Mon compte
    L'Odeur de la papaye verte
    note moyenne
    3,8
    313 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur L'Odeur de la papaye verte ?

    31 critiques spectateurs

    5
    5 critiques
    4
    17 critiques
    3
    4 critiques
    2
    4 critiques
    1
    1 critique
    0
    0 critique
    13Witus
    13Witus

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 5 critiques

    4,0
    Publiée le 19 juin 2022
    Juste sublime.
    Ce film est une cérémonie d'un cinéma contemplatif, de vie et de mort. Les sensations, les ambiances de vie renouvelle le genre du huit clos et permet une petite renommée au cinéma Vietnamien.
    Roub E.
    Roub E.

    Suivre son activité 338 abonnés Lire ses 4 227 critiques

    4,5
    Publiée le 25 avril 2022
    L’histoire de Mui très jeune paysanne qui rentre au service d’une famille bourgeoise de Saigon dans les années 50. A priori « l’odeur de la papaye verte » ne ressemblait pas au cinéma que j’affectionne le plus. Mais sa beauté graphique hallucinante m’a cueilli et m’a captivé alors qu’il faut bien le reconnaître il ne se passe pas grand chose. Film très naturaliste la mise en scène a renforcé l’impression d’être l’observateur d’une fourmilière. Un film qui stimule les sens comme peu d’autres, par l’image bien entendu mais aussi par les sons, le toucher tant la manière de filmer les mains rend le film presque tactile. Bref une petite merveille qui aurait pu me laisser de marbre mais qui a imprimé ma rétine comme peu d’autres.
    Ykarpathakis157
    Ykarpathakis157

    Suivre son activité 609 abonnés Lire ses 14 814 critiques

    1,0
    Publiée le 13 avril 2022
    Sur le boîtier de la vidéo de ce film on peut lire une histoire de beauté de passion et de fruit défendu. Est-ce qu'ils parlent du même film que je viens de regarder j'en doute fortement. Ce n'est pas possible car le film que je viens de voir était beau mais il n'y avait pas de passion et pour ce qui est du fruit c'est juste un piège destiné à inciter le spectateur potentiel à voir ce film. Si seulement il y avait de la passion ou de la vie j'aurais beaucoup apprécié ce film mais il est ennuyeux au-delà de toute patience. Je n'ai cessé d'attendre que quelque chose d'excitant ou d'intéressant se produise mais le film s'est simplement terminé. Il n'y avait pas de grand sentiment d'excitation il n'y a pas de mystère ou quoi que ce soit d'autre. C'est juste l'histoire peu excitante d'une jeune fille qui devient une servante et passe les 10 prochaines années de sa vie à travailler comme une bonne...
    stans007
    stans007

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 988 critiques

    4,0
    Publiée le 31 mars 2021
    Lent, esthétique, nuancé, bien accompagné musicalement, une magnifique image du Vietnam à la fin de l’occupation française, avec hiérarchie sociale machiste. Longuet.
    Ricco92
    Ricco92

    Suivre son activité 124 abonnés Lire ses 1 839 critiques

    4,0
    Publiée le 14 février 2021
    Récompensé par la Caméra d’or et le Prix de la jeunesse au Festival de Cannes en 1993, le premier film de Trân Anh Hùng est une véritable splendeur visuelle. Le cinéaste et son chef opérateur Benoît Delhomme enchaînent des plans magnifiques à la photographie superbe. Cette beauté sert à mettre en avant l’ambiance très zen de L’Odeur de la papaye verte en la rendant assez envoutante surtout dans sa première partie. En effet, celle-ci fait ressentir une certaine douceur de vivre très prégnante qui fait oublier la maigreur de son intrigue. Toutefois, cette ambiance change un peu dans sa seconde partie (quand Mui est adulte) et on peut un peu moins être happé par ce nouveau ton bien que la magnificence formelle reste inchangée. Malgré tout, il reste de L’Odeur de la papaye verte un film à la beauté incontestable qui arrive parfaitement à retranscrire la zénitude de la vie traditionnelle vietnamienne.
    Hotinhere
    Hotinhere

