Notez des films
Mon AlloCiné
    La Cité de Dieu
    note moyenne
    4,3
    18765 notes dont 841 critiques
    répartition des 841 critiques par note
    458 critiques
    262 critiques
    41 critiques
    39 critiques
    26 critiques
    15 critiques
    Votre avis sur La Cité de Dieu ?

    841 critiques spectateurs

    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 2 756 critiques

    4,5
    Publiée le 14 juillet 2020
    Tiré d'une histoire vraie, un film choc, d'une grande violence, qui relate une guerre des gangs dans une favela brésilienne, portée par une mise en scène virtuose.
    Le Clown Dansant
    Le Clown Dansant

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 293 critiques

    4,0
    Publiée le 21 octobre 2019
    "La cité de Dieu" c'est avant tout un film inspiré d'un roman éponyme, dont l'auteur est né dans ces Favelas et y a vu régner la criminalité et l'ascension au pouvoir de "Dadinho", qui deviendra le chef de gang de la favela sous le nom de "Ze Pequinho". Il connaît donc parfaitement son sujet puisqu'il y a macéré dans sa jeunesse. C'est dans cette partie inconsciente de Rio de Jainero que se passe la totalité du film. Miroir de la fracture sociale entre une population pauvre vivant dans l'insalubrité, le dénuement et entourée de gangs et la classe moyenne ou aisée de Rio. On y suit le narrateur, le jeune Buscapé en tant que spectateur de la montée de la violence dans ces quartiers de la fin des années 60 jusqu'au milieu des années 70. Il souhaite un jour quitter les Favelas et souhaite poursuivre son rêve : devenir Photographe. A l'inverse son grand frère est un voyou faisant partie du "trio ternura" une bande de jeune commettant des vols et des braquages, ce trio sera régulièrement accompagné de deux enfants : Bené et Dadinho, ce dernier n'aspire qu'a une chose, devenir le grand manitou du grand banditisme de la cité de dieu spoiler: Le spectateur sera ensuite amené à observer au fil du temps la déliquescence de la favellas qui subit la dictature impitoyable de Ze Pequinho (ex Dadinho) qui ambitionne d'asseoir son territoire en éliminant les chefs de gangs des quartiers. De l'autre coté de la ville, un autre jeune malfrat a son territoire, son gang, s'en suit une guerre de clans inéluctable, le tout en recrutant des enfants soldats. Ce film dénote sans doute de la réalité des favellas durant ces années la et en particulier de cette Favelas considéré comme la plus dangereuse du Brésil. Comme le dit Buscapé, le narrateur et principal protagoniste durant la scène initiale du film sur laquelle on y revient en guise de concluson "Je pensais qu'une photo changerait ma vie, mais dans la cité de dieu, si tu t'en vas, t'es mort. Et si tu restes, t'es mort aussi, et c'est comme ça depuis que je suis petit". Cette phrase laissait présager la suite du film, et un destin bien funèbre pour notre jeune photographe en Herbe. En effet, au fil du film tous ceux qui songeaient à un avenir plus radieux en dehors des bidonvlles sont morts. Béné et Manu le coq qui aspiraient à une vie loin de tout ce chaos finissent par périr, l'un un peu par malchance mais aussi et surtout car il côtoyait d'un peu trop près Ze Pequino et l'autre car il aspirait à la vengeance et s'était auto condamné. Finalement, le seul qui arrivera à se construire et faire carrière, c'est le seul qui est resté droit dans ses bottes du début à la fin, longtemps dépourvu de chance : Il n'a jamais réussi à conquérir la femme de ses rêves, il a toujours vécu dans la misère, loin de tout ces trafics, et il a fallu que la guerre de gang arrive à son dénouement pour qu'il réalise les clichés qui allaient changer sa vie. J'ai aimé l'intention du réalisateur, de recruter des jeunes enfants brésiliens inconnus du grands public, pour certains amateur de théâtre qui sont d'une justesse implacable, beaucoup connaissaient la misère, ce milieu, et le langage de rue qu'ils retranscrivent avec générosité. Ce film, en plus de leur offrir une visibilité, leur à permis aussi d'augmenter leurs conditions de vie grâce au cachet du film, et c'est à souligné. Point négatif principal : les scènes de poursuites qui foutent la gerbe, ok le budget est mince mais c'est très très brouillon Un film choc à ne pas mettre entre toutes les mains.
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 495 abonnés Lire ses 4 214 critiques

