Mon compte
    Spawn
    Critiques spectateurs
    Critiques presse
    note moyenne
    3,9
    153 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur Spawn ?

    15 critiques spectateurs

    5
    6 critiques
    4
    4 critiques
    3
    4 critiques
    2
    0 critique
    1
    0 critique
    0
    1 critique
    Malevolent Reviews
    Malevolent Reviews

    Suivre son activité 699 abonnés Lire ses 3 critiques

    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 16 mai 2014
    Seulement quelques mois avant son (horrible) adaptation-live, l'anti super-héros créé par Todd McFarlane a bénéficié d'une série animée supervisée par McFarlane himself et réalisée par le studio HBO Animation qui nous livre ici quelque chose d'inédit, de puissant, d'inégalé : un dessin animé pour les adultes. Car, calquée avec précision sur son modèle de papier, "Spawn la série" est violente, gore, vulgaire, dérangeante. De quoi nous faire oublier les frasques numériques mal interprétées du film de Mark A.Z. Dippé... Trois saisons, trois arcs narratifs liés par un fil conducteur omniprésent, la série est nourrie d'un sérieux alors rare dans ce type de productions. Centré sur la personnalité complexe de Spawn, le scénario nous va droit au cœur et ne souffre qu'aucun défaut : réveillé dans une ruelle sale sans aucun souvenir, Spawn, créature infernale aux pouvoirs illimités, comprend peu à peu qu'il était un agent du gouvernement impitoyable qui a signé un pacte avec le diable pour revoir sa bien-aimée. Mais cinq ans ont passé et cette dernière a refait sa vie avec l'ancien meilleur ami de notre héros. Déchiré par la douleur, par la peine et par sa nouvelle condition monstrueuse, Spawn va constamment lutter contre sa nature de suppôt de Satan, quitte pour cela à sauver malgré lui des vies humaines. Baignée dans une romance tragi-gothique, la série joue donc plus sur les sentiments et les personnalités diverses et variées des personnages que sur des simples scènes d'action. Rassurez-vous, elles sont tout de même présentes, violentes et sans concession, peut-être moins dans la troisième saison mais à chaque fois éclaboussantes. Le sang gicle, les insultes fusent comme dans un film de Scorsese, les scènes de sexe sont explicites... Bref, "Spawn" est clairement fait pour rassasier les adultes en manque de super-héros modernes, torturés, vivant dans un vrai monde de drogue, de putes, de corruption et de clochards. Un monde réaliste où échoue Spawn, progéniture de l'Enfer amené sur Terre pour collecter des âmes déchues. Sauf que ce dernier ne souhaite qu'une chose : retrouver sa femme. Animation époustouflante (du jamais vu), doublages d'une rare qualité, scénarios inventifs, musique et décors soignés... Tout est là pour nous faire passer un moment inoubliable qui propose une adaptation empruntant clairement au comics tout en présentant quelque chose d'inédit, comme complémentaire à la série de papier. Unique réelle tâche noire : une quatrième saison absente, laissant un arrière-goût d'inachevé à la série après un 18e épisode qui annonçait l'apothéose. On grince des dents en espérant voir enfin un jour la suite (ou le reboot, on sait pas trop) annoncé depuis 2009 et toujours dirigé par Todd McFarlane. En somme, "Spawn" est probablement l'un des meilleurs dessins animés pour adultes et une adaptation magnifique du chef-d'oeuvre littéraire de la bande dessinée.
    babar3
    babar3

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 532 critiques

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 3 novembre 2011
    Une série d'animation mélangeant: horreur, policier, antihéros torturé, sublime dessin, du suspense et un certain nihilisme. Que dire de plus à part que c'est culte. Mcfarlane adapte très bien sa BD sur le petit écran.
    anonyme
    Un visiteur
    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 16 janvier 2009
    superbe série. ambiance sombre, beaucoup de sang, de trés bon dialogue, spawn trés charismatique... que du bonheur. le film fait vraiment tache à côté.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 439 abonnés Lire ses 3 critiques

    Critique de la série
    3,5
    Publiée le 26 mai 2013
    Après le nanar live, T. McFarlane obtenait enfin l'écrin parfait à l'adaptation de comic-book culte : le torturé Spawn. Produit par HBO, la série a un ton adulte qui sied parfaitement pour décrire les tourments de son perso principal. Si la majorité des scènes se déroulent de nuit (nécessitant une bonne dose de noir à l'écran), celà a l'avantage de faciliter la vie des animateurs mais de frustrer le spectateur (par exemple, on ne verra jamais tout le costume de Spawn). Ensuite, la narration est la même que dans le BD c'est à dire qu'il faut que le héros pose 10 fois la même question à un même personnage pour avoir un début de réponse (généralement assez vague) ce qui fait qu'en 18 épisodes, on est guère avancé. C'est donc lent, tout comme l'animation et c'est parfois très ado dans l'approche de certains détails, notamment la représentation de la société ou l’organisation du gouvernement et des services secrets). Mais c'est aussi assez fun par moments et même si les scénaristes ont tendance à employer des phrases ampoulés au sens incertain, on suit dans trop de déplaisir cette bonne transposition.
    Superherautre
    Superherautre

