Mon compte
    Entre les murs
    note moyenne
    3,5
    11275 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Entre les murs ?

    1 037 critiques spectateurs

    5
    260 critiques
    4
    307 critiques
    3
    113 critiques
    2
    141 critiques
    1
    81 critiques
    0
    135 critiques
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 31 mars 2009
    Je ne comprend pas du tout l'engouement que ce film a suscité. Bégaudau m'exaspère. Il n'y a rien de neuf dans le projet de l'autoportrait qui avait déjà été traité dans le film "Ecrire pour exister". Un film moyen mais qui décrivait une démarche sincère d'ouverture à l'autre. Ici, même les élèves ne sont pas dupes."Je ne pense pas que ça vous interesse vraiment" dit une élève à Bégaudau. Elle a bien raison de se méfier c'est le sentiment que j'ai eu durant tout le film. Heureusement à 30 ans Bégaudau n'est déjà plus prof. Lorsque les élèves dénoncent des propos tenus sur Souleymann, qui serait d'après leur prof principal "scolairement limité", l'adulte choqué réplique en traitant les deux délégués de pétasses. Je ne savais plus trop si je devais rire ou pleurer, tellement c'était lamentable. Comment instaurer la discipline sans respect? J'imagine la difficulté qu'est enseigner à des jeunes qui ne parviennent pas à se sentir investit et dont la plupart n'ont pas de saisi l'importance de l'apprentissage. Mais en l'absence de référent crédible comment peut-il en être autrement ?J'admire infiniment les vrai profs qui avec force, conviction et motivation essaye tant bien que mal à mener leur classe contre vents et marées. ça existe! Ce n'est pas le cas de ce prof qui n'a pas les épaules. Un de ses collègues l'accuse lors d'un conseil de classe d'"acheter la paix sociale". C'est vrai. Il se contente de se mettre en scène dans des situations qu'ils ne comprend pas. Lorsque le jeune gothique se lève pour demander qu'on respecte ses choix vestimentaires, Bégaudau se fout de sa gueule avec le reste de la classe. Si il n'y a qu'une chose à sauver de ce naufrage ce serait les élèves, qui, à l'inverse, sont tous très crédibles. J'avais lu le livre, je l'avais trouvé mal écrit et vide de sens. La palme d'or m'a poussé à regarder le film. J'en ressort inquiète et attérée. Et L'education nationale veut en faire un film de référence et le diffuser dans les écoles..AuSecours!
    charly5766
    charly5766

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 393 critiques

    5,0
    Publiée le 10 janvier 2014
    Un grand film sociologique français, dans la lignée de La Haine et de Polisse. Certains pourraient ne pas voir de cinéma à l'intérieur, et pourtant le cinéma sert aussi à ça. Entre les murs reflète parfaitement notre quotidien, notre société actuel, tous les problèmes liés à l'éducation en général. Rien n'est vraiment jugé, tout n'est qu'observation et interrogation ... en un mot brillant !
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 2 290 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    3,0
    Publiée le 16 mai 2011
    Juste après avoir vu une des deux Palmes d'or 1997, on se reporte onze ans plus tard et quelques milliers de kilomètres plus à l'Ouest juste dans nos chères belles contrées. Alors une Palme d'or à un film français c'est tellement rare donc ça fait toujours plaisir à notre côté chauvin. Pour le film en lui-même, ce n'est certes pas un grand film, pas celui qui marquera l'Histoire du cinéma d'autant que c'est une oeuvre assez bien française et qui ne doit pas parler autant aux autres pays (il est tout à fait possible que je me trompe totalement sur ce point mais le système d'éducation est loin d'être le même dans les autres pays!!!), et que l'on peut le trouver parfois un peu long. Reste que c'est un témoignage inestimable de notre époque sur un des aspects les plus importants de notre société à savoir l'Education nationale. Parfois certaines séquences sont comme des madeleines de Proust où on peut se dire qu'on a déjà vécu ceci ou cela sur les bancs de l'école, très bien aidé d'ailleurs par une interprétation toute en spontanéité et impossible à prendre en défaut. Palme d'or 2008, vu.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 17 juin 2015
    Un film bien intéressant que pourrait montrer les professeurs de français pour parler de la difficulté d'un prof de français face à des élèves turbulents. Car ce film parle de ça, d'une communauté de professeurs qui essaye de bien tenir ses élèves en France. C'est intéressant, touchant, parfois drôle, bien réalisé et bien interprété. Un bon film que je conseil.
    Loskof
    Loskof