    4,0
    Publiée le 24 janvier 2015
    Comment survivre dans les favelas. Ce film est assez hallucinant. Il dépeint un monde impitoyable à travers de remarquables prestations. L'espérance de vie semble avoir du mal à atteindre les 30 ans. Choquant déjà par sa jaquette, il ne cache rien : Des enfants meurent les armes à la main pour un bout de terrain, il semble n'y avoir aucune pitié pour personne. Que de la cruauté. Il m'a semblé très réaliste et est très immersif. On a l'impression de faire partie de ce monde en qualité de spectateur, avec la crainte de se prendre une balle à tout moment. La réalisation est parfaite. spoiler: Les 30 dernières minutes sont déchirantes. J'ai quand même apprécié que le scénariste laisse un espoir à 1 personnage de se sortir de cet enfer. Un très bon film d'actions, de réflexion.
    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 282 abonnés Lire ses 688 critiques

    4,5
    Publiée le 25 juin 2015
    Une petite bombe ! Ce film est tellement dense en émotions, informations, rebondissements et péripéties qu'en faire une critique est quasi impossible. J'ai longtemps hésité à le voir (3-4 ans en fait!) car je ne connais pas le réalisateur ni les acteurs et j'ai préféré me pencher sur des filmo d'auteurs un peu plus fournies. Pourtant ce film est incroyable de maîtrise, avec son scénario s'étalant sur près de 10 ans, sa caméra quasi documentaire, son aspect moite, insécuritaire, violent, tous les ingrédients sont là pour une grande fresque sur les favelas brésiliennes. Il y a quelques points qui m'ont dérangé et qui m'empêche de mettre un 5/5 tout de même. Le premier c'est que le personnage principal est extérieur à l'histoire, n'a que peu d'impact dessus. Et malgré ça son histoire va être sur-développé, notamment ses amours, alors que c'est sans intérêt. Le deuxième c'est que ce personnage raconte l'histoire en voix off. Et j'ai horreur de ça ! Pour le reste c'est brillant et il ne faut pas hésiter à le voir.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 16 décembre 2014
    La preuve ultime qu'un film peut être un parfait chef-d'oeuvre de mise en scène sans pour autant se regarder filmer une seule seconde, et c'est à ça que l'ont reconnait un grand film. Fernando Meirelles a désormais une bien lourde responsabilité sur les épaules pour son futur cinématographique après nous avoir pondu un tel chef-d'oeuvre.
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 2338 abonnés Lire ses 5 137 critiques

    5,0
    Publiée le 21 novembre 2008
    Tout a été dit... Film choc au scénario extrèmement bien écrit qui voit évoluer deux amis d'enfance ayant choisit des chemins différents. La mise en scène est nerveuse, proche des protagonnistes. On est complètement plongé dans les favelas et la cruauté de ce monde presque parallèle au notre... Alors que c'est notre monde. Impressionnant de maitrise et sans concession. Un des 10 meilleurs films de ce début de siècle. Chef d'oeuvre.
    GlaireWitch
    GlaireWitch

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 586 critiques

    5,0
    Publiée le 14 septembre 2010
    film choc, un grand moment qui ne mâche pas ses mots, c'est violent, choquant mais tellement vrai que ca fait froid dans le dos ! encore un chef d'œuvre !
    Léo Mesguich
    Léo Mesguich

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 107 critiques

    4,5
    Publiée le 19 juin 2014
    Un excellent film, témoignage exceptionnel des dealers et de la criminalité dans les favelas de Rio. Mais ce film va bien au-delà, il montre comment ces jeunes grandissent, comment ils essayent d'aimer et d'être aimés. Et montre ce que la misère peut faire aux hommes : transformer un petit garçon d'une dizaine d'années en tueur psychopate... Tout cela repose sur le montage qui allie fluidité, narration non linéaire, flash back et surprises en tout genre, tout en restant très compréhensible. Le film, notons le, est aussi à la frontière de plusieurs genres,ce qui le rend très intéressant : film de gangster, histoire de vie et drame, ce qui fait ressentir tout un panel d'émotion au spectateur. Un film important de la décennie 2000, extrêmement bien réalisé et interprété.
    Florian Malnoe
    Florian Malnoe

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 556 critiques

    5,0
    Publiée le 7 avril 2014
    "La Cité de Dieu", ou bien le drame sud-américain le plus marquant et dure des années 2000. Le "saint-graal" des films sur l'enfer des favelas brésiliens. Percutant, Poignant, difficile, et osé, sur la délinquance, la corruption et la criminalité qui touche de plein fouet la pauvreté du Pays; et même les plus jeunes. Le terme "Film coup de poing !" n'a rarement autant bien sied à un film qu'à celui-là. On s'attache aux protagonistes (particulièrement à Zepekenio) malgré leurs actes extrêmement graves. Un chef-d'oeuvre sensationnel et rarissime !
    Florent B.
    Florent B.

