Notez des films
Mon AlloCiné
    Antoinette dans les Cévennes
    note moyenne
    3,8
    1951 notes dont 298 critiques
    répartition des 298 critiques par note
    21 critiques
    120 critiques
    88 critiques
    47 critiques
    15 critiques
    7 critiques
    Votre avis sur Antoinette dans les Cévennes ?

    298 critiques spectateurs

    Richard L
    Richard L

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 51 critiques

    3,0
    Publiée le 19 octobre 2020
    Voilà un film sympa. Sorte de road-movie dans les montagnes françaises, d'une jeune femme intrépide avec un âne. Histoire qui nous fait penser immanquablement à la vache et le prisonnier ou autre trip bucolique du même acabit. Mais voilà le film pâtit d'un certain nombre d'imperfections. Le premier tier du film manque de dynamisme et le scénario a du mal à se lancer et nous convaincre de cette histoire un peu rocambolesque. Heureusement, après des débuts un peu difficiles, on adhère au destin loufoque de l'héroïne campée excellemment par Laure Calamy qui est une vraie révélation. Un joli film au final, un moment de détente agréable dans la nature sauvage des Cévennes.
    Paul B
    Paul B

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 195 critiques

    2,0
    Publiée le 21 septembre 2020
    L'apologie de la tromperie comme parti pris de cette parodie de comédie à l'eau de rose très peu drôle, extrêmement immorale, ennuyeuse par bien des aspects. C'est raté, ni plus ni moins.
    heleneclille7
    heleneclille7

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 29 critiques

    3,5
    Publiée le 20 septembre 2020
    C est frais, drôle, plein de bons sentiments. Enfin un vrai rôle pour Laure Calamy. Benjamin Lavernhe est toujours impec.
    Douc73
    Douc73

    Suivre son activité Lire ses 9 critiques

    4,0
    Publiée le 6 octobre 2020
    Film gai ,les acteurs sont épatants, Laure Calamy en tête. Cette histoire vous fait oublier vos soucis et donne la pêche. A consommer sans modération.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 415 abonnés Lire ses 3 177 critiques

    4,0
    Publiée le 23 octobre 2020
    Habituée aux seconds rôles, l’actrice Laure Calamy se voit offrir le rôle titre de “Antoinette dans les Cévennes”. Antoinette est maîtresse et entretient une relation avec le père d’un de ses élèves. Alors que Vladimir lui avait promis de partir en vacances avec elle, il lui apprend qu’il part en randonnée avec sa femme et son fils dans les Cévennes. D’un coup de tête Antoinette prend sa valise et décide, elle aussi, d’emprunter le chemin de Stevenson avec un âne, dénommé Patrick. Nous craignons sincèrement que la naïveté maladroite de l’actrice peine à tenir tout un film. Mea Culpa, “Antoinette dans les Cévennes” se révèle être une comédie drôle, juste et mélancolique. Laure Calamy exprime toute sa générosité dans un rôle épatant de spontanéité et de fraîcheur. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    Dandure
    Dandure

    Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 187 critiques

    4,0
    Publiée le 19 septembre 2020
    Attention cet avis comporte ce genre de: spoiler: c'est moi ou Jean-Pierre Martins est l'incarnation croisée et réussie de Marlon Brando et de Michael Madsen? Si l'amour est une aventure, le film de Caroline Vignal en fait vivre toute les étapes à son héroïne au cours d'une randonnée improvisée avec un âne pour directeur de conscience. Tout à tour, grave et léger, malaisant et libérateur, tragique et loufoque, l'écriture parvient à toujours se renouveler et à surprendre. Le casting, exactement dans le ton fait passer du rire aux larmes parfois dans la même séquence. Loin d'être une simple comédie, sous ses allures de western champêtre (merci la BO), Antoinette dans les Cévennes nous rappelle avec bonheur que la vie est un voyage.
    Ricco92
    Ricco92

