.
    François B.

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 3 février 2020
    Un film plein de surprises que revisite le genre gangster avec beaucoup d'humour à la façon de Kingsman. Des gags, de l'action, un niveau de langue très soutenu pour les puristes : on retrouve Ritchie pour un bon moment en perspective.
    Alors certes, un tout petit peu long au début, le temps que les choses se mettent en place. Mais on en ressort franchement content, et on pense que le film a duré beaucoup plus tellement on a été pris dans l'action. Belle mise en abîme inattendue à la fin. Je recommande très chaudement !
    eleonora
    eleonora

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 291 critiques

    2,0
    Publiée le 17 février 2020
    Guy Ritchie refait un film parodique de gangsters ,avec un humour potache au second voire troisième degré.L'histoire est vraiment très alambiquée:c'est Hugh Grant qui raconte à Charlie Hunnam , ce qui s'est passé ou qui devait se passer ou ce qui n'est pas arrivé..c'est fatigant à suivre.Tout est prétexte à des scènes provocatrices ou sanglantes , pas toujours du meilleur goût et au milieu on a droit à un tube de rap.Cela se laisse regarder grâce aux acteurs , notamment Colin Farrell excellent dans son rôle d’entraîneur cool.Par contre Matthew_McConaughey fait le minimum syndical.Au final ce film est un exercice de style peu passionnant.
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 2250 abonnés Lire ses 3 154 critiques

    4,0
    Publiée le 7 février 2020
    Plein de fois je me suis posé cette question.
    Mais au fond que trouve-t-on à Guy Ritchie ?
    Quiconque est passé par un de ses derniers films – qu’il s’agisse de « Code UNCLE », du « Roi Arthur » ou d’« Aladdin » – s’est forcément lui aussi posé la question.

    Beaucoup de densité et d’agitation pour pas grand-chose. Montage à la machette. Irrévérence gratuite et souvent stérile… Il ressort du style de Guy Ritchie quelque-chose d’au fond assez superficiel, comme une sorte de formalisme de la posture et du cache-misère.
    D’ailleurs, me concernant, je me rends compte qu’à part « Snatch » qui fut le premier film que j’ai vu de lui, je reproche souvent à cet auteur de refaire tout le temps la même chose avec la même impression de vacuité en bout de chaîne…
    Et d’une certaine manière, ces reproches, je pourrais très bien les adresser également à ce « The Gentlemen » tant il reprend tout ce canevas propre à Ritchie !
    Et pourtant, ce coup-ci, je me suis régalé.
    Alors que s’est-il passé ?

    Premier constat : Ritchie ça a beau être de l’esbroufe, ça reste quand-même une vraie maitrise de l’art oratoire cinématographique.
    La seule scène d’introduction en est juste un exemple sidérant.
    Qu’on aime ou qu’on n’aime pas, on est quand-même obligé de constater qu’il y a là-dedans un véritable savoir-faire – une maitrise du geste – qui se joue dans les moindres détails.
    Talent de l’écriture d’abord avec ces quelques lignes sobres et efficaces qui posent tout de suite le propos du film. Puis cette transition où la narration extradiégétique devient soudainement intradiégétique entre deux gorgées de bière. Et puis à peine McCaunaughey conclut-il son speech qui le pose comme le king de la partie que – bim ! – rupture. Mélange des fluides brutal. Générique dans la foulée. Impeccable.
    Franchement, ça coulisse tout seul.
    Cette introduction je l’ai trouvée d’une très belle efficacité.
    Et d’ailleurs, cette seule introduction là donne déjà beaucoup d’indications sur ce qui va faire la force de ce « The Gentlemen » : la discipline.

    Parce qu’au-delà de cette discipline là, « The Gentlemen » reste du pur Guy Ritchie comme on le connait si bien.
    Ce goût pour l’agitation, pour ces narrations hachées qui compliquent parfois inutilement l’affaire, pour les inserts à tout va, pour ces acteurs qui cabotinent et flirtent parfois avec l’outrance ou la caricature, tout ça on l’a dans ce « The Gentlemen ».
    Et pourtant ça passe parce qu’ici, au milieu de toutes ces fioritures, on ressent quand-même davantage l’envie d’imposer une structure à la fois en termes de récit et en termes de rythmique. Ainsi se retrouve-t-on dans ce film avec de vraies ruptures, aussi bien dans le ton que dans le tempo, ce qui permet d’isoler des scènes fortes, des enjeux, mais aussi des tournants au fort potentiel dramaturgique.

    Et franchement ça fait du bien parce que c’est l’occasion de mieux voir les cordes que Guy Ritchie a à son arc.
    Notamment moi j’ai été assez subjugué par son art de la narration. L’air de rien son récit est assez complexe et assez riche mais, à part peut-être en son début, il reste toujours limpide et accessible. Une vraie force.
    Et c’est d’autant plus agréable que tout cela est mis au service d’une intrigue au fond très « ritchienne » : désinvolte, joueuse et parfois même outrancière.

