Notez des films
Mon AlloCiné
    Hardcore
    note moyenne
    3,2
    96 notes dont 20 critiques
    répartition des 20 critiques par note
    0 critique
    8 critiques
    8 critiques
    0 critique
    3 critiques
    1 critique
    Votre avis sur Hardcore ?

    20 critiques spectateurs

    Truman.
    Truman.

    Suivre son activité 168 abonnés Lire ses 1 364 critiques

    4,0
    Publiée le 1 juillet 2014
    Second film de Paul Schrader et pourtant ce "Hardcore" (titre qui colle bien à l'ambiance du film) n'est pas un métrage très connu . L'histoire nous plonge dans une petite famille de catho lorsque la fille est portée disparue, ni une ni deux le père engage un détective privé pour la retrouver, ce qu'il arrive à faire et il se trouve que la jeune fille est dans le milieu du porno à Hollywood . Commence alors une descente aux enfers pour ce père de famille très croyant qui aura face à lui la désillusion d'un Hollywood ravagé par le marché du sexe mais aussi la désillusion de l'homme sans limite, sale, vulgaire, grossier ainsi qu'avide de sexe et de cupidité . Il aura face à lui un monde loin du sien auquel il voudra à tout prix extirper sa jeune fille face à la violence et le voyeurisme extrême qui règne . Mais retrouver une jeune fille dans un business comme le porno qui est un business fermé ou l'on ne parle pas n'est pas facile, il aura donc recourt à des méthodes spéciales et ne se laissera pas faire . Dans une ambiance sale et poisseuse, parfois oppressante et sombre on pensera rapidement au film de Joel Schumacher alias 8 MM car le contexte s'y ressemble beaucoup . Sous des néons de toutes couleurs qui illuminent des rues peu fréquentables on s'installe alors dans un polar noir au style vif, sec et incisif dans le plus pur style du nouvel Hollywood, des airs de Scorsese me direz vous ? On en est pas loin mais dommage que le coté sombre ne soit pas plus appuyé par moment laissant place à une sympathique bande son façon seventies . Une chose que l'on retiendra vite est que ce Hardcore est bien en avance sur son époque pour parler d'un sujet assez délicat, pas une ride à l'horizon pour un sujet aussi bien traité et qu'une intrigue prenante .
    Noistillon
    Noistillon

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 408 critiques

    4,5
    Publiée le 30 août 2012
    Chef d'œuvre du genre. Ni plus ni moins. D'une intelligence et d'une lucidité impressionnante tout en étant tacitement subversif.
    scorsesejunior54
    scorsesejunior54

    Suivre son activité 120 abonnés Lire ses 694 critiques

    0,5
    Publiée le 6 septembre 2009
    C'est une leçon de l'Histoire : ceux qui se sont toujours proclamés contestataires voire révolutionnaires et dénonçant l'ordre établi sont en général les plus moralisateurs et conservateurs, voire même parfois réactionnaires. Paul Schrader fait partie de ceux-là. Elevé dans une famille de peigne-culs coincés et cathos traditionalistes, notre homme est sorti traumatisé d'une éducation d'un autre temps. Du coup, lorsqu'il a grandi et obtenu son indépendance, il s'est mis à traîner dans des coins mal famés et à regarder des pornos. De cette existence, il a tiré quelques bons scénarios, dont l'inoubliable "Taxi Driver". Puis, se sentant pousser des ailes, il est passé à la réalisation. Toujours les mêmes thèmes... Culpabilité chrétienne, sexe et violence. Une obsession... Mais une obsession malsaine, névrosée et perverse qui ne le mènera non pas à une passionnante introspection, plutôt à une énième compilation d'éléments racoleurs sur lesquels il se masturbera volontiers (physiquement ?) tout en possédant l'étiquette artistique qui justifiera les bouts de nichons et les paires de fesses montrées. Pornographe refoulé, Schrader est également (mine de rien) très attaché aux fameuses valeurs de l'Amérique, celles qui ont guidé des Nixon, Reagan et Bush dans l'exercice de leur pouvoir. Puritain mais dégueulasse, faisant penser aux (rares) curés pédophiles dans son raisonnement intellectuel, Schrader a troqué ses talents d'observateur de situations glauques pour une fascination admirative à peine voilée vis-à-vis de comportements nauséabonds. Puant, "Hardcore" n'est pas difficile à regarder, bien au contraire ; il est lisse et bien-pensant. A tel point qu'il vous refile la gerbe. C'est décidé, je ressors mes disques des Sex Pistols et je fous le feu à la maison ! Marre des donneurs de leçons incapables de balayer devant leur porte. Qu'ils aillent se purifier si c'est ce qu'ils recherchent vraiment. Sinon, qu'ils arrêtent de se donner bonne conscience avec de telles bouses.
    robertnicholson
    robertnicholson

