Mon compte
    The Intruder
    Note moyenne
    4,0
    202 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur The Intruder ?

    23 critiques spectateurs

    5
    3 critiques
    4
    12 critiques
    3
    7 critiques
    2
    1 critique
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    Redzing
    Redzing

    963 abonnés 4 317 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 21 juin 2022
    "The Intruder" est une jolie triple surprise. Premièrement, car ce drame social est réalisé par Roger Corman, que l'on connait plutôt pour ses films d'horreur. Il tente ici un virage très inhabituel, qui sera d'ailleurs l'un de ses rares échecs financiers... Deuxièmement, car le film retourne le concept habituel des films anti-racistes. Ici, il ne s'agit pas d'un progressiste ou d'un militant pour les droits civiques qui débarque dans un Sud simili-esclavagiste. Au contraire, l'action se déroule dans une petite ville sudiste où la loi dicte que désormais, les Noirs peuvent fréquenter les écoles des Blancs. C'est un étranger, lobbyiste pour un groupe conservateur, qui va semer la zizanie en plantant des graines de haine et de violence auprès d'une population qui avait intégré à contrecœur cette nouvelle loi. Troisièmement, car le scénario est d'une redoutable modernité. En effet le sujet n'est pas vraiment le racisme inhérent à certains Etats du Sud (surtout à l'époque). Mais plutôt le danger du populisme. Ou comment un nouveau venu, immaculé, élégant, charmant, bon orateur, va parvenir à séduire voire manipuler une population dont il a compris les frustrations et les envies. Un fond qui résonne complètement avec les politiques démagogiques des années 2010 (l'assaut du Capitole n'est pas loin !). La mise en scène est plutôt inspirée, avec quelques scènes fortes. Tandis que William Shatner (avant la série "Star Trek") se montre flamboyant dans le rôle de l'antagoniste. Mais c'est l'écriture pertinente que l'on retiendra de ce drame malheureusement toujours très pertinent.
    Peter Franckson
    Peter Franckson

    38 abonnés 1 099 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 28 février 2021
    Le film est adapté du roman de Charles BEAUMONT (1929-1967), « The intruder – I hate your guts ! » (1959), écrivain qui a aussi écrit le scénario. Adam Cramer [le québécois William SHATNER, 31 ans et qui connaitra la célébrité plus tard avec les série « Star Trek » (1 à 6) dans le rôle du capitaine James T. Kirk], venant de Los Angeles, débarque en train puis en bus dans une ville du sud des Etats-Unis, peu de temps après la suppression de la ségrégation raciale scolaire (suite aux 2 arrêts Brown versus Board of Education rendus par la Cour Suprême le 17 mai 1954 et le 31 mai 1955). Il tient plusieurs discours ( spoiler: affirmant que les Noirs sont soutenus par le Parti Communiste, lui-même dirigé par un Juif
    ) auprès des Blancs (propriétaires terriens notamment) afin de renforcer leur opposition à la nouvelle loi et de mener des actions violentes dans le quartier noir spoiler: (incendie de l’église avec l’aide du Klu Klux Klan, lynchage d’un lycéen noir soupçonné, à tort, de viol
    ). Un superbe réquisitoire contre le racisme, la ségrégation raciale et la bêtise ordinaire, grâce une mise en scène sobre, non manichéenne et efficace.
    JoeyTai
    JoeyTai

    18 abonnés 432 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 26 octobre 2020
    Film fort qui narre les tensions très vives qui apparaissent dans une bourgade du sud des États-Unis lors de la déségrégation. L'arrivée d'un jeune homme charismatique bien décidé à stopper la réforme en cours va mettre le feu aux poudres. Sam Corman dépeint avec brio le pouvoir du verbe sur les foules qui semblent n'attendre qu'un signe pour exprimer leurs plus bas instincts. William Shatner est très à l'aise et donc très crédible dans le rôle d'Adam Cramer, un incendiaire qui crie sa haine des Noirs, des Juifs et des communistes. Les gros plans montrent la folie contagieuse des hommes : orateur en extase, auquel répond un public chauffé à blanc. Adam Cramer veut stopper la déségrégation mais sans violence. Il tend pourtant un piège à un étudiant noir qui se retrouve accusé du viol d'une fille blanche. La foule veut évidemment le lyncher ce que semble regretter Adam Cramer. C'est le seul aspect qui ne m'a pas paru très crédible. J'imagine mal Hitler devant une synagogue en feu murmurer "Mon Dieu, qu'est-ce que j'ai fait..." En tout cas c'est un film saisissant sur le racisme ordinaire tel qu'il existait dans le sud des États-Unis jusqu'aux années 1960.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 11 avril 2020
    Dire que le film fait écho à l’Amérique et au monde d’aujourd’hui serait un euphémisme. De son portrait d’un populiste à son propos sur le racisme, en passant par la désinformation, le harcèlement, l’antisémitisme et le conformisme, il est d’une actualité sidérante et parfois presque insoutenable de vérité. Ni le scénario ni la mise en scène ne font vraiment dans la finesse, avec ce côté démonstratif et grandiloquent, ces contre-plongées, cette musique dramatique, au point que le film a presque quelque chose d’une série B, traitant en plus d’un sujet peu mainstream (surtout à l’époque), avec un casting de seconds couteaux et une durée très brève. Mais alors une série B particulièrement soignée et d’une efficacité redoutable, d’autant plus implacable qu’elle va droit au but, un peu comme le ferait le cinéma de John Carpenter (je ne sais pas pourquoi mais j’ai pensé à lui plusieurs fois devant ce film).
    QuelquesFilms.fr
    QuelquesFilms.fr

