Mon compte
    Laëtitia
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    3,6
    407 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Laëtitia ?

    25 critiques spectateurs

    5
    8 critiques
    4
    13 critiques
    3
    2 critiques
    2
    1 critique
    1
    0 critique
    0
    1 critique
    Phileas F.
    Phileas F.

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 37 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 22 septembre 2020
    Excellente reconstitution de cette affreuse affaire. Les acteurs sont excellents. La psychologie des personnages est montrée de façon réaliste et juste. Bravo aux réalisateurs pour cette adaptation de haute qualité. (Les réalisateurs d'"Un homme ordinaire" sur M6 peuvent aller se coucher !).
    Runi67
    Runi67

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 31 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 22 septembre 2020
    A l'heure où j'écris, une critique parle d'horreur, de dégueulasserie etc. Bon, il y a des gens qui ne savent pas voir, ni comprendre. J'étais assez sceptique au début. Je n'ai pas lu le livre de Jablonka et je n'ai guère d'affinités avec cet historien. Mais les docus de de Lestrade sont toujours très bons. Voyez "Staircase". Une série sur cet horrible affaire, ça demandait un tact infini. Et c'est fait avec la puissance et la délicatesse qui s'imposaient. Grâce au réalisateur et grâce aux acteurs vraiment TOUS excellents. J'y insiste: pas seulement celui qui incarne Tony Meilhon. Pour une fois, une série française qui met en valeur et fait jouer les acteurs à leur meilleur niveau, c'est si rare. Et puis, il n'y a pas de manichéisme, ce qui est particulièrement fort puisque cette affaire a déclenché une tempête politico-médiatique. Mais ce qui est très fort, dans cette série, c'est justement que son point de vue n'est pas de juger, les uns ou les autres. Elles en montrent seulement les faiblesses, les bêtises parfois, les lâchetés, les saloperies, conscientes ou inconscientes. Elle montre la sauvagerie insupportable de Meilhon et ses cause probables aussi bien que le désarroi émotionnel et existentiel des jumelles. Mais comprendre, il faut le dire et le redire à toute force, ce n'est pas excuser. Nul n'est excusé de ses actes par cette série, surtout pas Meilhon, ni aucun(e) autre. Le jugement de Meilhon a de toute façon été définitivement rendu et nul ne le conteste, je crois. Mais la série a cette qualité si rare, qui peut déranger certains, de suspendre tout jugement et de nous renvoyer à notre propre jugement, nous invitant au fond à adopter le point de vue de l'enquêteur, et de ceux qui se trouvent confrontés à l'horreur. De ceux qui ont l'obligation de comprendre sans avoir celle de juger. C'est cela qui est très fort: cette série en appelle à notre propre intelligence, sans évidemment nous purger de notre sensibilité (je pleure encore à penser à Laetitia et à Jessica). C'est vraiment l'hommage qu'on devait à Laetitia.
    Abus Dangereux
    Abus Dangereux

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 87 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 30 septembre 2020
    Bouleversante, émouvante, dérangeante, beaucoup d’adjectifs peuvent s’appliquer à « Laetitia », fiction à l’intensité rare. Ce film vous prend aux tripes dés le début pour ne plus vous lâcher. Le parcours de ces deux jumelles ballotées, maltraitées, victimes bien souvent d’une sorte d’horreur au quotidien, nous éclaire sur les difficultés de l’aide sociale à l’enfance. Une aide pourtant loin d’être inefficace mais qui se heurte à des natures humaines malheureusement inhumaines comme ce qui nous ai raconté ici. Violence sur les enfants, sur les femmes vont émailler la vie de ces deux jeunes filles et les événements tragiques dont elles sont victimes sont décortiquées avec une précision diabolique par Jean-Xavier de Lestrade qui dirige admirablement ses comédiens, terriblement justes, tous sans exception. Ce film social qui peut faire penser au cinéma des frères Dardenne dans toute son âpreté est une œuvre magistrale
    Harma
    Harma

