Mon AlloCiné
    Et là-bas, quelle heure est-il ?
    note moyenne
    3,3
    58 notes dont 9 critiques
    répartition des 9 critiques par note
    1 critique
    3 critiques
    1 critique
    3 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Et là-bas, quelle heure est-il ? ?

    9 critiques spectateurs

    Gustave Aurèle
    Gustave Aurèle

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 825 critiques

    2,0
    Publiée le 6 mars 2017
    Un film d'un ennui incroyable, même en accéléré il ne se passe rien, les plans sont longs, trop longs.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1874 abonnés Lire ses 3 800 critiques

    4,0
    Publiée le 10 décembre 2016
    Comme dans le poème d'Antoine Pol, Cecilia Yip est une passante. Celle "qu'on aime Pendant quelques instants secrets [...] Qu'un destin différent entraîne et qu'on ne retrouve jamais". Elle va perturber la vie d'un jeune homme, qui fout d'elle va changer l'heure de toutes les horloges qu'il croise afin de les mettre à l'heure de Paris, lieu où se trouve sa passante qu'il aimerait tant retrouver. Le sujet de départ me touche beaucoup, même si l'idée de changer l'heure prend des proportions un peu surréalistes, parce que c'est quelque chose que l'on a sans doute tous fait, consciemment ou non, faire quelque chose d'absurde afin de tenter de se rapprocher d'une personne qui n'a rien à voir avec nous, comme si en faisant ça le temps et l'espace allaient se modifier pour nous réunir.

    Le héros n'est pas le seul personnage à tenter ces petits gestes absurdes, sa mère, récemment veuve, elle aussi tente tout pour faire revenir son défunt mari, calfeutrer les fenêtres, lui servir un repas, refuser de tuer un cafard qui pourrait être sa réincarnation et ceci au plus grand désarroi de son fils. Le film est d'ailleurs dédié au père du réalisateur disparu une décennie plus tôt, comme une manière de finir enfin son deuil et d'aller de l'avant, puisque le père disparu est retrouvé, loin, mais retrouvé, apaisé...

    Ce qui me plaît fondamentalement dans ce cinéma là c'est le rapport totalement hallucinant de Tsai Ming-liang avec le temps (et pour le coup ça me donne envie de revoir du Ozu, du Weerasethakul qui ont aussi un rapport au temps assez particulier) puisqu'il laisse la scène se dérouler, inscrivant ainsi ses personnages dans un espace physique et temporel leur permettant d'exister et ceci sans qu'il ne disent rien, juste par leurs gestes, leurs regards, leur manière de se tenir, d'occuper l'espace. C'est profondément reposant, apaisant, comme ces poissons dans l'aquarium, de les voir vivre devant nos yeux et le temps sans jamais être impudique.

    L'effet sur le spectateur n'est pas du tout le même si l'on voit la fille fouiller dans son sac en temps réel, en plan fixe, ou bien si l'on te met trois plans de 2s pour juste que tu comprennes qu'elle a fouillé dans son sac. Et parce que le film prend son temps, le temps de nous montrer, les scènes fonctionnent vraiment bien, même lorsqu'elles ont l'air anodines, parce que justement elles rappellent la trivialité de notre propre existence, on peut se projeter en eux, ils ne sont pas que des artifices de fictions, le rythme, les enjeux ne nous sont pas éloignés. Et surtout ça permet une blague assez drôle avec Jean-Pierre Léaud, regardé par le héros dans les 400 coups, se retrouvant sur un banc à côté de la passante et qui, après que la fille lui ait dit qu'elle cherchait un numéro dans son sac à main, peut se permettre de sortir un stylo, la longueur du plan le permettant, d'écrire son numéro et de le tendre à la fille avec un naturel certain tout en lui disant : "voilà mon numéro".

    Avant de conclure, ce film possède l'une des scènes les plus improbables qu'il m'ait été donnée de voir. Un homme aux toilettes se promenant avec une pendule accrochée à sa bite... pourquoi ? je ne me l'explique pas.

