Mon compte
    Spy City
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    Note moyenne
    2,9
    2 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Spy City ?

    1 critique spectateur

    5
    0 critique
    4
    0 critique
    3
    0 critique
    2
    0 critique
    1
    1 critique
    0
    0 critique
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    gunbuster
    gunbuster

    367 abonnés 1 610 critiques Suivre son activité

    Critique de la série
    1,0
    Publiée le 14 mai 2021
    Une série d'espionnage prenant place à Berlin, au début des années 60, une reconstitution classe et le tout emmené par le sympathique Dominic Cooper, quoi de plus pour en faire un divertissement réussit et réfléchit?
    Peut-être le fait que le budget est entièrement passé dans la reconstitution, que le scénario enfile les lieux communs, ou que l'acteur principal fait le minimum syndical, tant il semble s'ennuyer et être peu investi dans la série.
    Je veux dire, c'est probablement le pire espion au monde : après une première mission simplissime : délivrer une enveloppe à un contact, deux cadavres sur les bras sans explications, puis un retour pour corriger le tir et le scientifique transfuge finit entre les mains de la Stasi,
    Mais qu'importe, le MI6 n'a semble-t'il aucun autre espion sous la main, donc 3ème retour à Berlin, avec une succession d'assassinats, de trahisons grotesques, de romance guimauve, et de méchants d'opérette.
    Tout le monde y passe, sauf notre héros, qui échappe à tous les dangers et pièges, sans la moindre émotion : ce n'est plus du flegme britannique, mais de la paralysie faciale à ce niveau!
    Pour finir, dans le dernier épisode, tout expliquer cette histoire par une pirouette scénaristique trouvée à la dernière minute.
    Une perte de temps et d'argent, dommage car la reconstitution était très réussie, mais l'absence de tout travail sur le scénario, l'atmosphère, la tension, le moindre retournement de situation, rend l'oeuvre téléfilmesque, vide, soap, à la limite d'un Derrick par moment.
    Back to Top