Mon compte
    La Cité de la joie
    note moyenne
    3,5
    1367 notes dont 70 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 70 critiques par note
    12 critiques
    19 critiques
    21 critiques
    9 critiques
    8 critiques
    1 critique
    Votre avis sur La Cité de la joie ?

    70 critiques spectateurs

    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 630 abonnés Lire ses 4 215 critiques

    4,0
    Publiée le 11 août 2016
    L'un des meilleurs film avec Patrick Swayze. Il traite de la famille, de la rédemption, de l'audace, du pardon… Un peu de tout, avec les misères humaines et une volonté de rendre le monde meilleur. Magnifique et filmé sans artifice.
    Redzing
    Redzing

    Suivre son activité 501 abonnés Lire ses 3 617 critiques

    3,0
    Publiée le 8 juillet 2016
    Un médecin désabusé par la mort d'un patient se rend à Calcutta pour changer de vie. Là-bas, il découvrira la pauvreté dans les bidon-villes, et fera la rencontre d'un chauffeur de pousse-pousse prêt à tout pour nourrir sa famille. "City of Joy" est un film inégal. D'un côté, on a le droit à de très bons décors, un protagoniste indien intéressant (Om Puri touchant en père pauvre mais dévoué), et des passages dramatiques de bel effet. De l'autre, l'intrigue se veut prévisible, et certains personnages caricaturaux (Patrick Swayze en occidental insouciant qui fait face à la misère, Art Malik en gangster de service). Néanmoins, il ressort plutôt du positif du film, qui dénonce tout de même la pauvreté persistante en Inde, et fait relativiser le confort des Occidentaux.
    Roub E.
    Roub E.

    Suivre son activité 295 abonnés Lire ses 3 985 critiques

    1,5
    Publiée le 19 février 2021
    Alors la je suis passé complètement à côté. Découverte des bidonvilles par un occidental décidé à fuir une vie toute tracée, j’ai trouvé que la cité de la joie alignait tout les poncifs du cinéma hollywoodien. C’est ampoulé, caricatural et superficiel. C’est censé vouloir faire découvrir un pays, une population, une culture mais jamais il ne s’y intéresse vraiment. Pire, ça semble vouloir donner bonne conscience après avoir passer deux heures dans la misère on peut retourner fumer son cigare tranquille comme le personnage de Patrick Swayze. Le film a des qualités techniques certaines mais il m’a vraiment trop déplu sur le fond.
    cinéfyl
    cinéfyl

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 1 134 critiques

    2,0
    Publiée le 15 mai 2016
    Meme sans avoir lu le roman de Dominique Lapierre ,je peux vous dires que cette adaptation ciné est un beau ratage because l'aspect manicheen (les gentils pauvres contre le parrain et son fils tres tres mechant !!!) ultra present qui devient carrement exasperant sur la fin et vu que la realisation est tout juste honnete (deception de la part du responsable de Mission) il ne reste au final que l'interpretation pour sauver cette vision toute hollywodienne de la misere indienne : celle chaleureuse de comediens inconnus et celle classique du (trop) beau Swayze qui frole parfois l'exces de mievrerie.Niveau bande son ,Morrricone c'est pas trop foulé et repompe les (superbes) themes de Mission alors que Joffe decoit et semble nous pondre un film de commande tellement l'ensemble est fade et convenu .A la place de cette guimauve bourrée de clichés ,je pense qu'il y avait matiere a mieux retranscrire la vie difficile de ces quartiers sans tomber dans le tout larmoyant.
    hades62231
    hades62231

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 139 critiques

    5,0
    Publiée le 14 septembre 2009
    belle histoire
    nous avons bien aimé
    Eowyn Cwper
    Eowyn Cwper

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 1 894 critiques

    2,5
    Publiée le 18 novembre 2020
    Filmer dans les bidonvilles de Calcutta, c'était peut-être un défi plus grand que celui dont le film munit son personnage principal. Max, médecin américain meurtri à la recherche (sceptique) de l'illumination indienne, désabusé, cherche un moyen de retourner aux États-Unis mais se retrouve volé et démuni. Ce problème, Max le prend à la légère, ce qui apporte un contrepoint énorme au tournage quand on sait que ce dernier a, quant à lui, fait face à des accusations de meurtre (infondées), à la censure locale, à l'univers agité de la ville et au dangereux enflement du budget que toutes ces contraintes occasionnèrent.