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 158 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 26 septembre 2020
    Excellente série. J'ai regardé les 6 épisodes d'une traite. Les acteurs sont très bons. Même s'il s'agit d'une adaptation de faits réels, l'histoire est bien menée. C'est horrible ce qui c'est passé pour ses jumelles. Cela m'a vraiment touché. À voir absolument.
    Zipzap
    Zipzap

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 183 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 24 septembre 2020
    Comédiens absolument remarquables pour cette série qui fait froid dans le dos. Effroyablement crédible parce qu'elle utilise quelques images d'archives (et nous replonge donc dans la dureté de la réalité) et qu'elle est sans concession dans la retranscription de certaines scènes sur la violence familiale et les viols, on accuse le coup. Egalement politique, le film est une charge contre le pouvoir en place à l'époque et Sarko en prend pour son grade. Peut-être un peu longue avec ses 6 épisodes, elle n'en demeure pas moins très au dessus du lot de par sa volonté à s'attarder sur la psychologie et le parcours des deux jumelles et non se complaire uniquement dans le sordide de ce fait divers. C'est ce qui fait la force du film, avec bien-sur la prestation hors norme de Noam Morgensztern dans le rôle de Tony Meilhon.
    denishep
    denishep

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 6 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 27 septembre 2020
    Une mini série d'une qualité et d'une justesse incroyable. Les acteurs sont tous bons voir très bons même si leurs rôles n'attirent pas forcément notre sympathie. C'est extrêmement bien fait et on ne peut rester insensible à cette histoire. On passe de l'émotion à la colère contre une société qui a failli et des hommes qui n'auraient jamais dû naître tellement ils peuvent être odieux.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 733 abonnés Lire ses 2 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 16 décembre 2020
    Toute sa vie durant, la jeune Laëtitia Perrais a été victime de la violence des hommes. Son père formait avec sa mère une famille dysfonctionnelle. Condamné à cinq ans de prison pour viol aggravé sur sa compagne, il ne sut jamais prendre soin de Laëtitia et de sa sœur Jessica. Les deux jumelles, confiées à l'Aide sociale à l'enfance, furent prises en charge par une famille d'adoption. Gilles Patron, leur tuteur, fut reconnu coupable d'agressions sexuelles sur Jessica. Mais avant sa condamnation en 2014, Laëtitia fut victime d'un meurtre horrible qui scandalisa la France. Le 18 janvier 2011, âgée de dix-huit ans seulement, alors que la vie semblait enfin lui sourire, elle avait croisé un monstre : Tony Meilhon.

    "Laëtitia" est l'adaptation en six épisodes de quarante-cinq minutes chacun du "roman vrai" écrit en 2016 par Ivan Jablonka. Couronné par le Prix Médicis, il avait rencontré un vif succès. je me souviens encore de l'émotion qui m'avait saisi à sa lecture. Le visionnage de la série, diffusé en septembre sur France 2, accessible à tous en replay sur France.tv, en a ravivé le souvenir douloureux.

    "Laëtitia" raconte un fait divers sordide, un homicide comme il s'en produit hélas tant. Laëtitia n'est pas un polar ; l'identité du meurtrier, arrêté deux jours après la disparition de la jeune fille, ne fait rapidement guère de doute, même s'il balade les gendarmes en évoquant la présence fantasmée d'un complice. Même la recherche du corps - qu'on retrouvera démembré en deux parties dans deux étangs distants de plus de cinquante kilomètres l'un de l'autre - ne suffit pas à elle seule à entretenir le suspense.

    L'intérêt de "Laëtitia" est ailleurs.
    Ivan Jablonka n'est pas un romancier. Il est historien. Il avait consacré son doctorat aux enfants de l'Assistance publique sous la Troisième République et c'est par ce prisme là qu'il est arrivé à l'affaire Laëtitia.
    Pour lui et pour nous, le destin de Laëtitia est celui, sordide et funeste, d'une enfant abandonnée.

