Notez des films
Mon AlloCiné
    Duel dans la boue
    note moyenne
    3,1
    39 notes dont 16 critiques
    répartition des 16 critiques par note
    1 critique
    6 critiques
    7 critiques
    1 critique
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Duel dans la boue ?

    16 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 5837 abonnés Lire ses 10 605 critiques

    3,5
    Publiée le 24 juillet 2010
    L'excellent scènario d'Alfred Hayes, parfois un peu abstrait, a ètè admirablement rendu par Richard Fleischer, qui joue habilement sur la suggestion pour dèvoiler les froides ambitions de Lat Evans, campè par Don Murray! il utilise à la perfection le cinèmascope, notamment dans les sèquences d'action: la chasse au renard, la pendaison de Tom Ping (Stuart Whitman), l'arrestation des voleurs de chevaux ou la splendide attaque d'Evans par des Indiens, au beau milieu de la neige! Jouant sur l'intonation des couleurs, Fleischer constuit son "duel dans la boue" comme une fresque picturale avec ses vitraux colorès dans le saloon de Jehu, une boîte à musique viennoise dans la chambre de la belle Lee Remick, qui joue une entraîneuse! Fleischer n'est pas un spècialiste du western mais il rèussit ici un fort bon film...
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1860 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    3,0
    Publiée le 19 juin 2014
    Richard Fleischer était un réalisateur très talentueux et très sous-estimé, qui a donné de véritables pépites dans beaucoup de genres mais pas dans celui du western (enfin du moins de ceux que j'ai vus !!!), et "Duel dans la boue" confirme un peu cette affirmation. L'histoire est très loin d'être mauvaise, mettre en scène l'arrivée et l'ascension d'un arriviste qui ne parvient pas à être sans scrupules dans un cadre westernien était une très bonne idée, mais une très bonne idée qui aurait été meilleure si elle avait tenu sur un film de deux heures-deux heures et demie et non pas sur un film d'une simple durée d'une heure et demie ; conséquence de cela, on passe trop vite sur certains rebondissements et certains personnages ne sont pas suffisamment creusés en particulier celui de l'épouse jouée par Patricia Owens. Autre problème, les deux acteurs principaux Don Murray et Richard Egan sont beaucoup trop fades. Ce qui fait qu'ils n'ont aucun mal à se faire voler la vedette par des pointures comme Stuart Whitman et surtout la sublime Lee Remick émouvante dans le rôle d'une prostituée profondément amoureuse. En dehors de Stuart Whitman et surtout de Lee Remick, qui a juste besoin de se montrer pour que je tombe tout de suite amoureux, il y a quand même quelques grosses qualités à signaler à savoir un Richard Fleischer pas aidé par les défauts d'ensemble mais d'une très grande efficacité derrière la caméra, des scènes mémorables à l'instar surtout d'une révoltante séquence de lynchage ou de celle où le personnage joué par Lee Remick apparaît le visage tuméfié, et un fond, pas vraiment habituel de la part d'Hollywood, qui est une critique forte du capitalisme et de toutes ses "valeurs" qui étouffent tout ce qui rend un être humain humain. Bref pour finir par une phrase banale, un western avec des défauts mais aussi des qualités, parfois peu habituelles comme son aspect critique, qui font qu'il mérite d'être vu.
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité 172 abonnés Lire ses 2 566 critiques

    4,0
    Publiée le 30 octobre 2008
    Simplement une belle description de ces gens cupides à tout prix florissants à l'intérieur de ces époques pas si éloignées, ou les abscents et ces gens vivant constamment dans l'ombre sont dans le vrai : Pire que le criminel de haut vol est le commanditaire.
    Léa H.
    Léa H.

