Notez des films
Mon AlloCiné
    Les Fils de l'homme
    Bande-annonce Les Fils de l'homme
    18 octobre 2006 / 1h 50min / Science fiction, Thriller, Drame
    De Alfonso Cuarón
    Avec Clive Owen, Clare-Hope Ashitey, Julianne Moore
    Nationalités américain, britannique
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Presse
    3,8 25 critiques
    Spectateurs
    3,9 20916 notes dont 1896 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Interdit aux moins de 12 ans
    Dans une société futuriste où les êtres humains ne parviennent plus à se reproduire, l'annonce de la mort de la plus jeune personne, âgée de 18 ans, met la population en émoi. Au même moment, une femme tombe enceinte - un fait qui ne s'est pas produit depuis une vingtaine d'années - et devient par la même occasion la personne la plus enviée et la plus recherchée de la Terre. Un homme est chargé de sa protection...
    Titre original

    Children of Men

    Distributeur United International Pictures (UIP)
    Récompenses 4 prix et 10 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 2006
    Date de sortie DVD 28/08/2007
    Date de sortie Blu-ray 06/10/2009
    Date de sortie VOD 26/07/2017
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 12 anecdotes
    Box Office France 0 entrées
    Budget 70 000 000 $
    Langues Anglais, Espagnol, Italien, Roumain, Arabe
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 116385

    Regarder ce film

    En SVOD / Streaming
    • Netflix Abonnement
    En VOD
    À découvrir sur
    Acheter ou louer sur CANAL VOD
    Orange Location dès 2,99 €
    Canal VOD Location dès 2,99 €
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 10.99 €
    Les Fils de l'homme
    Les Fils de l'homme (Blu-ray)
    neuf à partir de 13.47 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY
    Les Fils de l'homme Bande-annonce VO 2:20
    Les Fils de l'homme Bande-annonce VO
    355799 vues

    Interviews, making-of et extraits

    Alfonso Cuarón, Clive Owen Interview : Les Fils de l'homme 3:47
    Alfonso Cuarón, Clive Owen Interview : Les Fils de l'homme
    7337 vues
    Game in Ciné N°32 - "Dead Island", "Résistance 3", "Call of Juarez "The Cartel"... 6:03
    Game in Ciné N°32 - "Dead Island", "Résistance 3", "Call of Juarez "The Cartel"...
    53201 vues
    Ma scène préférée N°64 - Vincent Rottiers 3:14
    Ma scène préférée N°64 - Vincent Rottiers
    19524 vues
    9 vidéos

    Acteurs et actrices

    Clive Owen
    Rôle : Théo Faron
    Clare-Hope Ashitey
    Rôle : Kee
    Julianne Moore
    Rôle : Julian
    Michael Caine
    Rôle : Jasper
    Casting complet et équipe technique

    Critiques Presse

    • Ciné Live
    • L'Express
    • Le Parisien
    • Score
    • aVoir-aLire.com
    • Fluctuat.net
    • L'Ecran Fantastique
    • L'Humanité
    • Le Monde
    • Les Inrockuptibles
    • Libération
    • Mad Movies
    • Ouest France
    • Paris Match
    • Première
    • Studio Magazine
    • Télérama
    • Elle
    • Le Figaro
    • Le Journal du Dimanche
    • MCinéma.com
    • Positif
    • TéléCinéObs
    • Cahiers du Cinéma
    • Le Point

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    25 articles de presse

    Critiques Spectateurs

    ConFucAmuS
    ConFucAmuS

    Suivre son activité 212 abonnés Lire ses 671 critiques

    5,0
    Publiée le 18 mars 2018
    Chaque époque a eu son film d'anticipation. Les années 80 ont eu Blade Runner, les années 90 Bienvenue à Gattaca, les années 2000 auront Les Fils de l'Homme. Les points communs à ces trois films? Ils se déroulent tous dans un futur pas si éloigné de notre temps, et partagent une bien sombre vision de ce que nous réserve l'avenir. Et dans cette optique, le film d'Alfonso Cuarón (adapté de l'oeuvre de P.D James) se présente comme peut ...
    Lire plus
    Dex et le cinéma
    Dex et le cinéma