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 349 critiques

    Critique de la saison 1
    5,0
    Publiée le 8 juillet 2014
    Une série d'une qualité rare a l'ambiance sombre et glauque assez proche dans l'ambiance a la série animé Batman de 1992. Les saisons ne font que 6 épisodes de 22 minutes, ce qui est assez court, mais la première saison encre suffisamment bien les personnages et leurs personnalité et a une intrigue efficaces. Je retiendrai surtout de cette saison la chansonnette d'un psychopathe qui m'a plutôt marqué.
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 302 abonnés Lire sa critique

    Critique de la série
    3,5
    Publiée le 2 mars 2016
    Adaptée du comics éponyme par son propre créateur Todd McFarlane cette série animée produite par HBO en 1997 se démarque clairement d’autres formats télévisuels américains de l’époque, beaucoup plus sombre et résolument trash, il est vrai que le ton est donné très rapidement avec ce côté ultra violent et verbalement cru. Je n’étais pas nécessairement en terrain inconnu ayant moi même eu entre les mains le comic-book d’origine étant gosse et également vu la version cinéma nanardesquement kitsch de Mark A.Z. Dippe, ce héros (ou plutôt anti-héros) m’a toujours plu autant par sa personnalité que son style, ainsi que l’univers et la mythologie qui en découle.

    C’est dans les faubourgs crasseux d’un New York crépusculaire qu’agit Spawn, justicier démoniaque vêtu d’une imposante cape rouge sang, éliminant brutalement les voyous de la ville au prix d’un nouvel ordre; il fût autrefois Al Simmons un marine des services secrets brûlé vif et laissé pour mort lors d’une mission au Botswana. En Enfer il pactise avec le seigneur Malebolgia pour revenir sur Terre et revoir son épouse Wanda, à la seule condition d’y préparer l’Apocalypse, acquérant au passage d’énormes pouvoirs, le tout sous la surveillance d’un démon à l’apparence clownesque. Mais ce contrat s’avère cruel puisque cinq longues années se sont écoulées, le laissant amnésique, il tentera alors de reconstituer les fragments de son passé avec l'aide d’un mystérieux sans-abris nommé Cogliostro pour découvrir ce qui lui est arrivé. Son premier souvenir étant le visage de sa bien aimée il se met à sa recherche en se rendant à son ancien domicile, mais malheureusement pour lui elle l’a oublié, se remariant avec son meilleur ami et donnant naissance à une petite fille; rongé par les remords et empli de fureur Spawn se met alors en quête de vengeance et de rédemption.

    Je dois dire que d’entrée le premier épisode m’a conquis, l’ambiance est palpable et le récit instaure un degré de mystère fortement intéressant, la patte graphique est également présente même si il faut avouer que l’on reste assez loin de celle du comics, mais j’ose imaginer qu’une commande de 18 épisodes en un temps réglementé a du rendre la tâche passablement inconfortable pour un rendu optimal, cependant la qualité des animes évoluera positivement au fil des trois saisons, la dernière contient d’ailleurs des fulgurances visuelles impressionnantes. L’univers lui est très fidèle à sa matière d’origine : obscur, sanglant et torturé; Spawn n’est donc pas forcément ouvert au très jeune public (à noter qu’il y a aussi du sexe), sans doute pour cela que la série n’ai pas marché en son temps, trop clivante et anxiogène pour un dessin animé, elle s’adresse principalement aux adeptes de contes horrifiques, voire tout simplement aux curieux ou aux orphelins de Batman : The Animated Series (la seule qui puisse un chouia soutenir la comparaison à ma connaissance).