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 225 critiques

    4,0
    Publiée le 26 mars 2014
    L’iconoclaste Richard Fleischer signe ici un western « qui réfléchit », tournant le dos à l’action et se concentrant sur les personnages. Grand bien lui fasse : voilà un film complexe, qui attaque les valeurs américaines à la base : la méritocratie qui monte les hommes les uns contre les autres, le goût de la conquête qui se transforme en quête du pouvoir et, surtout, le capitalisme qui assèche l’homme en le mettant dans une logique de réification de l’humain. La grande intelligence du film est de ne pas faire de son héros un salaud, mais, au contraire, une victime de ce rouleau compresseur qu’est cette idéologie de la réussite et du matérialisme. Malgré lui, Lat Evans va fouler du pied les valeurs humaines qu’il croit défendre (l’amitié, l’amour) pour s’élever dans la société. Et son revirement final est amer : il lui aura fallu passer par de nombreux renoncements et quelques cadavres avant de prendre conscience de ses erreurs. Et il ne lui reste que ses illusions perdues… Ce beau film, sobre et incisif, est une réussite.
    AMCHI
    AMCHI

    Suivre son activité 2243 abonnés Lire ses 5 684 critiques

    1,0
    Publiée le 23 décembre 2016
    Duel dans la boue n'est pas un grand Fleischer pour moi, réalisateur que j'apprécie pourtant. C'est un western voulant dénoncer le capitalisme mais cela m'est sans doute passé par-dessus la tête car je trouve que Duel dans la boue est seulement un western au style très classique voire inintéressant de plus Don Murray ne semble pas avoir les épaules pour son rôle.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 377 abonnés Lire ses 3 087 critiques

    3,5
    Publiée le 4 mai 2019
    R. Fleischer a réalisé peu de westerns, mais comme c'était avant tout un grand metteur en scène, il pouvait parfaitement s'acclimater au genre. Pour autant, ce "Duel dans la boue" n'est pas tant un pur western qu'un vrai drame psychologique, narrant la destinée d'un homme attiré par le succès et l'argent facile, et qui ira emprunter divers chemins pouvant l'y conduire, reniant pour cela ses beaux idéaux. Véritable fresque d'à peine 95 minutes, ce qui en fait un film dense et complet, le film est un peu mou, et j'y ai trouvé moins de satisfactions que dans d'autres films de Fleischer, qui était là encore dans une période féconde. Belle musique, beaux plans, quelques fulgurances, le film montre l'Ouest sans détour, avec sa violence envers les femmes, et la montée du capitalisme couplée à celle du pouvoir politique. Remarquable donc, mais moins inoubliable je trouve que d'autres œuvres du cinéaste. Je réviserai sans doute mon jugement après une autre vision. D'autres critiques sur thisismymovies.over-blog.com
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 3287 abonnés Lire ses 7 267 critiques

    3,0
    Publiée le 12 mars 2012
    Bon western classique sur un ambitieux qui s'ignore (ou presque), « Duel dans la boue » manque un peu de rythme et de passion, mais ne démérite pas pour autant. Voilà un western qui n'a pas peur de jouer la carte du réalisme au risque d'être moins glamour. Voilà un western qui ne tombe pas dans la caricature afin de rendre le plus crédible possible l'évolution des événements et les trajectoires de chaque personnage. Voilà un western qui sait faire la part belle aux femmes, à travers deux personnages que Patricia Owens et surtout Lee Remick interprètent avec beaucoup de talent. On a déjà vu œuvre plus flamboyante et passionnante, mais Richard Fleischer a pris des risques s'avérant régulièrement payants, comme en témoigne quelques scènes très dures et une fin aussi juste qu'émouvante. Pas de quoi sauter au plafond donc, mais un film respectable et intelligent : c'est déjà bien.
    JR Les Iffs
    JR Les Iffs

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 1 151 critiques

    2,0
    Publiée le 29 octobre 2017
    Un jeune homme veut absolument réussir dans l'Ouest américain. De simple cow-boy, il deviendra riche propriétaire de grands troupeaux. Mais il réussira grâce à des gens qu'il ne saura pas remercier, une femme, un ami qu'il laissera pendre. Assez banal western (peu d'action), le seul duel final, dans la boue, ne dure que quelques minutes juste à la fin du film. Les acteurs sont très moyens (à part Lee Remick). Il y a quelques bons dialogues, et c'est un film qui semble critiquer ceux qui ne pensent qu'à l'argent plus qu'à l'amitié. Réalisation assez banale également.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 331 abonnés Lire ses 2 526 critiques

