Mon compte
    Banco à Bangkok pour OSS 117
    note moyenne
    2,4
    81 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Banco à Bangkok pour OSS 117 ?

    13 critiques spectateurs

    5
    0 critique
    4
    2 critiques
    3
    4 critiques
    2
    5 critiques
    1
    2 critiques
    0
    0 critique
    so13
    so13

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 632 critiques

    2,0
    Publiée le 2 août 2011
    Un scénario pas très intéressant, du déjà vu! En dehors de ça ce film a vraiment mal vieilli!
    Malevolent Reviews
    Malevolent Reviews

    Suivre son activité 715 abonnés Lire ses 3 207 critiques

    3,0
    Publiée le 28 avril 2013
    Un an après OSS 117 se déchaîne, revoici le tandem André Hunebelle / Kerwin Mathews pour une nouvelle aventure tirée du personnage de Jean Bruce. Oubliant la Corse pour la Thaïlande, notre espion va vite multiplier les scènes d'action et rencontrer de nouveaux personnages intrigants au cours de son enquête visant à démanteler une organisation criminelle qui échangent des vaccins contre des bacilles de peste. Cette fois-ci en couleurs et en cinémascope, ce quatrième film joue sur l'exotisme de Bangkok, ses habitants respectueux et ses paysages de rêves pour totalement nous dépayser. En ce qui concerne Kerwin Mathews, on le sent plus à l'aise dans la peau d'un OSS 117 encore plus cynique, misogyne, hautain et quasi-raciste. L'aventure se rapproche encore une fois énormément de Dr. No avec son pays exotique, ses sbires muets et surtout son grand méchant mégalo, ici le Dr. Sinn, interprété avec malice par le savoureux Robert Hossein. Ainsi, malgré des tics de réalisation tricolores, des dialogues toujours aussi simplistes et de nombreux combats mano a mano, cette "suite" a le mérite de suffisamment divertir, surpassant de loin son prédécesseur.
    anonyme
    Un visiteur
    3,5
    Publiée le 29 juillet 2014
    Bien avant les aventures parodiques de Jean Dujardin , la saga " OSS117 " se mettait en route dans les 60' s . André Hunebelle ( " Le bossu " , " Fantômas " ) reussit , malgré un scénario faible , a faire un bon film avec des séquences d' action bien menées . Kerwin Matthews est excellent en Hubert Bonnisseur de la Bath et Robert Hossein est très bon lui aussi . A voir .
    pilouBoulogne
    pilouBoulogne

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 160 critiques

    2,5
    Publiée le 31 décembre 2009
    Cet opus est bien meilleur que le précédent, alors j'ai hâte de voir le troisième.
    Ceci dit, ça n'atteint pas des sommets.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 1 058 abonnés Lire ses 4 264 critiques

    1,0
    Publiée le 26 septembre 2015
    C'est le James Bond du pauvre (et ce n'est pas gentil pour les pauvres). Réalisé à la paresseuse avec une postsynchronisation catastrophique, des dialogues et des situations d'une stupidité affligeante, une direction d'acteur approximative, des scènes d'action aussi rares que médiocres, un scénario sans intérêt, un bellâtre jouant comme une savate en guise d'acteur principal, Robert Hossein risible, Pier Angeli fadasse, des longueurs à n'en plus finir. Que reste-il ? La tronche de Virlogeux et le décolleté de Dominique Wilms (la môme vert gris), c'est à dire pas grand chose.
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 2 131 abonnés Lire ses 4 730 critiques

    3,5
    Publiée le 6 novembre 2013
    Tiré d'un roman au titre un peu moins évocateur ("Lila de Calcutta"). Ce volet est rassurant parce que le cadre est là certes. Mais enfin ! ici, l'intrigue est meilleur. L'agent américain OSS 117 se balade cette fois dans la capitale de la Thaïlande, et puis, il en fait du chemin, en voiture, en bateau, divers lieux, j'aime bien parce que contrairement à un Bond, le tout est bien plus posé et nous visitons. L'action elle aussi s'impose mieux, elle est pas sans soin, trop expéditive comme des précédents volets. Banco pour l'acteur Robert Hossein qui joue le méchant de service produisant un nouveau virus de la peste.
    Eselce
    Eselce

    Suivre son activité 689 abonnés Lire ses 4 215 critiques

    1,5
    Publiée le 19 novembre 2015
    Je ne m'attendais pas à pire. Ce vieil épisode de OSS 117 est presque non regardable aujourd'hui. Les dialogues n'intéressent pas même s'ils se veulent agent secret. Il n'y a aucune classe. L'agent ne séduit pas, n'a pas d'humour, fait des citations bidons... Ce serait drôle si c'était joué avec un plus grand intérêt et une meilleure volonté. Il n'y a pas d'enthousiaste et bien des acteurs semblent avoir pris un somnifère avant le tournage. Je me faisais une demie joie de son visionnage, mais je reconnais qu'aujourd'hui, c'est mauvais.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 664 abonnés Lire ses 3 744 critiques

