Mon compte
    Toutes les critiques de Les Inrockuptibles
    Black Phone
    Ivre de citations et avare en explications, le nouveau geste horrifique du réalisateur de Sinister est un lent effondrement.
    Les Inrockuptibles
    1,0
    Presse
    3,0
    Buzz l'éclair
    Buzz l’Éclair est un beau film sur l’apprentissage : il y s’agit moins de former des ubermensch nietzschéens (des surhommes) que d’être soi-même un mensch, au sens yiddish : un type bien, honnête et magnanime.
    Les Inrockuptibles
    4,0
    Presse
    3,2
    Les Goûts et les couleurs
    Le réalisateur du Nom des gens orchestre un hommage amoureux à la chanson française tout en prolongeant son regard acéré sur les rapports de classe.
    Les Inrockuptibles
    3,0
    Presse
    3,4
    Jungle rouge
    Autant sur le fond que la forme, Juan José Lozano et Zoltán Horváth livrent une proposition inédite qui vaut le coup d'oeil.
    Les Inrockuptibles
    3,0
    Presse
    3,4
    Les Travaux et les Jours - Partie 3
    En huit heures et cinq chapitres, C.W. Winter et Anders Edström explore les cycles naturels de la vie paysanne au Japon. Une expérience immersive inoubliable.
    Les Inrockuptibles
    5,0
    Presse
    4,3
    Les Travaux et les Jours - Partie 2
    En huit heures et cinq chapitres, C.W. Winter et Anders Edström explore les cycles naturels de la vie paysanne au Japon. Une expérience immersive inoubliable.
    Les Inrockuptibles
    5,0
    Presse
    4,3
    Les Travaux et les Jours - Partie 1
    En huit heures et cinq chapitres, C.W. Winter et Anders Edström explore les cycles naturels de la vie paysanne au Japon. Une expérience immersive inoubliable.
    Les Inrockuptibles
    5,0
    Presse
    4,3
    Elvis
    Baz Luhrmann signe un film somptuaire et intelligent sur un King presque trop divin pour les formules consacrées du genre biopic.
    Les Inrockuptibles
    4,0
    Presse
    3,8
    El buen patrón
    Le film grouille de vacheries bien senties, d’histoires croustillantes mais aussi très cruelles. On appréciera surtout à sa juste valeur la prestation de Bardem.
    Les Inrockuptibles
    3,0
    Presse
    3,6
    Spiderhead
    Sans rythme et trop lisse, Spiderhead se repose sur la plastique des très beaux paysages de la Gold Coast australienne et sur une BO ouvragée (le film s’ouvre sur Logical Song de Supertramp).
    Les Inrockuptibles
    1,0
    Presse
    2,7
    Ventura
    La force terrestre se renforce à chaque plan. D’un bidonville à une prison, d’une usine à un chantier, les lieux déploient leurs grandes figures immobiles, des épouvantails mémoriels plantés dans la nuit, soumis à la seule logique de la rêverie : l’émergence poétique de l’enracinement.
    Les Inrockuptibles
    5,0
    Presse
    4,4
    Je tremble ô Matador
    La mise en scène est flottante, simple illustration d’un récit par ailleurs émouvant. Mais le film ne se montre pas du tout à la hauteur de l’œuvre très politique de Lemebel. Dommage.
    Les Inrockuptibles
    2,0
    Presse
    3,6
    Boum Boum
    En filmant, au milieu des grenades et lacrymo, son idylle avec un Gilet jaune, Laurie Lasalle signe un documentaire amoureux et révolté qui embrase tout sur son passage.
    Les Inrockuptibles
    4,0
    Presse
    3,6
    Demain je traverse
    Très lâche, le récit de Demain, je traverse, flottant au diapason de ses personnages, ne parvient hélas jamais à s’imprimer sur la rétine du spectateur, glissant sans cesse à sa surface.
    Les Inrockuptibles
    1,0
    Presse
    2,5
    Sweat
    Hélas, à force de vouloir traiter trop frontalement la solitude de son héroïne, la trajectoire du film devient trop unidirectionnelle et ressemble à un lent crescendo d’un même dispositif de scène répété jusqu’au terme du récit.
    Les Inrockuptibles
    2,0
    Presse
    3,2
    Le Prince
    Le Prince est une superbe romance triste où le désordre et l’ordre s’enlacent dans une étreinte douce et déjà vaincue.
    Les Inrockuptibles
    3,0
    Presse
    3,1
    Mon amour
    Mon amour est ce grand voyage hypnotique de justesse dans la description des maux et des beautés, ce geste de cinéaste, humble et miraculeux, qui traverse la planète pour interroger la mémoire des autres et mieux regarder la mort en face.
    Les Inrockuptibles
    5,0
    Presse
    3,5
    Incroyable mais vrai
    Dans Incroyable mais vrai, il y a certes un MacGuffin paranormal, mais ce que l’on remarque le plus – et c’est sans doute la première fois dans la filmographie de Dupieux –, c’est cette normalité.
    Les Inrockuptibles
    4,0
    Presse
    3,5
    Men

    Men

    Malgré l’indéniable talent de Garland pour mettre en place un climat d’angoisse et pour figurer des images effarantes, et malgré sa volonté manifeste de mettre en scène la masculinité toxique, la littéralité de l’entreprise, couplée au gloubi-boulga spirituel de son exécution, déçoit.
    Les Inrockuptibles
    2,0
    Presse
    3,4
    Jurassic World: Le Monde d'après
    Trop de directions, trop de personnages, trop de styles hétérogènes, et aucun parti pris clair : le film est assez disgracieux dans sa volonté de tout récapituler et tout comprendre.
    Les Inrockuptibles
    2,0
    Presse
    2,3
    Back to Top