Mon compte
    The Intruder
    Note moyenne
    4,0
    201 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur The Intruder ?

    23 critiques spectateurs

    5
    3 critiques
    4
    12 critiques
    3
    7 critiques
    2
    1 critique
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    Caine78
    Caine78

    5 994 abonnés 7 396 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 7 octobre 2008
    Film méconnu et pourtant l'un des meilleurs de son auteur, "The Intruder" arrive tout de suite à nous plonger dans un monde cruel et particulièrement réaliste. Corman arrive d'entrée à nous faire pénétrer dans ses petites bourgades racistes et au combiend angereuses, qui n'attendent en réalité qu'un meneur pour allumer le feu. Mais qu'à cela ne tienne : le film se repose aussi et (surtout) sur un scénario bien ficelé et particulièrement efficace, doté par moment de vrais moments de mise en scène. En effet, que dire de ces saisissants travellings qui nous font ressentir l'incroyable tension sur le visage des Noirs, ou encore cette ville qui semble prête à exploser à chaque instant sous n'importe quel prétexte. Enfin, dans le rôle de l'élément perturbateur, William Shatner (mais oui, le futur capitaine Kirk de "Star Trek"!) livre une performance assez éblouissante, et ce jusqu'à un final qui pourra paraitre peu convaincant à certains, mais qui n'en demeure pas moins magistralement menée, et ce jusqu'à l'ultime scène. Plus qu'une curiosité, "The Intruder" est donc un film à découvrir absolument car il est un plaidoyer antiraciste de superbe facture. Magistral.
    Santu2b
    Santu2b

    214 abonnés 1 785 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 21 juillet 2018
    Au moment où la déségrégation s’enclenche lentement aux États-Unis, où quelques grappes d’élèves noirs peuvent intégrer les écoles jusque-là occupées par les blancs, un homme en complet blanc débarque dans une ville du Sud et se met à jouer avec le feu en haranguant la population. En 1962, il fallut tout le courage de Roger Corman pour sortir "The Intruder", deux ans avant l’adoption des lois civiques. Avec un budget rikiki, l’auteur de "Mitraillette Kelly" signe un brûlot politique d’une grande intensité. Certes par moment le manque de moyens se fait ressentir mais le spectateur fait abstraction face à la puissance de certaines scènes. Incontestablement, Corman maîtrise son sujet ne laissant rien au hasard : les préjugés, la manipulation, le spectre de la meute. Encore largement méconnu, un long-métrage à découvrir.
    benoitparis
    benoitparis

    94 abonnés 1 277 critiques Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 1 décembre 2009
    Pour Roger Corman un bon film doit divertir et faire réfléchir. « The intruder » est bien sa meilleure illustration du propos. Un scénario dramatiquement très bien construit qui s’ingénie à éviter le préchi prêcha simpliste, et réussit in fine à le mettre du cotée des « méchants », des cyniques. Adam Kramer est en même temps une des grandes silhouettes de prêcheurs solitaires et inquiétants (maléfiques ?) qui hantent le cinéma américain. Excellents film et manifeste militant contre l’instinct grégaire mortifère raciste et ceux qui le manipulent. Le spectacle avec une éthique impeccable.
    cylon86
    cylon86