    Suivre son activité 570 abonnés Lire ses 186 critiques

    5,0
    Publiée le 3 juillet 2014
    Les Fils de l'Homme est un incroyable film d'anticipation. Une œuvre percutante, viscérale et violente, qui dépeint une humanité monstrueuse et désespéré, dans un monde qui ne demande qu'une étincelle avant de s'embraser. Et pourtant, au milieu du chaos, de la guerre et de l'horreur, ce réalisateur de génie qu'est Alfonso Cuaron, à choisit de faire un film sur l'espoir. Un espoir retrouvé progressivement par le personnage de Clive ...
    Lire plus
    Chuck Carrey
    Chuck Carrey

    Suivre son activité 225 abonnés Lire ses 576 critiques

    5,0
    Publiée le 24 mai 2014
    Dernier film de l'excellent Alfonso Cuarón avant sa bombe "Gravity", "Les Fils de l'homme" est lui aussi un film hors du commun. Cette œuvre a tout d'un film culte qui restera dans les mémoires longtemps. Ce film visionnaire, d'une grande originalité, pose une question effrayante : Et si l'Homme ne parvenait plus à se reproduire ? C'est sur cette base que commence le film, cela fait 18 ans que plus aucun bébé n'est né et la plus jeune ...
    Lire plus
    Hunter Arrow
    Hunter Arrow

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 409 critiques

    5,0
    Publiée le 30 janvier 2013
    Un bijou cinématographique. Un film dans lequel l'intelligence du propos, évoqué sans lourdeurs narratives handicapantes, est magnifiquement porté par une réalisation au top. Alfonso Cuaron déjà responsable de ce qui demeurera comme étant le meilleur opus de la saga Harry Potter, à savoir le Prisonnier d'Azkaban, met sa maitrise au profit d'un récit puissant et nous offre des scènes cultes, absolument démentes de par leur maitrise. ...
    Lire plus
    1896 Critiques Spectateurs

    Photos

    41 Photos

    Secret de tournage

    Venise

    Présenté en compétition officielle lors de la 63ème Mostra de Venise, Les Fils de l'homme du Mexicain Alfonso Cuaron a fait forte impression auprès de la presse. Il repart d'ailleurs auréolé de l'Osella de la Meilleure contribution technique attribué au directeur de la photographie Emmanuel Lubezki ainsi que du prix de la Lanterne Magique accordé au réalisateur Alfonso Cuaron.

    Adaptation

    Les Fils de l'homme d'Alfonso Cuaron est l'adaptation du roman homonyme de P.D. James publié en 1993. C'est la productrice Hilary Shor qui a été attirée par cette oeuvre dès sa sortie et a pris une option dessus dès 1994 : "C'est un texte magique, et bien qu'il ait fallu beaucoup de temps pour le développer et le porter à l'écran, ces neuf années furent pour moi un pur bonheur."

    Le réalisateur

    Alfonso Cuaron est arrivé tardivement sur le projet Les Fils de l'homme. Il avait reçu un premier jet du scénario qui ne lui avait pas plu. Ce n'est qu'après une nouvelle version du script qu'il a accepté de participer et de prendre la tête du film. Le producteur Marc Abraham précise : "Alfonso a un talent unique, une passion indéniable pour ce matériau. Sa vision nous a fascinés et revigorés."

    Dernières news

    Roma, Gravity, Les Fils de l'homme... les plus beaux plans du cinéma d'Alfonso Cuarón
    NEWS - Culture ciné
    jeudi 13 décembre 2018
    Plans séquences, travellings, photographie sublime... Les plans inoubliables ne manquent pas chez Alfonso Cuarón, de "La...
    Alfonso Cuarón : fascination pour la figure de la mère, passion de la forme... les obsessions du cinéaste mexicain décryptées
    NEWS - Stars
    mercredi 12 décembre 2018
    De "La Petite princesse" à "Roma", le cinéma du réalisteur mexicain Alfonso Cuarón paraît au premier contact insaisissable....
    27 news sur ce film

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2006, Les meilleurs films Science fiction, Meilleurs films Science fiction en 2006.