    Suivre son activité 307 abonnés Lire ses 688 critiques

    1,5
    Publiée le 30 novembre 2011
    Comme d'habitude une palme d'or qui ne vaut pas son titre, ou plutôt qui le vaut tant les critères pour l'obtenir sont misérables. Le problème du film vient de son parti pris. Et oui on a bien dis "film". Si entre les murs avait un documentaire il aurait facilement mériter 3 ou 4 étoiles tant il relate bien les problèmes de l'éducation nationale à faire face à des élèves qui n'en ont rien à faire. De ce côté, Entre les murs est très réussi, ne rajoute rien voire enlève un peu à la réalité. Le seul problème c'est qu'ici, o à affaire à un film et qui dit film dit scénario, jeu d'acteurs, suspens.. et là, il n'y a tout simplement rien! ça fait certes réel puisque c'est filmé comme une documentaire mais ça n'en est pas un donc la démarche est vicieuse car elle pourrait cacher les défauts de cette production. Or des défauts il y en a plein. Il n'y a pas de scénario, juste une succession d'éléments ayant un vague rapport les uns les autres ne présentant aucune évolution dans l'histoire. L'écriture est très pauvre, les répliques de l'enseignant sont à pleurer. Quant au jeu d'acteurs on touche parfois le fond avec les autres professeurs. On finit par s'ennuyer devant cette fresque pas si bien écrite et lassante dans les situations qu'elle propose. La critique d'éducation nationale et de ses élèves est très juste mais on parle de cinéma et cela ne suffit pas du tout à faire un bon film.
    Ewen Blake
    Ewen Blake

    Suivre son activité 95 abonnés Lire ses 1 019 critiques

    4,5
    Publiée le 4 juillet 2020
    Un film d'une richesse incroyable qui décrit avec tendresse son école, sa jeunesse et ses profs. Quel talent et quelle justesse dans la captation des situations et le choix des mots. Dans Entre les murs Cantet fait quelque chose de très fort : il ne sacrifie jamais le réalisme de son contenu sur l'autel du divertissement, et miracle... son film en devient d'autant plus passionnant.
    [EDIT] C'est mon troisième visionnage et il est assez incroyable de constater à quel point mes lectures du moment influencent ce que je vois. Je remarque enfin la présence de femmes de ménage qui une fois n'est pas coutume ne sont pas invisibilisées, le réalisateur prend même l'occasion de montrer qu'elles font plus que le ménage en indiquant à l'artisan où poser les tables. La scène du subjonctif de l'imparfait est la plus marquante : on découvre l'incapacité des élèves à se l'approprier et le prof bien incapable d'expliquer quand doit on ressentir la nécessité d'utiliser un langage plutôt qu'un autre "ca s'apprend sur le tas". Le problème c'est qu'on ne commence, on a pas tous accès au même tas. Son "intuition" c'est de l'habitus qui leur sera à jamais inaccessible, ce que dit d'ailleurs le dernier gamin : "Et si on ne sent pas ?" Et puis il y a le rapport de domination prof - élève "vous ne le maîtrisez pas donc je n'entend pas le fait que ce temps ne sert à rien". Personne ne l'utilise ? Mais si bien sûr je l'ai utilisé hier avec des amis. Cette utilisation de la langue est l'apanage des classes sociales supérieures. Une utilisation raffinée de la langue certes mais aussi un moyen pour le "bourgeois" de montrer sa maîtrise de la langue et se distinguer de la plèbe. Plus tard la scène avec Kumba montrera la conviction de l'écrivain sur ce rapport de domination : il ne sert à rien. La scène du cheeseburger, un rien caricaturale (probablement pour le jeu de mot Bill / débile) montrera également le soft power américain et l'absence de références africaines.
    Alexarod
    Alexarod

    Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 1 849 critiques

    0,5
    Publiée le 1 novembre 2020
    J’ai l’impression que ce succès c’est pour se dédouaner des ghettos de banlieues qu’on ignore. Non parce que voir des gosses mal élevés se comporter comme ça en classe, non je ne vois pas l’intérêt… On dit que c’est un documentaire pour faire intelligent, on est dans le réel et tout ça, on balance des grands concepts (démocratie, le pouvoir au peuple donc, sauf qu’eux ils ne peuvent pas voter, bien joué) mais ça reste inintéressant et vide. Rien que dans la bande annonce on voit que c’est un prof qui n’a pas d’autorité sur des gamins qui se fichent de l’instruction, génial non ? On ne veut pas assister à ça dans la réalité mais on adule un film qui nous le montre ? C’est pas un peu hypocrite ça ? Balancer des faits sociaux sans tenter d’apporter des solutions ça ne sert à rien, mais c’est aussi du prosélytisme pour une caste d’amateurs de cinéma qui vont trouver ça intelligent et génial, ah ben tiens, la Palme…
    MadRom
    MadRom

    Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 403 critiques

    4,0
    Publiée le 24 septembre 2012
    Le film se passe à 98 % du temps dans le collège et je dois dire que c'est absolument passionnant malgré le terrain de jeu assez restreint. On est dans le classe la plupart du temps et sur 2h, il n'y a pas une seule seconde d'ennuie, gageons que le film aurait été beaucoup moins attrayant si il avait été tourné à Henri IV. En effet le film repose beaucoup sur la confrontation entre le prof et ses élèves, il y a une tension dans cette classe assez stupéfiante pour un film de ce genre car en fait le prof est constamment poussé à sortir de son cours de français pour s'engager dans un duel verbale avec les élèves. C'est un film à la fois drôle et stressant, les dialogues sont très bien écrits et l'aspect documentaire du film est très réussis car pour avoir vécu dans un collège/lycée difficile, j'avais l'impression de revoir des scènes déjà vécu dans mon passé. Par ailleurs le film aurait pu se vautrer sur la fin avec le renvoi de l'élève mais il évite le pathos et l'aspect social lourdingue que peuvent avoir ces films. Entre les murs est donc une réussite sur tous les points, c'est une oeuvre réaliste, là ou le drame et la comédie sont habilement mêlés.
    Cluny
    Cluny

    Suivre son activité 54 abonnés Lire ses 593 critiques

    4,5
    Publiée le 16 octobre 2012
    J'avais lu "Entre les murs" et je l'avais beaucoup apprécié pour sa drôlerie, pour son sens du rythme, pour l'honnêteté du narrateur dans sa façon de raconter aussi ses erreurs et pour l'équité de son ironie vis-à-vis des profs et des élèves. J'ai donc été ravi de voir le film de Laurent Cantet recevoir la Palme d'Or des mains de Sean Penn, et même un peu jaloux des élèves en train de poser avec leur babiole dorée aux côtés de Natalie Portman.

    Depuis est venu se greffer un autre débat, qui n'est pas sans rappeler celui qui avait accompagné le succès de "Etre et Avoir" : Alain Finkielkraut dénonce (sans avoir vu le film) la suffisance de François Bégaudeau et Philippe Meirieu qualifie le film d'idéologiquement dangereux : "François Marin, avec les meilleures intentions du monde, met en oeuvre une pédagogie calamiteuse. (...) C'est une bombe à retardement contre l'école publique. Je crains que des parents, effrayés par le tableau que l'on en donne, n'aient qu'une idée : préserver leurs enfants de cet univers en les mettant à l'école privée !"

