Mon compte
    Les Olympiades
    Note moyenne
    3,7
    35 titres de presse
    • CNews
    • L'Humanité
    • La Voix du Nord
    • Le Parisien
    • Les Echos
    • Ouest France
    • Positif
    • Voici
    • aVoir-aLire.com
    • 20 Minutes
    • Bande à part
    • Culturopoing.com
    • Femme Actuelle
    • Le Figaro
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Point
    • Marianne
    • Rolling Stone
    • Sud Ouest
    • Télé 2 semaines
    • Télé 7 Jours
    • Télé Loisirs
    • Télérama
    • Ecran Large
    • La Croix
    • Le Monde
    • Le Nouvel Observateur
    • Paris Match
    • Première
    • Cahiers du Cinéma
    • Critikat.com
    • Les Fiches du Cinéma
    • Libération
    • Transfuge
    • Les Inrockuptibles

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    35 critiques presse

    CNews

    par La rédaction

    Dans un somptueux noir et blanc, Jacques Audiard use d'une mise en scène mouvante et fluide, presque chorégraphique, qui sublime les petits riens du quotidien, les gestes, les regards, les hésitations, les désirs, les frustrations, les maladresses, les états d'âmes de ses personnages qu'il filme avec générosité, sans les juger ni les bousculer.

    La critique complète est disponible sur le site CNews

    L'Humanité

    par Sophie Joubert

    Interprétées par de jeunes acteurs presque inconnus, tous excellents, les Olympiades donnent une impression de légèreté, de fluidité qui tient aussi au montage serré et à des dialogues affûtés.

    La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

    La Voix du Nord

    par Christophe Caron

    Impossible de ne pas se laisser surprendre par l’étonnante modernité de cette peinture contemporaine des sentiments.

    La critique complète est disponible sur le site La Voix du Nord

    Le Parisien

    par Yves Jaeglé

    Dans le film d’Audiard, tourné en noir et blanc, leur graphisme - sur les boucles hypnotiques de Rone, petit génie de la musique électronique - devient l’écrin sublime d’une ronde amoureuse entre quatre jeunes adultes en quête d’eux-mêmes.

    La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

    Les Echos

    par Olivier De Bruyn

    Tourné dans un somptueux noir et blanc, ce film à la fois ludique et émouvant sur les sentiments et attirances à géométrie variable, séduit grâce à son invention esthétique qui sublime aussi bien les situations ordinaires que les nombreuses séquences sensuelles, filmées avec une intensité brûlante.

    La critique complète est disponible sur le site Les Echos

    Ouest France

    par Gilles Kerdreux

    C'est beau et émouvant.

    Positif

    par Adrien Gombeaud

    Les Olympiades réjouit, enchante, bouleverse. Audiard dresse le tableau d'un quartier parisien, d'une époque et d'une génération, mais creuse aussi des thèmes récurrents dans son œuvre.

    Voici

    par La Rédaction

    Une valse sentimentale contemporaine tendre et vivifiante, dans un noir et blanc somptueux.

    aVoir-aLire.com

    par Laurent Cambon

    Quand Jacques Audiard s’attaque à un genre nouveau, la comédie, non seulement il atteint son objectif avec grâce et délicatesse, mais en plus il grandit le cinéma d’amour.

    La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

    20 Minutes

    par Caroline Vié

    Des interprètes charismatiques nourrissent ce récit solaire tourné dans le 13e arrondissement de Paris.

    La critique complète est disponible sur le site 20 Minutes

    Bande à part

    par Olivier Bombarda

    Naviguant entre vivacité et désordre, le réalisateur interroge les nouvelles conventions de la vie amoureuse. Un film vif, interrogatif et instructif.

    La critique complète est disponible sur le site Bande à part

    Culturopoing.com

    par Bénédicte Prot

    À travers les parcours croisés de ses personnages, le film tisse un réseau de connections et d'échos superbement ouvragé, humain, vivant, à la fois réaliste/actuel et follement sentimental (...). On passe aux Olympiades un moment exquis.

    La critique complète est disponible sur le site Culturopoing.com

    Femme Actuelle

    par La Rédaction

    Un ballet tantôt drôle, tantôt grave, parfois cru et souvent cruel.

    Le Figaro

    par Etienne Sorin

    Au côté de Noémie Merlant, les débutants Lucie Zhang et Makita Samba crèvent l'écran, magnifiés par une mise en scène toujours fluide et élégante.

    La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

    Le Journal du Dimanche

    par Barbara Théate

    On s'amuse de cette valse des sentiments, élégante dans son noir et blanc et sa mise en scène fluide, qui se veut le reflet d'une nouvelle génération qui exige tout sans rien donner.

    La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

    Le Point

    par Jean-Luc Wachthausen

    Retour gagnant pour Jacques Audiard et ses Olympiades, conte moderne sur une jeunesse un brin déboussolée.

    Marianne

    par Olivier De Bruyn

    Avec ces protagonistes issus de diverses origines (incarnés par Noémie Merlant et deux belles révélations, Lucie Zhang et Makita Samba), Jacques Audiard, dans un somptueux noir et blanc, dresse le portrait doux-amer d’une certaine jeunesse française.

