Mon compte
    L'Insoumise
    note moyenne
    4,0
    95 notes dont 13 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 13 critiques par note
    3 critiques
    10 critiques
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur L'Insoumise ?

    13 critiques spectateurs

    Nelly M.
    Nelly M.

    Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 525 critiques

    4,0
    Publiée le 18 septembre 2012
    Ce film peut avantageusement remplacer "Autant en emporte le vent" pour les allergiques à ses longueurs et à son expression féminine gnangnan. D'autant que la beauté juvénile de Bette Davis montre déjà des yeux à fleur de tête, vulnérables par rapport à sa bouche serrée de psycho-rigide. Ni sympathique, ni antipathique la demoiselle masquant ses sentiments. Justement on sent que sa rude familiarité avec ses serviteurs (pleins de bonhomie et comme par hasard noirs !) vit ses dernières heures. Place au monde adulte blanc dont les codes rassurent. A l'entrée de l'écuyère en retard parmi les corsetés qui l'attendent, malaise. Attention, Sudistes et Nordistes s'étripent, il n'est de place que pour les contacts rugueux, tout est duel, l'humour aussi. Alors, haro sur cette robe couleur sang parmi les corolles blanches (ne manque que le technicolor pour intensifier le froid du bal) ! Les paroles jurent avec les attitudes. Au lieu de dire non, le partenaire fait semblant d'obtempérer, incapable qu'il est de trouver une parade riante (Henry Fonda, la beauté coincée du stéréotype affairiste). Une future femme de banquier ne peut s'amuser à éconduire pour le piment d'un retour... Belle étude de société conventionnelle, là où le naturel chez l'adulte est d'office ligoté. Si les populations se placent au plus offrant au stade de la radicalisation politique, les épidémies, elles, forcent à parquer les malades et à préserver les autres, l'occasion de choisir son camp ! Etude de moeurs finement traitée, avec cette allégresse à l'image et au son pour surprendre le spectateur sans jamais tout dire.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 507 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    4,0
    Publiée le 31 mars 2014
    William Wyler nous offre un fascinant portrait sudiste avec « L’Insoumise ». C’est le genre de film que malheureusement on ne fait plus, ceux d’une époque emporté par le vent… On y suit Julie, une jeune sudiste oppressé par les conventions de cette société, ce qui ne va pas forcément plaire à son fiancé… Le scénario est très bien écrits et ficelé, les rebondissements sont bien faits et pas forcément attendus. Mais c’est surtout les personnages qui sont bien écrit, c’est une très belle étude de caractère qu’il nous livre à l’image de celui de Julie merveilleusement interprété par une grande Bette Davis. La mise en scène est impeccable, élégante et nous plonge parfaitement bien dans ce monde. La reconstitution de cette fascinante et parfois étrange époque est parfaite et méticuleuse. Il évite aussi les clichés et les caricatures que ce genre de sujet peut offrir, notamment sur les noirs en Nouvelle-Orléans. Et à l’image de la première scène de bal, il nous montre la stupidité de certaines conventions et ordre établis. La photographie en noir et blanc est propre et belle. En plus de l’excellente Bette Davis, qui remporta justement l’oscar pour ce rôle, le jeune Henry Fonda est impeccable tout comme George Brent. Une belle œuvre, triste et intrigante et on se dit surtout qu’elle ne dure pas assez longtemps.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 621 abonnés Lire ses 3 633 critiques