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 1 494 critiques

    3,5
    Publiée le 20 octobre 2020
    Succès surprise d’une étrange période du cinéma marquée par l’épidémie du Covid 19, Antoinette dans les Cévennes est une sympathique comédie mettant en avant la beauté des montagnes françaises et le confort de vie lié à celles-ci. Sans être une œuvre réellement marquante, le film de Caroline Vignal est un petit moment de bonheur mené par une Laure Calamy qui peut se distinguer de son rôle de Noémie Leclerc de l’excellente série Dix pour cent. Ainsi, Antoinette dans les Cévennes se révèle une petite surprise qui dénote dans le cinéma français et qui est parfaite pour faire oublier son quotidien et donner l’envie de partir en vacances dans l’Hexagone, ce qui reste toujours une vraie qualité.
    Claudine G
    Claudine G

    Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 414 critiques

    3,0
    Publiée le 16 septembre 2020
    Film sympathique qui m'a fait découvrir les Cévennes que je ne connais pas et surtout cette amitié qui lie l'âne, Patrick, et Antoinette. C'est touchant, des moments drôles sans trop de longueurs (pour une fois). Un agréable moment.
    Cinememories
    Cinememories

    Suivre son activité 76 abonnés Lire ses 985 critiques

    4,0
    Publiée le 28 septembre 2020
    Vingt ans après « Les Autres Filles », Caroline Vignal revient derrière une caméra, pourvue d’un œil attentif, patient et précis. Le périple est long et douloureux pour cette réalisatrice qui se cherche et qui cherche quelque chose dans les Cévennes, à l’image de son héroïne passionnée et amoureuse. Le sujet libère ainsi les conflits d’une simple comédie et les richesses d’une grande aventure romantique. Vignal ne souhaite donc pas égarer le spectateur dans le décor, mais dans un portrait, celui d’une femme qui trébuche contre ses attentes et qui se dévoile dans sa quête initiatique. L’inspiration vient à la fois d’un Robert Louis Stevenson rêveur et de vacances inoubliables. Il faudra donc les deux pour que le récit nous propose ce que l’on a parfois du mal à décrocher à la sortie d’une séance, à savoir l’impulsion de l’émotion. Dès l’entrée, une chorale et une tenue enchantée s’accordent à rendre le romantisme audacieux et gênant. On en tire un profond sentiment de sincérité, celui que l’on conçoit naïvement dans un esprit qui ne pense plus qu’à agir et agir avec désir. Laure Calamy scintille alors en une Antoinette, fidèle à son amant marié. Le problème est rapidement identifié et la réalisatrice détourne malignement ce développement avec humour et un âne sur le gâteau. L’institutrice se lance alors dans une croisade extraordinaire, qui découle de sa fougue, de sa spontanéité et surtout de son excentricité. De ce fait, on insiste sur la caractérisation du personnage et de sa transformation. Ce qui nous intéresse n’est pas la destination d’Antoinette, ni de savoir ce qu’elle cueillera lors de ses randonnées, il s’agira bien du chemin qu’elle empruntera. Le parcours est parsemé de personnages, marquant des étapes dans une épopée tenant du merveilleux. La subtilité d‘écriture flirte d’ailleurs très souvent avec cette frontière, d’où la présence d’un âne qui offre une cure psychanalytique pour une Antoinette qui avance fièrement, malgré la douleur. L’espace des grandes plaines, des hauts plateaux, c’est le décor anxiogène de la femme libre, mais c’est également son impasse dans le sens où elle s’abandonne à la solitude, chose qu’elle ne supporte pas, chose qu’elle ne maîtrise pas. Son compagnon de route, Patrick, en témoigne et dégage toute la cocasserie touchante que l’on puisse attendre d’un être qui ne demande qu’à être aimé. Sa présence réconforte et sa présence invite à la réflexion, au rythme de nos pas, au rythme de nos peines. Finalement, il y a toujours un mal pour un bien et « Antoinette dans les Cévennes » s’en empare afin d’y injecter son message d’espoir et d’amour. Tout ne prend pas la forme attendue et c’est bien dans la surprise que le burlesque fonctionne et que le scénario séduit. Les vertus d’une marche est lourde de sens, à défaut de peser sur les mollets. Vignal illustre une introspection universelle dans sa description d’un couple et de l’amour qui régit ce dernier. Elle s’y emploie avec une sincérité et une sensibilité, qui ne manque pas détours révélateurs et salvateurs pour une héroïne qui n’as pas à douter ou avoir honte de sa personnalité et de sa féminité.
    AHEPBURN
    AHEPBURN