    La gentille Anglaise campée par Pauline Collins, vectrice de quelques bribes spirituelles bien senties, nous dit qu'il y a trois voies : fuir, contempler, ou s'engager. Or c'est loin d'être un film qui n'a fait que contempler. La Cité de la Joie s'engage corps et âme.

    Couvrant bien l'exode rural induit par les usuriers, mettant constamment le monde du travail en filigrane, ne laissant pas les chocs culturels faire de zèle, traitant la pauvreté et la maladie avec toute la beauté du monde, bref : on ne peut qu'espérer que l'hypocrisie qui s'est glissée dans tout cela est en doses modestes. Car il y en a toujours dans les productions engagées, et cela se sent ici : peu de rapports de forces sont assez soignés pour sortir le scénario de son fil rouge manichéen d'opposition de la population au parrain du quartier, et le scénario s'assure d'être au maximum d'exhaustivité en recourant à des extrêmes en matière de positif et de négatif, ce qui est assez caricatural.

    Ce qui est donc un grand spectacle faisant honneur aux (un peu naïves) années 1990, c'est alors aussi un gruyère qui dissimule bien ses trous sans se cacher de son incapacité à les boucher tous. On se concentrera sur un Swayze ni blanc ni noir (sans mauvais jeu de mots) qui met un doute complet quant à savoir si son personnage a le cœur sur la main ou s'il est en réalité égoïste.

    On a tous les symptômes d'une écriture et d'une mise en scène qui font beaucoup plus que ce qu'on leur demande, mais qui le font quand même bien (ça aussi, c'est so nineties). Si bien que même l'Inde, qui est tâtillone sur la vision qu'on donne d'elle, a entériné la création de Joffé. Et ce, malgré l'œil candide et biaisé qu'on a jeté sur elle, et les grosses bottes qu'on a mises pour y flâner.

    → https://septiemeartetdemi.com/
    Selingues G
    Selingues G

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 935 critiques

    4,0
    Publiée le 22 août 2012
    Un très beau film. Patrick Swayze est très convaincant dans le rôle d’un jeune médecin qui ne pense qu’à sa personne et qu’à son propre bonheur. Le film est un hymne au militantisme face à l’oppression en Inde. Emouvant, percutant et poignant… Cette belle histoire se suit avec plaisir et bonheur.
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité 158 abonnés Lire ses 2 654 critiques

    2,5
    Publiée le 26 novembre 2012
    Ce film est d'un réalisme, on s'y croirait. Bien sûr pas un chef-d'oeuvre, mais ça vaut le coup d'oeil. Beau rôle pour Patrick Swayze.
    C.Dervaux
    C.Dervaux

    Suivre son activité 102 abonnés Lire ses 1 765 critiques

    3,0
    Publiée le 10 septembre 2013
    Roland Joffé est un cinéaste de tous les possibles, alternant avec une aisance particulière les drames, films d’angoisse mais aussi les thrillers bien galvaudés. A travers la Cité de la Joie, il décrit avec singularité la volonté de se tourner d’avantage vers l’autre suite à un événement inattendu. Prit à part lorsqu’un gang le menace de mort, le docteur, incarné à la perfection par le regretté Patrick Swayze, aura à choisir entre ses convictions personnelles ou celles qu’on lui dicte ardemment. En outre, une leçon de vie exemplaire d’un réalisme assez bouleversant.
    Ghighi19
    Ghighi19