    Mais voilà, le film est vraiment beau, et même si j'ai été plus touché par Goodbye, Dragon Inn, il n'en reste pas moins un film où chaque plan transpire, dans la plus grande sobriété, la beauté.
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 388 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    4,0
    Publiée le 30 mai 2011
    Chez Tsai Ming-Liang le cadre étaye tout. Exclusivement fixes et dilatés, les plans du cinéaste sont comme de petits monuments de mise en scène à part entière. A partir d'un semblant de romance amenée de manière timide, à peine esquissée, Tsai Ming-Liang suit le parcours de ses deux personnages qu'il va séparer dès les vingt premières minutes de son long métrage. Et Là-bas Quelle heure est-il ? est construit tel un improbable montage parallèle, s'attardant sur les occupations de l'homme et de la femme avec un sens de la précision particulièrement savoureux. Les images, singulières et magnifiques, évoquent avec une proximité maladive le manque d'affection de nos deux héros : activités nocturnes, souffrance, rencontres, farce de garnements. La Nouvelle Vague est citée : Léaud apparaît en guest star, la musique des 400 Coups se fait entendre... Pas loin d'être un chef d'oeuvre Et Là-bas Quelle heure est-il ? est avant tout un film de pure mise en scène, peuplé de gestes et de mouvements cycliques confinant à l'hypnose. Remarquable et envoûtant.
    dionys r.
    dionys r.

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 162 critiques

    3,5
    Publiée le 16 août 2010
    Un film épuré, fantomatique, empreint d'une beauté plastique indiscutable et à la confluence de Duras et de Ozu. Un joyau cinématographique par l'un des réalisateurs les plus importants de ses dix dernières années.
    DaeHanMinGuk
    DaeHanMinGuk

    Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 1 884 critiques

    2,0
    Publiée le 4 juillet 2016
    Il y a de nombreuses situations intéressantes dans ce film spoiler: : la vie d'une femme après le deuil de son conjoint, la découverte d'une ville (Paris) par une touriste ne parlant pas la langue du pays et ne connaissant personne sur place
    et les situations cocasses que cela entraîne... Donc, de bonnes idées dans le scénario mais un scénario qui ne contient globalement pas grand chose. En effet, chaque scène s'étire inutilement en longueur car, malheureusement, et c' est un défaut majeur pour moi, ce film est lent, très très lent. On s'ennuie ferme pendant le film !
    Alors, il y bien quelques gags qui font sourire spoiler: (les montres incassables sont-elles vraiment incassables ? un cafard peut-il être la réincarnation du défunt ?)
    mais cela ne suffit pas à me satisfaire.
    Arthur Debussy
    Arthur Debussy

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 613 critiques

    2,5
    Publiée le 19 mai 2012
    Tsai Ming-Liang, ou l'art de réaliser un film de 2 heures à partir de 4-5 idées de mise en scène à tout casser (tout est dans la bande annonce, c'est dire). Mais bon on ne résume pas un film à sa mise en scène (heureusement pour lui) et le rythme lent sied au propos, surtout que le taïwanais est loin d'être le seul à faire du néant des films. D'ailleurs le passage obligé par la séquence hommage et citation avec plusieurs scènes des «400 Coups» visionnées par le héros viens nous rappeler combien la Nouvelle Vague est à la source de cette mode contemporaine selon laquelle des hordes de cinéastes-"auteurs" font du 7e art le vecteur de leur expression insignifiante, de la fadeur de leur discours (ah le post-modernisme). Et puis après tout tant qu'à faire, pourquoi ne pas se servir chez les autres quand le manque d'inspiration se fait sentir? Il n'est ni le premier ni le dernier à le faire. Je lui reprocherai par contre davantage sa fâcheuse tendance à se regarder filmer : comme certains l'avancent il ferait certainement un meilleur réalisateur de courts métrages. Malgré tout, malgré qu'il soit plus ou moins le clone de ses prédécesseurs, son 5e long métrage m'a touché (un peu, mais c'est déjà ça). Pour une fois certains de ses personnages sont dotés d'un semblant de vie ou de sentiments. Plus qu'un cinéaste de l'incommunicabilité, Tsai Ming-Liang est un cinéaste de la solitude (mais aussi de la filiation, entre autres). Face à la vie, face à l'Autre, face à l'amour, face à la mort. Et chez lui cette solitude se manifeste le plus souvent par la sexualité des personnages. L'approche n'est pas sans pertinence, mais le côté voyeur de ces séquences est par contre une autre de ses manies qui n'a pas fini de m'agacer (les séquences untel pisse dans un sac ou dans une bouteille, untel vomit, untel se masturbe etc. ont le don de m'exaspérer). Une étoile pour Chen Shiang-chyi et une autre pour Jean-Pierre Léaud, qui ne font rien (ou presque) mais qui restent plaisants à regarder. [2/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/
    jus d'citron
    jus d'citron

