Mon compte
    Suez
    note moyenne
    3,5
    7 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Suez ?

    3 critiques spectateurs

    5
    1 critique
    4
    1 critique
    3
    1 critique
    2
    0 critique
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3 961 abonnés Lire ses 7 critiques

    3,0
    Publiée le 19 septembre 2015
    Tant pis si la rigueur historique n'est pas vraiment de mise, d'autant qu'on échappe pas vraiment à quelques raccourcis et caricatures parfois légères (ça reste la France vue par les américains !). On préfère retenir un récit doté d'un certain souffle, mélangeant habilement beau spectacle populaire (décors, costumes, photographie, effets spéciaux) et dimension instructive concernant un événement capital du XVIIIème siècle dont on ne connaît pas toujours bien l'histoire, notamment dans sa construction ou les subtiles et complexes négociations politiques à travers différents pays, décrites de façon plutôt subtile ici. Avec en prime deux scènes assez impressionnantes, dont la principale reste évidemment spoiler: « l'attaque » du chantier par le cyclone
    , moment de bravoure faisant assez forte impression, même 77 ans plus tard. Enfin, si Loretta Young et surtout Annabella sont charmantes, on retiendra surtout Tyrone Power, formidable en Ferdinand de Lesseps particulièrement idéalisé, mais doté d'un tel charisme que cela a en définitive peu d'importance... Bref, malgré une certaine « décontraction » vis-à-vis des faits, l'œuvre n'en reste pas moins séduisante et non dénuée d'une certaine force émotionnelle : à découvrir.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 640 abonnés Lire ses 3 critiques

    4,0
    Publiée le 31 août 2015
    Allan Dwan l'homme aux mille films comme il se faisait appeler en raison de sa très riche carrière au temps du muet où il avait dirigé les plus grandes stars, de Gloria Swanson à Douglas Fairbanks en passant par Mary Pickford ou Norman Talmadge, met en scène le jeune Tyrone Power nouvelle trouvaille de la Fox que Zanuck entend bien ériger en rival d'Errol Flynn, le sautillant bretteur de la Warner, héros des films de capes et d'épées de Michael Curtiz. A ses côtés, Annabella vedette française qui remplace Simone Simon prévue initialement et Loretta Young star incontestée du studio. Philip Dune futur réalisateur, ici scénariste, concocte un savoureux mélange entre biographie historique romancée comme il était de mise à l'époque d'en proposer à un public encore assez crédule ("La vie de Louis Pasteur'" (1936), "La vie d'Emile Zola" (1937) ou "Juarez" (1939) de William Dieterle) et film catastrophe dans la lignée de "San Francisco" (W.S. Van Dyke en 1934) ou de "L'incendie de Chicago" (Henry King en 1938). Tous les ingrédients sont là, entre exotisme, trio amoureux, contexte historique intense et bravoure pour que la cible visée soit atteinte. C'est plutôt à Henry King au sein de la Fox que ce type de film était confié mais Allan Dwan qui n'est pas un habitué du genre malgré un éclectisme et une expérience déjà éprouvée se charge avec un très grand professionnalisme de faire monter la mayonnaise. Il le fait très sobrement laissant parler les décors somptueux et le jeu des acteurs qui ne tombe pas dans l'emphase propice au sujet, hormis peut-être une Annabella et un Sig Rugman (son grand-père dans le film) à la limite quelquefois de la niaiserie. Le clou du film est bien sûr l'attentat commis par les anglais défavorables au projet de Ferdinand de Lesseps, suivi de la tempête de sable qui finit de montrer combien les éléments se sont acharnés contre ce projet surhumain. On notera aussi que Dwan n'oublie pas que le charme ténébreux de Tyrone Power n'est pas sans rappeler celui de Rudolph Valentino disparu tragiquement douze ans plus tôt, reproduisant dans le désert de Californie quasiment à l'identique une scène du "Fils du Sheik" de George Fitzmaurice (1926). Un film injustement oublié que les Editions Sidonis ont eu la très bonne idée de ressortir en DVD avec des commentaires très instructifs mais aussi un peu contradictoires d'Yves Boisset, Patrick Brion et François Guérif.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 371 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 22 août 2015
    Peu importe la vérité historique, que notre '' Prince Président '' soit une fois de plus sali, que ''de Lesseps'' n'ai jamais approché Eugénie de Montijo et que sa secrétaire n'ait jamais existé. Seul compte ce magnifique cinéma aux décors et aux habits de rêve, à la mise en scène somptueuse, aux accents lyriques et tragiques…Nous vivons un conte entre l'incomparable Loretta Young, la charmante Annabella et l'impeccable jeûne premier Tyrone Power; tout cela dans un noir et blanc aussi étincelant que la technicolor de ''Autant en emporte le vent'' son contemporain. Ce film rare vient de sortir en DVD et pour les cinéphiles à l'ancienne, c'est une occasion à ne pas rater. Une lecture concomitante de la vie réelle passée des quatre personnages principaux n'est nullement incompatible, au contraire c'est même la meilleure façon que je connaisse de retenir l'histoire de France. Ce que le cinéma américain nous emprunte, il nous le rend transcendé en septième art, il suffit de l'accepter et de s'en convaincre pour en être heureux. Deux passages ''grands spectacles''auraient auraient sans doute gagné en beauté avec la couleur : la tempête de sable et l'orage suivi de l'arc en ciel symbolique mais peu de réalisateurs ont osé ce mélange. En dehors du romantisme inabouti  (cela aurait été trop gros)il faut retenir le creusement du canal qui donne une image assez exacte du gigantesque travail accompli et de l'amitié réelle qui unissait de Lesseps à Saïd Pacha .
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top