Notez des films
Mon AlloCiné
    The Lodger: A Story of the London Fog
    Bande-annonce The Lodger: A Story of the London Fog
    17 novembre 2010 / 1h 19min / Drame, Policier
    Date de reprise 17 novembre 2010
    De Alfred Hitchcock
    Avec Marie Ault, Arthur Chesney, Reginald Gardiner
    Nationalité britannique
    L'extrait
    Presse
    5,0 2 critiques
    Spectateurs
    3,9 172 notes dont 34 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Le "Vengeur" sème la terreur à Londres en assassinant des jeunes filles blondes. Les rares témoins qui ont pu l’apercevoir décrivent un individu qui se cache le bas du visage. La nouvelle d’un nouveau meurtre est répandue via les journaux. Non loin de là, Mrs. Bunting loue une chambre d’hôte à un mystérieux étranger qui attire immédiatement la suspicion...
    Distributeur Carlotta Films
    Récompenses 2 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 1927
    Date de sortie DVD 07/10/2014
    Date de sortie Blu-ray 21/10/2014
    Date de sortie VOD -
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 4 anecdotes
    Budget -
    Date de reprise 17/11/2010
    Langues Anglais
    Format production -
    Couleur N&B
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa -

    Regarder ce film

    En DVD BLU-RAY
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Acteurs et actrices

    Marie Ault
    Rôle : Mme Bunting (la propriétaire)
    Arthur Chesney
    Rôle : M. Bunting (le propriétaire)
    Reginald Gardiner
    Rôle : un danseur
    Alfred Hitchcock
    Rôle : salarié du journal
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Spectateurs

    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 429 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,0
    Publiée le 6 juin 2014
    1000 !!!! Cette millième critique sur allociné sera pour le dernier film du maitre qu'il me reste à visionner... : « This is the end ...» Dernier film du maitre du suspense qu’il me restait à visionner et c’est avec une certaine pointe de mélancolie que je me dis qu’excepté quelques épisodes de la série TV je ne découvrirais plus rien d’un cinéaste qui m’a énormément marqué. C’est ici son second film existant ...
    Lire plus
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 1 930 critiques

    0,5
    Publiée le 11 novembre 2010
    Un polar très décevant quand on sait qu'il est l'œuvre du maître du suspense. Malgré une durée d'1h15, il manque cruellement de rythme. L'enquête avance à pas de loup. Elle présente par ailleurs peu d'intérêt. Les soi-disant indices, le triangle et la signature du tueur, se révèlent au final complètement inutiles. Pourquoi est-ce rageant ? Tout simplement parce que les années 20 sont l'époque de l'âge d'or du roman policier. Avec ...
    Lire plus
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 1809 abonnés Lire ses 5 600 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Ce muet d'Alfred Hitchcock s'inspire des "exploits" bien macabre de Jack l'Eventreur. Déjà brillant, The Lodger nous offre notre comptant de suspense en nous faisant douter sur la culpabilité du jeune héros. La scène finale est fascinante lorsque tout le monde se précipite sur lui, persuader que c'est le coupable. Mais va-t-il se faire lyncher ? Est-il bien le coupable ? Vous le serez en regardant ce bon suspense.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 406 abonnés Lire ses 3 168 critiques

    3,5
    Publiée le 22 septembre 2019
    “The Lodger : les cheveux d’or” est un film muet qui raconte comment de jeunes femmes blondes sont assassinées par un tueur en série. Lorsqu’un mystérieux homme se présente pour louer une chambre chez les parents d’une jeune fille blonde, le petit ami de cette dernière, qui est aussi le détective chargé de l’affaire, devient jaloux et le soupçonne d’être le vengeur. Considéré comme le premier vrai "Hitchcock Picture" par ...
    Lire plus
    34 Critiques Spectateurs

    Photos

    16 Photos

    Secret de tournage

    Début d'un mythe

    Adapté d'après le roman éponyme, (le premier à apporter une réponse aux meurtres de Jack l'éventreur) The Lodger témoigne à l'écran des débuts sanglants de ce tueur en série. Pour les cinéphiles épris d'

    La première apparition éclair d'Hitchcock

    Il semblerait que la présence fugace d'Alfred Hitchcock soit (au départ) due à un manque d'effectif. Les acteurs se révélant trop peu nombreux pour ce premier film, le réalisateur aurait décidé d'apparaître lui-même en tant que figurant. Sa toute première apparition date donc de 1927 dans The Lodger: on peut d'abord l'apercevoir dans les bureaux du journal puis parmi la foule lors de l'arrestation du meurtrier.

    Déjà la "Hitchcock touch"

    Ce premier film (en réalité le troisième mais le seul à avoir été diffusé des premiers films du maître du suspense) annonce les grands thèmes qui obsèderont le cinéaste durant toute sa carrière. On y retrouve tous les ingrédients propres à son esthétique soit, le thème du faux coupable et son pendant, la culpabilité, les éclairages expressionnistes (qui fascineront dans Rebecca), l'humour, le traitement du temps (contraction et dilatation formant... Lire plus

    Dernières news

    De Loulou à Time After Time : les visages de Jack l'éventreur
    NEWS - Séries à la TV
    vendredi 10 mars 2017
    Un remake d'Hitchcock en préparation
    NEWS - Tournages
    lundi 28 août 2006
    Le film muet "The Lodger", du maître du suspense Alfred Hitchcock, fera l'objet d'un remake dirigé par David Ondaatje.

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1927, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 1927.

    Commentaires

    • Nelly M.
      Projeté à Nantes au "Cycle britannique Univerciné de décembre 2010", ce troisième film d'Hitchcock connu aussi sous les titres "L'éventreur" ou "Les cheveux d'or". Inspiré d'un roman et de la légende de Jack L'Eventreur, cela se passe à Londres en 1926 : sept assassinats de jeunes femmes, le plus récent étant la soeur de Daisy Buntings, fille d'un vieux couple hébergeant un locataire, ce dernier d'office suspect de par son allure insolite par rapport à monsieur tout le monde, et pour avoir demandé qu'on enlève les portraits de jeunes femmes se trouvant dans sa chambre. En plus qu'il a une manière bien à lui de saisir un tisonnier... On reconnaît déjà l'espièglerie du Maître en plus de sa fixation sur la blondeur féminine. Figure aussi une vérité de toutes les époques, notamment 2010 : l'empressement collectif à désigner un bouc émissaire, quitte à se tromper lourdement, plutôt que de creuser d'autres pistes à l'intérieur d'une communauté. A voir l'expression de terreur sur les visages, nous autres spectateurs ne savons sur quel pied danser : partagés entre l'attirance de Daisy pour ce locataire mystérieux mais séduisant, encore plus puisqu'il est "l'homme interdit par papa et maman", et le peu d'emballement que la demoiselle manifeste pour Joe, policier qu'on lui destine, la finesse incarnée... Le scénario de ce film muet (où clignotement de la lumière et emballement musical avant silence de mort) annonce déjà le suspense de ses productions parlantes. Raffinement des raffinements : ce présumé coupable suspendu par ses menottes à une grille !
    Voir les commentaires
    Back to Top