    2 248 abonnés 4 430 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 17 août 2018
    De tous les films réalisés par Roger Corman, cinéaste et producteur prolifique, "The Intruder" est sans conteste son œuvre la plus atypique et la plus ouvertement politique. Dans une petite ville du Sud des États-Unis débarque Adam Cramer. Costume blanc impeccable, cheveux gominés, sourire carnassier, il se présente comme un réformateur social. C'est en vérité un parfait agitateur qui va attiser le racisme déjà bien présent dans cette petite ville. A grands renforts de discours illogiques mais bourrés de ferveur, il convainc les habitants de la ville d'agir contre la déségrégation voyant arriver des élèves Noirs dans leur lycée. En faisant cela, Cramer (dont on ne sait pas si au fond il est vraiment raciste) espère se poser en leader de groupe et semer le trouble. Il a malheureusement sous-estimé le pouvoir d'une foule, qui ne réfléchit pas mais qui agit avec bêtise et sans jamais se contrôler... Brûlot politique violent, appel à la tolérance face à la bêtise du racisme, "The Intruder" a connu de sacrées difficultés de tournage (il faut dire que les autorités locales du Sud n'ont pas vraiment apprécié le discours du film) et n'a pas connu le succès lors de sa sortie en salles, ramenant Corman vers ses adaptations lucratives et somptueuses de Poe. Il est dommage que le cinéaste n'ait pas poursuivi dans cette veine engagée tant il se dégage du film une énergie vive et brûlante, renforcée par la photographie en noir et blanc et les cadrages serrés mettant en avant les trognes et la sueur ainsi que par la prestation fiévreuse de William Shatner dans un rôle trouble. Toujours férocement d'actualité, "The Intruder" brille par sa narration efficace, reposant sur des personnages vite caractérisés et sur une énergie incroyable, véritable dénonciation du racisme assénée comme un coup de poing.
    🎬 RENGER 📼
    🎬 RENGER 📼

    6 149 abonnés 7 225 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 11 novembre 2010
    Plutôt surprenant de retrouver Roger Corman derrière un projet pareil, celui à qui l'on doit des Séries B & Z telles que L'attaque des crabes géants (1957) ou encore La Petite Boutique des horreurs (1960), s'essaie cette fois-ci à un brûlot sous la forme d'un drame sociétal & racial. L'action se déroule dans un petit patelin du sud des Etats-Unis au milieu des années 60. A cette époque, le racisme est quelque chose de courant et cela tombe plutôt bien car Adam Cramer (membre d'une organisation d'extrême droite) compte bien profiter des habitants de cette ville pour raviver la flamme raciale et ainsi s'opposer à leur intégration. Et il ne passe pas inaperçu, au sein de cette petite bourgade sans problème, où petit à petit, il parvient à faire naître une haine ségrégationniste jusqu'au point de créer un lynchage contre un innocent noir.
    The Intruder (1961) nous montre à quel point il facile de manipuler les gens ! Un drame très réaliste au scénario efficace et surtout, un William Shatner tout simplement impressionnant !
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    1 163 abonnés 3 967 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 10 décembre 2018
    Inédit au cinéma en France, « The Intruder » est un film américain réalisé en 1962. Nous nous retrouvons à Caxton, une petite ville du sud des Etats-Unis, dans les années cinquante. La ville a récemment voté une loi en faveur de la déségrégation et un petit quota d’élèves noirs est autorisé à intégrer un lycée. Adam Cramer est envoyé dans la ville au nom d’une organisation à vocation sociale pour savoir ce que pensent les habitants de cette réforme. Le coup de maître de Roger Corman est de faire apparaître ici les racistes comme des individus normaux. C’est là où le malaise est malin puisque les spectateurs de l’époque s’y reconnaîtront peut-être. Est-ce pour cette raison que ce puissant polémiste sera un échec commercial ? « The Intruder » met en abyme une Amérique fermée et apeurée par ce qui n’appartient pas à sa communauté. Cette sortie en 2018 fait incroyablement penser à l’Amérique de Trump xénophobe.
    D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    Daniel C.
    Daniel C.