    4,0
    Publiée le 28 juin 2020
    C'est un euphémisme de rappeler que Bette Davis n'était pas une actrice à la botte des studios ni des des réalisateurs. Quand elle entame sa première collaboration avec William Wyler, elle revient d'Angleterre où elle a tourné deux films suite à son procès perdu face à Jack Warner à qui elle reprochait de lui confier des scénarios sans intérêt. Le producteur madré sait qu'il ne peut se passer de sa star qui a gagné l'Oscar deux ans plus tôt pour son rôle dans "L'intruse" d'Edmond Goulding. Il règle donc magnanimement ses frais de justice et la propulse vers un projet qui lui fera peut-être oublier de ne pas avoir été choisie pour le rôle de Scarlett O'Hara dans "Autant en emporte le vent" (Victor Fleming en 1939). A dessein, l'intrigue de "L'insoumise" se rapproche quelque peu de celle du film qui fait l'évènement depuis sa mise en chantier. L'accouchement du scénario est douloureux, Jack Warner entendant être aspiré par l'engouement pour l'adaptation du roman de Margaret Mitchell sans pour autant s'attirer un procès pour plagiat. C'est "Jezebel", une pièce d'Owen Davis interprétée sur scène par Miriam Hopkins qui sert de base à une adaptation qui s'étire en longueur faute de satisfaire le studio. Au bout de huit mois, Jack Warner emprunte à la MGM William Wyler qui en sus de sa réputation flatteuse de réalisateur faiseur de stars avait aussi la particularité de savoir remanier les scénarios "mal embarqués". Avec l'aide de John Huston, Wyler parvient à ses fins et le tournage peut commencer pour terminer dans le délai imparti par son prêt. Dans un Sud paresseusement lové dans ses traditions économiques, culturelles et sociales compassées mais surtout iniques car fondées sur l'esclavage, Julie Mardsen (Bette Davis) est une jeune femme frondeuse qui prend plaisir à choquer ceux de sa caste pour qui les écarts aux mœurs locales relèvent quasiment du blasphème. Nous sommes quelques années avant l'éclatement de la Guerre de Sécession qui va rebattre douloureusement les cartes. Fiancée à un jeune banquier de la Nouvelle Orléans (Henry Fonda), spoiler: Julie ne cesse par ses caprices de jeter le chaud et le froid sur leur relation . La préparation du Bal de l'Olympe et sa conclusion va déterminer l'avenir de Julie
    . Wyler profite de l'abattage de son actrice pour en faire le révélateur paroxystique des maux qui ne vont pas tarder à précipiter la faillite d'un mode de vie en réalité déjà en bute à son déclin économique comme le montrent les scènes très édifiantes où spoiler: le jeune banquier très sobrement interprété par Henry Fonda a toutes les peines du monde à convaincre les vieux propriétaires de prendre le train du progrès. La fièvre jaune qui ravage alors la Nouvelle Orléans va ajouter au pathétique de la situation
    . Mais par delà l'histoire assez classique, c'est la prestation de Miss Davis qui retient toute l'attention. Sa beauté si particulière et sa capacité à faire passer toutes les émotions y compris les plus inavouables opèrent à merveille pour fasciner un spectateur qui ne peut se détacher du regard si intense de la fabuleuse actrice qui récoltera pour le coup un deuxième oscar. William Wyler devenu sur le tournage l'amant de son actrice, l'a bien compris qui aidé du grand chef opérateur Ernest Haller, bientôt oscarisé pour son travail sur "Autant en emporte le vent" multiplie les gros plans dont pourtant il ne raffolait pas. Mais, on ne refusait rien à une Bette Davis au sommet de son art.
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 365 abonnés Lire ses 3 889 critiques

    5,0
    Publiée le 6 mars 2015
    On ne peut pas s'empêcher de penser à "Autant en emporte le vent" qui sera tourné en couleur un an après mais ce film est tout aussi flamboyant dans son style (si ce n'est dans le Technicolor). Très belle histoire de cette femme qui cherche à échapper aux conventions et qui va faire son malheur à cause de ça. Bette Davis est superbe et le moment ou Press revient avec...sa femme est très fort.
    ygor parizel
    ygor parizel

    Suivre son activité 154 abonnés Lire ses 2 503 critiques

    4,0
    Publiée le 18 décembre 2012
    Ce classique est vraiment de bonne tenue. Film rival de Autant en emporte le vent, les deux oeuvres possèdent énormément de points communs. Le gros atout pour moi est l'interprétation générale, Bette Davis et Henry Fonda fabuleux et le reste est du même acabit. Mélodrame qui a plutôt bien vieillit je trouve.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 6887 abonnés Lire ses 10 887 critiques

    4,0
    Publiée le 5 juin 2011
    Tournè en huit petites semaines, "Jezebel" èvoque, sur fond de guerre de Sècession, le destin d'une jeune femme qui ressemble à peu de choses près à Scarlett O'Hara! Et les similitudes ètaient telles que Selznick envoya une lettre vengeresse à Jack Warner dans laquelle il insinuait perfidement qu'il serait vraiment dommage qu'un film aussi remarquable et coûteux que "Jezebel" puisse être èreintè et considèrè comme une imitation par les millions de lecteurs et de fanatiques de "Gone with the Wind". Bien entendu, rien n'y fit, le film de William Wyler sortit et connut un certain succès! Et ce n'est que justice car Bette Davis y est formidable comme à l'habitude, recevant par la même occasion l'Oscar de la meilleure actrice! Un mèlodrame historique de très grande qualitè qui doit beaucoup à son actrice principale et à quelques scènes mèmorables comme la magnifique scène du bal (avec la fameuse robe rouge et non blanche comme le veulent les convenances) ou les sèquences fort rèussies de l'èpidèmie...
    il_Ricordo
    il_Ricordo

