Mon compte
    Toutes les critiques de Télérama
    L'Oubliée d'Amboise
    Tout ici est brossé à gros traits : les faux rebondissements, les plans de la ville façon Village préféré des Français, l’éternelle relation un poil sexiste et irritante entre un vieux flic meurtri et une timide jeune première… Sans parler du jeu des acteurs… L’Oubliée d’Amboise demeure un Meurtres à… de plus. Soit un polar touristique distrayant (au second degré) et dénué de surprises.
    Télérama
    2,5
    Presse
    3,0
    Jungle rouge
    La dérive violente de la guérilla des Farcs en Colombie, dans un film d’animation hybride. Saisissant.
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,3
    Les Travaux et les Jours - Partie 2
    Si sa vision exige du spectateur qu’il accepte cette expérience particulière de la durée, chacun s’étonnera, une fois installé devant ce film-fleuve, de respirer au rythme de l’existence de cette femme et de ceux qui l’entourent.
    Télérama
    3,0
    Presse
    4,3
    Les Travaux et les Jours - Partie 3
    Si sa vision exige du spectateur qu’il accepte cette expérience particulière de la durée, chacun s’étonnera, une fois installé devant ce film-fleuve, de respirer au rythme de l’existence de cette femme et de ceux qui l’entourent.
    Télérama
    3,0
    Presse
    4,3
    I’m Your Man
    Dans le sillage de ce beau personnage, admirablement incarné par Maren Eggert, I’m Your Man ouvre, sans renoncer à l’humour, est une réflexion sur l’être humain et sur le bonheur.
    Télérama
    4,0
    Presse
    3,1
    El buen patrón
    Montrée comme extérieure au petit monde de l’usine, la violence ne cesse d’envahir tout, et chacun l’encaisse en y trouvant son intérêt. Avec cette comédie noire feutrée, le rire est assuré, le trouble aussi.
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,6
    Black Phone
    La noirceur des situations est un défi que le réalisateur doué de Sinister et de Docteur Strange réussit à relever. Mais, en entrant dans le face-à-face avec le tueur sadique, son film devient à la fois moins intéressant dans sa forme et dans son propos.
    Télérama
    2,0
    Presse
    3,0
    Les Goûts et les couleurs
    Entre la « bobo » et le beau « beauf », il y a un fossé, social et culturel, dont Les Goûts et les couleurs fait son miel, sans surplomb. C’est franchement charmant, même si léger quand on garde en mémoire la profondeur cruelle et mélancolique du Goût des autres, d’Agnès Jaoui (2000).
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,4
    Le Divorce de mes marrants
    Contrebalancé par des séquences chantées, l’amateurisme de la réalisation, gênant au début, devient peu à peu un atout propice à une créativité de bouts de ficelle. Et ce drôle d’objet à la fantaisie non formatée finit par charmer.
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,0
    Les Travaux et les Jours - Partie 1
    Si sa vision exige du spectateur qu’il accepte cette expérience particulière de la durée, chacun s’étonnera, une fois installé devant ce film-fleuve, de respirer au rythme de l’existence de cette femme et de ceux qui l’entourent.
    Télérama
    3,0
    Presse
    4,3
    Buzz l'éclair
    Le démarrage s’avère un peu mou, car ce Buzz-ci est tout de même moins drôle que sa version de chambre d’enfant. Puis la fantaisie, la tendresse et les thèmes favoris du grand studio américain (le passage du temps, la difficulté de grandir) prennent leur envol (...).
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,2
    Spiderhead
    Un film troublant, sans aller au bout de ses idées noires.
    Télérama
    3,0
    Presse
    2,7
    Mon amour
    Le résultat tient la distance (près de trois heures), rappelle parfois le lancinant film oublié de Frédéric Mitterrand, Lettres d’amour en Somalie (1982), et fascine durablement par son insondable profondeur.
    Télérama
    4,0
    Presse
    3,5
    Ventura
    Ventura offre à qui ne craint pas l’inconfort au cinéma l’occasion de se frotter à l’univers fascinant du réalisateur portugais, auquel le musée du Jeu de paume consacre une rétrospective jusqu’au 26 juin, et le Centre Pompidou, une exposition jusqu’au 22 août.
    Télérama
    4,0
    Presse
    4,4
    Sweat
    Un regard intelligent sur la complexité des réseaux sociaux.
    Télérama
    4,0
    Presse
    3,2
    Je tremble ô Matador
    Doué pour les atmosphères, le réalisateur fait vibrer une vie de solitude où, soudain, de vrais sentiments se mêlent à ceux des chansons mélos, comme celle citée par le titre, interprétée par Lola Flores. Le beau guérillero est un peu lisse mais le travesti a, comme son interprète, Alfredo Castro, un magnétisme magnifique.
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,6
    Loving Highsmith
    Puisant aussi dans le trésor que représentent les journaux intimes rédigés tout au long d’une vie, le film nous offre un éclairage inédit sur l’autrice de L’Inconnu du Nord-Express, Monsieur Ripley, ou encore Carol, autant de romans qui ont fait l’objet de mémorables adaptations à l’écran.
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,7
    Au-Delà des Sommets
    Avec ses images envoûtantes, le film impressionne lorsque les montagnards se jouent de la mort, sur la roche enneigée. Mais les réalisateurs auraient gagné à se concentrer sur leur quête plutôt que de s’éterniser sur la biographie de Washburn…
    Télérama
    3,0
    Presse
    2,3
    Boum Boum
    L’autrice, se risquant à l’impudeur avec son récit amoureux, signe un film personnel et incarné, qui résonne plus qu’il ne raisonne, qui touche ou qui agace, mais qui l’emporte par sa sincérité.
    Télérama
    3,0
    Presse
    3,6
    Le Chemin du bonheur
    Simon Abkarian ne ménage pas ses efforts pour incarner ce personnage aussi grande gueule qu’attachant. Mais que de maladresses dans le scénario de cette fable sur le devoir de mémoire, et que de naïveté dans l’ode aux pouvoirs réparateurs du cinéma…
    Télérama
    2,0
    Presse
    2,5
    Back to Top