    Car oui, Guy Ritchie reste dans ce film un indécrottable fripon.
    Il aime malmener ses acteurs, les poussant souvent à flirter avec la limite de la caricature. (Hugh Grant est à ce jeu le plus habile des équilibristes. Bravo !), de même qu’il ne peut s’empêcher de rappeler régulièrement le caractère artificiel de son récit en jouant à plusieurs reprises avec les codes ou bien tout simplement en parlant littéralement de convention de cinéma à l’intérieur même de son histoire.
    Certains reprocheront dans ces mimiques une manière peu habile de se dédouaner et de ne pas assumer son manque de subtilité (et peut-être auraient-ils raison), mais on peut aussi y voir là les traits d’un cinéma qui n’entend pas se prendre au sérieux et qui aspire en permanence à tenir en équilibre sur le fil de la farce noire.

    Alors après c’est vrai, parfois Ritchie va peut-être trop loin et ne tient plus vraiment droit sur son fil…
    ( spoiler: Moi par exemple, j’ai décroché sur le trip d’Eddie Marsan qui se fait piéger avec une truie. C’est trop gros. Trop grossier. Gratuit et pas utile.
    )
    …mais l’un dans l’autre la sagesse de réalisateur désormais quinquagénaire l’emporte sur le tout, notamment grâce à une écriture ciselée qui sait retomber sur ses pattes à la toute fin, rappelant et justifiant toute la démonstration.

    Du coup, l’air de rien, ce « The Gentlemen » parvient à m’apporter une réponse évidente à ma question du tout début : mais au fond, que trouve-t-on à ce Guy Ritchie.
    Eh bien justement, je pense qu’on y trouve ce petit plaisir à voir un sale gosse nous montrer qu’il pourrait faire un film léché et bien propre sur lui, mais qui nous envoie chier malgré tout en nous rappelant qu’au fond c’est tellement plus amusant de tout prendre avec dérision.
    Ça donne un côté absurde et dénué de sens aux choses de la vie, sans pour autant rompre avec cette envie brute et primale de vivre malgré tout.
    En d’autres mots, ça donne à Guy Ritchie un petit côté punk.
    Certes un punk qui a un peu vieilli et qui s’est assagi. Mais un punk malgré tout.
    Et certes, les punks, ça peut agacer, mais au fond, c’est aussi ça le charme de Guy Ritchie…


    Mais bon… Après ça ne reste que mon point de vue. Donc si vous n’êtes pas d’accord et que vous voulez qu’on en discute, n’hésitez pas et venez me retrouver sur lhommegrenouille.over-blog.com. Parce que le débat, moi j’aime ça… ;-)
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2595 abonnés Lire ses 5 199 critiques

    4,0
    Publiée le 6 février 2020
    Le film est un peu long à démarrer, les 20 premières minutes nous plonge dans un univers stylé et des personnages qui ont la classe même en jogging. Mais la mise en place est laborieuse et nous impose d'être patient. Scénario alambiqué et malin à la façon des meilleurs Guy Ritchie, on suit une intrigue à multiples rebondissements mais toujours cohérentes même si parfois c'est un peu poussif. Mais la vraie force du film réside dans ses personnages bien croqués et savoureux merveilleusement incarnés par des acteurs en grande forme et inspirés. Si Guy Ritchie n'est pas au niveau de l'effervescence de ses meilleurs films ça fait un bien fou de le revoir de nouveau encanaillé après la déception de ses derniers films.
    Site : Selenie
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 598 abonnés Lire ses 2 297 critiques

    2,5
    Publiée le 5 février 2020
    Mickey Pearson (Matthew McConaughey, aussi beau qu’élégant), le baron de la drogue à Londres, veut se retirer et jouir de la vie avec sa femme Rosalind (Michelle Dockery, l’aînée des trois sœurs de "Downton Abbey"). Un gangster chinois (Henry Golding, le gendre idéal de "Crazy Rich Asians") souhaite lui racheter son entreprise ; mais Mickey lui préfère un milliardaire américain.
    Un journaliste d’investigation (Hugh Grant qu’on ne présente plus) a vent de ces manoeuvres et veut faire chanter Raymond (Charlie Hunnan, la star de "Sons of Anarchy"), le bras droit de Mickey.

    On l’annonce urbi et orbi : Guy Ritchie est de retour. Après quelques détours hasardeux par Hollywood, le « Tarantino anglais », l’ex-mari de Madonna, ceinture noir de judo, ceinture marron de jiu-jitsu, revient à ce qui fit son succès au tournant du siècle : la comédie mafieuse.

    La bande-annonce donne le la. Humour britannique, violence cartoonesque, gangsters archétypaux. Tous les ingrédients semblaient réunis pour retrouver le succès de "Snatch" et d’"Arnaques, Crimes et Botanique".

    Il faut être cul-serré pour considérer que cette feuille de route n’est pas remplie. Les personnages sont croustillants, l’intrigue joyeusement alambiquée, les situations parfois désopilantes.

    Mais il faut être bien indulgent pour voir dans "The Gentlemen" un grand film. Les recettes qu’il utilise sont trop éculées pour créer la même surprise que celle éprouvée lorsqu’on découvrait les premiers films de Guy Ritchie. On passe un bon moment. On ne regarde pas sa montre. C’est déjà ça. Mais ce n’est guère plus.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top