    131 abonnés 715 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 1 septembre 2018
    L'apparition d'un intrus, "The intruder", d'un bonimenteur, qui vient "vendre sa soupe indigeste" en clivant la société. Désigner la menace en l'incarnant à travers l'étranger, c'est une pratique quasi intemporelle. Ici, la loi vient d'autoriser les noirs, les "nègres", à fréquenter les établissements d'enseignement parmi les blancs. Cela pose problème à ces habitants d'une ville du sud des Etats-Unis et un "étranger" à la ville vient attiser haine sous-jacente, ressentiments multiples. Ce que je découvre avec étonnement, c'est que le discours raciste, ségrégationniste se nourrit aussi d'antisémitisme. Les juifs conspirent pour "souiller le sang pur". Ces délires ont un caractère opérant, il suffit qu'une dose suffisante de perversion abreuve les propos du bonimenteur. Ce qui est jubilatoire dans le film de Roger Corman, c'est que la faiblesse interne du beau parleur sera mise à nu. C'est un film quasi pédagogique sur la tolérance et les soubassements des mécanismes de rejet de l'autre. A voir de façon complémentaire au récent film de Spike Lee : "BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan".
    Loïck G.
    Loïck G.

    281 abonnés 1 626 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 16 août 2018
    Si le propos de Corman à l’époque et encore aujourd’hui demeure primordial dans la lutte contre toute xénophobie, il est soixante ans plus tard malheureusement dépassé par une réalisation qui en fait des tonnes pour asseoir son autorité. L’autorisation à quelques élèves noirs d’intégrer une école réservée aux blancs provoque la colère des habitants, attisés par un prêcheur venu de la grande ville. L’homme est cynique et roublard, et peuple encore les rues de nos jours, nous rappelle ce film à la mise en scène beaucoup trop appuyée. Elle est lourde, insistante, répétitive, alors que le réalisateur nous laisse entrevoir une autre manière d’appréhender le sujet à travers la personnalité d’un représentant de commerce qui sous des airs balourds va s’opposer au prédicateur. Mais malgré une histoire avec sa femme tout aussi intrigante, le couple n’étoffe guère le film .
    Pour en savoir plus : lheuredelasortie.com
    QuelquesFilms.fr
    QuelquesFilms.fr

    220 abonnés 1 596 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 24 mars 2020
    C'est une curiosité dans l'abondante filmo de Roger Corman, roi de la série B à petit budget, essentiellement connu pour ses réalisations fantastico-horrifiques (notamment quelques adaptations des nouvelles d'Edgar Allan Poe). Et c'est un film que le cinéaste affectionnait particulièrement, tant par son ambition politique que par l'investissement qu'il lui a demandé (engagement de fonds personnels eu égard à la frilosité des producteurs, tournage dans un contexte social encore brûlant…). Un chaud-froid qui allait malheureusement s'accompagner d'un vent dans les salles US, malgré un bon accueil critique, et renvoyer Corman à ses divertissements grand public. Le film n'a même pas connu de sortie dans les salles françaises.
    Sans crier au chef-d'œuvre, on est agréablement surpris par la bonne tenue de ce drame court et intense. Tout n'est pas subtil dans la réalisation et dans l'utilisation de la musique, mais Corman maîtrise cette matière politico-sociale, matière fournie par un roman de Charles Beaumont (par ailleurs scénariste de Corman sur d'autres films). Chronique du racisme ordinaire dans le Sud états-unien, manipulation des foules, sauvagerie des honnêtes gens… L'histoire est captivante et intéressante jusque dans son dénouement. Le film offre aussi un beau rôle à William Shatner (Star Trek) en tribun charmeur, populiste et machiavélique.
    JoeyTai
    JoeyTai