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 1 086 critiques

    3,0
    Publiée le 27 avril 2021
    C est un peu compliqué d adapter un roman aussi long et touffu. La mise en scène de Joffe est assez remarquable d ailleurs car les lumières sont étonnantes. Les comédiens sont crédibles alors qu est ce qui fonctionne mal ? un sentiment de trop peut-être. Encore une fois le film est bon mais le regard qu on pose sur les événements est faussé par cette surenchère. Reste vraiment les comédiens.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1908 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    2,0
    Publiée le 21 juillet 2010
    Le cinéma de Roland Joffé se veut majestueux,avide de contrées exotiques et de combats pour la liberté.Ambition réussie dans "La déchirure" et "Mission".En revanche,je serais plus nuancé en ce qui concerne "la cité de la joie".Un médecin américain ayant mauvaise conscience part à Calcutta en Inde retrouver la vocation.Il représente l'occidental orgueilleux dans toute sa splendeur.Le contact du peuple indou,magnanime et respectueux lui redonnera la foi en son action.Le film est une succession d'avançées médicales,et d'intimidations de la part du dirigeant local.Ce mode de fonctionnement,en pics et en creux,sonne faux et déroule toute une panoplie de clichés sur l'Inde vue par les pays développés.Avec d'un côté les pauvres travailleurs jamais découragés,et de l'autre les exploitants vivant comme des nababs.L'Inde est effectivement une société à 2 vitesses,mais Joffé use trop de cet argument pour dramatiser son récit,par ailleurs trop académique et au charme absent.Difficile d'adhérer à cette larmoyance manifestée,bien que ces destins sont en soi admirables.Patrick Swayze,nerveux comme un chien fou,n'était pas le bon choix comme acteur principal.On ne croit pas une seconde à sa bravoure et à son dévouement.Le sort de la modeste famille indienne avec laquelle il se lie d'amitié,est bien plus convaincant.On en a presque envie d'aider son prochain.Un drame pompeux qui peut faire illusion.
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 169 abonnés Lire ses 1 930 critiques

    1,0
    Publiée le 10 février 2008
    Après une première demie-heure soporifique, on se reveille pour découvrir ou vision tiers-mondiste de l'Union indienne. Désolé mais en 1992 il s'agit d'un pays d'agriculteurs entré dans un processus de modernisation depuis les années 1960 (révolution verte). Mouvement qui s'est accéléré au début des années 1990 avec la libéralisation et l'ouverture aux capitaux étrangers (fin des permis par exemple). Du coup il aurait été intéressant de montrer au début la vie de la famille dans leur village. Par ailleurs la question des castes, si importante, est complètement occultée. Je préfère donc "Salaam Bombay !", un film aussi noir, mais qui évoque cette réalité. De même, l'évolution psychologique du personnage principal me semble baclée, notamment les raisons qui le poussent à partir. Le gnangnan est omniprésent, je dirais même puant. Dernière critique, et pas la moindre, on s'ennuie devant ce film, il faut vraiment avoir la foi pour tenir jusqu'au bout, c'est le cas de le dire.
    Eric C.
    Eric C.

    Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 2 269 critiques

    4,0
    Publiée le 5 mai 2017
    Ayant revu ce film qui m'avait marqué à l'époque j'en decouvre les imperfections et caricatures de certaines scènes et personnages. Mais il reste malgré tout la même émotion, la même force, la présence charismatique et généreuse de Patrick Swayze dans un de ses meilleurs rôles. Et puis il y a ce monde des reclus du monde, ce bidonville de Calcutta où sont entassés et regroupés les rebuts de l'humanité, les sans rien, malades, infirmes, difformes, lépreux. Dans ce monde il y a la joie et la vie que ce jeune médecin américain va découvrir, aider et aimer. Car l'amour, la solidarité, l'entraide, la famille sont des valeurs qui sont à l'honneur de ce petit monde et les rattache à l'humanité. C'est émouvant mais joyeux drôle, feel good malgré la misère ultime et le plus grand dénouement. Malgré les facilités, les imperfections, ce film est un hymne à l'humanité, à la joie et au bonheur. Il fait du bien et apporte un éclairage sur un monde réel qui existe partout sur notre planète et dont il faut être conscient. A voir, revoir, et montrer aux enfants dès qu'ils le peuvent pour une prise de conscience d'une réalité que nous nous cachons souvent à nous même.
    antony Z.
    antony Z.

    Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 912 critiques

    3,5
    Publiée le 15 mai 2017
    Même si le film en lui même n'est pas toujours éblouissant voir parfois un peu ennuyeux et niaiseux, le sous jacent qu'il traite et les valeurs asociées sont quant à elles universelle et sublime. il film fort porté par l'excellent et regretté Patrick "Schwayzy"
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 26 février 2011
    Un film sur la fuite en avant face au responsabilité, sur la pauvreté en Inde, et plus généralement, dans ces territoires que l'on nome tiers mondes.

    Un film sur la découverte de l'autre, la frustration provoquer par l'impuissance, face au malheurs des autres et l'entraide comme acte salutaire.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top