    233 abonnés 1 602 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 24 mars 2020
    C'est une curiosité dans l'abondante filmo de Roger Corman, roi de la série B à petit budget, essentiellement connu pour ses réalisations fantastico-horrifiques (notamment quelques adaptations des nouvelles d'Edgar Allan Poe). Et c'est un film que le cinéaste affectionnait particulièrement, tant par son ambition politique que par l'investissement qu'il lui a demandé (engagement de fonds personnels eu égard à la frilosité des producteurs, tournage dans un contexte social encore brûlant…). Un chaud-froid qui allait malheureusement s'accompagner d'un vent dans les salles US, malgré un bon accueil critique, et renvoyer Corman à ses divertissements grand public. Le film n'a même pas connu de sortie dans les salles françaises.
    Sans crier au chef-d'œuvre, on est agréablement surpris par la bonne tenue de ce drame court et intense. Tout n'est pas subtil dans la réalisation et dans l'utilisation de la musique, mais Corman maîtrise cette matière politico-sociale, matière fournie par un roman de Charles Beaumont (par ailleurs scénariste de Corman sur d'autres films). Chronique du racisme ordinaire dans le Sud états-unien, manipulation des foules, sauvagerie des honnêtes gens… L'histoire est captivante et intéressante jusque dans son dénouement. Le film offre aussi un beau rôle à William Shatner (Star Trek) en tribun charmeur, populiste et machiavélique.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 25 février 2020
    Ou comment un mouvement de foule peut conduire vers la bêtise humaine, avec l’intrusion de ce intruder sudiste dans les états où le racisme fut institutionnel, c’est la ségrégation contre les abolitionnistes nordistes, les gens suivent la bête de foire orateur charismatique beau parleur.
    Le discours à forte connotation et en hausse, une popularité en 1962, époque des quotas ethniques dans le lycée de Caxton, la réforme des WASP d’abord ségrégationniste dans le sud sans surprise, et pourtant c'était la loi dans ce bled.

    Une réalisation en noir et blanc symbole fort excellent où l’on distingue la stigmatisation prononcée des vieux habitants en troupeaux agglutinés, discrimination positive raciale et sexiste, la femme utilisée comme appât injuste arbitraire.
    Condamner le coupable sans présomption à l’avance, sans procès équitable un homme noir innocent, secte suprématiste Ku Klux Klan avec leurs chapeaux costumes uniques triangles cônes équerres 3 cotés pointus.

    Le final intelligemment distingue l’isolé fauteur de troubles enquêteur amateur dont les discours ne font plus effet, crie au loup sans cesse dont personne ne croira plus des mensonges montés de toute pièce, pas de salut ni de prière aux intrus perturbateurs d’intrigues pour la tranquillité de l’histoire, ciao !.....
    L’Amérique, terre continentale immémoriale de migration, immigration et de colonisation, amen alléluia Jesus nous regarde depuis les cieux !
    gniolf
    gniolf

    1 abonné 39 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 24 février 2020
    Impossible de regarder ce film sans penser à l'Amérique de Trump et aux suprématistes qui se sentent pousser des ailes...
    Certains moments de confrontations entre Blancs et Noirs semblent toutefois un peu trop "mignons" en comparaison avec la situation des Afro-Américains en cette période.
    Belle photographie qui porte de le film jusqu'à son dénouement , lui aussi un peu naïf.
    Cela m'a donné envie de revoir "Dans la chaleur de la nuit".
    Fabien S.
    Fabien S.