    17 abonnés 427 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 26 octobre 2020
    Film fort qui narre les tensions très vives qui apparaissent dans une bourgade du sud des États-Unis lors de la déségrégation. L'arrivée d'un jeune homme charismatique bien décidé à stopper la réforme en cours va mettre le feu aux poudres. Sam Corman dépeint avec brio le pouvoir du verbe sur les foules qui semblent n'attendre qu'un signe pour exprimer leurs plus bas instincts. William Shatner est très à l'aise et donc très crédible dans le rôle d'Adam Cramer, un incendiaire qui crie sa haine des Noirs, des Juifs et des communistes. Les gros plans montrent la folie contagieuse des hommes : orateur en extase, auquel répond un public chauffé à blanc. Adam Cramer veut stopper la déségrégation mais sans violence. Il tend pourtant un piège à un étudiant noir qui se retrouve accusé du viol d'une fille blanche. La foule veut évidemment le lyncher ce que semble regretter Adam Cramer. C'est le seul aspect qui ne m'a pas paru très crédible. J'imagine mal Hitler devant une synagogue en feu murmurer "Mon Dieu, qu'est-ce que j'ai fait..." En tout cas c'est un film saisissant sur le racisme ordinaire tel qu'il existait dans le sud des États-Unis jusqu'aux années 1960.
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    248 abonnés 2 566 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 30 avril 2008
    Un très bon film assez actuel ( et d'autre part bien loin de tout cliché ! )...
    AMCHI
    AMCHI

    5 019 abonnés 5 934 critiques Suivre son activité

    3,0
    Publiée le 26 octobre 2017
    De *Roger Corman* on est surtout habitué à ses films d'épouvante notamment ceux adaptés de Poe mais avec **The Intruder** il change de registre en dénonçant le racisme de façon brut et efficace.
    Bon film bien qu'un peu simple par contre sa courte durée et son montage nerveux en fait un film qui se regarde sans ennui, William Shatner surprend en mégalo raciste même si sa prestation tout comme le film n'est pas renversante et le final un brin convenu se sentait venir.
    Avec le temps ce film a perdu de son impact mais à l'époque il collait à l'air du temps avec ses écoliers noirs accédant aux écoles de blancs dans le Sud des U.S.A. ; The Intruder est à découvrir plus par curiosité que parce qu'il est un indispensable.
    Redzing
    Redzing

    911 abonnés 4 291 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 21 juin 2022
    "The Intruder" est une jolie triple surprise. Premièrement, car ce drame social est réalisé par Roger Corman, que l'on connait plutôt pour ses films d'horreur. Il tente ici un virage très inhabituel, qui sera d'ailleurs l'un de ses rares échecs financiers... Deuxièmement, car le film retourne le concept habituel des films anti-racistes. Ici, il ne s'agit pas d'un progressiste ou d'un militant pour les droits civiques qui débarque dans un Sud simili-esclavagiste. Au contraire, l'action se déroule dans une petite ville sudiste où la loi dicte que désormais, les Noirs peuvent fréquenter les écoles des Blancs. C'est un étranger, lobbyiste pour un groupe conservateur, qui va semer la zizanie en plantant des graines de haine et de violence auprès d'une population qui avait intégré à contrecœur cette nouvelle loi. Troisièmement, car le scénario est d'une redoutable modernité. En effet le sujet n'est pas vraiment le racisme inhérent à certains Etats du Sud (surtout à l'époque). Mais plutôt le danger du populisme. Ou comment un nouveau venu, immaculé, élégant, charmant, bon orateur, va parvenir à séduire voire manipuler une population dont il a compris les frustrations et les envies. Un fond qui résonne complètement avec les politiques démagogiques des années 2010 (l'assaut du Capitole n'est pas loin !). La mise en scène est plutôt inspirée, avec quelques scènes fortes. Tandis que William Shatner (avant la série "Star Trek") se montre flamboyant dans le rôle de l'antagoniste. Mais c'est l'écriture pertinente que l'on retiendra de ce drame malheureusement toujours très pertinent.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 25 février 2020
    Ou comment un mouvement de foule peut conduire vers la bêtise humaine, avec l’intrusion de ce intruder sudiste dans les états où le racisme fut institutionnel, c’est la ségrégation contre les abolitionnistes nordistes, les gens suivent la bête de foire orateur charismatique beau parleur.
    Le discours à forte connotation et en hausse, une popularité en 1962, époque des quotas ethniques dans le lycée de Caxton, la réforme des WASP d’abord ségrégationniste dans le sud sans surprise, et pourtant c'était la loi dans ce bled.

