Mon compte
    Furie
    note moyenne
    4,1
    447 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Furie ?

    54 critiques spectateurs

    5
    22 critiques
    4
    24 critiques
    3
    6 critiques
    2
    1 critique
    1
    1 critique
    0
    0 critique
    lilybelle91
    lilybelle91

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 914 critiques

    4,0
    Publiée le 24 février 2011
    Excellent drame sur l'auto-justice, plus méconnu mais aussi bon que "12 hommes en colères" !
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 2 054 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 3 octobre 2009
    Chef d'oeuvre de Fritz Lang, très sombre, superbement réalisé dans un noir et blanc magnifique. La fin aurait gagné à être plus sombre comme celle de la rue rouge par exemple… Mais comment s'attarder sur la dernière minute du film alors que tout le reste est un exemple, un véritable modèle à suivre encore de nos jours.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 371 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 20 février 2015
    Encore un film à thème mais quel thème! Quasiment universel et encore plus fréquent qu'ailleurs dans l'Amérique du début du 20 ième siècle : le coté hystérique et bestial d'une foule comparée à une meute de loups. Pour enrichir encore plus le contenu de son propos Lang ajoute une deuxième thème qui est la conséquence des effets du premier : les dégâts collatéraux irréversibles subis par une victime innocente. Il en ressort un film extrêmement édifiant et convaincant dans lequel on retrouve tout le talents et les excès du réalisateur. Spencer Tracy y tient une grande place, ses qualités de comédien sont bien utiles dans ses deux rôles, celui du candide puis celui du méchant; il y est parfait. Sylvia Sydney se remarque forcement bien que son rôle ne soit pas essentiel, Lang la filmant avec amour. ''Furie''est avant tout un film fort dont le sujet dépasse les acteurs puisque il s'agit pour l'homme de résister à ses pulsions et Lang excelle dans ce domaine depuis M le maudit dont il poursuit le réalisme. Les scènes de la foule sortant paniquée du tribunal, suite à la projection des images du lynchage, en sont un témoignage éloquent. Une fois de plus le cinéma des grands maitres constitue les meilleures leçons de vie qui soient si on prend la peine de retenir ce qu'il se passe derrière les images et les propos. Mieux c'est filmé, plus c'est éducatif donc directement profitable pour acquérir sagesse et sérénité.
    nekourouh
    nekourouh

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 689 critiques

    4,5
    Publiée le 27 août 2011
    Plaidoirie de grande qualité avec une mise en scène ambitieuse et un scénario très bon.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 463 abonnés Lire ses 3 critiques

    4,5
    Publiée le 25 novembre 2010
    Un pompiste injustement accusé d'enlèvement est victime d'un lynchage de la part de la population locale... C'est en 1936 que Fritz Lang réalisera un de ses chef d'oeuvre, et qui restera aussi comme son premier film produit pour les studios américains. Cette histoire de vengeance - qui est un des thème préféré du réalisateur - est vraiment passionnante, et le tout se suit avec beaucoup d'intêret grâce, d'une part, à une mise en scène très sombre mais d'une grande maîtrise et d'une réelle efficacité, et d'autre part, grâce évidemment à la très grande performance de Spencer Tracy qui est totalement ancré dans son personnage. A ses côtés, nous retrouvons la charmante Sylvia Sidney qui s'avère bien émouvante dans le rôle de sa femme, mais aussi un certain Walter Brennan dans un second rôle très intéressant. Il y a dans ce film, certaines séquences qui sont assez inoubliables ( notamment celle concernant l'incendie de la prison qui reste encore aujourd'hui bien marquante ), et le tout est emmener par une magnifique photographie en noir et blanc de Joseph Ruttenberg qui tient en haleine le spectateur du début jusqu'à une fin mémorable. Du très grand cinéma donc et qui se regarde avec grand plaisir à chaque vision.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2 849 abonnés Lire ses 5 critiques