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 733 critiques

    5,0
    Publiée le 20 janvier 2018
    Mon dieu, quelle claque !!! C'est comme si on y était, où chaque coup de feu nous touchait. Une photographie aveuglante, qui nous entraîne dans les favelas dès les premières secondes. Un grand moment de cinéma, qui donne une leçon de vie. Stimulant, pénétrant, intéressant, les adjectifs ne manquent pour décrire ce chef d'oeuvre. Bouleversant.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 1663 abonnés Lire ses 4 339 critiques

    4,0
    Publiée le 11 novembre 2012
    Un film coup de poing,qui laisse durablement son empreinte,marquant autant la naissance d'un cinéaste surdoué qu'un témoignage édifiant sur la jeunesse des favelas brésiliennes.A Rio de Janeiro,dans les années 70,la violence règne à tous les coins de rue,banalisée,comme si c'était normal.Les enfants apprennent très tôt à se réunir,à manier une mitraillette,à voler en toute impunité ou à se droguer.Les échappatoires sont quasi-nuls,excepté pour Fusée,un gamin voulant devenir photographe.Loin d'être glauque ou cynique,le film est rageur,plein de vigueur et même parfois d'espérances.Il est quand même dur à visionner,tant il est difficile d'admettre l'évolution du Brésil urbain.Meirelle filme "La cité de Dieu"(2002)comme un long-clip touffu,éprouvant.Ce n'est pas un artifice,le but étant de nous immerger dans ce tourbillon de violence quotidienne.Le choix d'acteurs brésiliens amateurs,respire l'authenticité et le vécu.On sent qu'ils connaissent parfaitement la situation,les réactions aux différents évènements dramatiques sont plus vrais que nature.La photographie est exceptionnelle,s'aventurant parfois hors de la ville,sur des terrains vagues.On retient son souffle durant 135 minutes.
    WinslowLeach666
    WinslowLeach666

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 359 critiques

    5,0
    Publiée le 21 octobre 2006
    Film coup de poing, la cité de Dieu nous fait entrer de plain pied dans l'univer de la violence des favellas. C'est choc et très bien réalisé, incroyablement bien joué aussi. Un film comme on aimerait en voir plus souvent
    Legid
    Legid

    Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 566 critiques

    4,0
    Publiée le 16 mars 2013
    Un voyage captivant au sein des favelas de Rio de Janeiro, milieu où les gangsters sont des enfants et où le plus fort est celui qui aura tué tous ces adversaires avant que lui même ne se fasse tuer. La réalisation de Fernando Merelles donne un vrai dynamisme au film par une caméra à l'épaule (procédé que je n'aime pas habituellement) judicieusement utilisée et par un montage parfois clipesque mais efficace. L'interprétation des acteurs, probablement non professionnels pour la plupart, est excellente et donne une vrai crédibilité à cette histoire tirée de faits réels. Certains reprocheront une violence trop présente mais malheureusement nécessaire pour dépeindre la réalité de la vie dans ces favelas, vie ou règnent les caïds, trafiquants de drogues et truands en tout genre. Pour le coup, l'affiche ne ment pas, le film est une vraie claque !
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 124 abonnés Lire ses 2 722 critiques

    4,0
    Publiée le 30 juin 2020
    On en ressort sonné, comme si Fernando Meirelles nous avez balancé une claque en pleine gueule! Dans un style propre à celui de Scorsese, le réalisateur nous décrit, nous plonge au cœur de la pire favelas de Rio, "La cité de Dieu". Sans tombé dans le mélo mais en restant toujours très réaliste Meirelles filme misère et (ultra) violence, le tout sous-poudré d'humour. Plus qu'un film, un témoignage, des plus alarmant sur la situation de la population brésilienne et particulièrement celle vivant dans les favelas.
    vivien-b
    vivien-b