    Commentaires

    • Henri M
      La meilleur dystopie pour adultes depuis le début du siècle. Cuarón la dirige en créant de remarquables plans longs et des images indélébiles (...) C'est un film d'une immédiateté étonnante, avec toute l'intensité d'un appel nocturne, mais sans perdre de vue la composante humaine . La photographie est extrêmement âpre mais c'est un effet voulu qui colle à l'histoire et c'est donc superbe, les acteurs aussi.Le message est simple, sincère et émouvant.
    • elise c
      Superbe
    • Naughty Dog
      mais c'est pas des références çaChildren of Men devrait être qqchose dont tu entends parler comme 2001, 1984, etc
    • Naughty Dog
      Les Fils de l'Homme. De ce titre à connotation biblique aguicheur vient avant toute chose le roman éponyme de P.D James, dont le synopsis est la base du film. Mais désireux de ne pas lire l’œuvre, Alfonso Cuarón préfère imaginer lui-même la trame de son film de science-fiction. Après l'excellent Y tu mamá también (road movie sur fond de passage à l'âge adulte) ou encore le carton du 3e volet de Harry Potter, le réalisateur mexicain imagine un film d'anticipation préfigurant des questionnements et maux du présent.Situé dans l'Angleterre hivernale de 2027, Les Fils de l'Homme présente une dystopie ténébreuse, excroissance de nos sociétés actuelles, où les femmes sont stériles depuis 18 ans. Ici, l’État totalitaire applique la tolérance zéro, parquant les minorités stigmatisées dans des camps insalubres. Des terroristes illuminés commettent des attentats, tandis que d'autres préfèrent acheter des kits de suicide ne voyant plus de sens à leur vie face à cette fin du monde inévitable. Oui, tous ces éléments renvoient forcément à notre présent, où les attentats, manifestations alter-mondialistes violentes, épidémies, Brexit et autres vagues migratoires deviennent de plus en plus légion.Dans ce chaos ambiant de société à l'agonie, nous suivons Theo Faron (formidablement interprété par Clive Owen), ancien activiste au lourd passé devenu un bureaucrate apathique, se voit confié une mission par son ex-femme Julian. Cette dernière, interprétée par l'excellente Julianne Moore, dirige un groupuscule anarchiste nommé les Poissons, désireux de faire passer la frontière à une jeune réfugiée dénommée Kee. L'enjeu prendra une toute autre ampleur lorsque Theo découvrira qu'il s'agit de la première femme enceinte depuis 18 ans. Ce sera le début d'un dangereux périple, avec à la clé ni plus ni moins que le possible salut de l'Humanité.En prenant pour héros un personnage lambda, à la fois concerné mais aussi aveugle, Alfonso Cuarón fait du protagoniste la porte d'entrée du spectateur tout comme son avatar. Brisé depuis un évènement tragique ayant changé sa vie, épris d'une dépression auto-destructrice, Theo Faron (le Dieu des phares selon l'étymologie grecque, guide de l'Humanité vers la Lumière) évolue dans un un univers futuriste pourtant familier. Proche de La Route de Cormac McCarthy, Les Fils de l'Homme inspirera plus tard Le Livre d'Eli ou bien The Last of Us, en se réappropriant les codes du cinéma de science-fiction.Survival politique jamais pamphlétaire, où tout fanatisme est pointé du doigt, le film peut être qualifié d'anti-Blade Runner. Pas de voiture volante, de robots ou de réalité virtuelle, mais un monde crédible et paradoxalement d'autant plus sinistre, comme dans Orange Mécanique de Kubrick. Via une direction artistique prodigieuse, piochant autant dans 1984 de George Orwell que dans les bidonvilles syriens, Les Fils de l'Homme interpelle d'entrée de jeu. Londres ressemble à Beyrouth ou Mexico, les camps de réfugiés à Kaboul, le reste du monde subit un hiver nucléaire ou des insurrections de tout type, tandis que les riches sauvent les monuments dans des Arches d'Arts. Un univers dantesque mais à hauteur d'homme, construit méticuleusement.Que ce soient les coupures de journaux, tracts ou graffitis en fond, écoles