    5,0
    Publiée le 19 août 2013
    Dès sa 1ère réalisation américaine Fritz Lang frappe fort en signant un grand film très noir. Spencer Tracy est formidable dans la peau de ce pauvre bonhomme se trouvant mêlé dans une impitoyable furie qui va le transformer. Du grand art, un film admirable et marquant et il est regrettable qu'ensuite très peu de ses réalisations américaines soient aussi réussies.
    Misoramengasuki
    Misoramengasuki

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 399 critiques

    3,5
    Publiée le 9 août 2010
    Le film a un côté "exercice de style" qui empêche de le considérer véritablement comme un grand chef d’œuvre : la démonstration est vraiment scolaire, le trait très appuyé. Il n’empêche qu’on est toujours aussi admiratif devant la maîtrise de Fritz Lang, la pertinence de son propos, la noirceur de son regard sur l’âme humaine, qui parvient à contaminer chaque instant du film. Son indépendance d’esprit, aussi : pour une première œuvre sur le sol américain, le moins qu’on puisse dire est qu’il ne donne pas dans la complaisance à l’encontre de sa terre d’asile ! Même dans un genre aussi convenu aujourd’hui que le film de procès, il parvient à nous surprendre avec le redoutable stratagème mis au point par le procureur pour dévoiler la conspiration du mensonge et du silence des témoins du lynchage. Spencer Tracy est immense, parvenant à camper avec autant de conviction l’amoureux transi que la victime ivre de vengeance à l’encontre de ses bourreaux. Quant à Sylvia Sydney, on aura la surprise de la retrouver plus de cinquante ans plus tard dans... "Beetlejuice" et "Mars attacks !" (eh oui !). Comme quoi jouer les fiancées modèles, même un peu falotes, ça conserve !
     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 373 abonnés Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 16 septembre 2013
    Fritz Lang frappe fort pour son premier film outre-Atlantique, en s'attaquant à la valeur de la justice américaine, et plus précisément, à la punition que mérite le lynchage. Mais le film va encore plus loin en questionnant la compatibilité de la justice et de la vengeance (on ne dévoilera alors pas la surprise scénaristique qui permet cette réflexion). Cette idée divise les personnages, mais aussi le spectateur, ce qui rend le débat encore plus passionnant. Lang ne choisit jamais son côté (les lyncheurs ou la victime), mais demeure presque dans une position attentiste, et alors, il ne se place jamais comme un tyran qui imposerait sa propre vision. Il place le spectateur face à sa conscience, et le laisse pleinement délibérer. Un tour de force brillant, à la chute mémorable.
    Redzing
    Redzing

    Suivre son activité 521 abonnés Lire ses 3 critiques

    4,0
    Publiée le 6 novembre 2021
    Honnête travailleur injustement accusé d’un crime, Joe est arrêté par un shérif local. Il a beau clamer son innocence, le bouche à oreille et l’image laxiste de la police vont conduire la ville tout entière à vouloir le lyncher sans sommation… Après avoir fui le nazisme, Fritz Land débarque aux Etats-Unis, et ne fait pas dans la demi-mesure pour son premier film tourné sur place. Cette œuvre féroce, où tout le monde en prend pour son grade, tacle fortement le système américain. L’honnêteté et le rêve américain ne paient pas, les policiers sont expéditifs, la justice est déconnectée des réalités, les politiciens sont égoïstes, les journalistes sont voyeurs. Mais surtout, les individus sont des bêtes (dans tous les sens du terme). Il suffira d’un mélange de stupidité collective, d’ennui, de bouche à oreille hypocrite, et de l’image d’un système judiciaire laxiste, pour mettre le feu aux poudres. Le tout filmé avec beaucoup d’intelligence… et de vitriol, dont plusieurs parallèles osés. On pense aux bourgeoises hautaines de la ville comparées à des poules qui caquètent, ou aux policiers qui arrêtent notre héros littéralement sur la base de cacahuètes (en anglais, « peanuts » signifie aussi « insignifiant »). Une vision pessimiste, qui n’a jamais été autant à propos, quand on voit aujourd’hui certaines vindictes populaires sur les réseaux sociaux, basées sur une simple image ou une information douteuse. On peut aussi y déceler quelques éléments de critiques ou références au nazisme, avec ces images de buildings en flammes devant un public en liesse, évoquant les autodafés de livres, ou ces gros plans sur les visages faisant penser au cinéma expressionniste des années 20/30. Spencer Tracy est quant à lui fort convaincant en Américain modeste, qui va devenir mauvais en voyant s’effondrer la confiance qu’il avait mis dans le système. On repère tout de même quelques lueurs d’espoir. spoiler: Si le happy-ending a été imposé par le studio (Fritz Land souhaitait que le protagoniste soit en réalité bel et bien coupable !),
    il y a l’idée que le cinéma, même apporté par des individus peu scrupuleux (la presse) peut apporter une vérité, avec une séquence de mise en abîme originale pour l’époque. « Fury » est donc une œuvre maligne, qui n’a rien perdu de sa force, bien au contraire.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 444 abonnés Lire ses 3 critiques