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 118 critiques

    3,0
    Publiée le 14 avril 2013
    Réalisé par le scénariste de «Taxi Driver», le film a quelques aspects similaires (milieu underground sulfureux,spirale infernale touchant le perso principal) même si moins abouti .L'antagonisme entre le père, WASP d'un milieu aisé (inspiré de l'univers familial d'enfance du réalisateur) et l'univers du film X a été critiqué, étant assimilé à une dénonciation censé plaire aux sympathisants Reaganiens de l'époque (film datant de 1979). Je suis plutôt reservé sur cette perception du film. Schrader a autant de de fascination que de répulsion pour ce milieu .La fin d'ailleurs est plus à interpréter pour moi comme un "rejet" de chaque milieu, ou tout du moins une perception teintée de pitié qu' une stigmatisation à sens unique.
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 380 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    1,5
    Publiée le 7 décembre 2011
    Réalisé par Paul Schrader, Hardcore est un film étonnamment plat, profondément lourd et hypocrite dans ce qu'il véhicule... Drapé dans sa bonne conscience, orientant notre puritanisme en soulignant sa volonté d'un spectateur suffisamment manipulable pour s'identifier à son protagoniste ( l'équivalent d'une sainte-nitouche qui s'offusque à la vue du premier gros plan un peu osé ), le scénariste de Taxi Driver ne lésine pas sur les principes moraux : plus proche du maréchal Pétain que de Gandhi dans sa mentalité, notre monsieur croit bon d'aborder un sujet fort - une adolescente qui tourne des films pornographiques, au grand dam de son papa - mais adopte pratiquement la même attitude que son personnage principal, n'osant pas explorer franchement ce qui existe bel et bien ( la scène où Georges C. Scott détourne le regard à la vue des images de sa fille en pleine action est - en plus d'être insistante et ridicule - symptomatique de cet état d'esprit )... Sinon c'est mal filmé, sans audaces, ronflant, mou et caricatural. Bon allez, histoire de satisfaire mes penchants " branloute " je m'en vais revoir Le Pornographe de Bertrand Bonello ( film peut-être un peu plus prétentieux mais beaucoup moins malhonnête ). Un mauvais film.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 5837 abonnés Lire ses 10 605 critiques

    3,0
    Publiée le 26 juillet 2010
    Les sex-shops, les faux salons de massage et les coulisses du tournage d'un film pornographique! Paul Schrader, le scènariste de "Taxi Driver", porte un regard sans complaisance sur l'industrie du sexe à travers le parcours de l'excellent George C.Scott, bourgeois puritain à la recherche de sa fille ègarèe dans cette Babylone moderne! Sur un argument de polar, le cinèaste brosse le portrait d'un provincial dèphasè qui dècouvre les turpitudes d'un monde dont il ne soupçonnait pas l'existence! Magnifique prestation de Season Hubley dans le rôle d'une prostituèe pour cette oeuvre sordide, d'un puritanisme intransigeant...
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1860 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    3,0
    Publiée le 12 septembre 2012
    Paul Schrader se fait affronter le puritanisme et l'industrie du sexe sans que l'un des deux en ressort grandi. En tous les cas, le sujet du film permet au réalisateur-scénariste de développer deux de ses thèmes de prédilection : le sexe et le sordide qui peut aller facilement avec (voir "Taxi Driver" par exemple dont il est le scénariste !!!). Il abuse parfois pour cela de grosses ficelles mais quelques séquences, comme le dialogue entre le protagoniste et une prostituée qui prouve de manière très probante et bien argumentée que leurs modes de vie a-priori très diamétralement opposés ont plus de points communs qu'on ne pourrait le penser, et la force de l'interprétation subtile de George C. Scott emportent finalement le morceau.
    moonboots
    moonboots

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 1 322 critiques

    1,0
    Publiée le 20 novembre 2010
    l'idée était intéressante mais hélas tout cela est trop poussif
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2243 abonnés Lire ses 5 684 critiques

