Mon compte
    The Lodger: A Story of the London Fog
    note moyenne
    4,0
    187 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur The Lodger: A Story of the London Fog ?

    36 critiques spectateurs

    5
    5 critiques
    4
    16 critiques
    3
    9 critiques
    2
    4 critiques
    1
    0 critique
    0
    2 critiques
    real-disciple
    real-disciple

    Suivre son activité 52 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 13 octobre 2012
    Inspiré par Murnau, Hitchock nous livre à 26 ans son premier chef d'oeuvre.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 4 juillet 2018
    Le scénario est bien prometteur, le début de carrière de réalisateur dans un film muet pour Alfred Hitchcock commence bien avant les chef-d’œuvre du parlant, son suspense est garantit jusqu’à la fin. La musique est indissociable sans être indispensable, l’ajout de son moderne apporte une touche de romantisme dans cette intrigue dramatique, ça donne du rythme à une époque faisant partie du musée d’histoire du cinéma. Un genre éphémère et révolu, pas de tension palpable ni d’émotion ressentie, l’essentiel se lit dans le visuel.
    annatar003
    annatar003

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 852 critiques

    2,0
    Publiée le 14 juin 2012
    Premier vrai film de maître du suspens qui reprend le mythe londonien de Jack l’éventreur, "The Lodger : A Story of the London Fog" montre déjà beaucoup d'éléments qui formeront avec les années la marque de fabrique d'Alfred Hitchcock.
    Sorti dans les années 20, ce film muet qui raconte les meurtres successifs d'un certain Vengeur qui agit dans la noirceur de Londres déçoit. Bien que sa mise en scène soit encore imprégnée de l'expressionnisme allemand, "The Lodger : A Story of the London Fog" se remarque surtout par son scénario lent et peu accrocheur. Ne proposant qu'une percé affreusement lente dans le récit en ne nous révélant que des indices peu utiles à la compréhension de l'énigme, Hitchcock lutte pour dénicher son fil conducteur qui se dissimule ennuyeusement jusqu’au dénouement final. De son côté, Ivor Novello, dont les prestations sont souvent louées, se démarque de ses collègues mais forcément dans le positif. Donnant souvent l'impression de surjouer plus qu'il ne devrait, l'acteur gallois alourdit l'atmosphère et désintéresse vite le spectateur qui tente désespérément de trouver un autre compagnon de voyage, en vain.
    Pour faire court, "The Lodger : A Story of the London Fog" permet de découvrir les blondes d'Hitchcock, les faux coupables, l'influence pas toujours bénéfiques de la police...bref tous les thèmes de prédilection du futur Sir britannique. Ce sont pour ces raisons d'ailleurs que la déception est si grande à l'arrivé de "The End". Levant le rideau sur un scénario peu immersif au rythme cassé, ce premier vrai film laisse entière place à ses descendants.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 16 novembre 2009
    Il y a déjà dans ce film les éléments que le réalisateur utilisera durant toutes sa carrière, il lui reste à rajouter de l'humour et à peaufiné sa technique.
    Xyrons
    Xyrons

    Suivre son activité 446 abonnés Lire ses 3 critiques

    4,0
    Publiée le 22 avril 2009
    Ce film culte doit être vu au moins une fois dans sa vie. Alfred Hitchcock a encore réalisé une belle performance avec ce film original et qui montrera la voie à d’autres réalisateurs dans le future. Un film original, et connu de tous qui fait encore parler de lui aujourd’hui. 15 / 20.
    Mosse.
    Mosse.

    Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 445 critiques

    3,5
    Publiée le 22 juillet 2010
    1927, 3ème film pour Alfred Hitchcock, qui nous démontre déjà avec The Lodger toute sa maitrise du 7ème art.
    Par une phrase redondante, il installe un suspense, avec de la pâte à biscuit, il nous conte une histoire d 'amour déçue ( le film est bien entendu muet ), avec son philtre bleu pour les extérieurs, il donne le réel sentiment d'oppression et de peur que ressentirait chacun à se promener dans une ville aussi glauque que le Londres qu'il nous dépeint,... Et par des plans astucieux qui ne dévoilent jamais l'identité de l'assassin, il laisse planer le doute jusqu'à la fin, jusqu'au Twist-ending inattendu mais génial.
    Simple, intriguant, envoûtant, avec un Ivor Novello excellent, on ne voit pas le temps passer, Hitchcock nous offre son premier grand film !
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2 202 abonnés Lire ses 4 critiques

    4,0
    Publiée le 26 juin 2010
    Considéré comme le premier véritable film d'Hitchcock, "The Lodger" porte déjà l'empreinte du génie du réalisateur. Sa maîtrise du suspense était déjà unique et son goût des scènes mémorables présentes comme le montrent la séquence du lynchage ou encore la première apparition du "Lodger". L'éclairage, qui n'est pas sans rappeler l'expressionnisme, est magistralement utilisé pour accentuer ces deux aspects tout comme l'est l'ambiguïté qui ressort de l'interprète principal Ivor Novello. Et Hitchcock fait apparaître minutieusement ses effets et ses rebondissements pour rendre son film prenant du début jusqu'à la fin. Ce film peut être considéré comme un véritable coup de maître.
    titusdu59
    titusdu59

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 696 critiques

    3,0
    Publiée le 12 mai 2011
    "The lodger" est considéré comme le premier film d'Hitchcock caractéristique de son style. Alors faire un film à suspense à l'époque du muet, c'est un pari audacieux, et on aurait pu penser que le film serait peu intense. Et pourtant, la mise en scène de Hitchcock est très fluide, et les jeux d'ombre, presque expressionnistes, donnent une atmosphère plutôt inquiétante, mais en même temps intrigante aux faubourgs ainsi sublimés de Londres. Effectivement, le film a vieilli, mais il n'en reste pas moins intéressant, et même doublement, dans la mesure où on découvre le maître du suspense à des débuts. En plus il nous gratifie d'un petit twist fort étonnant, pour boucler ce petit thriller plus moderne qu'il ne semble l'être.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 634 abonnés Lire ses 3 critiques

    2,5
    Publiée le 9 août 2009
    Les débuts d’Hitchcock puisqu’il s’agit de son 3ème film. Toutes les obsessions sont déjà là , les blondes, les innocents faussement accusés ,les menottes,… Par contre on voit que les moyens sont dérisoires et on est loin , très loin de la perfection atteinte par Murnau , Lang ou Eisenstein. Il restait donc beaucoup de chemin à parcourir pour Alfred qui se rattrapera par la suite et de brillante manière. On arrive à suivre l’intrigue malgré l’obstacle du muet et c’est là l’essentiel. A noter la première apparition d’Hitchcock dans un de ses films. La musique très enlevée est peu appropriée au genre.
    Ykarpathakis157
    Ykarpathakis157

    Suivre son activité 336 abonnés Lire ses 10 critiques

    0,5
    Publiée le 10 mai 2021
    Considéré comme un classique par la plupart des gens simplement parce que c'est le premier film à suspense d'Alfred Hitchcock. Malheureusement The Lodger est presque totalement dépourvu de finesse d'exécution. Inspirée des meurtres de Jack l'Éventreur l'histoire est centrée sur une famille qui recueille un jeune homme mystérieux au milieu d'une série de meurtres dans la ville. C'est un film peu engageant et lent qui traîne en longueur à mesure que la famille commence à soupçonner le jeune homme d'être le tueur. Le suspense augmente au fur et a mesure de l'histoire mais pas le nôtre. Le film s'accélère gentiment dans les vingt dernières minutes grâce à quelques rebondissements et à un petit ami détective jaloux mais ce n'est pas suffisant pour sauver le film car il est trop tard...
    Buzz063
    Buzz063

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 919 critiques

    4,0
    Publiée le 10 février 2010
    Pour son second film, "Hitch" fait déjà preuve d'un grande assurance et d'une maitrise certaine du récit. Il sait déjà comment manipuler le spectateur (le locataire, coupable ou innocent ?) et tente des innovations (le plan où le plafond devient transparent). Certains thèmes sont déjà là (l'innocent accusé à tord). Le film me rappelle Fenêtre sur cour: soupçon porté sur le locataire ou sur le voisin et dans les deux cas le mystère policier sert avant tout de prétexte pour étudier les personnages, d'ailleurs à aucun moment on ne voit le véritable tueur dans The Lodger.
    Cyril J.
    Cyril J.

