Mon compte
    Bouge pas, meurs, ressuscite
    note moyenne
    3,9
    50 notes dont 10 critiques En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    répartition des 10 critiques par note
    5 critiques
    3 critiques
    0 critique
    1 critique
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Bouge pas, meurs, ressuscite ?

    10 critiques spectateurs

    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 169 abonnés Lire ses 1 930 critiques

    2,0
    Publiée le 25 janvier 2012
    Une sorte de musée des horreurs soviétique d'après-guerre. Une hystérique plate comme une planche à pain y côtoie un malade bouffant un mélange de neige et de farine, une prof aux méthodes staliniennes ou encore une mère désespérée chevauchant nue un manche à balai. Autant dire que c'est un sacré choc visuel pour nous, Occidentaux. Sans compter que l'histoire n'est pas des plus claires. Que viennent faire ces prisonniers japonais dans ce trou du cul du monde ? Qui sont ces autres détenus ? Comment s'organise spatialement le village de mineurs ? Et patati et patata. Un manque de clarté qui nuit à la compréhension de l'histoire. Dommage, car Vitali Kanevski fait preuve d'une belle recherche d'originalité, la fin étant une méga gifle adressée au spectateur. L'ambiance prolo dans laquelle baigne les personnages est elle-aussi marquante et contraste avec la prétendue candeur des deux petits. C'est un peu comme si le héros des "400coups" était propulsé du jour au lendemain dans l'univers de "Affreux, sales et méchants". Un film qui sent bon l'URSS en tout cas, même si je suis parmi ceux qui n'ont pas réussi à adhérer.
    Philippe Z.
    Philippe Z.

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 60 critiques

    1,0
    Publiée le 13 février 2014
    Rien que le titre, qu'il soit russe ou français, j'aurais dû me méfier. Ce film est pire que de le propagande mal faite. Les cadrages sont évidents, la distance entre les acteurs et la caméra est visible, et les envolées lyriques des dialogues tombent souvent à plat, on est plus au théâtre qu'au cinéma, même si l'autocritique de la violence est juste. Le sujet est en effet intéressant et aurait pu l'être aussi par l'image mais il semble qu'on ait voulu en faire un peu trop dans ce film, et trop c'est trop, même pendant une heure trente neuf. Peut-être une autre fois …
    weihnachtsmann
    weihnachtsmann

    Suivre son activité 370 abonnés Lire ses 3 891 critiques

    4,0
    Publiée le 3 avril 2016
    Deux mondes parallèles mis en résonnance. Une sorte de "jeux interdits" en Russie. Le monde brutal des adultes, leur férocité et en face deux enfants qui semblent déjà avoir perdu leurs illusions et leurs espoirs? Pire, un garçon presque déjà un homme. "Bouge pas", c'est peut-être aussi ça; reste comme tu es, un enfant de ton âge. La vie est très dure autour de lui. Le film est tourné caméra à l'épaule et nous dépeint a réalité d'une vie misérable et féroce. Quelques envolées lyriques fugitives, comme ces yeux qui s'ouvrent naïvement ou les discussions sur le train ne nous épargnent pas cette fin brusque et terrible. Très fort.
    Multiface
    Multiface

    Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 320 critiques

    5,0
    Publiée le 4 octobre 2008
    Ce chef d’œuvre souvent oublié, ce film inclassable, largement autobiographique a été tourné sur les lieux mêmes où le réalisateur russe a vécu son enfance, à Soutchan, près de Vladivostok dans l’Extrême-Orient soviétique. Cette ville minière, d’une grande pauvreté, abritait un camp de prisonniers japonais et servait de lieu de résidence pour dissidents et opposants au régime stalinien. L’histoire relate dans un environnement très dure et cruel les tribulations de Valerka, jeune garçon plein de vie, débrouillard mais maladroit ainsi que sa complicité avec son amie plus mure que lui, la jeune Galia.