    Une réalisation en noir et blanc symbole fort excellent où l’on distingue la stigmatisation prononcée des vieux habitants en troupeaux agglutinés, discrimination positive raciale et sexiste, la femme utilisée comme appât injuste arbitraire.
    Condamner le coupable sans présomption à l’avance, sans procès équitable un homme noir innocent, secte suprématiste Ku Klux Klan avec leurs chapeaux costumes uniques triangles cônes équerres 3 cotés pointus.

    Le final intelligemment distingue l’isolé fauteur de troubles enquêteur amateur dont les discours ne font plus effet, crie au loup sans cesse dont personne ne croira plus des mensonges montés de toute pièce, pas de salut ni de prière aux intrus perturbateurs d’intrigues pour la tranquillité de l’histoire, ciao !.....
    L’Amérique, terre continentale immémoriale de migration, immigration et de colonisation, amen alléluia Jesus nous regarde depuis les cieux !
    Yves G.
    Yves G.

    1 275 abonnés 3 284 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 28 août 2018
    Nous sommes en 1961 au lendemain des lois de déségrégation qui notamment font obligation aux établissement scolaires, jusqu'alors réservés aux seuls Blancs, d'accueillir des élèves noirs. Un bus interurbain entre dans la petite ville de Caxton au Missouri. Un homme, jeune, séduisant, élégant, en descend. Il s'appelle Adam Cramer (William Shatner, le futur capitaine Kirk de "Star Trek"). Il prend une chambre dans un hôtel.
    La raison de sa présence ? Exciter la population locale, massivement hostile à la déségrégation à la désobéissance civile.

    "The Intruder" (également diffusé aux États-Unis sous les titres "I Hate your Guts" et "Shame") était jusqu'à présent inédit en France. Carlotta Films a la bonne idée de le distribuer fût-ce dans un réseau de salles bien timide. Le film était pourtant connu des cinéphiles auquel le nom de Roger Corman, un réalisateur de séries B, était familier. Il était connu à Hollywood pour la médiocrité de ses réalisations et pour sa rigueur budgétaire. Cette célébrité ambiguë lui inspira un livre : "Comment j’ai fait 100 films sans jamais perdre un centime".

    "The Intruder" met en scène un héros comme Hollywood les aimait à l'époque : un "maverick" solitaire débarquant dans une bourgade où il ne connaît personne. On pense à Spencer Tracy dans "Un homme est passé" (1955) ou Burt Lancaster dans "Elmer Gantry le charlatan" (1960). Le héros se révèle ici bien vite pour ce qu'il est : un raciste fanatique, brillant orateur, manipulateur, prêt à tout pour parvenir à ses fins.

    Mais "The Intruder" vaut moins pour son personnage principal que pour l'histoire qu'il raconte. Il traite d'un sujet qui était alors d'une brûlante actualité ; et il le fait non sans courage sur les lieux mêmes de l'action, le "Deep South" indécrottablement ségrégationniste, que seul le respect de la Loi retient de verser dans la violence. Le tournage dans le Missouri fut d'ailleurs dit-on difficile. Les figurants que Corman avait recrutés s'enflammèrent aux discours du personnage interprété par William Shatner et se retournèrent contre l'équipe du film quand ils comprirent quel était son propos.

    Sans doute "The Intruder" n'est-il pas un chef d’œuvre. Sans doute William Shatner n'est-il pas un grand acteur ni Roger Corman un réalisateur d'exception. Si tel avait été le cas au demeurant, "The Intruder" ne serait pas resté inédit si longtemps. Pourtant, bien avant "Mississippi Burning" ou "Selma", il dénonce avec une rare efficacité le racisme qui ronge le Sud. Et il le fait dans ce noir et blanc lumineux et avec ses toilettes d'une folle élégance qui donnent au film de l'époque leur grain inimitable. Au point que je mettrais sans doute trois étoiles à une pub pour lave-linge tournée aux États-Unis en 1961.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top