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 206 critiques

    4,0
    Publiée le 21 juin 2011
    La Cité De Dieu est une favela située à Rio De Janeiro au Brésil, où s'est déroulé conquêtes ultra-violentes de territoires, trafics de drogues ou encore guerre de gangs. Sur le sujet était déjà sorti un livre, dont ce film peut être considéré comme l'adaptation car suivant à peu près le même schéma de narration, à savoir l'étendue des événements importants de l'histoire à travers le portrait d'une petite vingtaines de personnages (trois cent dans le livre), dressés dans le film avec tout de même un fil rouge constant et sous une voix-off très appréciable du personne principal qui magnifie la qualité de la réalisation, qui est elle moderne, arrive à faire sortir le film des sentiers du documentaire et on suit sans relâche l'histoire de cette Cité (qui porte assez mal son nom dans les circonstances que nous montrent sans cesse le film (ces circonstances oscillant très souvent entre meurtres et violences extrèmes)) dominées par des voyous en tout genre qui n'ont comme seul point commun leur brutalité extrèmement violente. Car, et c'est bien quelque chose qu'il faut avertir (même si je pense que si vous avez lu ma critique jusque là vous devez sérieusement comprendre pourquoi), s'il y a bien quelque chose de prépondérant dans le film, c'est la violence, qu'elle soit implicite ou graphique, même si elle commence à devenir souvent explicites après la prise du pouvoir de Pékinio, personnage très important dans l'histoire. Et puisqu'on en vient aux personnages, autant vous rassurer : il y a bien un personnage central, Fusée, qui est d'ailleurs la voix-off qu'on entendra durant le film, et même si c'est surement celui-la qui a le plus de personnalité (et le plus de moralité aussi) et auquel on s'attache le plus facilement, normal après tout parce qu'il est un des seuls à essayer de ne pas s'empièter dans des affaires trop sales, mais les autres personnages sont tout aussi intéressants par le fait qu'ils ont presque tous une histoire, et on arrive (pour certains bien plus que d'autres bien entendu) à presque leur éprouver de la sympathie. L'autre force du film, c'est un réalisme poignant qui fait quasi-documentaire, et rend encore plus intense les scènes d'ultra-violence (encore une fois, âmes sensibles s'abstenir (un avertissement qui devient routinier)), car on sait que cette violence, autant chez les enfants que chez les grands voyous est réelle (ou du moins l'était à ce point vers les années 70/80, sachant qu'heureusement aujourd'hui on peut marcher trentes mètres au Brésil sans voir un cadavre par terre), et peut-être même pire dans cette dure réalité qu'illustre le film. Au niveau des acteurs, tous inconnus du grand public, ils servent bien la dureté du film en même temps que ses quelques petits moments joyeux où on sait que le personnage principal peut s'en sortir et qu'il peut avoir une belle vie à hors de ce territoire de violence et d'argent facile. D'ailleurs, au niveau des mélanges des genres, on vogue entre un documentaire très réaliste et bercé par une violence sans retenue, un drame éprouvant et intense, un film sur le destin d'un homme avec un point de vue sur le monde bloqué dans un cercle vicieux dont il ne pourra peut-être pas sortir ("Dans La Cité De Dieu, tu restes, tu crèves, tu pars, tu crèves"), et même sur un thriller à la Scorsese avec lequel il partage la même violence crue, l'ambiance malsaine des débuts et surtout un véritable effort dans la narration, sans laquelle La Cité De Dieu serait devenu au fil du temps un simple documentaire que personne n'oserait voir à cause de sa violence et de sa crudité et n'aurait pas eu sa renommée (et son succès puisqu'il s'agit du film le plus vu au Brésil (nous avons Titanic, film grand publicet qui prône l'émotion, ils ont La Cité De Dieu, film interdit aux moins de 16 ans sans concession qui prône la crudité...)) qu'il mérite amplement puisque La Cité De Dieu est surement le meilleur film brésilien des années 2000 (en même temps direz-vous que c'est le seul film Brésilien des années 2000 que j'ai vu, ce qui n'est pas faux...). Conclusion : Cru, réaliste, poignant, captivant, éprouvant, violent, mais qui ne manque pas de travailler des personnages, des situations, un scénario, une photographie, bref, du culte pur et très dur.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top