    4,0
    Publiée le 30 novembre 2010
    Voici un western méconnu qui échappe au genre pour se hisser au niveau d'un ''grand film'' tout court. Il faut dire que Richard Fleischer n'est pas loin du paquet de tête des metteurs en scènes américains,disons qu'il occupe avec d'autres la deuxième marche. Ce film est remarquable pour 3 raisons essentielles. Tout d'abord il fait la partie belle aux femmes qui sont les seules ici à posséder des qualités de coeur,les hommes étant a peu prés tous plus ou moins de sinistres égoïstes. Ensuite ,il prend comme héros un jeune homme bien banal qui ne trouvera sa grandeur que dans le renoncement et la gratitude. Enfin il dégage un climat dramatique mêlé de romantisme tout a fait particulier pour un sujet pareil. Comment ne pas apprécier le jeu tout en subtilité de Don Murray qui n'est mis en valeur que par la grâce de la mise en scène...C'est un aspect que l'on voit assez rarement,la vedette occupant le plus souvent l'écran grâce à son aura et à ses qualités propres. D'ailleurs ,la seule faiblesse de ce film réside dans l'adversaire de Lat Evans,le provocateur Jehu dont on peut constater le jeu pour le moins caricatural...Cela n'enlève pas les qualités de cette oeuvre mais en ternis un peu le plaisir. Un beau DVD remastérisé serait amplement mérité.
    clint54
    clint54

    Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 490 critiques

    3,0
    Publiée le 27 juillet 2017
    Le réalisateur de spoiler: conan ou des vikings trouve ici dans ce petit western une fable morale entre l'avidité, la cupidité et une sorte de rédemption tardive tout en préservant le discours et l'action. C'est en réalité plus subjective pour montrer la toute puissance d'un homme devant la gloire et la postérité que rien n'arrête au point de perdre sa propre humanité. Alors ce film pourrait être transposé dans plusieurs thèmes mais 1959 reste encore l'apogée du genre Westernien et l'histoire de ces vachers se prête à merveille. La romance du milieu semble peut être un peu niaise ou mièvre...mais cela n'enlève pas la teneur du propos. Le dénouement final ne surprend pas, la Justice reste sauve ainsi qu'une certaine idée de l'honneur. Un honnête western de série B qui ne brille pas par son action mais plutôt le caractère bien travaillé des protagonistes qui monte crescendo pour nous offrir ce duel final effectivement dans la boue. Conventionnel mais avec maitrise et rigueur.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 1082 abonnés Lire ses 4 025 critiques

    4,0
    Publiée le 20 juin 2015
    Film peu connu de Richard Fleischer, Duel dans la boue est un western à la tonalité assez plaisante, qui développe une histoire originale dans l’ouest américain. Un film intéressant. Le casting est agréable, même si finalement les prestations restent assez conventionnelles. Don Murray tire son épingle du jeu, sans doute aussi parce que son personnage a le plus de relief et est au cœur de l’histoire, et pour le reste les acteurs, tout en assurant ce qu’il faut, ne se démarque pas outre mesure. Un peu déçu de la sous-exploitation des rôles féminins, qui auraient pu être davantage exposés. Le scénario apporte de l’originalité au genre du western avec l’ambition inexorable du héros, qui ne se fait pas toujours dans l’honnêteté. C’est une approche originale qui saura séduire, d’autant que contrairement à ce que certains critiques affirment ce film ne manque pas de rythme ni de scènes d’action à l’occasion. Après on pourra regretter un revers sur la fin qui n’est pas des plus crédible, ou en tous les cas qui n’est pas amené de façon assez pertinente, et on pourra regretter aussi que le film ne se montre finalement pas aussi incisif qu’il aurait dû l’être pour être vraiment percutant. Dommage. Fleischer offre sinon une réalisation soignée et appliquée et Duel dans la boue ne manque pas d’une certaine allure. De beaux décors, des scènes solidement emballées, une photographie colorée qui exploite bien les possibilités du technicolor, franchement d’un point de vue technique Duel dans la boue est tout à fait qualitatif, d’autant que la reconstitution, les costumes sont à la hauteur. La bande son est elle aussi tout à fait appréciable, n’étant peut-être pas, et contrairement à pas mal de film à l’époque, assez rattaché aux émotions qui s’expriment à l’écran. Enfin, cela n’enlève rien au fait que Fleischer signe un western soigné et original, qui saura faire plaisir aux amateurs du genre, si tant est qu’ils apprécient la singularité dans le genre. Pour ma part j’ai passé un bon moment, et j’ose lui donner un 4.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 758 abonnés Lire ses 3 823 critiques