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 472 critiques

    3,0
    Publiée le 3 octobre 2020
    Le premier buddy -movie avec un âne. Agréable et très divertissant sans être un bon film. Parfait pour la famille ,un jour de pluie.
    circusstar
    circusstar

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 581 critiques

    4,0
    Publiée le 25 octobre 2020
    J'ai vraiment aimé. C'est le parcours initiatique de cette Antoinette, fraîche comme la rosée. Une vraie bouffée d'oxygène dans un décor majestueux. J'ai vraiment adoré !
    ANDRÉ T.
    ANDRÉ T.

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 393 critiques

    3,5
    Publiée le 26 septembre 2020
    Un peu méfiant, j’y suis allé! Et puis, le cadre magnifique des Cévennes, nous stimule…. et puis Laure Calamy …et Patrick, se disputent le « Prix d’interprétation » ! Pas un chef d’oeuvre mais une légèreté bienvenue, un ton libre et insolent….. une autre façon d’aborder le « triangle amoureux » et le « road movie » Comme j’ai aimé la scène d’explication entre les deux femmes……. Une restriction tout de même, Vladimir le mari n’en sort pas grandi ! (:-)) Une jolie surprise......
    Le petit Gabriel
    Le petit Gabriel

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 63 critiques

    4,0
    Publiée le 28 septembre 2020
    Un film drôle et touchant qui nous fait voyager aux côtés de Laure Calamy et de son âne Patrick dans une randonnée semée d'embûches, au sens propre comme au figuré. Très réussi.
    Ciné2909
    Ciné2909

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 1 431 critiques

    3,0
    Publiée le 20 octobre 2020
    L’idée de son film, la réalisatrice Caroline Vignal ne l’a pas cherché bien loin. Cette balade au coeur de la nature avec un âne, elle l’a vécu et c’est ainsi qu’a germé l’idée d’Antoinette dans les Cévennes. Une héroïne pour laquelle on se prend vite d’affection tant par sa spontanéité que par la naïveté qu’elle dégage d’autant plus que Laure Calamy en offre une interprétation parfaite. A l’instar de l’écrivain Robert Louis Stevenson, elle s’engage dans une marche qui va lui permettre d’en apprendre beaucoup sur elle-même. Et puis comment passer à côté de ce personnage atypique qu’est Patrick qui réussit l’exploit de repousser Benjamin Lavernhe au second plan ! Une comédie qui agit comme une jolie bulle d’oxygène à condition d’apprécier la comédienne car on ne voit qu’elle.
    cinesylvain
    cinesylvain

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 215 critiques

    3,5
    Publiée le 21 octobre 2020
    Un poil déçu par cette comédie qui fait une très jolie carrière au box-office si malmené en ce moment par la crise sanitaire, sans doute le besoin d'évasion et de détente des spectateurs qui franchissent toujours et heureusement les salles de cinéma. Certes, les paysages sont magnifiques, l'âne est adorable et forcément têtu, l'humour est présent et les rôles secondaires sont bien là, mais ce road-movie made in France ronronne un peu par moment, et ce malgré les qualités de l'actrice principale révélée au grand public avec l'excellente série télé Dix pour cent traitant du milieu du cinéma. Donc pour conclure plutôt rafraichissant dans son ensemble, mais au dénouement trop incertain à mon goût...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top