    Les enjeux du récit sont clairs, abordables et passionnants même si leurs évolutions pourront paraitre plus ou moins déroutantes, il est vrai qu’à force de placer au fur et à mesure des sous-intrigues ajoute malheureusement des longueurs évidentes, mais tout cela reste au profit d’une ligne directrice où réside sa principale importance : la psychologie du personnage du Spawn. C’est par delà son regard spectral et sa réminiscence (auto)destructrice que cette histoire renferme de réelles ambivalences, à quel prix l’âme humaine peut elle s’absoudre de ses pires pêchers ? Jusqu’où doit s’engager cette rage légitimement dévastatrice pour s’offrir sa propre rédemption ? Simmons/Spawn est guidé par des désirs opposés, son amour pour Wanda et sa vengeance envers ses meurtriers, comme un poison qui fermenterait dans ses artères sans qu’il n’en connaisse l’antidote, un éternel chemin de croix en somme. La mythologie de McFarlane englobe des thèmes intéressants et profondément anti-manichéens, la vie est ainsi faite, personne n’est foncièrement bon ou mauvais et tout acte entraine ses conséquences, le but étant d’amnistier sa colère et ses remords pour acquérir à la sagesse ultime.

    Spawn est une série animée sérieuse, appliquée et fidèle à l’esprit des comics, ses qualités graphiques remarquables recèlent un fond d’une maturité autant jouissive que fascinante, le rythme garde néanmoins ses défauts, la faute à certaines extrapolations narratives en plus d’un final abrupte et décevant, mais globalement l’efficacité du format est difficilement réfutable. En ce qui concerne l’avenir de la franchise Todd McFarlane himself aurait achevé un nouveau script pour une seconde relecture cinéma, il ne reste plus qu’à ce qu’un studio hollywoodien réponde à cet appel du pied, la hype Deadpool aidant certainement à lancer une mode de blockbusters classés R.
    gunbuster
    gunbuster

    Suivre son activité 284 abonnés Lire sa critique

    Critique de la série
    0,5
    Publiée le 28 janvier 2008
    Je change mon fusil d'épaule pour donner ma critique d'une série animée non-japonaise, à savoir le sombre Spawn, adaptée du comics américain du même nom.
    La série aborde des thématiques intéressantes telles que la vengeance, le pardon, la lutte entre le bien et le mal dans les ghettos américains,
    Spawn étant maudit, une âme en tourment éternel qui vagabonde dans le monde des mortels à la recherche d'un moyen de mettre un terme à son calvaire.
    Malheureusement, tout le reste a raté le train en marche.
    L'animation à proprement parler : dégueulasse et incroyablement sombre (pas assez de lumière), on sent bien que les amerlocs ont encore 30 ans de retards et n'ont pas évolués depuis Tom & Jerry, je me serai cru replongé dans un animé du début des années 80...
    Ensuite, la mise en scène, simpliste, peu recherchée, orientée 13-18 ans avec des combats sanguinolents et des filles dénudées.
    Les épisodes ne sont pas découpées au sens où on l'entend traditionnellement, produit comme un one shot (chapitre unique) au rythme absent, à l'image du développement des personnages.
    Dans un genre très proche, préférez revoir les deux Batman de Tim Burton, qui a su faire naître à l'écran un héros sombre et tourmenté.
    Otaku-yoda
    Otaku-yoda

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 61 critiques

    Critique de la saison 1
    5,0
    Publiée le 29 mars 2014
    Super série, le doublage français reste correcte....
    Otaku-yoda
    Otaku-yoda

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 61 critiques

    Critique de la saison 2
    5,0
    Publiée le 29 mars 2014
    Super série, le doublage français reste correcte....
    urure
    urure

    Suivre son activité 3 abonnés Lire sa critique

    Critique de la série
    5,0
    Publiée le 14 février 2008
    excellente série animée fidèle aux comics, bien meilleure et moins aseptisé que la bouse qui sert de film... Un classique de la bonne époque où HBO produisait des séries de qualité comme OZ... N'écoutez pas l'énergumène en bas, il raconte de la merde de plus il se paluche sur Evangelion pour ensuite cracher sur Spawn, pas crédible.
    anonyme
    Un visiteur
    Critique de la série
    4,5
    Publiée le 20 février 2016
    Un animé singulier d'une rare qualité tant tout y est bien mené. L'ambiance est notamment le point fort de la série, celle-ci misant sur un ton lugubre et angoissant, marquée par des scènes d'actions très violentes et des dialogues crus, ajoutez a cela des tracés réalistes au courbes sinistres. Spawn est visiblement l'adaptation parfaite du comics éponyme, mettant en scène un anti-héros a la psychologie torturée et profonde, évoluant au sein d'un univers tout aussi violent, ou le sexe, la drogue, et le crime règne et façonne l'environnement hostile face auquel Al Simmons sera amené a lutter au nom de Lucifer. Malheureusement trop méconnu, cette série a le mérite de proposer un univers ultra mature qui n'est pas adapté a un jeune public tant la violence y est omniprésente et non censuré, Todd McFarlane propose une série singulière très divertissante, quoique trop brève. Nous pourrons de plus assister a une des meilleurs VF qu'il nous est été donné d'entendre, au ton travaillé coïncidant aux personnages, notamment Spawn a la voix sombre, roque et lourde, cet aspect procure a la série un nouvel atout a ne pas négliger.
    Todd McFarlane offre un "cartoon" osé a son personnage Spawn, protagoniste aussi violent que l'univers dans lequel il est inclut, une série qui adapte ce visage particulier a la perfection, une oeuvre assurément transcendante.
    anonyme
    Un visiteur
    Critique de la série
    3,0
    Publiée le 3 janvier 2014
    Je l'ai maté sur canal Jimmy à l'époque, en vost, c'était de la balle. J'avais aussi loué en vhs le film, et la comparaison plus que violente, après j'ai raqué pour les bd, mais la série animée garde une place spéciale.
    futseb
    futseb