    474 abonnés 4 150 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 18 février 2020
    Un chef d'oeuvre. William Shatner interprète un agitateur raciste contre la communauté noire aux antipodes de son rôle du capitaine Kirk dans les films Star Trek. Un très bon plaidoyer pour la communauté afro-américains.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    1 209 abonnés 4 030 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 10 décembre 2018
    Inédit au cinéma en France, « The Intruder » est un film américain réalisé en 1962. Nous nous retrouvons à Caxton, une petite ville du sud des Etats-Unis, dans les années cinquante. La ville a récemment voté une loi en faveur de la déségrégation et un petit quota d’élèves noirs est autorisé à intégrer un lycée. Adam Cramer est envoyé dans la ville au nom d’une organisation à vocation sociale pour savoir ce que pensent les habitants de cette réforme. Le coup de maître de Roger Corman est de faire apparaître ici les racistes comme des individus normaux. C’est là où le malaise est malin puisque les spectateurs de l’époque s’y reconnaîtront peut-être. Est-ce pour cette raison que ce puissant polémiste sera un échec commercial ? « The Intruder » met en abyme une Amérique fermée et apeurée par ce qui n’appartient pas à sa communauté. Cette sortie en 2018 fait incroyablement penser à l’Amérique de Trump xénophobe.
    D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    Paul-Hervé T.
    Paul-Hervé T.

    1 abonné 27 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 16 septembre 2018
    Un film étonnamment actuel sur la démagogie politique, le populisme, et l'instrumentalisation du racisme dans le Sud des Etats-Unis. Il ne faut pas toutefois oublier l'époque à laquelle il a été tourné (place de la femme ou des noirs dans le film complètement inadapté aujourd'hui).
    Daniel C.
    Daniel C.

    133 abonnés 715 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 1 septembre 2018
    L'apparition d'un intrus, "The intruder", d'un bonimenteur, qui vient "vendre sa soupe indigeste" en clivant la société. Désigner la menace en l'incarnant à travers l'étranger, c'est une pratique quasi intemporelle. Ici, la loi vient d'autoriser les noirs, les "nègres", à fréquenter les établissements d'enseignement parmi les blancs. Cela pose problème à ces habitants d'une ville du sud des Etats-Unis et un "étranger" à la ville vient attiser haine sous-jacente, ressentiments multiples. Ce que je découvre avec étonnement, c'est que le discours raciste, ségrégationniste se nourrit aussi d'antisémitisme. Les juifs conspirent pour "souiller le sang pur". Ces délires ont un caractère opérant, il suffit qu'une dose suffisante de perversion abreuve les propos du bonimenteur. Ce qui est jubilatoire dans le film de Roger Corman, c'est que la faiblesse interne du beau parleur sera mise à nu. C'est un film quasi pédagogique sur la tolérance et les soubassements des mécanismes de rejet de l'autre. A voir de façon complémentaire au récent film de Spike Lee : "BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan".
    Yves G.
    Yves G.

    1 327 abonnés 3 324 critiques Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 28 août 2018
    Nous sommes en 1961 au lendemain des lois de déségrégation qui notamment font obligation aux établissement scolaires, jusqu'alors réservés aux seuls Blancs, d'accueillir des élèves noirs. Un bus interurbain entre dans la petite ville de Caxton au Missouri. Un homme, jeune, séduisant, élégant, en descend. Il s'appelle Adam Cramer (William Shatner, le futur capitaine Kirk de "Star Trek"). Il prend une chambre dans un hôtel.
    La raison de sa présence ? Exciter la population locale, massivement hostile à la déségrégation à la désobéissance civile.

    "The Intruder" (également diffusé aux États-Unis sous les titres "I Hate your Guts" et "Shame") était jusqu'à présent inédit en France. Carlotta Films a la bonne idée de le distribuer fût-ce dans un réseau de salles bien timide. Le film était pourtant connu des cinéphiles auquel le nom de Roger Corman, un réalisateur de séries B, était familier. Il était connu à Hollywood pour la médiocrité de ses réalisations et pour sa rigueur budgétaire. Cette célébrité ambiguë lui inspira un livre : "Comment j’ai fait 100 films sans jamais perdre un centime".

    "The Intruder" met en scène un héros comme Hollywood les aimait à l'époque : un "maverick" solitaire débarquant dans une bourgade où il ne connaît personne. On pense à Spencer Tracy dans "Un homme est passé" (1955) ou Burt Lancaster dans "Elmer Gantry le charlatan" (1960). Le héros se révèle ici bien vite pour ce qu'il est : un raciste fanatique, brillant orateur, manipulateur, prêt à tout pour parvenir à ses fins.

    Mais "The Intruder" vaut moins pour son personnage principal que pour l'histoire qu'il raconte. Il traite d'un sujet qui était alors d'une brûlante actualité ; et il le fait non sans courage sur les lieux mêmes de l'action, le "Deep South" indécrottablement ségrégationniste, que seul le respect de la Loi retient de verser dans la violence. Le tournage dans le Missouri fut d'ailleurs dit-on difficile. Les figurants que Corman avait recrutés s'enflammèrent aux discours du personnage interprété par William Shatner et se retournèrent contre l'équipe du film quand ils comprirent quel était son propos.