    4,0
    Publiée le 14 août 2013
    Hardcore est le genre de cinéma que j'adore provenant tout droit des seventies, une époque tellement riche pour le cinéma américain ; des films à la fois intelligents et efficaces comme Hardcore je suis très preneur. Ici un père doit faire face à la disparition de sa fille qui après recherche est tombée dans le milieu du porno, ce père est remarquablement interprété par George C. Scott un entrepreneur très dévot et veuf d'une sage petite ville américaine, il devra aller à L.A. et recourir à un détective privé louche pour retrouver sa fille et il sera même aider par une prostituée. Il fera face à un milieu totalement différent de ce à quoi il était habitué, Hardcore réalisé par Paul Schrader nous livre un film dans la mouvance de Taxi driver (dont il est le scénariste), un film glauque et plein de désillusion et déboussolant. Apparemment les producteurs lui ont forcé à changer la fin.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 532 abonnés Lire ses 3 488 critiques

    4,0
    Publiée le 30 mai 2015
    Dans la foulée de son chef d'œuvre "Blue Collar" (1978), Paul Schrader le rigoriste décadent s'attèle à "Hardcore" qui peut être vu comme une sorte de "film gomme" ou de" film avant le film". Paul Schrader qui a écrit le scénario de "Taxi Driver" (1976) de Martin Scorsese pourrait avoir choisi de réécrire l'histoire sordide d'Iris Steensma (Jodie Foster) dont le père fervent protestant calviniste d'une bourgade du Michigan (Grand Rapids) serait parti à sa recherche pour l'arracher à l'enfer de la prostitution avant qu'elle ne rencontre Travis Bickle (Robert de Niro) son chevalier blanc. Ainsi "Hardcore" effacerait le bain de sang qui concluait "Taxi Driver". Si l'on songe que Paul Schrader est né à Grand Rapids et que lui aussi est d'obédience calviniste, on peut imaginer que c'est lui-même fautif d'avoir livré de sa plume la jeune Jodie Foster à la débauche qui se transposant à l'écran en la personne de George G. Scott, va rechercher son héroïne dans un geste expiatoire. S'il cherche peut-être dans "Hardcore" une forme de rédemption à son goût immodéré pour la mise en scène de la débauche et de la violence stylisée, Schrader n'en n'oublie pas pour autant pas de dresser un portrait saisissant et réaliste du monde de l'industrie de la pornographie alors en pleine extension sur la côte Ouest des Etats-Unis. Eternelle dualité de l'écriture chez Schrader. A la recherche d'une image sale et suffocante, il s'est adjoint les services de Michael Chapman, le chef opérateur de "Taxi Driver". L'immense George G Scott, trop heureux d'enfin retrouver un rôle à sa mesure depuis la période de vaches maigres qui avait bizarrement suivi son imposante prestation dans "Patton" (Franklin J. Schaffner en 1970), joue ce père un peu raide qui va devoir faire l'apprentissage accéléré de la violence urbaine pour accomplir son devoir et récupérer sa progéniture. spoiler: Quelle ne sera pas sa surprise de découvrir que cette descente aux enfers est le fruit d'une éducation religieuse qui voulant nier la liberté de conscience et la réalité des sens, conduit certaines de ses ouailles vers une dérive libératrice souvent suicidaire . C'est alors la place de la jeune Kristen Van Dorn (Ilah Davis) que prend Paul Schrader qui avait connu les pires tourments sensoriels durant l'écriture du scénario de "Taxi Driver" (il visionnait en boucle en cachette de sa femme des films pornographiques et avait développé une fascination morbide pour les armes à feu). "Hardcore" porté par les larges épaules de Georges G Scott et fort bien rythmé par la musique de Jack Nitzsche (déjà présent sur "Blue Collar") est le film qui reflète le mieux la personnalité ambigüe et souvent controversée de Paul Schrader. Moins abouti que "Blue Collar", il n'en demeure pas moins un film coup de poing et sans fioritures (le tape à l'œil étant parfois le péché mignon de Schrader) qui vous prend aux tripes.
    dahbou
    dahbou