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 26 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 15 août 2012
    Mais c'est tellement déconcertant de la part d'un anime d'avoir une ambiance aussi noir, des scènes aussi trashes et des dialogues aussi crus.

    C'est surréaliste, c'est un dessin animés mais ça n'hésite pas devenir vraiment, vraiment dérangeant. On y voit des psychopathes, des violeurs d'enfants, des fou furieux assassins, du sexe et bien entendu la torture morale constante du héros. Tout ce veut très réaliste.
    LeBruitduCinema
    LeBruitduCinema

    Suivre son activité Lire ses 23 critiques

    Critique de la série
    4,0
    Publiée le 10 septembre 2020
    Mcfarlane réussit avec brio l'adaptation de sa BD sur petit écran. L'antiheros sublime l'écran dans une ambiance noir digne des meilleurs polars.
    anonyme
    Un visiteur
    Critique de la série
    3,5
    Publiée le 2 février 2014
    Tel est la question posé lorsque l'on voit pour la première fois Spawn.
    Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, Spawn est en quelques sortes, un soldat de Satan, étant auparavant un homme appelé Al Simmons. Basé sur une série de comics qui a fait le succès de la nouvelle maison d'édition "Image Comics", qui laissait libre court à l'imagination des auteurs et leur donnant les droits de leurs personnages. Todd McFarlane, le créateur, produit la série se concentrant sur son bébé. Un bébé qui a une sale trogne puisqu'il a été brûlé, et donc ne ressemble plus à rien. C'est bien là le problème majeur du personnage.

    Al Simmons était un mercenaire, il avait des potes, de la bière, une femme enceinte, et opérait en Afrique. En Afrique il fait chaud, un peu trop vous dira Al, sauf que c'est pas le Soleil qui l'a tué mais un lance flammes, vous regarderez la série pour voir qui le tenait. Etant mort, ça arrive, il passe un pacte avec Malebolgia (équivalent de Satan) pour pouvoir revoir sa femme et sa fille. Il revient quelques années après sa mort, où il retrouve sa femme dans les bras de son meilleur pote. Il apprendra qu'il est ici pour ramener des âmes à Malebolgia afin qu'il puisse créer son armée et conquérir la Terre. La fin paraît stupide et peu originale, mais n'est ce pas le but de toutes guerres divines ?

    Ce scénario m'a conquit, certains passages traînent un peu, mais la qualité de l'animation est telle que l'on ne s'ennuie jamais. Très fidèle au comics, certains passages sont identiques, on remarque alors les interventions de McFarlane sur la série comme aux introductions des épisodes. La série est sombre, très sombre, les personnages de Sam et Twitch sont présents pour les fans, qui seront également rassurés par l'aspect cru du comics qui se ressent un peu trop dans la série. Et oui, trop d'insultes tuent l'insulte, entendre un gars dire à l'autre "fils de p*** " dans une série, d'autant plus animé, ou même dans la vie réelle, c'est choquant. Or, dans "Spawn" les insultes fusent, ce qui enlève l'impact et la puissance du mot, bref, il perd sa force à cause de sa répétition.

    La série n'a fait que deux saisons, et c'est bien dommage, mais je comprend que la série n'ai pas trouvé son public, l'animation est chez la plupart des gens réservé aux enfants. La connerie humaine se fait ressentir par un manque d'intérêt et de curiosité, se basant sur son refus d'évoluer et de s'enterrer dans sa peur de l'inconnu, ici, la violence et la maturité dans le dessin animé.

    Bref, une très bonne série qui garde une bonne qualité d'animation, encore aujourd'hui, vu la merde que nous sert aujourd'hui les programmes pour enfants, mais surtout une histoire prenante malgré quelques défauts que j'ai développé plus haut.
    Back to Top