    Rolling Stone

    par La Rédaction

    Une cartographie non seulement du 13e arrondissement de Paris, mais aussi de la vie sexuelle de ses personnages. Beaucoup de dialogues : coécrit avec Céline Sciamma et Léa Mysius, le scénario ne manque pas d’humour ni de piquant.

    Sud Ouest

    par Sophie Avon

    Ce qui frappe immédiatement dans le film est ce défi paisible d’un cinéma nourri de visages nouveaux, d’acteurs peu connus et dont le décor, cette ville en mouvement, est un pur espace romanesque saisi en noir et blanc.

    Télé 2 semaines

    par Émilie Leoni

    Très actuel, ce film tiré des comics d’Adrian Tomine séduit par sa musique enivrante et son ton juste.

    Télé 7 Jours

    par Laurent Djian

    D’une sensualité enivrante, ce chassé-croisé, filmé en noir et blanc, éblouit par son mélange d’acuité et de drôlerie, et par ses acteurs époustouflants de naturel.

    Télé Loisirs

    par Émilie Meunier

    Au milieu de barres d'immeubles impersonnelles filmées en noir et blanc, Jacques Audiard dépeint avec tendresse les désillusions de la vie d'adulte.

    Télérama

    par Jacques Morice

    Une comédie voluptueuse doublée d’un conte moral, à l’esprit Nouvelle Vague.

    La critique complète est disponible sur le site Télérama

    Ecran Large

    par Simon Riaux

    À vouloir prendre la température des trentenaires parisiens en les hybridant avec plusieurs bandes-dessinées américaines, avec la participation au scénario de deux des plus intéressantes cinéastes hexagonales, Audiard expérimente et tâtonne, mais réussit rarement.

    La critique complète est disponible sur le site Ecran Large

    La Croix

    par Céline Rouden

    Le noir et blanc et le décor très graphique de ce quartier de Paris lui donne un caractère universel, naviguant entre souvenirs de la nouvelle vague et hypermodernité. Dommage que la volonté d’y concentrer toutes les thématiques qui agitent la société d’aujourd’hui donne à cette chronique générationnelle une fonction par trop programmatique.

    La critique complète est disponible sur le site La Croix

    Le Monde

    par Clarisse Fabre

    Le film, qui capte l'air du temps, révèle de brillants acteurs.

    Le Nouvel Observateur

    par Sophie Grassin

    « Les Olympiades » a quelque chose d’énergisant. Il capte une manière d’être, de se chercher, de se mouvoir. Oppose à la mélancolie désabusée la quête de la sensualité et l’érotisme des corps. Aussi modeste soit-il, et d’ailleurs revendiqué comme tel, le geste a de la gueule.

    La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

    Paris Match

    par Karelle Fitoussi

    Une rom-com au noir et blanc rutilant, qui se voudrait odyssée du cœur et des corps (étirée en longueur) mais peine à s’affranchir d’une photogénie et d’une narration de série télé.

    La critique complète est disponible sur le site Paris Match

    Première

    par Thierry Chèze

    On peut totalement passer à côté mais quand il vous atteint, vous oubliez instantanément ses défauts, ses approximations, ses tics de réalisation un peu appuyés pour ne retenir que ces coeurs et ces corps qui vous manquent dès le mot de fin apparu à l'écran.

    La critique complète est disponible sur le site Première

    Cahiers du Cinéma

    par Yal Sadat

    La France des Olympiades est comme on dit « hors sol » – expression fourre-tout se prêtant aux pires clichés. De fait, le film ne manque pas de collectionner, sans craindre le radotage lénifiant, les situations pointant l’incommunicabilité dont souffre la génération de l’amour en haut débit.

    Critikat.com

    par Hugo Mattias

    Un objet paradoxal, à la fois intemporel et soucieux de refléter (maladroitement) son époque, ancré dans un territoire et pourtant toujours légèrement hors-sol.

    La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

    Les Fiches du Cinéma

    par Nicolas Marcadé

    Tous les thèmes de l’époque brassés dans le grand mixeur d’une tour du XIIIe arrondissement, et nappés d’un luxueux noir et blanc. En faisant dans le joli, le sympa et le contemporain à tout prix, Jacques Audiard se perd complètement de vue.

    La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

    Libération

    par Sandra Onana

    Si l’on se sent finalement peu concerné par l’issue des idylles des Olympiades, c’est qu’elles ressemblent bien trop aux prétextes d’un projet de mise en scène et de positionnement fabriqués, où les intentions positives affichées comptent finalement plus que les expériences traversées.

    La critique complète est disponible sur le site Libération

    Transfuge

    par Frédéric Mercier

    À vouloir trop embraser de sujets avec une certaine légèreté badine, aucun ne semble jamais traité, d’autant que le film regorge de clichés que l’on croirait sortis d’un autre temps.

    Les Inrockuptibles

    par Jean-Marc Lalanne

    Ultra-volontariste dans ce désir d’être en tout synchrone, le film peine à dépasser la simple accumulation des signes de l’époque. Et on glisse sur sa surface comme comme on swipe sur un écran tactile.

    La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top