    2,5
    Publiée le 28 novembre 2011
    Les aventures d’OSS 117 dit Hubert Bonnisseur de la Bath sont revenues au goût du jour grâce à la parodie qu’en ont fait le tandem Hazanavicius/Dujardin, mais on a un peu tendance à oublier qu’au mitan des années 60 les producteurs français avaient tenté de surfer sur le déferlement de la vague provoquée par James Bond qui faisait alors des ravages au box-office. Il faut bien reconnaître que ces petites productions franco-italiennes ne sont pas de taille à rivaliser avec la formidable machinerie mise en place par Albert R Broccoli. La première différence provient sans aucun doute du choix de l’acteur principal, aucun OSS 117 n’ayant eu l’impact immédiat du charme bestial mais contrôlé de Sean Connery. Ici Kerwin Matthews livre une prestation honorable mais sans saveur particulière à tel point qu’en le regardant œuvrer aujourd’hui on peut voir dans son jeu des similtudes avec ceux de Delon, Arditi ou Roger Moore . C’est donc bien un manque de personnalité qui caractérise les OSS117 qui se sont succédés de 1964 à 1971 de Kerwin Matthews à Luc Méranda en passant par Frederik Stafford, John Gavin ou même Sean Flynn. C’est avec une légère indifférence que l’on suit ces aventures exotiques qui nous emmènent dans les contrées, encore mystérieuses à l’époque, de l’Extrême Orient. OSS117 tout en faisant preuve d’un flegme à toute épreuve, va devoir déjouer un complot mondial ourdi par un Robert Hossein coiffé d’un turban du meilleur effet. C’est l’époque où le beau ténébreux du cinéma français alterne les rôles de séducteurs et de viles crapules, apportant dans chacun des deux registre son charme vénéneux . Sauver le monde implique parfois un cynisme à faire peur comme quand OSS 117 n’hésite pas à envoyer à la mort un conducteur de scooter taxi à sa place. Après tout, les populations autochtones n’avaient qu’ à pas nous chasser de leurs jolies contrées où nous étions venus apporter les bienfait de la civilisation occidentale. Tous ces petits relans de racisme peuvent faire sourire aujourd’hui mais ils montrent bien l’état d’esprit d’une époque où l’homme blanc européen ou américain se croyait partout chez lui. Souvent raillés, ces films ne sont pas si nuls que l’on veut bien le dire et véhiculent au-delà d'un message un peu ringard, un vrai parfum de nostalgie. La fragile Pier Angeli fait une apparition sympathique dans le rôle de la sœur de Robert Hossein.
    Marc H
    Marc H

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 508 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    tout en gardant les qualités du premier (humour, exotisme et action), le second ajoute des décors soignés, un méchant charismatique et son lot de détails kistchs...un très bon divertissement (de plus les infos dispo sur le dvd valent le détour, by the way)
    Camusduverseau
    Camusduverseau

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 778 critiques

    4,0
    Publiée le 19 février 2007
    On est en pleine période James bondienne et ça se voit ici. Les décors de la base du méchant ressemble à s'y m'éprendre à celle du Dr. No, est-ce un hasard ?
    calamarboiteux
    calamarboiteux

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 440 critiques

    2,5
    Publiée le 14 décembre 2007
    Le film entre en salle en 1965, alors que trois James Bond sont déjà diffusés. Cette fois, les moyens sont là : couleur, cinémascope, tournage en Thaïlande.
    La photo et la réalisation sont honorables, le scénario vaux bien ceux des « 007 ». Le personnage d’Oss 117 reste le même, mais l’acteur en endosse le costume avec plus de naturel, et plus de vraisemblance. Son alter ego, joué par Robert Hossein est parfait, alliant force et mystère ; les personnages féminins ne déparent pas.
    Mais cette fois encore, l’ensemble manque de souffle. Les scènes d’action, essentielles dans ce genre de production, sont lentes, étriquées. La mort du méchant passe, par exemple, presque inaperçue. Les décors de laboratoires sont banal, conçus sans imagination. La séquence finale est en progrès par rapport à l’opus précédent, mais elle n’est pas assez spectaculaire. Le film pêche aussi par un manque de personnages secondaires typés, et une partition musicale bien terne, des atouts que les James Bond sauront exploiter.
    anonyme
    Un visiteur
    2,0
    Publiée le 3 août 2011
    Un film d’espionnage très moyen qu'on a trop tendance à vouloir comparer à James Bond. En même temps il faut dire que les similitudes sont très (trop) nombreuses: décors exotiques, poursuites en voitures, savant fou voulant dominé le monde, cascades, jolies filles etc... Malheureusement on s'ennuie beaucoup devant ce film car si les ingrédients sont là, il manque tout l’assaisonnement qui fait le succès d'un bon James Bond à savoir de l'humour (et oui ce film en manque cruellement, la faute à des dialogues simplistes), du rythme (ici l'intrigue penne à rebondir) et une bande son un peu plus entraînante histoire de renforcer les scènes d’actions qui sont encore une fois bien molles ici.
    Néanmoins le film possède quand même un certain charme (désuet certes...) avec son héros au brushing indestructible et aux chemises infroissables.
    À signaler qu'avec son air ténébreux, Robert Hossein aurait sûrement fait un excellent méchant de James Bond.
    LtDunbar
    LtDunbar

    Suivre son activité Lire ses 127 critiques

    3,0
    Publiée le 14 avril 2020
    Plus ambitieux, on rattrape ici le côté James Bond, mais on perd un peu le côté absurde qui fait la marque OSS117.
    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top