Mon compte
    Something In The Rain
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    3,8
    32 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Something In The Rain ?

    1 critique spectateur

    5
    1 critique
    4
    0 critique
    3
    0 critique
    2
    0 critique
    1
    0 critique
    0
    0 critique
    Marjolaine A.
    Marjolaine A.

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 417 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 19 juillet 2020
    Une grande série romantique, subtile et pleine de finesse, centrée sur les traditions familiales Coréennes, qui pourront être jugées rétrogrades ou archaïques au regard des moeurs Occidentaux. La série fait découvrir avec énormément de talent la pression sociale qui pèse sur les jeunes femmes "de bonne famille" en matière relationnelle (validation du choix de leurs "petits amis" sur des critères financiers et familiaux, nombreux tabous portant sur les différences d'âge ou sur l'interdiction des relations préconjugales.) L'héroïne, femme célibataire de 35 ans, employée de bureau depuis 10 ans, ne semble pas envisager la possibilité de vivre en dehors du domicile de ses parents avant son mariage. On ne rigole pas avec les liens familiaux en Corée.
    L'intrigue secondaire qui porte sur le harcèlement sexuel au travail est aussi abordée avec beaucoup de justesse.
    Les acteurs sont tous épatants, notamment les deux acteurs principaux Son Ye-Jin et Jung Hae-In. Dans le rôle de la mère, Gil Hae-Yon est incroyable de violence et de machiavélisme dans le rôle de celle qui veut à tout prix faire capoter la relation de sa fille avec un jeune homme au pedigree insuffisant au regard de ses "standards".
    Comme souvent dans les séries Coréennes des dernières années, la photo et la réalisation sont excellentes. Les fins d'épisodes sont toutes basées sur un climax ou un rebondissement qui rendent très difficile de ne pas appuyer sur le bouton "épisode suivant" du navigateur. Quitte à y passer une nuit blanche.
    Back to Top