    Sans doute "The Intruder" n'est-il pas un chef d’œuvre. Sans doute William Shatner n'est-il pas un grand acteur ni Roger Corman un réalisateur d'exception. Si tel avait été le cas au demeurant, "The Intruder" ne serait pas resté inédit si longtemps. Pourtant, bien avant "Mississippi Burning" ou "Selma", il dénonce avec une rare efficacité le racisme qui ronge le Sud. Et il le fait dans ce noir et blanc lumineux et avec ses toilettes d'une folle élégance qui donnent au film de l'époque leur grain inimitable. Au point que je mettrais sans doute trois étoiles à une pub pour lave-linge tournée aux États-Unis en 1961.
    cylon86
    cylon86

    2 296 abonnés 4 430 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 17 août 2018
    De tous les films réalisés par Roger Corman, cinéaste et producteur prolifique, "The Intruder" est sans conteste son œuvre la plus atypique et la plus ouvertement politique. Dans une petite ville du Sud des États-Unis débarque Adam Cramer. Costume blanc impeccable, cheveux gominés, sourire carnassier, il se présente comme un réformateur social. C'est en vérité un parfait agitateur qui va attiser le racisme déjà bien présent dans cette petite ville. A grands renforts de discours illogiques mais bourrés de ferveur, il convainc les habitants de la ville d'agir contre la déségrégation voyant arriver des élèves Noirs dans leur lycée. En faisant cela, Cramer (dont on ne sait pas si au fond il est vraiment raciste) espère se poser en leader de groupe et semer le trouble. Il a malheureusement sous-estimé le pouvoir d'une foule, qui ne réfléchit pas mais qui agit avec bêtise et sans jamais se contrôler... Brûlot politique violent, appel à la tolérance face à la bêtise du racisme, "The Intruder" a connu de sacrées difficultés de tournage (il faut dire que les autorités locales du Sud n'ont pas vraiment apprécié le discours du film) et n'a pas connu le succès lors de sa sortie en salles, ramenant Corman vers ses adaptations lucratives et somptueuses de Poe. Il est dommage que le cinéaste n'ait pas poursuivi dans cette veine engagée tant il se dégage du film une énergie vive et brûlante, renforcée par la photographie en noir et blanc et les cadrages serrés mettant en avant les trognes et la sueur ainsi que par la prestation fiévreuse de William Shatner dans un rôle trouble. Toujours férocement d'actualité, "The Intruder" brille par sa narration efficace, reposant sur des personnages vite caractérisés et sur une énergie incroyable, véritable dénonciation du racisme assénée comme un coup de poing.
    Loïck G.
    Loïck G.

    303 abonnés 1 640 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 16 août 2018
    Si le propos de Corman à l’époque et encore aujourd’hui demeure primordial dans la lutte contre toute xénophobie, il est soixante ans plus tard malheureusement dépassé par une réalisation qui en fait des tonnes pour asseoir son autorité. L’autorisation à quelques élèves noirs d’intégrer une école réservée aux blancs provoque la colère des habitants, attisés par un prêcheur venu de la grande ville. L’homme est cynique et roublard, et peuple encore les rues de nos jours, nous rappelle ce film à la mise en scène beaucoup trop appuyée. Elle est lourde, insistante, répétitive, alors que le réalisateur nous laisse entrevoir une autre manière d’appréhender le sujet à travers la personnalité d’un représentant de commerce qui sous des airs balourds va s’opposer au prédicateur. Mais malgré une histoire avec sa femme tout aussi intrigante, le couple n’étoffe guère le film .
    Pour en savoir plus : lheuredelasortie.com
    In Ciné Veritas
    In Ciné Veritas

    82 abonnés 922 critiques Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 15 août 2018
    Roger Corman a produit de très nombreux films et en a réalisé plusieurs dizaines. Une filmographie pléthorique où règnent essentiellement des films d’horreur de série B à petit budget et notamment des adaptations très libres de certains écrits d’Edgar Poe. De cette production indépendante destinée au cinéma ou à la télévision émerge The intruder que Corman a produit et réalisé en 1961. Peu connu, ce brûlot politique contre le racisme anti-Noirs bénéficie depuis ce 15 août d’une ressortie en salle en version restaurée.
    The intruder est l’adaptation au cinéma du roman éponyme de Charles Beaumont qui ici s’est affairé à l’écriture du scénario allant jusqu’à endosser le rôle furtif du proviseur. Le roman lui-même est inspiré d’un fait réel contemporain au récit survenu dans une ville du Tennessee.
    Critique complète sur incineveritasblog.wordpress.com
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top