    4,5
    Publiée le 19 avril 2018
    (...) En soi, le film est hyper intéressant, développant en creux quelques thèmes intéressants.Il y a déjà celui de la foule meurtrière. Toute la montée en puissance de la rumeur, ainsi que de l'échauffement des pulsions, est absolument magistrale. Au détour d'une séquence géniale, Lang montre donc comment, avant l'apparition des réseaux sociaux, on pouvait communiquer une information, qui se dégrade peu à peu, au fur et à mesure des transmissions et surtout, des transmetteurs (une commère qui cherche à se faire mousser alors qu'elle ne sait rien, des données erronées qui circulent). Le sommet de l'ironie est atteinte quand les habitants interrogent le malheureux adjoint du shérif, point de départ involontaire de la rumeur. Ce dernier dit alors la vérité, avant de se faire traiter de menteur par les habitants, lui répliquant que, eux, savent très bien de quoi il en retourne. Ahurissant, et terriblement authentique. Une fois la foule lâchée, le film vire alors au thriller intense, avec le pauvre Joe qui entend alors les habitants réclamés sa tête. Tandis que le shérif exhorte ses concitoyens (et électeurs, une donnée bien exploitée par quelques dialogues du film) à renter chez eux, on assiste à un moment hallucinant, celui où une femme vient dire à son mari que s'il persiste à protéger un meurtrier, elle le quittera ! Puis vient l'escalade de la violence, avec en toile de fond l'incompétence et le manque de discernement des politiques (un sujet malheureusement trop peu traité par le film). Le procès se révélera lui aussi un bien beau morceau de bravoure, avec quelques scènes épiques ainsi que les inévitables retournements de situation. Témoin et malgré tout acteur du procès de ses "meurtriers", Joe manipule donc l'issue des débats. Effondrée, la pauvre Katherine se bat quant à elle pour faire vivre sa douleur, un moment poignant, jouée à la perfection par l'actrice Silvia Sydney lors de sa comparution face à l'avocat de la défense. Il reste pour moi une petite faute de goût, c'est le passage où un film d'actualité est apporté comme preuve d'inculpation des prévenus, ce dernier ayant un montage bien trop cinématographique et trop peu réaliste pour être un reportage d'actualité censé être pris sur le vif. Visuellement, la patte de Lang est bien visible, avec notamment tout ce que son style expressionniste peut apporter aux cadrages et aux éclairages. On a ainsi droit à des visages bien découpés par les ombres, ces dernières apportant un certain cachet à certaines images fortes du film. Et puis, il y a le formidable plan où Joe est "hanté" par son acte, avec les quelques visages en surimpression qui l'entourent. Un plan qui vaut mille mots et qui résume parfaitement l'état émotionnel et psychologique du personnage. La critique complète sur thisismymovies.over-blog.com
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 393 abonnés Lire ses 3 critiques