    Les avanies qu'elle traverse aux côtés de sa sœur sont déchirantes. Mais ni Ivan Jablonka dans son livre, ni Jean-Xavier de Lestrade (qui vient du documentaire et avait déjà signé pour Arte "3 x Manon", une mini-série sur une adolescente en rupture de ban) dans sa réalisation ne verse dans le misérabilisme. Tout y est d'une pudeur, d'une retenue, d'une délicatesse d'autant plus bouleversantes que les faits racontés sont désespérants.

    Les acteurs sont tous parfaits, à commencer par les hommes qui n'ont pourtant pas le bon rôle. On reconnaît Kevin Azais dans celui du père biologique des jumelles, incapable de contrôler la violence qui l'habite et qui pollue l'amour qu'il porte à ses enfants. Sam Karmann joue le rôle de Gilles Patron qui se scandalisa haut et fort contre la soi-disant impunité des délinquants sexuels avant de se révéler lui-même en être un. Noam Morgenzstern est le plus impressionnant dans le rôle monstrueux d'un psychopathe aux cheveux gras et au rire diabolique. 

    Le personnage qui m'a le plus touché est secondaire. Il s'agit de Béatrice Prieur, l'assistance sociale impeccablement interprété par Alix Poisson, une actrice dans la quarantaine aux faux airs de Chantal Lauby. Elle a rencontré les jumelles quand elles avaient huit ans et les a suivies d'abord en foyer, puis dans leur famille d'accueil chez Gilles et Michelle Patron. Elle a essayé de créer avec elles un lien, de percer leurs silences sans toujours y parvenir. Elle n'a pas réussi à sauver la vie de Laëtitia, assassinée, ni celle de Jessica, agressée, et s'en estime responsable. Elle m'a rappelé les personnages de "Pupille", ce film, lui aussi si touchant, aux frontières de la fiction et du documentaire
    cameradine
    cameradine

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 87 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 4 octobre 2020
    Laëtitia fait partie de ces séries de qualité dont France Télévisions est capable quand elle s’en donne les moyens. Le fait de se confronter à une histoire vraie dont les protagonistes sont toujours en vie impliquait certes une grosse responsabilité, et les scénaristes n’avaient pas droit à l’approximation. Cette fiction est donc, une fois n’est pas coutume avec les téléfilms policiers français, vraisemblable de bout en bout, et tous les personnages sont soigneusement écrits et interprétés, sans concession ni complaisance et tous plus complexes que les apparences. Ainsi, le père de Laëtitia et Jessica, Franck, est un homme violent et imprévisible qui a brisé l’enfance de ses filles, mais il est aussi déchiré d’être séparé d’elles, car elles sont malgré tout sa raison d’être. Dans ce rôle, le remarquable Kevin Azaïs, à fleur de peau, passe d’un état émotionnel extrême à un autre et parvient à susciter autant d’empathie que de dégoût. Quant au tueur, Tony Meilhon (rôle casse-figure pour Noam Morgensztern, qui marche sur un fil sans jamais en tomber), il apparaît monstrueux mais on découvre que sa propre enfance a été perturbée par un contexte familial malsain. Sans que cela excuse ses actes, ces révélations permettent de comprendre un peu le déséquilibre de cet homme. Difficile d’en dire plus sur les divers personnages sans dévoiler des éléments importants de l’intrigue. Le scénario suit le fil de l’enquête au plus près des différents professionnels impliqués (gendarmes, éducatrice, juge, procureur…) et passe d’une époque à une autre pour, petit à petit, lever le voile sur le parcours chaotique des jumelles. On n’est jamais au bout de ses surprises, et, sachant qu’on est dans une histoire vécue et non une pure fiction aux clichés éculés, on finit par se demander comment il est possible que le malheur attire à ce point le malheur sur les mêmes victimes. Les deux jeunes actrices principales, Marie Colomb et Sophie Breyer, antithèse l’une de l’autre, sont toutes deux excellentes, comme l’ensemble du casting, composé de visages familiers mais peu connus, à l’exception peut-être d’Alix Poisson, que la plupart des téléspectateurs connaissent pour l’avoir vue de manière récurrente dans Parents mode d’emploi. Enfin, au-delà du fait divers, malheureusement pas unique en son genre (une jeune fille portée disparue a été retrouvé noyée dans les jours qui ont suivi la diffusion de la série), Laëtitia permet de remettre l’histoire dans son contexte historique et de se souvenir à quel point cette affaire avait non seulement suscité l’émotion de l’opinion publique, mais aussi provoqué une vague d’indignation dans le milieu des magistrats, que l’exécutif n’avait pas épargné dans ses discours en dépit de sa propre implication dans le dysfonctionnement de l’appareil judiciaire. C’est aussi en ce sens que Laëtitia est une bonne série : elle pousse à réfléchir sur la responsabilité de la société dans son ensemble au lieu d’accuser la seule folie d’un homme. Le tout sans porter de jugement.
    Marika1004
    Marika1004