    Diantre ! Bégaudeau complice de Mgr Di Falco ? De même que M. Lopez avait été transformé en Don Bosco laïque malgré sa pédagogie qui sentait quand même bien la naphtaline, doit on regarder M. Marin comme un prophète d'une didactique révolutionnaire de la frontalité ? Ce n'est à l'évidence ni l'intention du principal intéressé, ni celle de Laurent Cantet : "Le film ne cherche ni à ménager les uns, ni à charger les autres : ils tous leurs faiblesses et leurs fulgurances, leurs moments de grâce et de mesquinerie."

    Contrairement à ce que craignent Finkielkraut ou Meirieu, "Entre les murs" ne prétend pas proposer un remède à la crise de l'enseignement en France ; il se contente d'établir un tableau clinique, et c'est déjà beaucoup. Ce diagnostic peut se résumer par cette phrase de Bégaudeau : "L'école crée sans cesse des situations géniales ; mais on sait en même temps qu'elle est, au final, discriminante, inégalitaire, qu'elle fabrique de la reproduction : cette tension est celle du film."

    J'étais curieux de voir comment Laurent Cantet allait adapter le roman de Bégaudeau, quelles coupes il allait faire et quels épisodes il allait privilégier, sans dénaturer la pulsation donnée par la répétition des petits détails (les motifs brodés sur le t-shirt, les discours en boucle dans la salle des profs) et les grands événements (les nombreux conseils de discipline, l'avancée de l'action pour empêcher l'expulsion de la mère de Ming). Forcément, il a dû resserrer le récit entre les quatre murs de cette classe et moins jouer sur la rengaine. Mais ce qu'on perd en cocasserie, on le gagne en profondeur, et les plans larges intermédiaires viennent apporter une respiration après les gros plans du huis clos.

    Car Laurent Cantet filme à l'intérieur de la classe comme rarement on l'a fait, différemment d'Honoré ou de Kechiche, par exemple. Sans jamais chercher à décrire l'espace par des plans d'ensemble, il filme constamment au plus près des personnages, jouant sur les voix hors cadre et sur la saisie au vol d'un détail (le drapeau algérien sur le pannonceau de présentation de Chérif, une main qui pianote un texto sous la table). Mais la clé de voûte de cette réussite impressionnante, c'est la qualité du jeu des jeunes acteurs. Ils ont travaillé l'improvisation pendant un an pour parvenir à s'approprier des dialogues écrits tout en les enrichissant de leur propre personnalité. Le résultat est fluide, et donne cette impression documentaire soulignée par la critique, alors qu'on est au summum de mise en scène et de la direction d'acteurs.

    Cantet ne joue pas la facilité : pas de musique, aucun effet d'accéléré ou de ralenti. Il laisse aux scènes le temps qu'il leur faut, un peu comme chez Kechiche : les discussions entre profs pour savoir s'il faut déférer Souleymane en conseil de discipline peuvent paraître longues, mais elles sont nécessaires pour faire émerger les contradictions et les divergences. Et puis, la longueur ne se fait pas sentir grâce à la variété des sensations sucitées : certaines scènes déclenchent le rire, comme les contradictions dans lesquelles François s'enferme tout seul, ou le débat en conseil d'administration sur la machine à café, d'autres prennent aux tripes, comme l'attitude de la mère de Souleymane au conseil de discipline, ou le constat désespéré d'Henriette à la fin de son année.

    Récompensé à Cannes, promis au palmarés des Césars, sélectionné pour représenter la France aux Oscars, "Entre les murs" mérite maintenant de rencontrer le plus large public : par la générosité qui traverse tout le récit et l'intelligence de la mise en scène, c'est clairement le film français le plus intéressant depuis "L'Esquive".
    http://www.critiquesclunysiennes.com
    officiel76
    officiel76

