Mon compte
    Blue Crush
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Blue Crush" et de son tournage !

    La genèse du film

    Filmé intégralement sur la Côte Nord d'Oahu, sans transparence ni effets spéciaux, Blue crush s'inspire du récit de Susan Orlean The Surf girls of Maui, paru dans le magazine Outside. Fan de surf, le producteur Brian Grazer acheta les droits de cet article avec l'intention de livrer une image authentique d'un des sports les plus exaltants, les plus risqués et les plus incompris du monde. Le réalisateur/scénariste John Stockwell s'attela avec lui à ce projet, apportant sa propre vision des rites du surf et de sa caste "émergente" : les femmes.

    Le choix de Kate Bosworth

    Dès leurs premiers contacts avec la faune d'Oahu, John Stockwell et la scénariste Lizzy Weiss comprirent que le rôle principal ne nécessitait pas une vedette confirmée. Le réalisateur explique : "La présence d'une star nuit parfois à la crédibilité d'un film. C'est le cas ici : combien de spectateurs croiront Sarah Michelle Gellar capable de surfer comme une championne ? Universal et Imagine Entertainment ont eu le mérite de choisir une quasi inconnue : Kate Bosworth. Au départ, je la trouvais un peu trop élégante et raffinée, et j'avais du mal à l'imaginer vivant à la dure ou chevauchant les vagues les plus redoutables du monde. Mais, sitôt arrivée à Oahu, elle s'est investie à fond, physiquement et mentalement, dans son personnage."

    Un entraînement intensif

    Sportive accomplie et championne d'équitation, Kate Bosworth se prépara longuement pour Blue crush. Celle-ci raconte : "J'ai pris mes premières leçons de surf plusieurs semaines avant de décrocher le rôle. Je voulais prouver à Brian et John que je n'étais pas seulement capable de jouer le personnage, mais que j'étais aussi travailleuse et déterminée qu'Anne Marie."
    Cet entraînement, bien que facilité par la forme athlétique de la jeune comédienne, demanda de sa part un effort rigoureux. L'actrice s'entraîna pendant près d'un mois, alternant nage, surf, courses sur le sable et séances de musculation.

    L'apport de véritables surfeurs

    Outre les surfeurs Rochelle Ballard (recrutée comme doublure de Kate Bosworth pour les scènes les plus dangereuses) et Megan Abubo, la production engagea Keala Kennelly, Layne Beachley et Kate Skarratt pour tenir leur propre rôle dans la séquence des Pipe Masters - autant de célébrités qui ont remodelé le visage du surf et contribuent à l'authenticité du film.
    L'"impératif territorial" propre à cette culture obligea par ailleurs la production à engager des surfeurs locaux de haut niveau pour avoir le privilège d'accéder à "leurs" plages et de filmer "leurs" vagues.

    Le tournage des séquences aquatiques

    Pour réaliser les séquences aquatiques qui totalisent 40 % du film, John Stockwell enrôla deux grands spécialistes des scènes de mer : Don King (cadreur 2e équipe sur Seul au monde et réalisateur de la séquence d'ouverture de Meurs un autre jour) et Sonny Miller (Les Dieux du surf), ainsi que le légendaire surfeur Michael Stewart, neuf fois champion du monde de bodyboard. Allongé sur sa planche, en appui sur les coudes et armé d'une caméra, ce dernier fonça au coeur des vagues pour en ramener des images inédites qui restituent pleinement l'expérience exaltante du surf.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Dune (2021)
    • Bac Nord (2020)
    • Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux (2021)
    • Boîte noire (2020)
    • Un Triomphe (2019)
    • L'Origine Du Monde (2020)
    • France (2020)
    • xXx (2002)
    • Délicieux (2021)
    • Les Méchants (2020)
    • Free Guy (2021)
    • Reminiscence (2021)
    • OSS 117: Alerte rouge en Afrique noire (2021)
    • Respect (2020)
    • Drive My Car (2021)
    • Mourir peut attendre (2021)
    • Kaamelott – Premier volet (2019)
    • Serre Moi Fort (2020)
    • Malignant (2021)
    • The Suicide Squad (2021)
    Back to Top