Notez des films
Mon AlloCiné
    La Rue de la honte
    La Rue de la honte
    25 octobre 1957 / 1h 25min / Drame
    Date de reprise 31 juillet 2019
    De Kenji Mizoguchi
    Avec Machiko Kyô, Ayako Wakao, Michiyo Kogure
    Nationalité japonais
    Séances Ce film en VOD
    Spectateurs
    4,0 138 notes dont 23 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Dans une maison de tolérance du quartier des plaisirs de Tokyo, cinq femmes se vendent aux passants alors qu’une loi limitant la prostitution est sur le point d’être votée. Chacune rêve d'échapper à sa condition et de connaître une vie meilleure.
    Titre original

    Akasen Chitai

    Distributeur Les Bookmakers / Capricci Films
    Voir les infos techniques
    Année de production 1956
    Date de sortie DVD 23/04/2008
    Date de sortie Blu-ray 03/03/2020
    Date de sortie VOD 10/05/2020
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 8 anecdotes
    Budget -
    Date de reprise 31/07/2019
    Langues Japonais
    Format production -
    Couleur N&B
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 19673

    Séances

    Voir plus de villes

    Regarder ce film

    En VOD
    LaCinetek Location dès 2,99 €
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    La Rue de la honte [Combo Blu-Ray + DVD]
    La Rue de la honte [Combo Blu-Ray + DVD] (Blu-ray)
    neuf à partir de 20.49 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY

    Acteurs et actrices

    Machiko Kyô
    Rôle : Mickey
    Ayako Wakao
    Rôle : Yasumi
    Michiyo Kogure
    Rôle : Hanae
    Aiko Mimasu
    Rôle : Yumeko
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Spectateurs

     Kurosawa
    Kurosawa

    Suivre son activité 297 abonnés Lire ses 1 411 critiques

    3,5
    Publiée le 19 novembre 2016
    Le dernier film de Kenji Mizoguchi se centre sur une maison de geishas et raconte la vie de prostituées, que ce soit leur vie quotidienne et collective ou leur vie individuelle. Malgré une capacité à très vite donner vie à ses personnages et à leur donner une singularité, Mizoguchi peine dans un premier temps à faire s'imbriquer la vie au sein de cette maison et la vie privée, la faute à un montage lourd qui peine à complexifier les ...
    Lire plus
    il_Ricordo
    il_Ricordo

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 407 critiques

    4,0
    Publiée le 2 novembre 2012
    Ce n'est ni un tableau complaisant, ni une condamnation de la prostitution que dresse Mizoguchi dans son tout dernier film. Mais, fidèle à ses films précédents, il s'attache à décrire des personnages en proie à une situation dramatique, le plus souvent croupissants dans une pauvreté dévastatrice, qui les conduit ici à la prostitution, voire à la folie et au suicide. Mizoguchi tourne autour de quelques prostituées et observe l'impact ...
    Lire plus
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1598 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    4,0
    Publiée le 18 juillet 2011
    "La Rue de la honte" est certainement le film qui parle avec le plus de réalisme, sans misérabilisme aucun mais aussi sans concession, de la prostitution pour ce film à la mise en scène pourtant incontestablement belle et élégante. La dernière scène où on voit une très jeune fille obligée de se prostituer fait froid dans le dos. Ce sujet permet de montrer en tous les cas, qu'avec George Cukor et Pedro Almodovar, Kenji Mizoguchi était ...
    Lire plus
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 336 abonnés Lire ses 3 323 critiques

    3,5
    Publiée le 24 mars 2011
    Dernier film de Kenji Mizoguchi, " La Rue de la honte " est une étude bien réussi sur les conditions de vie des prostituées dans un établissement qui se trouve dans un quartier de Tokyo. Le thème n'est pas des plus simples à aborder, et pourtant Mizoguchi arrive avec une réelle finesse et de manière très réaliste à nous faire suivre la vie de ses personnages qui redoutent la fermeture de leur établissement comme le voudrait le ...
    Lire plus
    23 Critiques Spectateurs

    Photos

    Secret de tournage

    Mizoguchi tardif

    La Rue de la honte est le dernier film réalisé par Kenji Mizoguchi, qui disparaît, des suites d'une leucémie, le 24 août 1956, soit trois mois après la sortie du film au Japon.

    Wakao, star du cinéma japonais

    La rue de la honte offre un de ses premiers grands rôles à Ayako Wakao, star du cinéma japonais des années 50 et 60, adulée pour son talent et sa beauté. Cette comédienne, qui suivit une formation à l'école d'acteurs des Studios Daiei, deviendra l'égérie du réalisateur Yasuzo Masumura, avec qui elle tournera pas moins de vingt films, entres autres La Femme de Seisaku. Avant de lui confier le rôle de Yasumi, la jeune prostituée de La Rue de la ho... Lire plus

    Un film sur la prostitution

    La Rue de la honte, qui a pour héroïnes les pensionnaires d'une maison, fait écho à un débat qui agite la société japonaise dans les années 50 : l'abolition de la prostitution. Le cinéaste avait abordé ce thème vingt ans plus tôt dans Les Soeurs de Gion, dans lequel apparaissait déjà Eitaro Shindo, mais également dans Une femme dont on parle.

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 1956, Les meilleurs films Drame, Meilleurs films Drame en 1956.

    Commentaires

    • emmagoldman
      Un film! à la mémoire de sa mère.Cruel monde que les bas font japonais à voir et revoir.Méditations en forme de panflet à la gloire de la femme. L'élégance du style atteind la grâce, un magnifique film d'amour.
    Voir les commentaires
    Back to Top