    3,0
    Publiée le 30 octobre 2013
    Un western "moral" assez fort montrant l'ascension d'un jeune arriviste qui n'en finit pas de grimper jusqu'à ce qu'il fasse le geste de trop… Le personnage interprété brillamment par Lee Remick est une prostituée de saloon qui tombe amoureuse du puceau arriviste (à noter que le film est très sévère envers ceux qui critiquent ou insultent les prostituées.). Il est simplement dommage que le film soit si mal construit (il faut attendre ¾ d'heure pour que ça démarre…) et que Don Murray soit si moyen. Un film attachant même si ce n'est pas un grand Fleisher.
    ronny1
    ronny1

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 711 critiques

    4,0
    Publiée le 21 juin 2017
    THESE THOUSAD HILLS illustre plutôt brillament l’impossibilité de conjuger morale, réussite et pouvoir, un des fondements du rêve américain. Un honnête cow boy découvre que les banquiers, séduit par son projet entrepreneurial ne l’aiderons que de leur sympathie et encouragements (eh oui, on ne prête qu’aux riches). Callie, une prostituée (superbe Lee Remick) amoureuse de lui, avancera les fonds à l’aide de ses économies. La brillante réussite qui s’en suivra amènera la parasitocratie à le pousser vers la politique et donc le pouvoir, tout cela au bras du plus beau parti de la ville (la nièce du banquier). Reniant ses amis, il subit une anesthésie morale dont la mort d’un proche le réveillera brutalement. Don Murray interprète avec beaucoup de finesse, cet homme sans vices ni mensonges, que la proximité du pouvoir corrompt pas à pas, à l’insu de son plein gré. Il est entouré par la magnifique Lee Remick, un Stuart Whitman dans un de ses meilleurs rôles et Richard Egan détestable à souhait. Malheureusement, le minutage trop bref, sacrifie le rôle de l’épouse interprétée par Patricia Owen, qui ne permet pas une véritable progression dans sa prise de conscience, faute de temps (deux heures auraient été mieux), si bien que son approbation finale paraît un peu parachutée. Enfin Albert Dekker, Harold Stone et les seconds rôles sont des plus crédibles. Le tout est mis en image avec beaucoup de précision par Charles G. Clarke, dans des décors très travaillés (externes comme internes). La musique enfin, par son côté bucolique et enchanteur, soutien parfaitement la démythification du rêve américain, augmentant à chaque refrain la dichotomie entre le rêve et la réalité. Nous sommes en 1959 et le beau monde de l’Oncle Sam se fracture depuis un bon moment. Hollywood incorpora cette donnée dès les années quarante avec des films comme GRAPE OF WRATH (1940), le western y échappait, mais par la volonté du grand Richard Fleischer de revenir aux sources du mythe entrepreneurial américain (l’Ouest et ses rêves d’opportunités), l’oubli réparé allait ouvrir le style des années soixante. THESE THOUSAND HILLS par conséquence entrainera une nouvelle variante : la mort du western et ses mythes, inaugurée trois ans plus tard par John Ford avec THE MAN WHO SHOT LIBERTY VALANCE et dont THE WILD BUNCH (1969) de Sam Peckinpah constitue une sorte d’apothéose. C’est dire si ce film, aussi injustement sous-estimé qu’oublié, mérite d’être vu. Les amateurs pur et dur du genre expliqueront que ce n’est pas un vrai western. Qu’il se posent la question : c’est quoi un vrai western ? Question bien sur sans réponse. Par contre un bon film …
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 3 juin 2012
    C'est long, long, long à démarrer. Il n'y a aucune action avant 35 mn, et encore, peut-on appeler une action de cinq secondes avec un indien qui tente de voler le cheval du héros... Mais, somme toute, plus qu'un western d'action, c'est l'histoire d'un jeune rancher qui a la volonté de s'installer à son compte. Et comme d'habitude, il existe toujours un jaloux qui vient mettre la pagaille dans une belle histoire d'amour. Amour ou amourette entre un cowboy arriviste et une aguicheuse de bar ou bien la nièce du banquier ? Bref, un western gentillet, sans plus, jusqu'au moment du drame… la pendaison de son ami par le jaloux pernicieux. Peut-être le juste retour des choses, comme quoi la morale n'est jamais perdue pour tout le monde. Et ça se termine par… un duel dans la boue.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top