Notez des films
Mon AlloCiné
    Toutes les critiques de Télérama
    Uncle Frank
    Une ode à la liberté d’être, dominée de bout en bout par l’interprétation de Paul Bettany. 
    Télérama
    4,0
    Presse
    3,2
    Une ode américaine
    Même si Une ode américaine est un film centré sur quelques personnages attachants et qui se garde d’élargir son propos, on y ressent un pays bloqué, figé dans le marasme, incapable de croire au changement.
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,4
    30 jours max
    [...] une comédie policière inégale mais sympathique, estampillée “Bande à Fifi”.
    Télérama
    3,0
    Presse
    2,4
    La vie devant soi
    Sophia Loren est l’attraction principale de ce film, nouvelle adaptation du roman de Romain Gary [...]. Elle est en effet fascinante, avec son regard sévère, sa mise élégante, sa démarche et ses gestes ralentis – du haut de ses 86 ans – [...].
    Télérama
    3,0
    Presse
    2,5
    Bob l'éponge - Le film : Éponge en eaux troubles
    [...] si elle suscite le sourire, la folie volontariste de ce buddy movie ne suffit pas à doper un scénario faiblard, enlisé dans une ode à l’amitié et un retour aux origines trop gentillets pour décoiffer vraiment.
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,0
    Connectés
    Mais la surenchère scénaristique finit par écœurer. Avec un dispositif si minimal, le piège était de vouloir trop en faire dans l’écriture, d’ajouter une révélation à l’autre révélation qui succéde elle-même à une révélation.
    Télérama
    1,0
    Presse
    2,5
    Meurtres à Cayenne
    [Cet épisode de la série Meurtres à...] ne fait hélas pas partie des meilleurs qu’on a pu voir. Si le classique duo de gendarmes s’avère bien sympathique et l’arrière-plan, plutôt agréable (on a droit à une cérémonie traditionnelle amérindienne et à une ou deux scènes dans les vestiges du bagne), l’enquête, incroyablement fastidieuse, avance à une vitesse d’escargot. Et s’achève sur une révélation bien paresseuse.
    Télérama
    1,5
    Presse
    2,6
    Il était une fois à Monaco
    Avec son scénario cousu de fil blanc, son déluge de clichés et ses motifs de comédie romantique déclinés mécaniquement, Il était une fois à Monaco nécessite un solide sens du second degré pour tenir jusqu’au bout des deux parties…
    Télérama
    1,0
    Presse
    2,2
    Bronx
    Entre propos d’actualité et cinéma de genre, le film trouve son équilibre. Il bénéficie, surtout, d’une distribution parfaite qui, outre les comédiens déjà cités (comme Moussa Maaskri, qui mérite d’être salué une seconde fois), réunit à la fois Stanislas Merhar, le rappeur Kaaris et l’ex-cascadeur David Belle.
    Télérama
    3,0
    Presse
    2,7
    On The Rocks
    Moins convaincante, cette comédie, agréable mais inconsistante, repose surtout sur la performance de Bill Murray, formidable en détective improvisé, coureur de jupons patenté et papa protecteur.
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,2
    Sous les étoiles de Paris
    Un conte social redonnant une dignité à des êtres broyés, et des raisons d’espérer.
    Télérama
    4,0
    Presse
    3,1
    Garçon Chiffon
    Le beau mouvement du film consiste à faire peu à peu apparaître des passerelles entre cette personnalité si insulaire et les autres — pas forcément ceux qu’il croyait. Et à laisser opérer l’alchimie qui sauve parfois les cas désespérés : la transmutation de toutes leurs écorchures en rayonnement.
    Télérama
    4,0
    Presse
    3,5
    Une vie secrète
    Dur, en cette année de confinement et de couvre-feu, d’inciter les spectateurs à découvrir les tourments d’un homme vivant durant trente-trois ans comme une taupe. Essayons toutefois, avec un double éloge d’Antonio de la Torre (...) et de la mise en scène, qui utilise les codes du cinéma d’horreur pour faire ressentir l’effroi de la traque et de l’enfermement. Mais les deux heures et demie se font sentir…
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,3
    100% loup
    Un divertisse­ment couleur bonbon adapté de 100 % Wolf, de Jayne Lyons, livre pour en­fants populaire en Australie.
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,2
    Le Bon Grain et l'Ivraie
    Durant un an, Manuela Frésil a saisi leur quotidien à hauteur d’enfants et c’est déchirant. Elle signe un film lumineux, où se nouent les récits d’exil de familles à qui l’État français refuse obstinément l’asile et une étonnante chaîne de solidarité citoyenne.
    Télérama
    4,0
    Presse
    3,3
    ADN

    ADN

    CONTRE : Devant un film aussi fasciné par son propre exhibitionnisme, inapte à transcender sa petite histoire, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi Maïwenn a choisi de s’attaquer à la question des origines, qui devrait parler à tous.
    Télérama
    1,0
    Presse
    3,2
    ADN

    ADN

    POUR : Les montagnes russes d’é­mo­tions, l’ADN du cinéma de Maï­wenn, débouchent sur un horizon libérateur : on peut choisir où planter ses racines.
    Télérama
    4,0
    Presse
    3,2
    Borat 2
    Le premier Borat dégommait le politiquement correct au bazooka sans se soucier des dommages collatéraux. Rattrapée par l’actualité et d’abord destinée à bouter Trump hors de la Maison-Blanche au prochain scrutin, cette triste suite en forme de film de propagande entérine l’échec persistant de Hollywood à peser dans le débat démocratique.
    Télérama
    2,0
    Presse
    2,3
    T'en fais pas, j'suis là
    Avec ses personnages dessinés à gros traits — l’éducatrice ­pugnace, le géniteur indigne — et ses bons sentiments, T’en fais pas, j’suis là pouvait faire craindre le pire. Il est heureusement sauvé de la caricature par Samuel Le Bihan (...). Grâce à lui, la fiction gagne en profondeur, se faisant porte-voix parfois maladroit, mais sincère, des doutes et angoisses des parents.
    Télérama
    2,5
    Presse
    3,3
    Michel-Ange
    Le film a le mérite de décrire le rôle violent exercé par des mécènes puissants, les deux grandes familles rivales de l’époque (les Médicis et les Della Rovere).
    Télérama
    4,0
    Presse
    3,8
    Back to Top