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 407 critiques

    4,5
    Publiée le 8 avril 2012
    Sorti un an avant Autant en emporte le vent, L'Insoumise est un film bien plus intéressant, car il s'agit plus de dépeindre la société sudiste à travers l'analyse des caractères des personnages.
    Par ailleurs, le film possède lui aussi ses envolées dramatiques : Julie s'ostracise d'elle-même en portant une robe rouge - quel affront ! dans un bal où il est impensable pour une jeune fille de mettre autre chose que du blanc ; le docteur qui cherche désespérément de l'aide pour transporter Henry Fonda, atteint de l'épidémie, et personne ne veut les approcher. Tout dans le film repose sur un jeu incessant d'oppositions : Julie s'oppose à des conventions étouffantes, le Nordiste s'oppose au sudiste, la fiancée d'hier à l'épouse d'aujourd'hui etc. La mise en scène de Wyler est non seulement élégante (il commence les séquences par un plan large pour se rapprocher de plus en plus des personnages, ou alors par de charmants plans-séquences), mais elle retranscrit magnifiquement les mouvements d'âme des
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 14 novembre 2009
    Superbe film peu marqué par son age, acteurs au top, belle réalisation, scénario intelligent qui s'appui parfaitement sur le contexte historique.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3816 abonnés Lire ses 7 395 critiques

    4,0
    Publiée le 18 octobre 2007
    L'exemple type du beau film des années 30. La mise en scène très soignée de William Wyler et les éléments assez dramatiques du scénario arrivent à donner un vrai relief à l'ensemble, renforcé par un très beau noir et blanc. Mais l'autre force de cette Insoumise est le personnage de Bette Davis, loin des convenances habituelles et qui apporte un réel vent de modernité au film. Bette Davis est d'ailleurs formidable de bout en bout, et permet d'offrir au spectateur de très beaux moments. Ainsi, même si cette "Insoumise" n'est pas aussi passionnante qu'on aurait pu l'espérer, cela n'en reste pas moins un beau film, dans un contexte historique très intéressant. Une réussite.
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité 158 abonnés Lire ses 2 654 critiques

    5,0
    Publiée le 30 mai 2009
    Doté d'une réalisation très élégante et de scènes que certain(e)s trouveront peut-être trop mielleuses, ce film est une réussite pour le grand William Wyler. Henry Fonda dans un de ses premiers rôles marquants. Oscarisée pour ce rôle, Bette Davis crève l'écran.
    JohanJett
    JohanJett

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 209 critiques

    4,0
    Publiée le 29 novembre 2012
    Ce drame se déroule pendant la periode du Sud bien avant la guerre de Sécession est magnifiquement bien filmé par William Wyller ,un des plus grands cinéastes talentueux lequel donna ses lettres de noblesse au 7ème Art.La photo est splendide,et la réalisation très soigneuse,le scenario à l'époque était assez original.Comme d'habitude je n'aime pas les titres français qu'il ont aucun rapport avec le film,mais cette fois ci celui là est bien trouvé. L'insoumise est une personne qui veut changer le Sud,alors elle décidera de porter une robe rouge alors que toute les demoiselles portaient des blanches.Ce film est magistralement portée et interprétée par la talentueuse sublime Bette Davis,parmi laquelle ,celle ci sera toujours considéré comme un des plus grands mythes de l'histoire du 7ème Art .Henry Fonda est excellent,ainsi que George Brent et les second rôles comme, le grand Donald Crisp.Ce film repose également sur l'intrigue, en période de l’épidémie qui aura lieu en 1852 dans le vieux Sud ,l'action se déroule 9 ans avant la guerre civile.Jezebel,titre original ,ici elle s'appelle Julie Marsden, c' est l'histoire d'une jeune sudiste par qui le scandale va arriver autour de son entourage,à cause d'une robe rouge que la jeune fille portait pour le bal de l'année.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2159 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    4,0
    Publiée le 14 juin 2009
    «L'Insoumise» est un film majeur de William Wyler où il montre une fois de plus son indéniable talent de cinéaste à travers une mise en scène vive et élégante, la scène du bal remarquable peut être d'ailleurs considérée comme un sommet de son oeuvre. Les décors et la photographie en noir et blanc sont eux très soignées. Mais l'intêret de ce film réside surtout dans l'interprétation monumentale d'une Bette Davis incroyable et qui n'a pas volé son Oscar. Sans parler que Henry Fonda (bien qu'un peu trop en retrait) et George Brent tous deux excellents ajoutent leur pierres à l'édifice. Une belle réussite.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 26 décembre 2006
    Un an avant le mythique et éblouissant "Autant en emporte le vent" de Fleming, Wyler s'aventurait dans le "Sud de la plantation" dans ce beau drame sacrificiel, mené par l'élégance de sa mise en scène et la monumentale performance de Bette Davis.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top