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 625 critiques

    3,5
    Publiée le 26 juillet 2017
    Malgré encore une traduction française navrante, pour The lodger, voici l’histoire d’un assassin en série de femmes blondes qui terrorise Londres en en massacrant une chaque mardi. Dans le même temps un jeune homme ombrageux prend pension dans une maison tenue par un couple âgé et leur fille, ravissante jeune femme blonde, qui semble le fasciner et lui rendre d’ailleurs son attirance, malgré qu’elle soit fiancée au flic chargé justement d’appréhender le serial killer.
    Tel est le décor de base d’un des premiers films d’Alfred Hitchcock, un muet de 1926, présenté comme le premier digne de ce nom par l’artiste lui-même, à l’époque petit réalisateur tributaire des exigences financières des studios britanniques. Le génie en graine d’un futur grand cinéaste compense largement la pénibilité d’une image et d’une lumière de bien piètre qualité, comparativement aux films américains ou russes muets de la même époque. Car la science de la mise en place des personnages ambigus, des apparences alambiquées, des doutes permanents et des intenables hypothèses signent déjà le style et l’inexorable montée d’un scenario qui atteint son but.
    CLEM 06
    CLEM 06

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 198 critiques

    5,0
    Publiée le 6 janvier 2015
    Le dernier film muet d'Alfred Hitchcock « Te Lodger: A story of the London fog » est un vrai coup de maître.
    L'histoire parle du « Vengeur » de Londres qui tue les jolies filles blondes.
    Le film est adapté d'un roman.
    Les personnages sont tous très enigmatiques pour le spectateur. En effet il se demande qui a bien pu tuer toutes ses jeunes filles.
    Le film est vraiment peu connu du grand public et il craie au maximum « la terreur » qui va être mise en place dans les films suivants du réalisateur.
    Le film n'a pas vieilli car sont sujet est très actuel le film démontre les gens mal dan sleurs peau et un peu bizarre.
    Un pur film mithyque a voir et a revoir sans modération.
    Du grand cinéma et du grand Hitchcock.
    GéDéon
    GéDéon

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 229 critiques

    2,0
    Publiée le 11 octobre 2020
    Il s’agit du troisième film d’Alfred Hitchcock sorti en 1927. Alors qu’un tueur en série sévit dans Londres en assassinant de jeunes femmes blondes, un étrange locataire (Ivor Novello) s’installe chez la famille Bunting. La fille des pensionnaires (June Tripp) s’intéresse au mystérieux inconnu. Ce cinéma muet doit nécessairement être replacé dans son contexte, à une époque où le burlesque prévalait. Malheureusement, avec cette histoire de suspicion, le réalisateur britannique ne parvient pas à insuffler un grand suspense à son intrigue. Malgré tout, le thème de l’innocent accusé à tort et celui de la critique de la police sont déjà présents.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 14 octobre 2008
    Premier "véritable" film du encore très jeune Sir Alfred Hitchcock, The lodger est une petite merveille de prouesse technique et de maturité. Un scénario somme toute assez classique dans la filmographie d'Hitchcock, il n'en demeure pas moins que celui-ci est sans faille et maintient doutes et suspens jusqu'au final. On y retrouve tous les prémices des futurs chef-d'oeuvre du Maitre du suspens. Malgré les décennies, ce film reste de très bonne facture et mérite, autant pour sa qualité contemporaine que pour les voies qu'il ouvrira, 4 étoiles.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top