fantômes abandonnées, favelas sur les trottoirs, voitures hybrides ou interfaces numériques, tout concourt à faire des Fils de l'Homme un futur déjà présent. Un monde de demain à la grammaire visuelle véritablement inédite ! Là où des récits comme Brazil de Terry Gilliam ou Gattaca d'Andrew Niccol usent de plans fixes et méticuleusement composés, Alfonso Cuarón privilégie l'immersion par une caméra portée à l'épaule. Un résultat qui s'apparenterait presque au faux-documentaire au premier abord, mais qui se révèle bien plus complexe et fin.Avec Emmanuel Lubezki (The Revenant, Birdman) à la photographie, Les Fils de l'Homme se dote d'un look crépusculaire de toute beauté. Une ambiance glacée douceâtre renvoyant à la mélancolie et la dureté de l'univers dépeint, porté vers le haut par une réalisation virtuose. Inspiré de L'Aurore de Murnau, La Bataille d'Alger de Pontecorvo ou Stalker de Tarkovski, Cuarón propose des plans longs et autres plans-séquences hallucinants (dont un passage inoubliable de guerre civile avec tanks, civils et autres soldats tirant dans tous les coins). Privilégiant l'immersion totale, jouissant d'une durée parfaite de 1h40, le film ne s'attarde pas dans la sur-explication et l'exploration de ce futur dystopique.On ne saura pas d'où vient l'infertilité (radiations ? manipulations génétiques ?), ce que devient le reste du monde ou tous les tenants socio-politiques. Au contraire, le réalisateur privilégie l'émotion et les sentiments comme moteur et vecteur de questionnements pour le spectateur. Via une utilisation intelligente de sa caméra, chaque plan est filmé de main de maître, avec un regard inquisiteur et nerveux : un personnage à part entière ! Jamais pompeux ou poseur, et bénéficiant d'un découpage ultra efficace, tout participe à plonger le spectateur dans cette traversée sensationnelle lorgnant vers la fable évocatrice. On notera par exemple l'importance des animaux (en lien avec La Ferme des Animaux), des références à l'album Animals de Pink Floyd et tout un tas de références mythologiques. On a parlé du patronyme de Theo, mais on peut aussi citer Kee (la clé de la Natalité) ou les Poissons (signe de reconnaissance des premiers Chrétiens).Si Les Fils de l'Homme fut aussi un exploit technique et de scénographie (plan-séquence au sein d'un véhicule avec multiples figurants, mais aussi être humain entièrement créé par des CGI photoréalistes), tout s'écroulerait sans un casting compétent. Outre un Clive Owen impérial en héros cynique mais courageux et une Julianne Moore qui en impose toujours, on pourra noter un Charlie Hunnam (Sons of Anarchy, The Gentlemen, The Lost City of Z) encore méconnu, un Chiwetel Ejiofor (12 Years a Slave, Les Survivants, Doctor Strange) épatant, un Michael Caine (The Dark Knight, Interstellar, Kingsman) dans une de ses meilleures performances, mais aussi Peter Mullan (Westworld) à contre-emploi et enfin la révélation Clare-Hope Ashitey (Seven Seconds) en jeune Vierge Marie d'un nouveau monde.Probablement le meilleur film d'anticipation de ce début du siècle, et un des plus grands films de science-fiction jamais faits, Les Fils de l'Homme est un film à (re)découvrir absolument. Porté par un casting au top, une mise en scène hallucinante de Cuarón (préfigurant son Roma), éclairé par une somptueuse lumière par Lubezki, la réussite est totale. Préfigurant de problématiques pertinentes et véritable miroir sociétal, Les Fils de l'Homme n'assène aucune leçon, préférant mettre en garde, placer le spectateur devant la réalité, et le laisser réfléchir à ses questionnements. Une fable aux scènes de tension intenses et au séquences intimistes poétiques bouleversantes (le cessez-le-feu), le réalisateur mexicain livre un film puissant sur la rédemption, l'espoir et la foi. Un chef-d’œuvre.5/5
    • N-Islam B