    Suivre son activité 172 abonnés Lire ses 3 616 critiques

    4,0
    Publiée le 15 mai 2020
    Un film magnifique et fascinant, d'une délicatesse infinie, qui nous fait voyager à Saigon dans les années 50 à travers le destin d'une jeune servante, interprétée par la douce et gracieuse Tran Nu Yen-Khe.
    Gaby L
    Gaby L

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 11 critiques

    5,0
    Publiée le 23 décembre 2019
    Que dire sur ce film magnifique? J'ai eu la chance de le voir sur grand écran lors de sa ressortie en salle...
    Il ne s'y passe pas grand chose, et pourtant on ne s'ennuie pas une seconde... Tout est délicat et subtil, les émotions, les images, les sons...
    Et justement, ce qui m'a le plus marquée dans ce film, c'est son incroyable sensualité : les cinq sens sont en éveil, ce qui est paradoxal pour un art où seul l'ouïe et la vue sont sollicités! Mais on a l'impression de goûter les plats, de sentir les odeurs, les parfums... on ressent la moiteur, la douceur du soleil... et puis il y a Debussy, qui accompagne ce festin sensoriel... Superbe!
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 350 abonnés Lire ses 2 375 critiques

    4,0
    Publiée le 13 novembre 2019
    La grande sensibilité de L’Odeur de la papaye verte répand pendant une heure et demie une somme de saveurs et de sons qui sont le fruit d’échos lointains : la pluie sur les feuilles, son bruit si particulier depuis l’extérieur ou l’intérieur ; les avions qui passent au-dessus, bien qu’on ne les aperçoive pas ; les coups de machette sur la papaye, jusqu’à en inciser le ventre pour en palper les graines. Les souvenirs d’enfance des gestes maternels chers au réalisateur se voient ici revivifiés avec délicatesse : Trần Anh Hùng brosse un portrait flamboyant d’une servante à deux âges de la vie et peint son éveil aux sens doublé d’une révolte croissante contre sa condition, révolte silencieuse et farouche, à l’image du jeu de chat et de souris auquel s’adonnent Mui et Khuyên dans la maison de ce dernier. Et là où le film frappe fort, c’est dans la conviction que la servante, par des années d’attention à son environnement certes restreint, a su garder intacte sa matière vive, puits de poésie et de sensibilité qu’elle finit par exploiter via l’apprentissage de la lecture. Mui se trouve dédoublée par la métaphore des grillons encagés : ils chantent, parcourent leur petit espace selon des habitudes adoptées malgré eux ; l’œuvre s’achève ainsi sur l’ouverture de la porte, de même que l’épouse artificielle se détourne de son mari par jalousie. Mui comprend le piano, vibre aux créations musicales de son amant ; Thu, quant à elle, n’écoute pas, fascinée par ce qu’elle ne possède pas encore. Mui casse les vases par inadvertance, elle méprise sans le vouloir le matériel, reste calme (voire amusée) devant les affronts lancés par le petit maître de maison. La patience est son fardeau tout autant que la clef de son évasion. Seule compte la figure maternelle, celle qui apparaît en songe, celle que prononce l’enfant endormie. L’Odeur de la papaye verte suit un mouvement à la fois circulaire et ascendant : d’une part, Mui quitte la mère pour mieux se raccorder à sa propre maternité – les graines du fruit domestique ont germé en elle –, d’autre part, elle s’affranchit peu à peu des liens hiérarchiques dégradants pour devenir la petite-fille symbolique d’une grand-mère meurtrie par le temps et les disparitions, pour devenir l’amante de celui qu’elle a toujours aimé. La mise en scène propose de nombreux plans en travelling qui génèrent une impression de glissement : l’émancipation progressive de la servante est un mouvement naturel, suit une fluidité magnifique. Preuve que la condition sociale ne dit rien des trésors que peuvent détenir en leur for intérieur les personnes privées de parole ; preuve que l’amour soulève les barrières, redistribue les cartes. On regrettera toutefois que le cadre vietnamien soit l’objet d’une reconstitution en studios : en dépit de la qualité des décors prime ce je-ne-sais-quoi de faux qui nuit en partie au climat d’authenticité dans lequel s’inscrit le long-métrage. Il s’agit là d’une vision rêvée, esthétisée, certes. Mais le rythme naturel du village ou de la ville n’était pas incompatible avec une telle démarche ; mieux, il aurait apporté un contrepoint brutal et âpre nécessaire à la construction par l’image de la forteresse sensible où se répercutent bonheurs et malheurs, entrées et sorties, naissances et décès : le foyer.
    gerald_w-a
    gerald_w-a