    3,5
    Publiée le 7 août 2016
    Erreur judiciaire, procès, cavale et vengeance. Les ingrédients du film noir sont bien là et le film gagne encore plus en noirceur vers la fin où l'homme justement devient sans pitié pour ses assaillants, une vraie fureur jusqu'au renversement final qui ne peut éviter le côté moralisateur.
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 149 abonnés Lire ses 3 critiques

    4,0
    Publiée le 15 janvier 2022
    Premier film américain de Fritz Lang, un drame puissant qui dresse une vision pessimiste de la nature humaine, servi par une mise en scène brillante et une interprétation intense.
    Henrico
    Henrico

    Suivre son activité 83 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 5 septembre 2020
    Trop fort ce premier Fritz Lang chez nos amis ricains ! Par cette satire sociale, en apparence assez conventionnellement traitée, du point de vue de la mise en scène, le maître dénonce avec une finesse inouïe de nombreux travers de la société américaine. A commencer par l’hypocrisie religieuse ambiante, capable de freiner toute tentative d’ouverture, même dans l’éducation, et capable aussi d’apporter la sérénité collective, même en ayant commis les pires actes (ex : les accusés et leur famille avant et pendant le procès). Est évoquée aussi l’intransigeance des américains vis-à-vis des étrangers et leur complaisance vis-à-vis d’eux-mêmes s’agissant de l’ignorance de leurs propres institutions (ex : répliques de Mr Svan, le coiffeur scandinave, au sujet de la constitution américaine). Le cynisme des politiques n’est pas occulté (usage courant de briseurs de grèves, fréquent recours à la méthode du pourrissement de situation, etc…). Le coeur de la critique, le lynchage, est dénoncé lui, sous tous ses aspects. Dans le film, l’histoire, en effet, ne concerne que des blancs, dont beaucoup furent victimes de ces pratiques, mais la courte scène du passant noir qui détale en voyant la populace menaçante déchaînée, ne passe inaperçue à aucun spectateur qui ne peut ignorer que ces pratiques ont causé la mort atroce de plusieurs centaines de milliers de noirs du sud et perduraient encore trente ans après la sortie du film. Le fait que ce film, avec un fond si subversif, ait pu « passer » à l’époque, nous dit déjà beaucoup sur le génie de Lang.
    PierreTwo
    PierreTwo

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 33 critiques

    5,0
    Publiée le 6 janvier 2016
    Passionnant, haletant; prenant; j'aimerais que les films que je vois au ciné et qui durent 2h45 soient aussi bons et efficaces que celui-là de 1h30!
    Et il est encore tant d'actualité: plein de sujets de société abordés sans lourdeurs aucune.
    Un lynchage avait lieu tous les 3 jours à l'époque aux Etats-Unis comme il y a sans cesse de nos jours des massacres commis par des gens armés.
    Le chien "Rainbow" aussi est génial: j'adore la scène où il trouve ce chien alors qu'il vient de laisser sa petite amie à la gare "you look the way I feel, lonely and small".
    Aussi, c'est plutôt malin et original d'avoir utilisé le chien comme marquage du temps qui passe: on la voit plus tard avec des puppies donc on comprend que des mois sont passés.
    Grouchy
    Grouchy

    Suivre son activité 86 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 1 mai 2013
    Reprenant la plupart des thèmes de M. le Maudit, Lang lance un cri contre la rage humaine, qui se laisse emporter par ses pulsions et par une fausse justice qui est en réalité la vengeance. Les rôles sont progressivement inversés, la foule violente est innocente et le prisonnier présumé mort ( incarné avec brio par Tracy ) innocent à la base se laisse absorder à son tour par la haine et le désir de la mort. Le remords et la folie l'emporteront, la prise de conscience de l'éloignement de l'humanité le remettront sur le droit chemin. Lang traite avec justesse et excellence ces thèmes dans le scénario très travaillé et avec une réalisation riche rappelant ses films muets. Il dévoile un de ses films les plus poignants et un des meilleurs films à procès.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top