    Suivre son activité 135 abonnés Lire ses 2 088 critiques

    4,0
    Publiée le 9 juillet 2010
    Surtout connu pour son travail de scénariste, Schrader est aussi un réalisateur intéressant. Catho tourmenté, la plupart de ses films tourne autour cette amour/haine qu'il entretient avec la religion et Hardcore en est l'exemple type. Sur un pitch similaire, Schumacher fera 8mm mais heureusement Schrader est à un niveaux supérieur. Il nous plonge dans un univers tragi/comique ou un père infiltre le monde du porno pour retrouver sa fille. Bien que certaines scènes soient comiques, il n'empêche que le film est glauque et équivaut à une descente aux enfers dans un monde malsain ou le héros ne pourra pas en sortir indemne. Mais avant d'être une réflexion, Hardcore est un thriller d'excellente facture qui sait prendre le spectateur à la gorge. Et si le film fonctionne pleinement c'est aussi grâce au brillant et trop rare Georges C Scott dont l'identification au personnage est prodigieuse.
    totoro35
    totoro35

    Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 1 787 critiques

    3,5
    Publiée le 18 septembre 2012
    Auréolé du succès de "Taxi driver" qu'il a écrit, Paul Schrader continue d'écorner l'image virginale du rêve américain en plongeant un père de famille conservateur magnifiquement campé par George C. Scott dans les bas-fonds d'une Amérique tentaculaire aussi séduisante qu'effrayante, où il est facile de s'y perdre corps et âme. Si le cinéaste joue à fond la carte du cradingue, il signe toute fois un film passionnant et fascinant, à l'atmosphère lourde et inconfortable, jusqu'à un final paroxystique permettant à Schrader d'expérimenter avec le son et l'image.
    Max Rss
    Max Rss

    Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 1 635 critiques

    3,0
    Publiée le 13 mars 2019
    Paul Schrader, scénariste de «Taxi Driver» et d' «Obsession» a toujours eu un penchant pour les univers glauques et malsains. Dans «Hardcore», qu'il scénarise et réalise, il récidive. Cette fois ci Schrader nous emmène dans l'univers (très) sulfureux et marginal de la pornographie. Un père recherche sa fille disparue depuis deux mois et il découvre qu'elle est devenue actrice de films pornographiques. Le père, très puritain et extrêmement croyant va donc se retrouver dans le milieu du cinéma X et va en voir de toutes les couleurs. Réalisé en 1979, «Hardcore» permet de constater à quel point la pornographie a été un commerce florissant et rentable pour ceux qui investissaient dedans. Georges C. Scott est encore une fois très bon et trouvait ici l'un de ses meilleurs rôles. A voir.
    Redzing
    Redzing

    Suivre son activité 404 abonnés Lire ses 3 509 critiques

    3,5
    Publiée le 19 novembre 2019
    Jake Van Dorn est un entrepreneur prospère et bigot, dont la vie coule tranquillement, jusqu'au jour où sa fille disparait. Devant l'inefficacité de la police, il se met en tête de la retrouver, et va atterrir dans le milieu californien de la prostitution et des films pornographiques... Le descente aux enfers du protagoniste et la représentation glauque de l'univers des travailleurs du sexe font penser à "Taxi Driver", et pour cause, Paul Schrader était le scénariste du film de Scorcese ! "Hardcore" se centre quant à lui sur ce père protestant et solitaire, qui découvre un univers qui le dégoute, mais avec lequel il va devoir composer pour effectuer sa quête. Un personnage campé par un excellent George C. Scott, très loin de la caricature du religieux effarouché que l'on aurait pu craindre. L'occasion de critiquer à la fois les extrémismes religieux et l'univers de la prostitution, avec quelques réflexions étonnantes sur le sexe. On y relève également quelques touches d'humour noir amusantes, et une peinture assez crue pour l'époque du monde du travail du sexe. Un drame intéressant.
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 1333 abonnés Lire ses 4 430 critiques

    3,0
    Publiée le 30 mai 2012
    Paul Schrader nous plonge dans le milieu de la pornographie avec ce film dans lequel un père catholique tente de retrouver sa fille, récemment disparue et vue dans un film hardcore. George C. Scott, acteur trop rare, est touchant dans son rôle de père qui s'investit corps et âme dans la recherche de sa fille jusqu'à parfois perdre pied et mettre en doute ses convictions religieuses (toujours la même attirance mais également répugnance de la part du réalisateur face à la religion). On est immergés en même temps que le personnage et on s'attache à l'histoire malgré quelques faiblesses scénaristiques ou même formelles.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top