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 251 critiques

    4,0
    Publiée le 26 octobre 2017
    Ce film a un charme auquel il est difficile d'échapper. Délicats les personnages (à part ce petit garçon insupportable, et qui en plus joue mal - pourquoi l'avoir mis !?), délicate la musique, délicate l'ambiance, délicats les rapports entre les personnages (sauf une ou deux fois) et délicate la réalisation, avec par exemple tous ces plans filmés à travers les fenêtres, les ajours... tout est d'une douceur envoûtante. À voir.
    moreapacifique1
    moreapacifique1

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 93 critiques

    5,0
    Publiée le 5 février 2017
    C'est l'histoire d'une vengeance subtile de la servante méprisée.Ambiance estivale asiatique superbement rendue. On sent la chaleur et l'humidité.
    maxime ...
    maxime ...

    Suivre son activité 120 abonnés Lire ses 1 897 critiques

    3,5
    Publiée le 24 septembre 2016
    L'odeur de la papaye verte est un long métrage très gracieux et d'une délicatesse qui m'a fait le plus grand bien. Une oeuvre très étrange mais qui ma séduite au fil des minutes. Une jolie mise en scène et un portrait de femme fortement intéressant.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 2 mai 2015
    Ma première réalisation vietnamienne, un jolie film. Des tranches de vie, dans un style contemplatif et très pudique.
    anonyme
    Un visiteur
    2,5
    Publiée le 24 avril 2015
    Quelle déception! J'en avais tellement entendu parlé que je m'attendais à un film vraiment touchant. Alors oui, le film a une esthétique assez impressionnante surtout pour un film de 1992. Mais vu que la plastique ne fait pas tout je suis incapable de mettre une note plus haute. Il ne se passe rien, c'est lent, on nous décrit une vie monotone, avec une fille qui est emerveillée chaque fois qu'elle voit une fourmi... Normalement je suis très fleur de peau, mais ici, c'est ridicule. Non, je n'ai pas aimé le film, ou tout simplement je ne l'ai pas compris.
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 2 182 abonnés Lire ses 4 730 critiques

    3,5
    Publiée le 3 novembre 2013
    Découvrez le premier long-métrage du vietnamien Tran Anh Hung. Le tournage est entièrement en studio, le rendu des ruelles, les détails, sont méticuleusement mis en scène. L'histoire d'une petite qui rendra bien des services, apprendra la cuisine, elle grandit et connaitra également l'amour. L'Odeur de la papaye verte participa et remporta des prix prestigieux. Par contre, la musique est un peu agaçante, déjà que le film appuie bien sur la lenteur, mais il est à voir. Sinon, du réal, je préfère À la verticale de l'été.
    BeatJunky
    BeatJunky

    Suivre son activité 95 abonnés Lire ses 1 930 critiques

    2,0
    Publiée le 27 août 2013
    Le film est certes bien réalisé, très bonne mise en scène, poétique et subtile mais que c'est lent!Je me suis terriblement ennuyé, il ne se passe rien, seul les mouvements, les regards parlent et si le spectateur n'est pas dedans, il est impossible d'apprécier cette douceur, ce portrait de femme dévouée... Difficile à appréhender.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top