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 39 critiques

    5,0
    Publiée le 12 août 2018
    Bouleversant, tout simplement. Et là-bas, quelle heure est-il ? raconte l’histoire de trois personnages, une mère faisant le deuil de son mari (vivant dans le premier plan, en cendre dans l’urne le second), son fils vendant des montres dans la rue, et une jeune fille qui n’avait voulu lui acheter que la montre qu’il portait au poignet et aucune autre et qui décolle ensuite immédiatement pour Paris. La mort du père agit ici comme un dérèglement métaphysique, cosmique, chaque personnage se retrouvant plongé dans une immense solitude avec laquelle il doit vivre tant bien que mal. Enfermé chacun dans une suite de plans fixes très longs, à la mise en sc rigoureuse (tellement rigoureuse qu’elle permet même à l’auteur de verser svt dans l’humour), Tsai Ming-liang place ses personnages et leurs activités en parallèle (l’un boit, l’autre vomit le plan d’après, l’un voit les 400 coups, l’autre croise Jean-Pierre Léaud vieilli à des milliers de kilomètres de là), pour souligner la cohésion de leurs destins malgré la distance qui les sépare. Au fil du récit, les personnages vont peu à peu s’éloigner les uns des autres malgré leurs efforts, avant une bouleversante scène finale d’une très grande portée philosophique et émotionnelle, où la roue du temps viendra boucler la boucle de ce cycle d’errances et de solitudes, car là se situe toute l’ambition de ce très grand film : abolir l’espace et le temps entre ceux qui s’aiment.
    anonyme
    Un visiteur
    1,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Mort de rire, ça ne vaut même pas une étoile ! Si vous n'arrivez pas à dormir, allez voir ce film (si on appelle ça un film), il agit mieux qu'un somnifère à mon avis. non mais sans rire c'est une merde pas possible, il n'y a rien du tout, c'est complètement vide, les scènes sont interminables et inutiles. Quel intérêt de filmer pendant une heure quelqu'un en train d'uriner dans une bouteille, et j'en passe !
    C'est lent c'est lent, qu'est-ce qu'on dort. J'ai regardé jusqu'au bout car comme on dit, il ne faut jamais juger sans avoir tout vu, je peux donc dire que j'ai visionné et jusqu'à la fin (quel effort !) le plus gros navet soporifique de tous les temps.
    Schaddu
    Schaddu

    Suivre son activité Lire ses 7 critiques

    4,5
    Publiée le 23 juillet 2010
    Un film riches en idées puisque Tsai sait nous stimuler pour les remarquer. A chaque plan (et non pas plan-séquence, c'est pas du tout la même chose...), le cinéaste nous rappelle combien la solitude fait partie de notre monde et à travers elle il peut parler de l'amour, de la mort et d'autres thèmes chers au coeur d'un cinéphile. S'il nous gratifie de temps à autre d'une idée burlesque, elle est toujours teintée de ce profond mal-être et de l'incommunicabilité (ou l'impossibilité de communiquer) qui hantent ses personnages. Ici, chaque seconde qui passe a un poids collossal (ce n'est pas un hasard si un de ses protagonistes a un certain penchant pour tout ce qui permet de mesurer le temps...) mais c'est toujours au service de l'histoire. Il n'y a pas d'intrigue mais une belle et profonde histoire où la liberté d'interprétation joue un rôle prépondérant. Un film comme seul l'Asie peut nous en faire.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top