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 411 critiques

    0,5
    Publiée le 13 octobre 2008
    c'est amusant quand onlit les critiques des autres de constater qu'on peut mettre une note aussi differente avec des opinions si similaires. navrant de constater que faire l'apologie de quelques jeunes en déroute,dans un lycée qui l'est presque autant, suscite autant de compassion de la part de quelques uns...complaisance pour un sujet qui fâche ou l'on entend tout et son contraire, et ou l'on s'interesse finalement à certains au détriment de ceux qui réussissent et qui donnent l'exemple. reflet d'une société malade, portée par tous ces gens qui font de la mixité sociale un parangon de vertu mais inscrivent leurs enfants dans les écoles huppées. c'est caricatural de vouloir à tout prix nous attacher à ceux qui soit disant n'ont rien....alors comment expliquer qu'auparavant, ces mêmes enfants issus de l'immigration italienne ou polonaise aient réussi à recevoir une éducation excellent , sans plus de moyens intellectuels ou matériels que ceux d'aujourd'hui, et même dans des conditions bien pires? une collection de têtes à claques, voilà ce que j'ai vu pendant une heure et demi, et cela autant pour le prof que ses élèves. à vouloir à tout prix que les enfants s'expriment, ils en perdent surtout beaucoup de temps à dire n'importe quoi...
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 8 août 2013
    Un film très réalisme sur un lycée dans les banlieues difficiles avec des jeunes en difficulté !!! Palme d'or !!! Un excellent film qui nous plonge dans la réalité des banlieues parisiennes et des élèves d'enfants immigrés qui ont du mal à s'intégrer dans la société française !!!
    Julien L
    Julien L

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 178 critiques

    0,5
    Publiée le 2 avril 2009
    Pour commencer, ce film devrait être tourner dans plusieurs endroits différents, hors, ce n'est pas le cas. Une classe d'étudiants qui passe leur temps à papoter, sans bouger, à être coller à leurs chaises, franchement, ça se bouge pas. Ce n'est pas un film, j'ai l'impression d'être en cours à ne rien faire, mis part me tourner les pouces, en écoutant des anneries pareils. Ce film devrait mériter et être le grand vainqueur des razzies awards, au lieu d'avoir la palme d'or.
    Mi-k B
    Mi-k B

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 40 critiques

    5,0
    Publiée le 18 septembre 2013
    Je voulais voir ce film, néanmoins, je pensais finir par m'ennuyer, d'autant qu'il durait 2h. Et bien pas du tout, le film se déroule devant nos yeux sans que l'on voit le temps passer. A la rigueur même, je le trouve trop court car, effectivement, il aurait fallu montrer une évolution de cette microsociété, une évolution dans les rapports des personnages à mon sens, bien trop survolée. Je verrai bien une série montrant tout une année scolaire ... En tous cas, même si je doute de leur réel talent de comédiens, ces jeunes collégiens sont brillants de naturel ce qui rend ce film proche du documentaire ...
    ml-menke
    ml-menke

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 551 critiques

    2,0
    Publiée le 23 mai 2012
    Une classe de 4ème pendant une année luttent pour affronter leurs difficultés. La suite de leur vie reste incertaine. C'est un bilan sur l'éducation en France pas glorieux mais sans mensonges. Le film lui opère sa mission de prise de conscience mais comme oeuvre cinématographique ne va pas plus loin. Les petits défauts des acteurs et les manques dans le scénario sont bien présent.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 23 juillet 2009
    j'avoue que je ne m'attendais pas à mieux en voyant ce film..car j'avais déjà une idée bien précise...
    ce film est tout simplement l'éloge de la démagogie, quelque chose que je trouve tout simplement insupportable. les professeurs ont le devoir de transmettre des connaissances , et non de faire ami ami avec les élèves pour que ceux ci soient plus "dociles"...et l'enchainement des événements dans le film est bien la preuve que cette tactique ne marche pas. les professeurs sont donc très peu crédibles!! quant aux élèves...j'espère juste qu'ils jouaient vraiment un rôle exagéré..car ces attitudes odieuses ne seraient tolérées longtemps et oubliées à l'aide d'autoportraits!!!
    en bref un film qui ne méritait pas du tout la palme d'or..(dire qu'il y avait valse avec bashir cette année!c'est navrant!)
    je pense que ce film a remporté le succès par le fait qu'il transmet à certains le système éducatif idéal, où les élèves ont tout simplement le pouvoir sur le corps enseignant..qui a d'ailleurs détester ce film pour les même raisons que moi!
    bref je conseille tout de même de voir ce film , pour que chacuns donne son opinion..
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top