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 105 critiques

    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 4 octobre 2020
    Histoire sordide et tellement triste. La mini série est très bien jouée par tous les acteurs, sans jugement sur le fond de l'histoire. Mais ça fait froid dans le dos. Ça retrace bien la réalité des faits sous fond politique et de mauvaises décisions à la française. Il faut que ça change.
    Parker
    Parker

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 66 critiques

    Critique de la série
    2,0
    Publiée le 30 novembre 2020
    Où est Ivan ? Deux premiers épisodes corrects et ensuite la série s'écroule. L'intérêt de l'essai d'Ivan Jablonka était de démonter les a priori de ses lecteurs en dévoilant les multiples ressorts (sociologiques, politiques, médiatique) d'une affaire que tout le monde croyait connaître. En transformant cela en une reconstitution platement réaliste des derniers jours de la jeune femme la série trahit la richesse de l'enquête de Jablonka pour la transformer en un drame sociologique (pauvre Kévin Azaïs dans le rôle du père) de très faible facture pétri de grands discours assez exaspérants in fine.
    Keyser_Zozo
    Keyser_Zozo

    Suivre son activité Lire ses 15 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 22 septembre 2020
    Je n'ai vu que 3 épisodes pour le moment mais je trouve cette série très bien réalisée , les acteurs sont excellents.
    Kevin Azais , explosif, Sam Karmann , impénétrabe mais aussi le tandem de policiers jouent tous juste et sont très crédibles.
    Mention spéciale pour Noam Morgensterzn, l'acteur qui joue Tony Meilhon , il est impressionnant , d'une présence inquiétante a chaque apparition.
    Dans le genre " inspiré de faits réels" c'est très réussi .
    Le point de vue du réalisateur , qui lie la violence des adultes à leur enfance difficile pourrait paraitre simpliste mais malheureusement , c'est une vérité qu'on pourrait illustrer par d'autres faits divers horribles.
    Micapiou
    Micapiou

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 23 septembre 2020
    Ça aurait pu être pas mal....mais c’est quoi ces accusations politiques à sens unique ??? A croire que personne ne s’en souvient.....tout le monde etait d’accord à l’époque pour dénoncer le laxisme des juges, il ne s’agissait pas d’une "récupération politique" mais bien d’une prise de conscience courageuse que les choses devraient changer. Attaque gratuite et infondée contre Nicolas Sarkozy et présentation très partisane et mensongère de l’opinion publique sur cette affaire....
    Stefano edbergo
    Stefano edbergo

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 100 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 2 juin 2021
    impressionnant, magistralement interprété.Comme quoi en France on peut faire une série -faits divers de très grande qualité.Tous les interprètes sont au sommet.C'est puissant émotionnellement.
    angebleu
    angebleu

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 34 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 2 octobre 2020
    Une série qui ne tombe jamais dans la facilité du pathos. Une ligne éditoriale assez rare dans les fais divers pour être remarquable. La narration est impeccable. Le jeu de l'ensemble de la distribution est d'une grande pudeur et justesse. Une adaptation réussie d'un roman sans appel. A voir absolument.
    jean Claude B
    jean Claude B

    Suivre son activité Lire ses 12 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 30 septembre 2020
    Une interprétation quasi parfaite une direction d'acteurs extraordinaire et c'est tellement rare dans nos habituelles daubes indigestes. Le fond est trop sordide je ne parle ici que de la forme.
    Back to Top