      Children of men science fiction d'anticipation. Dans une société futuriste (2027), l'être-humain n'arrivant plus à se reproduire, un événement tragique a troublé le monde à savoir la mort de la personne la plus jeune, alors qu'une femme est miraculeusement tombée enceinte, devenant la personne la plus convoitée, ce qui motive un homme à la protéger des griffes de la population acharnée... 3.5/5.
    • Naewin
      Très bon film !
    • happykollapse
      Le monde entier est a feux et a sang, l'Angleterre est le seul pays a maintenir un semblant de stabilité. Ce qui explique le nombre de réfugiés. c'est un futur proche, la pollution, l'épuisement des ressources, la misère globale se sont empirés. Il ya aussi des épidémies qui font qu'on brule des troupeaux.(ce qui renvoie aux images de la vache folle a une époque)Toutes ces infos sont distillées astucieusement, principalement dans les écrans (dans les bus) et sur les coupures de journaux chez Jasper. entre autres détails dans les image et sous entendus dans les dialogues.On ne remarque pas forçément au premier visionnage ces détails, c'est normal.
    • Ciné-basket
      Des scènes de guerres impressionnantes de réalisme...les prises de vues sur Théo lors de l'assault sur l'immeuble sont juste dingues! Je salue donc le directeur photo Emmanuel Lubezki qui a du bosser dur sur cette scène précise, sinistrement magnifique! 3.5/5
    • mr.merle
      Question de gout :P
    • Alex A.
      Je ne comprends pas d'où vient toute cette pollution/misere dans le film. Normalement vu que personne n'est né depuis 20 ans, la population devrait chuter considerablement en sachant quen moyenne 3 personnes meurent toutes les secondes ce qui ferait logiquement moins de pollution et de bouches à nourrir.... M'enfin bref.Sinon jai aimé le film mais pas adoré comme tout le monde ici. Ce n'est pas extraordinaire ou passionant jusqua a la scène dans le camp. Quelques moments forts tout de meme et un realisme flippant.3,5/5.
    • Alex A.
      Ce n'est pas parce qu'il n'a pas aimé le film qu'il est insensible à la souffrance apprends à lire.
    • Alex A.
      Owen parmi les meilleurs perfs, euhh tu n'abuses pas un peu (beaucoup) ?
    • Alex A.
      Dans le film ils disent 19 ans + presque 1 an pour accoucher = Pratiquement 20 ans quoi
    • Moumoute Helmut
      Un musée de la voiture moche, quoi! :D
    • Maxime L.
      Et quand même, la Fiat Multipla que l'on voit aussi ! Haha
    • Moumoute Helmut
      Perso j'ai adoré l'ambiance et les blagues hippies, justement. Je me sens chez moi dans ce film, ça me change des histoires de gros bourges à Wall Street ou Hollywood (ou même des vaudevilles parisiannistes)
    • Moumoute Helmut
      Un de ces OFNI méconnus (par rapport à sa qualité) qui est terriblement attachant et qui devient encore plus d'actualités en 2018 qu'à sa sortie. J'ai beaucoup aimé l'ambiance. Le seul souci que j'y trouve c'est que l'histoire ne sait pas vraiment comment finir.(et, fatche, une Renault Avantime! Une des voitures rigolotes mais classe les moins vendues du monde. :D Bon, il faut la pousser... Comme une Renault, quoi!)
    • Tony M
      Quel film, mais vraiment quel film... c’est certainement l’un des plus beau film que j’ai vu... jme ss vraiment perdu dans l’univers et le monde du film, l’impression d’être dedans c’est de la vraie magie... un film d’anticipation avec une idée lumineuse, magnifiquement bien exposée, en plus du rythme fou et du suspense et du fait qule monde part en cacahuètes... vraiment quel délire ce film... a voir absolument l’un des meilleurs dans le genre, si se n’est l’meilleur..
    • log1c
      400,000 notes imdb, 17,000 sur allociné, c'est plus que certains Star Wars donc niveau reconnaissance difficile de faire mieux. Peut être qu'il n'a pas eu de succès à sa sortie en salle mais depuis le temps les choses ont bien changées.
    • Dargor-
      Y a un sérieux pb dans le synopsis. La personne la plus jeune est agée de 18 ans mais personne n'est tombé enceinte depuis 20 ans ?
    Voir les commentaires
    Back to Top