    Film misérabiliste teinté d’un amour naissant de pré – adolescent, comme une note pure dans un monde de brute, Bouge pas, meurs, ressuscite montre avec force, la survie dans les goulags, cette vie sombre, sans espoir où la violence est omniprésente pour survivre même si chacun essaie de s’en évader comme il peut (folie, alcool, bêtise des enfants etc ) La survie permettant tout pour ne pas se laisser écraser, se laisser mourir de force, les 2 enfants sont encore vierge de toute pollution même si ils vendent de l’au rouillé pour du thé.

    La vie dans les goulags était très difficile et souvent aliénait la personnalité, les enfants représentent sans doute la seule présence vraiment « humaine » avec des sentiments qui apparaissent au milieu du récit, ce qui rend l’atmosphère plus douce de ce film touchant, intense et violent. Aussi en étant pas encore conditionné par le système Stalinien, les enfants apparaissent également comme un espoir et notamment la petite fille qui semble symboliser une forme de résistance. Elle sauve et récupère plusieurs fois le jeune garçon car probablement, elle comprend qu’autour d’eux, personne n’est humain. Ce symbole de la résistance n’est hélas qu’éphémère mais je ne vous raconte pas la fin pour ceux qui ne l’ont pas encore vue …

    A noter, que ce film cinématographiquement d’une grande beauté en noir et blanc, a été considéré comme
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 16 octobre 2010
    Premier film de Kanevski ou l'action est situé dans un camp de travail sous Staline. Film sur l'enfance, ses jeux, ses aventures, et les prémisses de l'amour. Mais attention c'est l'enfance dans l'enfer, dans une societé effroyable ou le peuple creve de faim, c'est une Russie qui persécute et ou la pauvreté n'est jamais loin de la folie.
    C'est donc un film très dur, mais ou il y a un superbe noir et blanc qui a d'ailleur une certaine similitude avec L'enfance d'Ivan et par moment assez glauque, heureusement les deux enfants sont juste merveilleux!
    Jérôme Pabois
    Jérôme Pabois

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 1 octobre 2014
    Le plus grand chef d'oeuvre du cinéma!!!
    Acteurs parfaits, Noir et Blanc sublime, sorte de 400 Coups transposés en Sibérie pendant la seconde guerre. Vivant, vivifiant, documentaire, violent, sombre, beau... Immanquable dans une vie!!!
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Très beaux jeux d'acteurs, très belle mise en scène... Il manque cependant un petit quelque chose à l'histoire, peut-être un peu plus de dynamisme, pour que le film soit parfais. Toutefois, ce film reste une perle du cinéma russe, oeuvre méconnue mais qui n'en reste pas moins emblématique d'un nouveau genre de cinéma qui s'est installé après la chute du bloc communiste...
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 17 mai 2011
    Un film inclassable , d'une simplicité confondante , d'une beauté à couper le souffle , sublimé par le noir et blanc . Peu importe ce que vous entendrez dire à son propos , toute personne qui dit aimer le 7ème art devrait voir ce film qui est une véritable leçon de cinéma et de mise en scène . La preuve qu'il n'est pas besoin de millions de dollars pour réaliser des chefs-d'oeuvre , seul le talent compte et Kanevski en est pourvu jusqu'au bout des ongles .
    Pour tous ceux qui comme moi en ont marre des films à 2 balles , des acteurs médiocres et des réalisations baclées par des mercenaires du grand écran, Kanevski est un génie atypique du cinéma , au même titre que Kaurismaki ...
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 25 février 2007
    Un film superbe a l'image somptueuse qui nous immerge dans un univers triste. Le jeu des comédiens est impressionnat. Grandiose!
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 10 juillet 2015
    Les lecteurs de Télérama avaient placé en haut de tous ceux des années 90 avec raison, il mérite d'être vu car c'est un témoignage rare sur la vie en camp de relégation dans les années post-staliniennes qui a aussi une qualité cinématographique digne d'Eisenstein et de toute la belle tradition du cinéma russe.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top